RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Résistance française

Effaçons le Front Popu, la Résistance le CNR : buvons de l’eau de Vichy.

Jacques-Marie BOURGET

Dans "Les Grandes Gueules", une émission de RMC qui est un vomissoir, un inculte haineux a affirmé que, pendant la seconde guerre mondiale, les membres du Parti Communiste Français ne s’étaient pas comportés en héros mais plutôt en collabos. Voilà où nous en sommes. De dérive en dérive, d’une négation l’autre et dans l’indifférence, l’histoire est gommée et les héros victimes d’une deuxième mort. Attendez-vous à savoir, par le truchement d’une thèse très savante que, finalement, Jean Moulin était à Lyon le vrai patron de la Gestapo.

Le 20 mai dernier, puisqu’il n’y a pas de période de fermeture pour la pêche aux voix, Ian Brossat, candidat du PCF aux Européennes, a jugé bon d’aller se soumettre aux postillons d’une machine à décérébrer nommée « Les Grandes Gueules ». Et c’est en pleine gueule que Ian s’est pris un coup de boomerang. Et c’est bien fait pour lui. Pour éviter la chtouille, mieux vaut éviter les bordels. Ceci écrit, Daniel Riolo, le marteau qui a écrasé Brossat de sa certitude, celle que les communistes ne furent jamais des Résistants, est une bourrique exemplaire de la sous-culture de notre « nouveau monde ». Celui où tout est possible. Même celle de trouver des Zemmour ou des Riolo dans la posture de l’historien. Riolo, rubricard de sport sur RMC, devrait connaitre cette maxime démarquée de Einstein « Le journalisme sportif est au journalisme ce que la musique militaire est à la musique ». Du flonflon de moelle épinière. Voici l’échange entre le très savant Riolo et l’agrégé de lettres Ian Brossat : « Moi, je suis (...) Lire la suite »
31 

La Résistance dans la rue face à la collaboration

Léon LANDINI
Dès dimanche matin nous assistons dans nos médias à une attaque en règle, (à laquelle s’est joint le secrétaire confédérale de FO, Jean Claude Mailly) à l’encontre de Jean LucMélenchon, parce-que hier dans son discours il a dit que c’est la rue qui a participé à la libération de notre pays. Voici un texte que j’ai écrit il y a plusieurs mois et qui prouve que « la rue » à effectivement contribué centralement à la libération de notre pays. . D’ailleurs de Gaulle n’avait-il pas déclaré : “ Paris Libéré ! Libéré par lui même “ . et c’étaient alors les FFI parisiens, au sein desquels les communistes et les FTP jouaient le rôle moteur, qui ont conduit l’insurrection victorieuse, qu’a conclue la 2ème DB. Le texte ci-joint prouve que la rue a effectivement participé à la Libération de la France, beaucoup plus que les grands financiers et que les patrons des grandes entreprises qui avaient continués à s’enrichir en collaborant avec l’occupant.. Ces 15 divisions désignées par le Général David Eisenhower n’étaient-elles pas sorties (...) Lire la suite »
27 

Jeannette Guyot

Bernard GENSANE
Je suis tombé tout à fait par hasard sur la vie (et la mort) de Jeannette Guyot, décédée le 10 avril 2016 à l’âge de 97 ans : une grande dame, une authentique héroïne de la Résistance. Seule la presse britannique (le Times, le Telegraph qui lui a consacré une pleine page) a évoqué son décès en temps opportun. Quelques médias français (Le Monde, Le Point) ont repris l’information en provenance d’outre-Manche. Native de Chalon-sur-Saône, Jeannette Guyot a rejoint la résistance par le biais du réseau Amarante, rattaché au Bureau central de renseignement et d’action. Sa tâche est de faire passer des agents en zone sud. Elle rencontre ensuite le colonel Rémy auprès de qui elle continue ses activités de passeuse. Elle est arrêtée en février 1942. Elle subit dans les prisons de Chalon-sur-Saône et d’Autun des interrogatoires musclés. Elle nie toute activité de résistance et les Allemands la remettent en liberté. Suite à la trahison d’un des membres du réseau, elle se réfugie à Lyon. Elle rejoint le groupe Phratrie dont (...) Lire la suite »

Michel Goubet. La Résistance dans le Midi toulousain (II)

Bernard GENSANE
Le premier appel à résister dans la région toulousaine date du 15 juin 1940, trois jours avant l’appel du général De Gaulle. Il est publié dans La Dépêche sous la signature de « L’Observateur » qui cache le nom du consul général d’Italie à Toulouse Enrico Terracini. L’appel s’adresse aux Italiens de France : « Ce n’est pas seulement pour la France que nous combattrons, c’est pour notre vie et pour celles de nos fils. » Le 5 novembre 1940, des militants communistes jettent des tracts sur le cortège de Pétain en visite à Toulouse. En juin 1941, des socialistes créent un Comité d’action socialiste animé par le journaliste Daniel Mayer, futur président de la Ligue des droits de l’homme. Après l’entrée en guerre de l’URSS et en accord avec l’Internationale communiste, le parti communiste crée les Francs-Tireurs et Partisans. Charles Tillon est responsable de la lutte armée. Les maquis apparaissent à partir de 1943 dans la région de Toulouse. Plusieurs dizaines de réseaux (60 rien qu’en Haute-Garonne) se développent, comme (...) Lire la suite »

Michel Goubet. La Résistance dans le Midi toulousain (I)

Bernard GENSANE
Avec ce fort ouvrage de 450 pages, Michel Goubet, ancien professeur d’histoire en classes préparatoires du lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse, nous offre la synthèse de recherches et de travaux entrepris depuis plusieurs dizaines d’années. L’auteur possède la distance requise lui permettant de prévenir en introduction que la Résistance a été « instrumentalisée pour faire oublier les mauvaises consciences de l’époque » et que sa représentation a été « déformée » jusqu’au « résistancialisme » qui a fleuri dans les années d’après-guerre. L’important reste cependant – et ce livre l’atteste par mille exemples – l’engagement authentique d’hommes et de femmes qui ont tout de suite compris que, par-delà la politique et l’histoire, l’acte de résistance portait en lui une dimension quasi ontologique. Voir, par exemple, ce que Jean Cassou, membre du cabinet de Jean Zay durant le Front populaire, conservateur en chef du Musée national d’art moderne, écrivait dans La Mémoire courte : « Pendant quatre ans, la France légale, officielle, (...) Lire la suite »
En 1947, Léon Jouhaux crée Force Ouvrière avec l’aide de la CIA et reçoit le Prix Nobel de la Paix en 1951.

Quand, au sein de la CGT, la majorité choissait la Résistance... et le petit reste, Hitler

Jacques-Marie BOURGET

Attention, comme les médicaments du pharmacien, cet article mérite un mode d'emploi ? A ceux qui pourraient croire que le livre de Lacroix-Riz qui décrit dès 1939 l'offensive patronale mondiale contre le syndicalisme européen, et français en particulier, par haine du communisme, que ce livre donc serait un sort d'ouvrage révisionniste destiné à nier le rôle de la CGT et du PCF dans la Résistance font fausse route. En 39, l'action du patronat, et son argent, ont réussi a provoqué une rupture au sein de la Confédération. Les putschiste rejoignant le clan de Vichy. Voilà, nous sommes dans une page d'histoire et c'est l'objet du livre qui ne se livre à aucune polémique.

« Camarades, camarades ». Quand on use en commun ses semelles sur le parcours d’une manif unitaire, en voyant flotter la banderole FO dans les environs, la remarque tombe presque toujours : « Ah ! Ça fait quand même mal de défiler avec Force Ouvrière, le syndicat inventé par la CIA ». Voilà, à vie FO est habillé de sa bannière étoilée. On en reste là sans plus de questions posées sur l’histoire syndicale. On sait, au fil des temps, les divisions, scissions et les abus de pouvoir, mais on ignore l’ignominie qui a frappé la CGT en 1939. Ignorance rompue par le dernier livre qu’Annie Lacroix-Riz vient de publier au Temps des Cerises : Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949. Je suis d’accord avec vous ce titre long comme un boa est du genre à faire décamper le lecteur. Et il aura tort puisque l’étude musclée de l’historienne met à la lumière le visage hideux de certains responsables de la CGT d’avant-guerre. Ceux qui ont ouvert des gouffres sous les pieds de leurs militants, leur (...) Lire la suite »

Mon dieu, délivrez-moi de mes cauchemars !

Jean ORTIZ

Je fais des cauchemars récurrents, de ceux qui récurrent même les casseroles les plus sales.
Cette nuit, j’ai à nouveau cauchemardé grave :
Et si F.H. gagnait les primaires chez les « républicains », loin devant Juju et Nico ?

Et si le Medef se donnait pour président un migrant catalan, un étranger, un vrai, un bien intégré, pas ambitieux ni brutal pour deux sous ? Et si l’on proposait des macronis aux pauvres et des macaronis aux autres ? Cette nuit, j’ai cauchemardé grave : Et si au nom de « l’état d’urgence exceptionnellement permanent » nous allions pilonner La Paz, pour le fun ? Et si nous accordions l’asile aux fantômes de Daladier, de Pétain, de Laval, de Papon, de Thiers, de Franco, de Pinochet ? Si au lieu de bombarder la Syrie nous bombardions le PSG ? Il paraît que ceux qui finance(raie)nt le terrorisme aiment aussi le ballon... surtout rond ! Les ronds bien ronds. Les pépètes... et la dèche pour les autres. Cette nuit, j’ai cauchemardé grave : Et si les militants étaient invités, comme en 40, à rejoindre les bois par petits groupes pour s’y reposer, méditer sur la COP21, étudier comparativement le comportement des corbeaux d’aujourd’hui et de ceux d’hier, réfléchir aux bienfaits du droit du sang, de la « race », (...) Lire la suite »

Le Panthéon du Résistant inconnu

Mauris DWAABALA
Mes grands-parents, je les ai très bien connus puisqu'ils ont vécu jusqu'à mon adolescence et même au-delà ; une de mes deux grand-mères, la dernière survivante, est morte alors que j'étais marié, et elle a pu embrasser son arrière petit-fils. Ce qui paraît banal aujourd'hui, mais risque fort au train ou l'actuelle Présidence nous conduit de redevenir à bref délai exceptionnel. Mes quatre grands-parents donc, présentaient cette singularité à mes yeux d'être nés en quatre années successives et alternées suivant les sexes (on dirait aujourd'hui les genres), les femmes étant de deux années plus jeunes que leurs maris respectifs. Et singularité encore plus émouvante à ce que devinrent, mais plus tard, mes yeux, d'être nés exactement deux décennies après Lénine, né Oulianov, en considérant le barycentre de leurs dates de naissances. Ceci dit pour situer le choses. Et ajouter, d'une part qu'ils vécurent l'époque de la Grande guerre à l'âge adulte et fort douloureusement pour l'une des deux familles, et d'autre part (...) Lire la suite »

Les Le Pen, père et fille

Léon LANDINI

A la mémoire d’Henri Alleg, directeur d’Alger républicain, auteur de La Question, membre du comité de parrainage du PRCF.

Ne dit-on pas que les chiens ne font pas des chats ? Ce dicton se confirme quand on entend la « Marine » rebondir sur les traces de son père, en affirmant péremptoirement : « Quand la pendule fait Tic ...Tac... Il est permis de torturer une personne afin de lui faire avouer un « crime ... qu’elle n’a peut être pas commis ! Décidément vouloir torturer des humains est une maladie familiale. Le père n’a-t-il pas préconisé et peut être même participé à la torture des « Bougnoules » comme ses semblables surnommaient alors les Algériens qui se battaient pour l’indépendance de leur pays ? Dans notre propre pays, des milliers de Résistants torturés ont prouvé qu’il est excessivement difficile de faire avouer des gens de conviction sous la torture et que le mot torture est lui même antinomique de dignité pour celui qui la pratique. Souvenons-nous d’ailleurs que, dès avant la Révolution française, la France des Lumières avait arraché à Louis XVI l’abolition de la question suite, notamment, aux campagnes de Voltaire (...) Lire la suite »

Révision de la Résistance française sous l’Occupation nazie

De Rivas

En France, les nationalismes de gauche et de droite montent chaque jour un peu plus. De partout, on entend que la France appartient exclusivement aux français, que les étrangers n’ont pas de place chez nous et qu’ils ne méritent pas d’être ici. Je sais bien que nous vivons une époque basée sur le mensonge et l’hypocrisie mais il y a quand même des limites à ne pas dépasser et je tiens à rappeler à chacun de ces petits français xénophobes, si fiers de leurs origines, d’où ils viennent et qui ils sont exactement.

Je ne prétends pas réécrire l'histoire au risque de me faire traiter de négationniste, l'arme suprême inventée par l'armada juridique aux ordres de notre monde impérialiste pour faire taire la vérité, mais je veux simplement vous révéler les témoignages d'anciens résistants clandestins sous l'occupation allemande de 1939 à 1945 que j'ai eu la chance de rencontrer. Je vais donc vous parler de ces héros anonymes, de ces hommes et femmes courageux ensevelis dans l'oubli et dont le nom n'est pas toujours inscrit sur vos monuments aux morts ou alors sous une forme francisée. N'oubliez pas qu'ils ont sacrifié leur vie pour la liberté de ce pays, que vous appelez aujourd'hui votre France, pendant que l'armée française et vos dirigeants se planquaient ou collaboraient. Ils ont combattu au nom d'un idéal qui fait encore rêver même si nos pouvoirs ne cessent de nous mentir tellement ils ont peur que les peuples se réveillent. Ces héros, vous ne les connaissez pas parce que personne n'en parle et les livres (...) Lire la suite »
29 
afficher la suite 0 | 10