RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


4 000 000 $ contre Chavez et ... Revenez avec votre petite carte bleue ou ne revenez pas du tout ! André Maltais.


Selon des documents obtenus grâce à la loi d’accès à l’information par l’avocate Eva Golinger, qui dirige à New York le Comité de solidarité avec le Venezuela, et le journaliste d’enquête Jerem.



4 000 000 $ US pour discréditer le régime Chavez.


Cette année, le NED (National Endowment for Democracy ou Fonds national pour la démocratie), enverra 922 000 $ à des organisations politiques, sociales, patronales et civiques vénézuéliennes, un peu moins que les 1 046 323 $ de 2003.

En 2001 et 2002 (année du coup d’état raté d’avril), le NED avait encore fait parvenir des montants respectifs de 877 435 $ et de 1 099 351 $ pour un total de tout près de quatre millions de dollars dans un pays où le salaire minimum est de 75 $ par mois !

Les documents (disponibles sur le site www.venezuelafoia.info) montrent une communication constante (memoranda internes, courriels) entre Chris Sabatina (directeur des programmes du NED pour l’Amérique latine et les Antilles) et les nombreux groupes récipiendaires au Venezuela qui allaient pour la plupart se révéler des opposants au président Chavez.


Voici une quinzaine d’organismes ayant bénéficié du trop plein démocratique du NED :

Sumate, groupe organisateur du référendum pour destituer le président Chavez, a reçu l’an dernier 53 400 $ et plusieurs « associations civiles » dirigées par d’anciens ministres de la brève dictature d’avril 2002 ont aussi bénéficié de la générosité états-unienne.

Association civile « Action paysanne » (ACAC). Officiellement vouée à l’aide aux populations rurales et à la cause du développement durable. Ses dirigeants ont employé les 93 000 $ reçus depuis 2002 uniquement pour s’opposer à la réforme agraire du gouvernement Chavez et pour en saboter l’application une fois la loi adoptée en janvier 2001.

Association civile « Assemblée d’éducation » (ACADE). On ne lui connaît encore aucune réalisation dans son domaine. Sous le prétexte de « renforcer la société civile pour promouvoir l’éducation démocratique », elle a financé (avec les 112 000 $ du NED) les grèves dans le secteur de l’éducation de même que des campagnes de propagande et manifestations anti-Chavez surtout durant le lock-out patronal de l’hiver 2002-03. Son président est Leonardo Carvajal, ministre de l’Éducation pendant le coup d’état d’avril 2002.

Association civile « Comprendre le Venezuela » (ACCV). Prétend étudier les libertés civiles et les rapports entre militaires et civils, mais travaille en réalité à influencer les forces militaires loyales à Hugo Chavez contre celui-ci. A reçu 57 820 $ juste avant le coup d’état et lutte actuellement contre les mesures gouvernementales visant à incorporer des militaires dans l’agriculture, l’environnement, la construction d’infrastructure et même le gouvernement.

Association civile « Consortium pour la justice » (ACCJ). Sous le prétexte de lutter contre l’autoritarisme, a récolté 172 152 $ depuis 2001. Sa raison d’être affichée est de « renforcer la capacité des organisations de la société civile vénézuélienne à devenir des partenaires actifs » dans la lutte contre Chavez. A aidé et participé au coup d’état de même qu’au sabotage de l’industrie pétrolière de l’hiver

2002-03.

Le Fonds justice de paix Monegas (une de ses organisations membre) est supposée défendre la résolution pacifique des conflits au niveau des quartiers et villes mais, en passant, utilise les dons du NED (22 700 $) pour accuser l’administration Chavez de « polariser la société vénézuélienne ».

Association civile « Justice alternative » (ACJA). Vise à renforcer les liens entre la police et la population des quartiers de même qu’à entraîner les juges de paix dans les campagnes. Utilise l’argent du NED pour dénoncer la « rhétorique révolutionnaire », le « mépris public des institutions et processus démocratiques » et les « attaques vitrioliques contre les opposants » du président Chavez. Déclare « groupes paramilitaires » les cercles bolivariens qui sont des comités populaires pour la défense et l’application des politiques gouvernementales.

Confédération des travailleurs vénézuéliens (CTV). Seul syndicat bénéficiaire du NED, la CTV a reçu près de 600 000 $ depuis 1999. Même après le coup d’État, alors que le monde entier connaissait le rôle qu’il y avait joué, le syndicat corrompu a reçu 116 000 $. Le montant est arrivé trois mois avant le lock-out patronal de 2002-03 et a servi à payer une bonne partie de la campagne de propagande médiatique qui n’a pas cessé d’occuper écrans et unes de journaux pendant 64 jours d’affilée. Son chef, Carlos Ortega, est exilé au Costa Rica et continue à appeler les Vénézuéliens à se débarrasser de leur président par « tous les moyens ».

Association civile « Leadership et vision » (ACLV). S’est vue offrir 42 200 $, en septembre 2003, pour faire de l’éducation civile auprès de la police de Caracas dirigée par un maire (Alfredo Pena) notoirement anti-Chavez. Sa police est si « civilement éduquée » que, durant les manifestations et contre-manifestations qui se succèdent dans la capitale, elle n’hésite même plus à tirer sur les partisans du président.

Association civile « Action pour le développement » (APD). Récipiendaire en 2002 d’un fonds spécial du Département d’État états-unien (tout juste après le coup d’État) pour ses « ateliers informels d’éducation civile » destinés aux quartiers pauvres des environs de Caracas. Forme en réalité des « associations de quartier » pour contrer l’action des cercles bolivariens.

Centre de diffusion de l’information économique (CEDICE). Avant 2002, avait touché 143 626 $ pour diffuser de la désinformation sur la prétendue gestion économique catastrophique de l’administration Chavez et a reçu 182 791 $ de plus, juste avant le coup d’état de 2002 tout en travaillant directement avec * FEDECAMARAS, l’association patronale dont le président, Pedro Carmona, a dissout toutes les institutions démocratiques pendant les 48 heures qu’a duré sa dictature.

Centre pour la justice et le droit international (CEJIL). Basé aux États-Unis, a touché 83 000 $ en 2003 pour défendre au Venezuela des droits humains nullement menacés. L’argent sert à apporter devant la Commission inter-américaine des droits de l’homme de l’Organisation des États américains de nombreuses et très médiatisées plaintes légales de citoyens et d’organismes contre le gouvernement Chavez.

Centre au service de l’action populaire (CESAP). Surveille et étudie les programmes sociaux. Emploie les 128 000 $ reçus en 2002 et 2003 pour légitimer des groupes opposés au gouvernement, exercer des pressions sur les acteurs politiques en faveur des demandes de l’opposition et pondre des rapports défavorables sur les politiques sociales du gouvernement Chavez.

Fondation « Le temps du peuple ». Surveille légalement le respect des droits humains et est connue, au Venezuela, comme une ardente opposante au gouvernement Chavez. Utilise les 477 000 $ reçus du NED depuis 2001 pour influencer les représentants de l’opposition à l’Assemblée nationale à proposer des lois déstabilisantes en matière de « participation politique », de « procédures électorales » et de « gouvernements municipaux ».

Programme pour le développement législatif (PRODEL). A reçu 50 000 $ pour influencer des législateurs à promouvoir des lois décentralisatrices alors que l’administration Chavez privilégie une centralisation visant à corriger les inégalités sociales du passé. S’oppose systématiquement à toutes les initiatives législatives de l’état. A.M


Revenez avec votre petite carte bleue ou ne revenez pas du tout !


Les documents d’octroi de la subvention à Sumate mentionnent que l’organisation vise à « former les citoyens de tout le Venezuela au processus électoral et à promouvoir leur participation à un référendum de destitution ».

Plus concrètement, l’argent du NED doit servir à « concevoir et reproduire du matériel de promotion » (trousses d’information, manuels d’utilisation) sur Sumate, la base constitutionnelle du référendum, les lois électorales et l’art de surveiller et d’observer un processus électoral.

Les documents révèlent aussi l’intention de Sumate de travailler avec le Conseil national électoral (CNE) du Venezuela à produire du matériel électoral télévisé, radiodiffusé et imprimé informant le public sur le processus référendaire.

Sumate doit aussi former un « comité conseil » qui s’assurera que les fonds du NED sont employés efficacement. Madame Myriam Kornblith, présentement membre alternante de la direction du CNE, est explicitement pressentie pour diriger les « affaires électorales » de ce comité conseil.

Cela représente un formidable conflit d’intérêts puisque le CNE est un organisme gouvernemental et que ses membres ne peuvent être payés par un gouvernement étranger.

Dans les documents, Sumate est décrite comme « organisation de citoyens et professionnels comptant plus de 100 000 volontaires et cherchant une solution pacifique et démocratique à la crise politique au Venezuela ». C’est ainsi que, financée par les États-Unis pour créer une crise politique dans le pays, l’opposition dispose maintenant d’organismes financés par les mêmes États-Unis pour trouver une solution à cette crise.

L’un des motifs ayant entraîné l’octroi de la subvention du NED serait le fait que Sumate a ramassé « 2,7 millions de signatures en un seul jour », en février 2003. Mais pas un mot n’est écrit sur le fait que le CNE, qu’on ne peut certainement pas accuser d’être pro-Chavez, ait déclaré tout le processus illégitime en raison des innombrables fraudes qui l’avaient entaché.

Le « matériel électoral » de Sumate comprend cette fois de petites cartes bleues permettant de vérifier si une personne a déjà signé ou non la pétition exigeant un referendum pour révoquer Chavez.

Selon les auteurs du site Web Venezuelafoia, ces cartes ont été distribuées par des employeurs à leurs employés, partout au Venezuela, accompagnées du message suivant : « revenez avec une carte disant que vous avez signé ou ne revenez pas du tout » !

André Maltais


www.lautjournal.info, N° 230 - juin 2004.


Interview avec Philip Agee, ancien agent de la CIA : La nature de l’intervention de la CIA au Venezuela.




15 août 2004, référendum anti-Chavez.

Lire :

- La bataille du référendum, par Frédéric Lévêque sur RISAL

- Appel à la vigilance et appel à témoins pour le Vénézuéla.




URL de cet article 1684
   

Même Thème
Venezuela – Chronique d’une déstabilisation
Maurice LEMOINE
A la mort de Chávez, et afin de neutraliser définitivement la « révolution bolivarienne », les secteurs radicaux de l’opposition ont entrepris d’empêcher à n’importe quel prix son successeur Maduro, bien qu’élu démocratiquement, de consolider son pouvoir. Se référant de façon subliminale aux « révolutions de couleur », jouissant d’un fort appui international, ils ont lancé de violentes offensives de guérilla urbaine en 2014 et 2017 (45 et 125 morts), dont une partie importante des victimes, contrairement à ce (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Aussi longtemps qu’on ne le prend pas au sérieux, celui qui dit la vérité peut survivre dans une démocratie.

Nicolás Gómez Dávila
philosophe colombien

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.