Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Selon le président Obama, Manning "a enfreint la loi". C’est ça le procès ?

Le président Barak Obama a fait une déclaration stupéfiante concernant le PFC Bradley Manning accusé d’être la source de Wikileaks en affirmant clairement que Manning "avait enfreint la loi". Apparemment le président des USA qui se dit expert constitutionnel se moque que Manning n’ait pas encore été jugé ni convaincu du moindre crime.

Dans un entretien hier avec Logan Price, un supporter de Bradley Manning qui faisait partie d’un groupe de militants qui s’est mis à chanter pendant la soirée des donateurs du Président à San Francisco, le président Obama a déclaré tranquillement que Bradley Manning avait "copié" des fichiers électroniques et qu’il "avait enfreint la loi."

Voici une transcription de l’échange fournie par les amis anglais de Bradley Manning qui n’a pas été mise en forme :

OBAMA : On peut avoir des opinions philosophiques [sur Bradley Manning] mais je ne peux pas faire de la diplomatie en toute transparence.... Ce n’est pas comme cela que le monde marche.

Et si vous êtes un militaire... Et je dois respecter certaines lois concernant l’information classifiée. Si je communiquais des informations que je n’avais pas le droit de communiquer, j’enfreindrais la loi.

Nous vivons dans un état de droit ! On ne peut pas laisser des individus décider par eux-mêmes de ce qui est légal. Il a enfreint la loi.

[Q : Est-ce qu’il n’a pas révélé des crimes de guerre ?]

OBAMA : Ce qu’il a fait c’est copier...

[Q : Est-ce que ce n’est pas exactement ce qu’a fait Daniel Ellsberg ?]

OBAMA : Non, pas du tout. Les informations fournies par Ellsberg n’avaient pas le même niveau de classification."

C’est le président des USA qui parle d’une soldat emprisonné depuis presque un an parce qu’il est accusé d’avoir fait fuiter des documents classifiées (mais pas top secrets, comme l’étaient les dossiers que Ellsberg avait révélés). l’avocat de Manning a l’intention (avait l’intention car il a été transféré depuis) de déposer une ordonnance d’habeus corpus* portant sur la durée et la quantité des mauvais traitements subis par Manning pendant sa détention militaire.

Le président Obama a déjà pris sa décision. Selon lui, Manning "a enfreint la loi". Il ne faut donc pas s’étonner qu’il considère que les mauvais traitements infligés à Manning "sont conformes aux normes de base" puisqu’il sait déjà que Manning est coupable.

C’est une honte.

Pour mémoire : le Pentagone a l’intention de garder Manning en prison indéfiniment. C’est normal puisqu’ils savent déjà qu’il est coupable.

Note : *L’ordonnance, bref ou mandat d’habeas corpus (en anglais writ of habeas corpus), plus exactement habeas corpus ad subjiciendum et recipiendum, énonce une liberté fondamentale, celle de ne pas être emprisonné sans jugement. En vertu de cette loi, toute personne arrêtée a le droit de savoir pourquoi elle est arrêtée et de quoi elle est accusée. Ensuite, elle peut être libérée sous caution, puis amenée dans les trois jours qui suivent devant un juge. (Wikipédia)

Pour consulter l’original : http://fdlaction.firedoglake.com/2011/04/22/obama-on-manning-he-broke-...

Traduction : D. Muselet pour LGS

URL de cet article 13508
   
La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est un paradoxe que la nation qui a tant fait pour intégrer les droits de l’homme dans ses documents fondateurs se soit toujours opposé à la mise en place d’un cadre international pour protéger ces mêmes principes et valeurs.

Amnesty International - "United States of America - Rights for All" Oct. 1998


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.