RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Guy CHAPOUILLIE
« Si combattre la colonisation des terres palestiniennes c’est être antisioniste, alors, je suis antisioniste comme les juifs antisionistes de Bruxelles, de Paris, de Jérusalem qui ont témoigné dans mon film ».

De la chocolatine à l’antisionisme

Guy CHAPOUILLIE

Le Brésil se pare d’un gouvernement de droite dure qui estime que les Indiens font tache dans le pays ; le Venezuela est secoué par l’étrange gesticulation d’un homme, venu de nulle part, qui se présente comme le Président légitime, mais légitime en quoi précisément ?

Légitime, simplement parce que l'impérialisme étasunien l'aurait choisi ? En Algérie une majorité écrasante du peuple algérien dit non à Bouteflika, Président invisible et muet, en réclamant un changement radical et progressiste. En France, on nous parle de cela, avec les gilets jaunes qui ont su bousculer la hiérarchie de la parole, mais nous discutons aussi d'une autre question sensible qui divise le pays : le choix entre la chocolatine et le pain au chocolat. D'apparence futile, ce débat linguistique pose une question qui pèse de nos jours, le choix des mots dont a si bien parlé le philosophe Clément Rosset. Certes, la presse s'amuse et agite des pourcentages qui pencheraient plutôt du côté du pain au chocolat mais pourquoi ces choix et où s'enracinent-ils ? Je me souviens, dans mon enfance, il y avait sur les étagères de mon boulanger les deux, d'une part le petit pain au chocolat, véritable petit pain issu de la même pâte que la baguette et d'autre part la chocolatine, héritière des (...) Lire la suite »

J’ai attrapé la fièvre jaune et je me sens mieux

Guy CHAPOUILLIE

Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge.
Winston Churchill .

Le premier décembre 2018, je viens de terminer le tournage de séquences de mon nouveau film et je reprends la route. De Quimperlé à Toulouse en passant par Rennes, Bordeaux et Agen, j'ai rencontré des Gilets Jaunes en colère, amers, parfois joyeux, mais bien décidés à tout mettre en œuvre pour être écoutés. De bien belles personnes promptes à vous demander si avec 600 euros vous pouvez atteindre la fin du mois, tout en précisant que la plupart des politiques aux affaires ne se sont pas rendu compte que ça venait de basculer, que le peuple avait retrouvé le sens de sa souveraineté. Ils le clament clairement, les Gilets Jaunes ne mendient pas et demandent que l'on cesse d'entendre un peu partout, dans les médias surtout, que les GJ ne comprennent rien. Au contraire, ils ont compris que la fracture entre Macron et une grande partie du peuple est le fruit d'une ligne de conduite libérale, mondialiste, qui les laissera sur le bord de la route, dans le fossé. Comment ne pas être à leurs côtés, comment ne (...) Lire la suite »