RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 

Des journalistes pour former les citoyens ?...Elle est bien bonne celle-là !

Dans le journal Le Monde du 15 juin, Nathalie Sonnac qui préside le Comité Théodule d’éthique pour les données d’éducation nous apprend qu’elle vient d’inventer le fil à couper le beurre. « L’Etat, dit-elle, doit s’appuyer sur l’audiovisuel public pour former les élèves à devenir des citoyens ». Comme c’est étrange, pourquoi seulement les élèves ?

Elle a été membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel [CSA, aujourd’hui ARCOM : Autorité de régulation de la communication audiovisuelle] de 2015 à 2021 et qu’y fit-elle ? Certes, elle a raison de dire que l’école ne peut pas tout, surtout lorsqu’on ne lui donne pas les moyens d’assurer ces fonctions premières d’apprentissage et de maîtrise de la lecture, du calcul et de la réflexion, de penser quoi. Mais elle à tort d’agiter des chiffres pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes et poursuivre ainsi le numéro d’illusionnisme qui consiste à nous dire que « pendant la crise des gilets jaunes », 72% des Français faisaient confiance à France 3, 71% à France info et 68% à France 2 contre seulement 52% à BFM. Un calcul douteux en l’absence des questions posées, cet oubli récurrent qui accompagne la plupart des sondages. Tout d’abord, le citoyen que je suis, plus ou bien formé, n’a pas la même approche du Mouvement des Gilets Jaunes que Nathalie Sonnac puisqu’il refuse de parler de « la crise des gilets jaunes » comme elle. Il a d’autres mots pour désigner cette protestation, cette révolte, ce soulèvement digne des ronds-points, un mouvement tout à fait joli, puissant qui m’a rassuré sur la capacité d’un peuple à réclamer son dû : une autre répartition des richesses. Un mouvement qui a sans doute fait piquer quelques crises aux locataires de l’Elysée et aux membres du Gouvernement dont l’extrême violence des réponses a donné la mesure de la grande peur qu’ils en ont eu.

Je ne suis pas sûr qu’à ce moment là le souci de former des citoyens ait été la préoccupation majeure des gensdetélé du service public qui, quel que soit le moment ou le sujet, parlent avec la même moraline, en invitant toujours les mêmes spécialistes qui disent souvent le contraire de ce qu’ils ont avancé la veille. C’est la valse des mille et un mêmes qui donne à l’écran de ma télé le ton blafard d’une décrépitude. Alors, à quoi peut bien servir le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’il ne se rend pas compte de cette itération morbide des même visages, des mêmes voix, des mêmes arrogances, des mêmes fantômes comme Daniel Cohn-Bendit que l’on mêle à toutes les sauces et qui se régale de parler pour ne rien dire, sinon pour occuper le temps et l’espace que d’autres n’auront pas. L’apprenti citoyen, quel que soit son âge, mérite mieux. Il mérite mieux que de voir le Ministre de l’Intérieur Gérard Damanin se répandre dans le cadre de l’émission de Laurent Ruquier On est en direct le samedi 11 mai, la veille du premier tour des élections législatives, alors qu’il est candidat et que la campagne de ce premier tour est close depuis le vendredi soir. Je crois entendre de courageux hypocrites me souffler que la question de la députation n’était pas le sujet. Sans doute, mais le candidat était bien là à se faire mousser par un animateur qui n’en est pas à son premier coup de Jarnac, dans son sens pernicieux. Il y a une tendance fâcheuse à voir les politiques synchrones avec les journalistes et de moins en moins avec le réel. Aussi, lorsque Nathalie Sonnac parle des 4500 journalistes professionnels du service public pour former les élèves et les enseignants je voudrais bien savoir desquels elle parle précisément et de quelle compétence.

Qu’ils fassent d’abord la preuve de leurs qualités de citoyen en faisant leur boulot d’informer selon les principes de la démocratie qui est en réalité un régime où s’exerce le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, selon la formule d’Abraham Lincoln reprise mot pour mot par l’article 2 de notre Constitution. Oui, qu’ils la fasse vivre la démocratie par le truchement de vrais débats contradictoires avec le temps nécessaire à leurs résolutions et non pas dans le cadre de numéros de cirque où les journalistes se donnent alternativement les rôles du dompteur et du clown blanc. La démocratie, c’est l’espace et le temps d’écouter les différences, c’est le temps et l’espace de vivre les conflits d’idées. La vérité est sans doute hors d’atteinte et seule un croisement de sincérités peut nous en approcher. Nous devons nous écouter et finir par comprendre que, si les convictions sont souvent de bons moteurs, il ne faut pas pour autant confondre convictions avec connaissances. Les médias ont les puissances nécessaires pour faire ce travail et par conséquent pour nous aider à devenir des citoyens.

Mais nous sommes encore loin de cela puisqu’aujourd’hui nous devons nous contenter le plus souvent de communiqués de guerre pour avoir une approche éclairée de la situation en Ukraine. Et puis, même si l’ORTF n’est plus, cela n’empêche guère le Président d’apparaître sans cesse sur les écrans du service public avec sa prose de miel souvent arrogante. Là il vient de nous servir le coup du tarmac et j’ai eu la faiblesse de penser à la théâtrale sortie de VGE, sans doute sous le coup de la chaleur ou bien d’un verre de trop. Malheureusement, l’avion qui, derrière lui, dessinait un départ imminent ne partait que pour mieux revenir. Pathétique image d’un homme qui, loin de parler au peuple qu’il devrait écouter et non pas soumettre, s’adressait à son armée en déroute où se comptent pourtant de plus en plus de transferts issus de partis sur le déclin, comme des rats qui abandonnent des navires qui s’échouent.

En très peu de temps, digne héritier des nettoyeurs qui l’ont précédé, il a réduit la France à la dimension d’une région d’Europe qu’il gère en suivant les consignes des commissaires européens joints aux impératifs du marché de la mondialisation. C’est un tout petit homme qui pense incarner le bien contre les autres, vous savez bien ces habitants du mal, loin de toute exigence citoyenne, sans comportement citoyen. Mais c’est quoi un citoyen ? Ne faudrait-il pas se poser la question avant même de former les élèves à devenir des citoyens ? Pour moi, le citoyen n’a rien à voir avec ces élèves qui sortent des écoles de commerce où ils ont appris a faire des économies sur tout, les salaires en premier, pour mieux nourrir les rentes. Des élèves qui parfois deviennent des journalistes.

Pour moi, il me semble que le citoyen, qui jouit des droits civils et politiques garantis par une Cité ou un Etat a aussi des devoirs qui lui demandent de concourir au bien-être commun par le truchement d’une entraide fraternelle entre les uns et les autres dans l’observation des règles qui font la société, sans pour autant s’empêcher d’en proposer de nouvelles limites. Le bien-être commun compris aussi comme la liberté d’expression, la liberté d’opinion. Plus simplement, je dirais que le citoyen de France que je suis ne veut pas, en tout cas pas en l’état actuel des choses, être un des sujets des commissaires de Bruxelles qui cherchent à me soumettre sans aucune légitimité démocratique. Le destin du citoyen est de partager et non pas de subir, sinon il a le droit à la désobéissance, je dirais même que c’est un devoir.
Et pour revenir à l’ORTF comment ne pas parler de Jacquou Le Croquant de Stellio Lorenzi que la France entière regardait sur la première chaîne en 1969 et commentait en famille, au travail ou ailleurs : une belle formation du citoyen à la relecture de son passé ; un vrai ciment social.

Guy Chapouillié

Fondateur et ancien directeur de l’ESAV (École supérieure d’audiovisuel) de Toulouse.

URL de cet article 38075
  

Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a bien une grande différence entre les articles publiés dans les médias institutionnels et les articles publiés dans les médias alternatifs (comme Le Grand Soir) : les leurs vieillissent super mal alors que les nôtres ne font que s’améliorer avec le temps.

Viktor Dedaj

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.