RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Guy CHAPOUILLIE

Arrêtez le feu !

Guy CHAPOUILLIE
Silence dans les rangs, Johnny est mort ! Pardon, vous avez parlé de qui ? De Johnny Hallyday, tête de nœud. Avec ce court dialogue, Aurore Berger, députée LRM, parlerait d'une 'rare indignité'. Fidèle petite soldate du chef-Président pour qui nous venons de perdre un héros français, vous avez bien lu, héros français, mais vous le savez déjà, non ? Car pas une seconde ne passe sans que la radio, la télévision, la presse écrite, les hauts-parleurs des rues ne nous imposent une lamentable litanie à la gloire d'un héros du show-biz, plus précisément d'un activateur de l'industrie du spectacle. Oui, un héros qui fait le fond des poches des Français et qui paye ses impôts en Suisse. Certes, je n'ai pas échappé au charme de certaines des chansons qu'il interprétait, mais de là à suivre le ban et l'arrière-ban de la puissance médiatique qui nous invite à une danse macabre au rythme des spots publicitaires requinqués, non, je n'en serai pas ! Johnny n'aimait pas la gauche, c'est son droit, 'je n'aime pas la (...) Lire la suite »
Pourquoi Jérôme Laronze, éleveur, a-t-il été abattu par les gendarmes

A marche forcée, le paysan peut crever.

Guy CHAPOUILLIE

Richard Ferrand, le pilier d’En marche, tremble et je ris jaune. Ma mère me l’avait dit "il est absurde de vouloir réunir la gauche et la droite, c’est une escroquerie où vont s’empiffrer les opportunistes de gauche et de droite ". Ainsi parle le bon sens populaire qui ne voit dans ce mouvement que la naissance du parti des opportunistes prêts à tout.

Des opportunistes qui n'ont rien à voir avec un vol de blanches colombes et qui viennent avec leur histoire nous rappeler qu'ils ont déjà une bien belle manière de voir et de pratiquer les choses de la vie politique. Se mettre en marche avec nous, disaient-ils, c'est combattre pour la transparence, contre le déclin de la morale, pour dénoncer tous les pourris et ériger la morale en vertu cardinale. Mais voilà qu'un vilain petit canard cancane, caquette, nasille que Richard Ferrand n'aurait pas eu un comportement au-dessus de tout soupçon lorsqu'il était le directeur général des Mutuelles de Bretagne. Il aurait tout simplement abusé son monde par des opérations ou des contrats dont certains de ses proches auraient bénéficié. Au moment de la mise en place du projet de loi « de moralisation de la vie publique », c'est la panique à bord et l'équipage d'En Marche fait ce qu'il faut pour réduire les fuites. Le garde des sceaux reste muet, le parquet national financier aussi et le procureur de Brest estime (...) Lire la suite »

Le peuple vint à manquer.

Guy CHAPOUILLIE

A propos du livre de Serge Regourd Les seconds rôles du cinéma français, grandeur et décadence. Editions Archimbaud Klincksieck, mai 2010.

A ceux qui lisent trop, trop peu et trop vite, je dis, attardez-vous sur ce livre ! Car je ne sais pas si le cinéma rend meilleur, mais je peux dire que la lecture du livre de Serge Regourd m'a enchanté. La continuité de cet ensemble manquait à ma connaissance. Ca fonctionne comme un immense générique où prennent place, et quelle place, ceux et celles qui ont fait le cinéma français, ses caractères et sa fonction, tout en étant la plupart du temps cantonnés dans la catégorie des seconds rôles. C'est un renversement de la hiérarchie de la représentation ; c'est une somme pour rafraîchir ou plutôt faire émerger une mémoire oubliée du cinéma. Un travail de chercheur qui taille en largeur et en profondeur pour retenir des films et des acteurs, que je connais ou que je ne connais pas, qui relie une myriade de faits au croisement desquels mon langage s'éveille.… Alors, je me suis attardé en surmontant la difficulté de joindre tous ces éléments en apparence hétérogènes, pourtant d'une même famille, et j'ai (...) Lire la suite »