RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
19 

L’Eurovision ou une vision de l’horreur

Pour Stéphane Bern, rien de moins surprenant, « l’Eurovision est un outil de soft power que les politiques ne peuvent plus négliger ». Pour Le Monde « l’Ukraine a emporté l’Eurovision, soutenue par tout un continent ». Fermez le ban !

Les suffrages du jury étaient loin d’être favorables au groupe Kalush Orchestra, mais la vague du public, celle du vague public, a tout emporté. Du jamais vu d’après le commentaire des animateurs. Sans trop attendre, Volodymyr Zelensky, le Président de l’Ukraine, n’a pas donné dans la dentelle, « notre courage impressionne le monde, notre musique conquiert l’Europe ».
Une manipulation dans l’outrance qui ne préoccupe nullement notre royal Stephan. Là je suis en colère, car trop c’est trop. Non cette musique ne m’a pas conquis encore moins mis au pas. Je dirai simplement qu’ elle m’a inquiété. Oui, elle m’a inquiété car loin d’une douce puissance (Soft power) c’est une déferlante de bruits, d’effets en tout genre, d’onomatopées, de corps agités qui répètent à l’infini les mêmes gestes comme la manifestation d’une perte de sens. Si c’est cela la musique européenne, alors nous sommes venus au degré zéro de la variété, c’est-à-dire de la diversité, de la richesse des différences. C’est une homogénéisation qui, en réalité, nivelle par le bas le plus vil et qui produit les plus agités du bocal qui soient.
Le goût ne se décrète pas et sa diversité est une des garanties de la démocratie. Mais lorsqu’il finit pas se confondre avec la plupart, se fondre en une seule tendance, alors le lessivage a fait son effet : c’est le Soleil vert des oreilles, une seule nourriture pour tous, la réification du peuple. Elargir les choix, sans hiérarchie, sans cahier des charges de l’Eurovision, demeure le seul chemin de liberté en chansons. Peu de temps après ce naufrage, sur une autre chaîne de télévision, j’ai découvert un hommage à Christophe où de nombreux chanteurs français venaient humblement interpréter ses chansons. Je ne joue pas Christophe contre, il y a bien d’autres chanteurs ou d’autres chanteuses que je préfère, mais j’avoue simplement que je me suis retrouvé dans une matrice sonore qui m’a fait du bien où la chanson était enfin le fruit d’une symbiose entre paroles et mélodies, au croisement de la nuance et de l’intelligence. Là, nul besoin de pousser les décibels ni les éclairs lumineux qui détruisent tout sur leur passage comme si le public était un ennemi qu’il fallait rendre aveugle, sourd et muet.

Cette violence, qui me donne le frisson d’un rejet, ne m’inspire que de l’horreur. Contre Macron, qui a eu l’outrecuidance de nier la culture française, même s’il est revenu sur cette bévue (?), n’oublions jamais le magnifique patrimoine de la chanson française, si riche de multiples influences où l’immigration a parfois joué un rôle moteur. C’est pourquoi, sans tourner le dos aux compétitions, nous devons compter sur nos propres forces, nos propres critères pour éviter toute standardisation des formes. Terminer dernier d’une pareille épreuve ne me gêne pas, si c’est en sauvant mon âme.

Faut-il rappeler que l’universalité c’est parler-chanter de choses qui nous unissent, la condition humaine, l’amour, le pain, l’eau, la nature, sans mode d’emploi et encore moins sans la suppression des choix.

Guy Chapouillié

URL de cet article 38023
  

PALESTINE
Noam CHOMSKY, Ilan PAPPE
La question palestinienne est représentative de ce qui ne tourne pas rond dans le monde. Le rôle des États occidentaux et l’accord tacite de diverses institutions en font un cas très particulier de la politique actuelle. Les trois dernières offensives militaires d’envergure menées par Israël contre Gaza, entre 2008 et 2014, ont fait des milliers de morts du côté palestinien et donné lieu à de nouvelles expropriations de terres en Cisjordanie. Ces guerres de conquête israélienne ont ravivé, chez les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.