RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Fadi KASSEM

Macron/Philippe, le MEDEF et l’UE : les illuminés capitalistes au pouvoir !

Fadi KASSEM

Cynique ? Inhumain ? Abject ? Assurément ! Illuminé ? Bien davantage. « Illuminé » : « Personne dénuée d’esprit critique, qui soutient une doctrine avec une foi aveugle, un zèle fanatique ». Voici probablement l’un des mots les plus appropriés pour qualifier le Tartuffe de la République Macron, le gouvernement Philippe et ses ministres, les députés-godillots de LREM, mais aussi le MEDEF et l’oligarchie capitaliste ne jurant que par les vertus d’une « main invisible » introuvable et fantasmagorique, et bien entendu la prétendue « Union européenne », véritable secte animée par les dogmes libre-échangiste, ordo-libéral à la sauce ouest-allemande et monétariste. Ce sont tous ces dogmes qui, « triomphant » (pas pour le monde du travail en tout cas !) depuis 40 ans, sont aux sources de l’actuel désastre sanitaire qui frappe la France, le continent européen, et au-delà le monde entier.

Macron, le roi des illuminés Et le premier des illuminés se nomme Macron. Il l’avait déjà démontré lors de son élection au soir du 7 mai 2017, se prenant pour un « homme providentiel » entrant au Louvre tel un monarque absolu de droit divin. Il l’avait surtout clairement énoncé, regrettant « la mort du roi » quand il était ministre de l’Économie : « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. » Et de s’imaginer combler le vide durant l’été 2015 : « On a essayé ensuite de réinvestir ce vide, d’y placer d’autres figures : ce sont les moments napoléonien et gaulliste, notamment. Le reste du temps, la démocratie française ne remplit pas l’espace. »[1] Comme si d’ailleurs le « moment napoléonien » (relevons d’ailleurs qu’on ignore de quel moment il s’agit...) avait été un grand moment de « démocratie » pour les travailleurs... Illuminé, Macron l’est (...) Lire la suite »
20 

Grève générale et lutte des classes du 5 décembre 2019 : hantise et haine du Capital et de ses chiens et chiennes de garde !

Fadi KASSEM
La propagande fanatique des chiens et chiennes de garde Le désarroi ne cesse de progresser au sein des chien(ne)s de garde médiatique qui, tout imbibés d’idéologique euro-atlantiste, capitaliste et antisyndicale, ne savent plus que faire pour discréditer autant que possible le vaste mouvement de grève qui se prépare ce 5 décembre. Les dénigrements, lors des entretiens directs avec des politiques, syndicalistes, travailleurs, etc., ou au cours des émissions au sein desquelles les éditocrates « analysent » les raisons de la grève, se multiplient pour condamner la « grogne », le « corporatisme », les « régimes spéciaux », la « désinformation » – remarquons pourtant que la désinformation vient en réalité de la macronie (1) et bien entendu des grands médias eux-mêmes (2) –, la « prise d’otage des usagers », l’« atteinte à la liberté de circulation », les « blocages », les « violences » – qui, forcément, ne viennent que du camp des « protestataires »... Bien entendu, tout ceci est le résultat d’une « communication » qui (...) Lire la suite »

Lettre ouverte à Fabien Roussel : « Voir flotter ensemble le drapeau bleu blanc rouge de la France au côté du drapeau rouge du mouvement ouvrier » … et en finir avec celui de l’Union européenne !

Fadi KASSEM

Lettre ouverte du Pôle Renaissance communiste en France (PRCF) à l’adresse du PCF

Chers militants et camarades communistes du PCF, cher camarade Fabien Roussel, Le 3 septembre 2019, vous avez prononcé, camarade Roussel, un discours en conclusion du colloque Jean Jaurès à Toulouse à l’occasion du 160e anniversaire de la naissance de celui qui fut le leader de la SFIO et qui revendiquait sa proximité intellectuelle avec les principes du marxisme-léninisme. Dans ce discours, vous avez énoncé un certain nombre de phrases que nous, camarades militants du PRCF (et parfois encore au PCF), fortement attachés à l’héritage du grand PCF de Thorez et Duclos – avec ce souci constant de faire perdurer et vivre cet héritage quotidiennement et par-delà l’histoire –, approuvons, et en particulier le lien que vous établissez entre « le drapeau bleu blanc rouge de la France » et « le drapeau rouge du mouvement ouvrier ». Cette association des deux drapeaux, à laquelle nous associons également le couple de la Marseillaise et de l’Internationale (rappelons que la Marseillaise fut le premier hymne (...) Lire la suite »
22 

Changements cosmétiques pour vieilles recettes capitalistes : combattons le MEDEF et ses sbires !

Fadi KASSEM
Quand le MEDEF prend des accents altermondialistes... Mercredi 28 et jeudi 29 août, le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) a tenu son université d’été... ou plutôt sa première « Rencontre des entrepreneurs de France » (REF), sous l’impulsion de son nouveau président, Geoffroy Roux de Bézieux, désireux d’apparaître comme un rebelle irrévérencieux et moderne. Pour preuve : au revoir le campus de HEC de Jouy-en-Josas – où se succèdent chaque année des cohortes de futurs PDG, DRH et autres requins de la finance intégrant l’école de commerce – et bonjour... l’hippodrome de Longchamp (ne rêvons pas : la rencontre n’allait tout de même pas avoir lieu dans les déserts ruraux ou les communes populaires où se concentrent travailleurs, précaires, victimes du chômage et gilets jaunes !). Histoire certainement d’afficher une image de défenseur de l’environnement, comme le relève amusé L’Obs : « Nous sommes en plein poumon vert de Paris – la Tour Eiffel pointe le bout de son nez au-dessus des arbres du bois de Boulogne (...) Lire la suite »
Pacte de non-agression, et non une « alliance » comme cela est répété

Il y a 80 ans, le pacte germano-soviétique : un symbole de l’histoire détournée par les réactionnaires !

Fadi KASSEM
Les affabulations dogmatiques des anticommunistes primaires « Car comme c’est aussi ou peu s’en faut, le 80 ème anniversaire du « pacte germano-soviétique », véritable traité d’alliance avec le régime Hitlérien (qui va presque immédiatement entraîner, pour commencer, le dépeçage de la Pologne entre les deux prédateurs) il est bon de remettre en pleine lumière ce pacte et ses implications » : voici ce que l’on peut lire sur le blog de Marc Daniel Lévy sur le site de Médiapart [1] au sujet du pacte germano-soviétique signé le 23 août 1939 entre Molotov et Ribbentrop. Outre l’argumentation proche du néant – moins de 20 lignes se contentant d’accusations –, on retrouve des affabulations classiques dignes des plus farouches anticommunistes, que le titre de l’article (« 20 août 40 : c’est le grand allié de la Gestapo qui fait tuer Trotsky » !) illustre parfaitement. De fait, depuis la signature du pacte le 23 août 1939, les anticommunistes de tout poil chantent à tue-tête ce refrain d’une prétendue « alliance » entre (...) Lire la suite »
13 

1789 – 1989 – 2019 : pour sauver la Révolution, combattons la Réaction !

Fadi KASSEM
De la Révolution à la sauce réactionnaire... Le 14 juillet 1989, la France célébrait le bicentenaire de la prise de la Bastille dans une parade ayant fait grand bruit, mais aussi grincé des dents. Et pour cause : était alors véhiculée la vision « furetiste » de la Révolution française, transposée avec de grossiers mensonges et des contre-vérités historiques de tendance réactionnaire dans le film La Révolution française sorti la même année. En effet, après le Danton de Wajda sorti en 1983, Richard T. Heffron reprenait dans Les Années terribles (qui commencent curieusement une fois le roi évincé du pouvoir après la prise du palais des Tuileries par les Fédérés le 10 août 1792...) la légende urbaine d’un Robespierre tyran, sanguinaire, qui pratiquerait la Terreur à l’encontre de tout le monde, et notamment de l’héroïque et vertueux Danton – pourtant célèbre pour avoir été rémunéré par la Couronne, suivant en cela la ligne de son ancien ami Mirabeau – ou des malheureux Girondins, qui auraient été « modérés »[i]. De (...) Lire la suite »

Lettre ouverte au citoyen Mélenchon

Léon LANDINI, Georges GASTAUD, Antoine MANESSIS, Fadi KASSEM
« Cher citoyen Jean-Luc Mélenchon, Au nom du PRCF et en nos noms propres, nous vous renouvelons à titre politique et personnel notre solidarité militante et notre sympathie à l’occasion de l’agression politique, médiatique et pseudo-juridique que vous endurez présentement, ainsi que les militants de la France insoumise. Moins d’un an après l’élection sous influence de Macron, le premier commis de l’oligarchie est en graves difficultés, encore plus vite que ne l’ont été avant lui tous les proconsuls élyséens de l’UE supranationale. Sur fond de fascisation galopante de l’UE et de marche à la guerre atlantique contre la Russie, ce pouvoir socialement très minoritaire n’a d’autre ressource que d’aggraver la casse sociale et nationale de la France, donc de durcir l’État policier, de réprimer massivement les syndicalistes de lutte et de fliquer avec une brutalité redoublée tous ceux qui refusent de laisser dissoudre notre pays dans l’acide sulfurique de la « construction » européenne. Dans ces conditions, nous (...) Lire la suite »

Désastre écologique : quand le gouvernement dénonce… le capitalisme !

Fadi KASSEM
Un constat lucide sur les désastres causés par le capitalisme... « Le modèle économique sur lequel repose notre société, hé bien il ne fonctionne pas. Ce n’est pas qu’un constat » ; « Cette économie sur laquelle repose le système capitaliste comme aujourd’hui, on extrait toujours plus de ressources de la planète pour produire toujours plus de produits qui finalement finissent eux-mêmes généralement au fond d’un trou, et bien ce n’est plus le modèle économique qui convient. » Marx ? Lénine ? Un « illuminati » ? Un « complotiste » ? Vous n’y êtes pas : Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, invitée sur RTL le 1er août 2018 [1]. Difficile en effet de nier l’évidence, au moment où un nouveau (tragique) record est atteint au sujet de la date de dépassement de la consommation des ressources de la planète sur une année, date qui ne cesse d’intervenir plus tôt chaque année ; précisons au passage que pour la France, la date de cette année est le 29 mai (date ô combien (...) Lire la suite »
31 

Macron, La République En Miettes

Fadi KASSEM
« Le 12 juillet 2018, à 23h, la majorité de la République En Marche a fait adopter un amendement, en catimini, alors qu’il revient sur le principe fondamental de l’unité et de l’indivisibilité de la loi sur l’ensemble du territoire de la République. Il s’agit de modifier la dernière phrase de l’article 1 de la Constitution. Actuellement celle-ci affirme que « son organisation est décentralisée », avec cet amendement, elle dira : « Elle reconnaît la diversité de ses territoires par son organisation décentralisée. » Cette adoption augure de graves conséquences, car sous couvert de décentralisation, l’exposé des motifs indique clairement que cet ajout « cré[e] un droit à la différenciation » entre les territoires. Ce qui veut dire que la loi pourrait être différente selon le lieu où l’on se trouve ! A quand un code de la route par département ?! Voir le texte de l’amendement : http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0911/AN/2170.asp » Ce texte est signé Bastien Lachaudi, député France Insoumise, qui (...) Lire la suite »
23 

Non, Benoît Hamon n’est pas la gauche !

Fadi KASSEM
Le 13 mai 2018, Libération a publié un entretien avec le fondateur du mouvement Génération.s, Benoît Hamon, avec un titre pour le moins surprenant : « Nous sommes la gauche puisque tous les autres ne le sont pas »[i]. Et l’ancien candidat du Parti « socialiste » à l’élection présidentielle de vite cibler son principal rival : « A l’issue de la présidentielle, il y avait une personne qui se trouvait en situation de rassembler la gauche, qui par le suffrage universel avait la légitimité et l’autorité pour le faire. C’était Jean-Luc Mélenchon. Mais il a décliné cette responsabilité. Il me semble que parmi les dirigeants de son mouvement, ils sont une majorité à penser que la conquête du pouvoir ne passera pas par le rassemblement de la gauche mais par une stratégie populiste. » Ainsi, Benoît Hamon indique que la gauche serait représentée par... lui-même, au point de répondre de manière péremptoire à la question suivante : « Face à cette dualité entre Macron et Mélenchon, comment définissez-vous votre gauche ? » : « (...) Lire la suite »