RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Vladimir MARCIAC
Faibles ventes de cet hebdo pipi-caca-prout qui fut de gauche

Laure Daussy (de Charlie Hebdo) le « dingo » (du Grand Soir) et Mélenchon

Vladimir MARCIAC

Naguère, sans jamais bondir sur des désaccords de fond, Le Grand Soir laissait Charlie Hebdo vivre sa vie. Par exemple, Charlie Hebdo a soutenu toutes les guerres de l’OTAN depuis le dépeçage de la Yougoslavie. Après la mort de Wolinski, Charlie-Hebdo n’a jamais raté une occasion de publier des informations mensongères sur les pays d’Amérique latine que les Etats-Unis détestent (Cuba, le Venezuela, la Bolivie…). Le Grand Soir n’en fit pas un casus belli.

Cependant, en août 2012, avec un titre d’appel en « une », Charlie Hebdo publiait un réquisitoire contre deux administrateurs du Grand Soir, Viktor Dedaj et Maxime Vivas, qualifiés de nazis (rouges-bruns). Maxime Vivas a souvent raconté ici et ailleurs l’hallucinant dialogue téléphonique qu’il a eu avec Eric Simon, l’auteur de l’article diffamatoire, qui lui confia « Les anti-impérialistes me font gerber » » et « je pense le plus grand mal de Castro ». Alerté, Charb s’était démarqué publiquement (un peu mollement) des diffamations d’Eric Simon. Vivas racontait partout en riant les menaces puériles d’Eric Simon : « On mène une enquête sur Le Grand Soir. Sur toi, on n’a rien trouvé [il voulait dire « contre toi »], mais on cherche avec des journalistes de Charlie Hebdo, avec des journalistes d’autres journaux, y compris des journalistes étrangers ». Plus lents que l’IGPN, ces Rouletabille de pacotille cherchent toujours. Et voilà qu’un lecteur vigilant du Grand Soir nous signale que, s’immisçant dans la meute (...) Lire la suite »
27 

Les Chinois tirent-ils avantage de la fable des esclaves dans les champs de coton ?

Vladimir MARCIAC

Cnews illustre un article du 22 septembre 2020 sur la récolte du coton au Xinjiang par une photo prise le 23 octobre 2010.
Or, depuis, la cueillette est très mécanisée.

La fable des « 500 000 esclaves ouïghours dans les champs de coton » est incompréhensible si l’on ignore que l’ONU (FAO) prévoit une surproduction de coton dans les années à venir. Les Etats-Unis, grands exportateurs de coton, ont intérêt à éliminer un de leur concurrent. Ils lancent un bobard, nos médias, unanimes, le popularisent. Sous le hashtag « Je soutiens le coton du Xinjiang » sur le site chinois Weibo, on compte 850 millions de vues. La marque de sport nationale Lining, qui utilise les cotons du Xinjiang, y est désormais préférée par les Internautes aux marques étrangères associées à la campagne de fake news made in USA. Le marché boursier a réagi de manière spectaculaire. Le cours de l'action de Lining a augmenté de plus de 7%. Grace à nos médias et à quelques politiciens démagogues et ignares, la France travaille à perdre des marchés dans les pays où elle est aimée et où l’on peut se passer de nous et même… d’esclaves. Vladimir (...) Lire la suite »

habemus regem

Vladimir MARCIAC

Nous avons un roi.

Toute la presse nous l’annonce : le roi va décider, seul, car tel sera son bon plaisir, si dans les jours à venir, 67 millions de Français resteront reclus chez eux ou autorisés à sortir, et combien d’heures, et jusqu’à quelle heure, et dans un rayon de combien de kilomètres, et pour faire quoi.

Naguère, pour prendre des décisions qui touchent tous les Français, nous avions un système démocratique avec un parlement (députés et sénateurs). Le gouvernement gouvernait et, tous les mercredis, un porte-parole nous informait des décisions prises en Conseil des ministres. Si les mesures pouvaient être déclinées en fonction des lieux, nous avions des conseils régionaux, départementaux et des conseils municipaux. A présent, et sans que nous y prenions garde, le pouvoir de décision appartient à un homme. La confiscation du pouvoir par Macron est devenue si banale, que les médias nous l’annoncent ainsi : 20 Minutes : Coronavirus : Emmanuel Macron se donne de 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les contraintes Le Figaro : Covid-19 : Macron se donne « huit à dix jours » pour décider d'une évolution des restrictions Y ! : Coronavirus : Emmanuel Macron se donne "8 à 10 jours" avant de relâcher ou resserrer les contraintes Orange : Covid-19 : Macron se donne 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les (...) Lire la suite »
Soutenir les USA, OK, mais passer devant, non merci

Pourquoi l’armée française n’envahira pas le Xinjiang

Vladimir MARCIAC
Quelques croquis valent mieux qu’un discours Nos mappemondes nous laissent croire que la France est le centre du monde. Les mappemondes chinoises nous poussent à plus de modestie. La France est ce que vous voyez ci-dessous (approchez-vous). La communauté internationale n’a jamais condamné la Chine pour son prétendu génocide au Xinjiang. Le dernier vote de l’ONU (octobre 2020), voulu par le clan occidental à la remorque des USA a donné 39 voix antichinoises (sur 193 pays). Il y en avait 22 en juillet 2019. La progression est lentounette. Et le contenu du texte de mise en cause de la Chine est dix bémols en dessous du vacarme hystérique de nos médias : viols, stérilisations, tortures, disparitions, prélèvements d'organes, démolitions des mosquées, jambon et alcool obligatoires, prières interdites, génocide... autant de billevesées qui ne tiennent que par le ciment des répétitions, l'absence de vérifications, faux témoignages, photos et vidéos truquées, images satellite fantaisistes, la CIA au (...) Lire la suite »
13 
Ouverture à Paris d’un EHPAD politique

Le poignard de Le Pen, Engels contre Joffrin

Vladimir MARCIAC

(Je reprends ici quelques extraits d’un article publié sur legrandsoir.info en septembre 2017).

A 25 ans, Laurent Joffrin passait des vacances avec Jean-Marie Le Pen.
Il s’en défendit (assez mal) dans l’Obs :

« J’ai rencontré deux ou trois fois Jean-Marie Le Pen dans les années 70, dont une fois en vacances, quand il était un personnage plutôt marginal. J’étais jeune journaliste, tout m’intéressait. C’est un métier où l’on rencontre toutes sortes de gens. J’ai ainsi parlé, dans ma carrière, avec des terroristes, des braqueurs, des apparatchiks staliniens en Pologne ou en Chine, un trafiquant de drogue au Mexique. J’ai aussi parlé avec Jean-Marie Le Pen. Cela n’impliquait aucune sympathie pour ses idées, que j’ai toujours détestées. Et pour cause : je suis entré au PS en 1971 pour en sortir quand je suis devenu journaliste, huit ans plus tard… ». Le problème, petit malin, c’est que vous n’avez pas « rencontré deux ou trois fois » Le Pen, c’est que vous avez passé des vacances avec lui. Peinards, à la fraîche, décontractés du torse. Avez-vous fait ça aussi avec des terroristes, des braqueurs, des apparatchiks des trafiquants de drogue ? Non, non, juste avec Le Pen qui fonda le FN et y regroupa une brochette d’anciens de (...) Lire la suite »
12 
Macron demande des comptes à la Chine, les Français demandent des comptes à Macron

Résumé du match franco-chinois au stade du Covid-19.

Vladimir MARCIAC

Si vous êtes bien enfumés par les médias, vous savez que la Chine est coupable d’un retard dans sa réaction à la pandémie.
Nous, on a été parfaits ! Par-faits !
Mais il se pourrait bien que ce soit le contraire.
Voyons cela en quelques dates.

Le 30 décembre 2019, sur la messagerie chinoise WeChat, Li Wenliang, médecin ophtalmologue de 34 ans, alerte en privé un groupe d’anciens étudiants amis du risque d’apparition d’un virus, proche du SRAS, dont sont atteints plusieurs patients de l’hôpital de Wuhan. Il affirme qu’il s’agit d'infections dues à un coronavirus. Les coronavirus sont une famille regroupant de nombreux virus qui touchent plusieurs espèces animales. Certains de ces virus peuvent également atteindre l’Homme. Le 31 décembre 2019, la Commission de la santé municipale de Wuhan publie sur son site Web un exposé sur l'épidémie de pneumonie dans la ville, confirmant 27 cas et disant au public de ne pas se rendre dans des lieux publics fermés ou de se rassembler. Elle suggère de porter des masques pour sortir. Le 1er janvier, Li Wenliang et sept autres médecins sont interpellés et visés par une enquête pour avoir « répandu des rumeurs ». Li Wenliang est contraint de signer un procès-verbal reconnaissant qu'il « perturbe l'ordre social » (...) Lire la suite »
Un mal qui menace toute l’humanité.

Les Chinois et le nouveau coronavirus (2019-nCoV)

Vladimir MARCIAC

Rappel avant d’effrayer et de donner des leçons :
Selon, l’Institut Pasteur entre 10 000 et 15 000 personnes meurent chaque année de la grippe en France.

Au mois d’août 2003, la France a subi une canicule qui va faire 15 000 morts. Le président Chirac, en vacances au Canada, tarda à rentrer. Le ministre de la santé, Jean-François Mattéi, en vacances dans le Var, accorda depuis sa résidence à la télévision une interview rassurante « en tenue décontractée » (polo).

Lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014 – considérée comme une urgence maximale contre un virus d’un taux de mortalité de 90% – le CDC américain ( Center for Disease Control and Prevention) n’a pas mis moins de deux mois pour obtenir le premier échantillon prélevé sur un patient et identifier la séquence génomique complète. Le CDC a mis plus d’un mois et demi pour mettre au point des kits d’identification lors de la grippe porcine aux États-Unis en 2009 (virus H1N1) [passage supprimé car les chiffres n'étaient pas fiables. Voir plutôt ceux que donne Bruno Guigue dans l'article "Le virus chinois et les autres…"LGS]. Le 20 janvier 2020, 15 travailleurs médicaux à Wuhan ont été confirmés atteints et un autre suspecté d'avoir contracté une pneumonie causée par le nouveau coronavirus. L'un de ces 16 patients est dans un état critique et les autres sont dans un état stable. Selon la commission de la santé municipale de Wuhan, tous sont traités isolément. La réponse de la Chine a été fulgurante. Les (...) Lire la suite »
39 
Le Venezuela entre au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Appuyé par 105 pays, Maduro choque gravement Le Monde

Vladimir MARCIAC

Vous n’êtes pas de l’espèce des poissons rouges qui auraient oublié que Maduro était condamné naguère par la « communauté internationale » ?

Celle-ci reconnaissait, nous disait-on, le putschiste Juan Guaido comme le président légitime du Venezuela. Vous ne pouvez pas l’avoir oublié car les médias l’ont martelé. Même Manon Aubry, chef de file de LFI aux européennes en fut un instant ébranlée. En vérité (mais ça, vous pouviez l’ignorer si vous ne nous lisiez pas) pour l’Assemblée générale des Nations unies, Nicolas Maduro a toujours été le président légitime du Venezuela. Dans un article que LGS a publié en mars 2019, on lisait : « Si on prend la communauté internationale dans son ensemble, des pays comme la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud ou l’Union africaine lui ont envoyé [à Maduro] un message de sympathie. Sur 194 pays qui composent l’assemblée générale de l’ONU, il n’y en a qu’une quarantaine qui a reconnu Guaido ». Et voici qu’en octobre 2019, le Venezuela entre au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. « C’est un choc », geint le Monde, KO debout : « Malgré les critiques d’ONG et de pays latino-américains, le Venezuela a obtenu avec (...) Lire la suite »

Gilets Jaunes : vers une mortelle sclérose ?

Vladimir MARCIAC

Recadrons : il est faux de dire que les GJ ont obtenu plus en quelques mois que les syndicats en 10 ans (1). Il faudrait comparer point par point.

Dans la masse d’une série de défaites subies par les organisations politiques et syndicales, on verra que des choses ont été obtenues, d’autres préservées. Et si l’on voulait polémiquer, on dirait aux figures des GJ : « Où étiez-vous ? ». Par sa durée, le mouvement des GJ bat tous les records, mais par la puissance, par le nombre, par la contre-violence, par les résultats obtenus pour les sans-dents, mai 68 reste inégalé. Et surtout, mai 68 se caractérisa par une politisation intense des manifestants. Les noms des penseurs qui, au fil des siècles, ont éclairé et guidé les combats des masses en colère étaient dans toutes les bouches. Mai 68 fut un mouvement ouvert aux idées, aux organisations. Les noms de Marx, de Lénine, de Jaurès, de Louise Michel, de Trotski, de Sartre, de Simone de Beauvoir et de Marcuse étaient à l’honneur. Ceux qui en entendaient parler pour la première fois ne crachaient pas dessus du haut de leur ignorance par crainte de « récupération ». La vérité est que les GJ ont bénéficié, dès le (...) Lire la suite »
10 
« En principe », Fabien Roussel est le nouveau secrétaire national

Y a-t-il un pilote dans l’avion PCF ?

Vladimir MARCIAC

Lors du dernier congrès du PCF en novembre 2018 à Ivry-sur-Seine, le sénateur de Paris, Pierre Laurent, a dû céder son fauteuil de secrétaire national à Fabien Roussel, député du Nord.

En même temps qu’un nécessaire renouvellement d’homme (Pierre Laurent a dirigé le PCF pendant 10 ans) il s’agissait aussi pour les congressistes de donner un coup de barre à gauche. Et c’est ainsi que la motion présentée au vote des militants par Fabien Roussel l’a emporté sur celle du secrétaire national en place. Fabien Roussel, enfant du pays minier (il est né à Béthune), ancré sur des positions de classe, est apparu aux communistes comme l’homme qui pouvait donner au PCF un visage dynamique, attractif. A 49 ans (contre 61 à Pierre Laurent) il a l’énergie et l’enthousiasme qui peut (ou pouvait) redonner à son parti une nouvelle jeunesse et un nouveau départ. Mais Fabien Roussel se heurte d’emblée à deux obstacles : 1- Les médias qu’il connait bien (il a été journaliste) pratiquent à son encontre un boycott redoutable. On ne le voit pas. Ni ne l’entend. Il a été écarté du débat du 20 mars sur BFMTV où étaient conviés François Bayrou (MoDem), Olivier Faure (PS), Stanislas Guerini (LaREM), Marine Le Pen (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70