RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Vladimir MARCIAC
La France au Forum de Doha : 80, 80, 80, 80, 80 chasseurs (de primes ?)

L’émir avait fait les choses comme il faut......

Vladimir MARCIAC

REPRISE D’UN ARTICLE DU 24 MAI 2013.

Quatre-vingts Français ont participé au dernier forum de Doha (Qatar) dans la troisième semaine de mai 2013. Les Britanniques étaient vingt-quatre. Les Américains, quarante-sept.

Parmi nos compatriotes, Enrico Macias, Michelle Alliot-Marie, Pascal Boniface, François Fillon, l’ancien préfet Daniel Canépa, le patron de Skyrock, Pierre Bellanger, Patrick Balkany, Eric Woerth, les députés de droite Patrick Ollier, Pierre Lellouche, Alain Marsaud, Maurice Leroy et Patrice Martin-Lalande. Pour les Solfériniens ou solférino-compatibles : Jean-Vincent Placé, Malek Boutih, Chantal Guittet, Jean-Luc Drapeau, Hubert Védrine, et d’autres dont nous brûlons de découvrir le nom. Sylvie Andrieux et Jérôme Cahuzac étaient restés en France (ils craignent la lumière). « Ici, les discussions sont généralement très riches, elles réunissent des gens de très haut niveau », jure Pascal Boniface, contredit par Chantal Guittet, députée. A l’issue d’une visite organisée du souk, elle est dans ses petites babouches : « Je pensais qu’on allait nous demander de participer à des tables rondes. En fait, on fait surtout du tourisme (…) On pouvait même venir avec nos conjoints ! » Si autant de Français étaient (...) Lire la suite »

Coquerel ou l’affaire Sophie Tissier en quelques mots

Vladimir MARCIAC

Le 30 mai 2013, profitant, dit-elle, de la présence de Jean-Luc Mélenchon à Touche pas à Mon Poste de Cyril Hanouna, Sophie Tissier fait interruption sur le plateau pour protester contre une baisse de salaire.

Mélenchon soutient aussitôt cette intermittente du spectacle, tandis que les chroniqueurs de l'émission se moquent d'elle et rient à gorge déployée ( à 18mn40). Hanouna la couvre de « ma chérie », « mon amour » l'embrasse, l'enlace. En direct. Elle rit. C'est le chef et elle a une requête à faire. La suite ? Elle sera virée de D8. Et Hanouna devient injoignable pour elle. 12 juin 2022, candidate à Paris aux législatives sous les étiquettes « CRIC » (Pour une République de l'Intelligence Collective en 2022) et « Union Citoyenne Pour la Liberté des législatives » (présente dans 3 départements !) elle obtient 0,45 % des voix, contre 42,6% pour Rodrigo Arenas (France Insoumise, NUPES) qui sera élu au second tour avec 54,43% à la place de la député sortante macroniste. Le 30 juin 2022, le ciel tombe sur la tête de Macron et de tous ceux qui ne sont pas fans du contrôle des comptes de la nation et éventuellement des contrôles fiscaux : Eric Coquerel est élu président de la Commission des finances. Le 3 juillet 2022 (...) Lire la suite »
26 
Maxime Vivas, Aymeric Monville et Jean-Pierre Page présentent...

...LES DIVAGATIONS DES ANTICHINOIS EN FRANCE

Vladimir MARCIAC

POUR CEUX QUI SE SONT TROMPÉS DE GUERRE MONDIALE... OU PRESQUE

C’est tout eux. Ils sortent un bouquin pour qu’on arrête la Troisième Guerre mondiale qui se prépare en mer de Chine et voilà que ça se passe ailleurs. Mais qu’à cela ne tienne : pour que nous soyons tous prêts pour la quatrième, lisez : Les divagations des antichinois en France.

C'est aux toujours très pertinentes éditions Delga . Et puis, vous ne serez pas dépaysés : de la mer Noire à la mer de Chine, il y a toujours les Ricains qui sauvent le monde libre. Qu'on vous explique : un volumineux rapport (654 pages), diffusé en octobre 2021 par l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, qui compte cinquante « chercheurs » et un relais de l’OTAN, officier supérieur de l’armée des États-Unis) alerte sur les « machiavéliennes » opérations de la Chine et sur ses complices français, nommément dénoncés selon la méthode de McCarthy. Le Grand Soir y avait consacré quelques articles, mais ici il a été décidé d'y consacrer un véritable contre-rapport. Parmi les auteurs, le vrai méchant dans le livre, l’ennemi public n° 1, ce n’est pas Anne-Laure Bonnel pour le coup, mais le journaliste Maxime Vivas. Qui donne sa version du Tibet et du Xinjiang, tout simplement parce qu’il y est allé. Dans le genre génie du mal, il doit avoir un talent inégalé car dans ce rapport 2021, il s’était (...) Lire la suite »
26 
Il est temps que la France se souvienne qu’elle émerveilla le monde

10 Avril 2022 : voter Mélenchon (sans l’épouser) ou s’apprêter à « cracher du sang »

Vladimir MARCIAC

C’est parce que « le lecteur ne relit jamais le journal de la veille » que les médias dépravés redeviennent vierges à chaque lever du soleil.

C’est pour ça que Le Monde peut inventer son Décodex (1), une arme qui le tuerait si elle le visait. Voir (en 40 secondes de lecture) : C’est parce qu’on ne les relit pas que les médias peuvent fustiger les médias qui ont naguère enfumé leurs lecteurs, sans insister sur le fait qu’ils en étaient et que leur rappel de la déontologie nous les fait vertueux quand ils sont en vérité vicieux. C’est parce que ne sont pas affichés les noms de qui les paie hors des médias, que les experts, politologues, sinologues, russophobes, analystes, économistes, virologues, sondeurs, tous vêtus de probité candide et de lin blanc, peuvent disserter dans la presse écrite, les radios, les télés, en paraissant crédibles. C’est parce que les truqueurs sondagiers ne rappellent jamais leurs traficotages, c’est parce qu’ils gomment leurs partis pris, confessent après coup en les justifiant quelques « erreurs » (mensonges ?) qu’ils gardent encore une crédibilité dont le déclin est loin d’être suffisant et loin d’être assez rapide (...) Lire la suite »
140 
Temps de lecture : 40 secondes (et ça suffit)

Rions en lisant l’Immonde

Vladimir MARCIAC
Ce quotidien du soir « de référence » a inventé le DECODEX outil d’inquisition moyenâgeux où l’on peut lire : « Le Grand Soir. Un site peu fiable qui relaie les théories conspirationnistes . Ce site diffuse régulièrement des fausses informations ou des articles trompeurs. Restez vigilants ou cherchez d’autres sources plus fiables. Si possible, remontez à l’origine de l’information » Le Monde n’est pas « éligible » aux sentences du DECODEX. Dommage, comme on peut le déplorer en quatre images. Rien à ajouter, sauf : faites circuler SVP. Vladimir MARCIAC Lire la suite »
33 
Faibles ventes de cet hebdo pipi-caca-prout qui fut de gauche

Laure Daussy (de Charlie Hebdo) le « dingo » (du Grand Soir) et Mélenchon

Vladimir MARCIAC

Naguère, sans jamais bondir sur des désaccords de fond, Le Grand Soir laissait Charlie Hebdo vivre sa vie. Par exemple, Charlie Hebdo a soutenu toutes les guerres de l’OTAN depuis le dépeçage de la Yougoslavie. Après la mort de Wolinski, Charlie-Hebdo n’a jamais raté une occasion de publier des informations mensongères sur les pays d’Amérique latine que les Etats-Unis détestent (Cuba, le Venezuela, la Bolivie…). Le Grand Soir n’en fit pas un casus belli.

Cependant, en août 2012, avec un titre d’appel en « une », Charlie Hebdo publiait un réquisitoire contre deux administrateurs du Grand Soir, Viktor Dedaj et Maxime Vivas, qualifiés de nazis (rouges-bruns). Maxime Vivas a souvent raconté ici et ailleurs l’hallucinant dialogue téléphonique qu’il a eu avec Eric Simon, l’auteur de l’article diffamatoire, qui lui confia « Les anti-impérialistes me font gerber » » et « je pense le plus grand mal de Castro ». Alerté, Charb s’était démarqué publiquement (un peu mollement) des diffamations d’Eric Simon. Vivas racontait partout en riant les menaces puériles d’Eric Simon : « On mène une enquête sur Le Grand Soir. Sur toi, on n’a rien trouvé [il voulait dire « contre toi »], mais on cherche avec des journalistes de Charlie Hebdo, avec des journalistes d’autres journaux, y compris des journalistes étrangers ». Plus lents que l’IGPN, ces Rouletabille de pacotille cherchent toujours. Et voilà qu’un lecteur vigilant du Grand Soir nous signale que, s’immisçant dans la meute (...) Lire la suite »
29 

Les Chinois tirent-ils avantage de la fable des esclaves dans les champs de coton ?

Vladimir MARCIAC

Cnews illustre un article du 22 septembre 2020 sur la récolte du coton au Xinjiang par une photo prise le 23 octobre 2010.
Or, depuis, la cueillette est très mécanisée.

La fable des « 500 000 esclaves ouïghours dans les champs de coton » est incompréhensible si l’on ignore que l’ONU (FAO) prévoit une surproduction de coton dans les années à venir. Les Etats-Unis, grands exportateurs de coton, ont intérêt à éliminer un de leur concurrent. Ils lancent un bobard, nos médias, unanimes, le popularisent. Sous le hashtag « Je soutiens le coton du Xinjiang » sur le site chinois Weibo, on compte 850 millions de vues. La marque de sport nationale Lining, qui utilise les cotons du Xinjiang, y est désormais préférée par les Internautes aux marques étrangères associées à la campagne de fake news made in USA. Le marché boursier a réagi de manière spectaculaire. Le cours de l'action de Lining a augmenté de plus de 7%. Grace à nos médias et à quelques politiciens démagogues et ignares, la France travaille à perdre des marchés dans les pays où elle est aimée et où l’on peut se passer de nous et même… d’esclaves. Vladimir (...) Lire la suite »

habemus regem

Vladimir MARCIAC

Nous avons un roi.

Toute la presse nous l’annonce : le roi va décider, seul, car tel sera son bon plaisir, si dans les jours à venir, 67 millions de Français resteront reclus chez eux ou autorisés à sortir, et combien d’heures, et jusqu’à quelle heure, et dans un rayon de combien de kilomètres, et pour faire quoi.

Naguère, pour prendre des décisions qui touchent tous les Français, nous avions un système démocratique avec un parlement (députés et sénateurs). Le gouvernement gouvernait et, tous les mercredis, un porte-parole nous informait des décisions prises en Conseil des ministres. Si les mesures pouvaient être déclinées en fonction des lieux, nous avions des conseils régionaux, départementaux et des conseils municipaux. A présent, et sans que nous y prenions garde, le pouvoir de décision appartient à un homme. La confiscation du pouvoir par Macron est devenue si banale, que les médias nous l’annoncent ainsi : 20 Minutes : Coronavirus : Emmanuel Macron se donne de 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les contraintes Le Figaro : Covid-19 : Macron se donne « huit à dix jours » pour décider d'une évolution des restrictions Y ! : Coronavirus : Emmanuel Macron se donne "8 à 10 jours" avant de relâcher ou resserrer les contraintes Orange : Covid-19 : Macron se donne 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les (...) Lire la suite »
Soutenir les USA, OK, mais passer devant, non merci

Pourquoi l’armée française n’envahira pas le Xinjiang

Vladimir MARCIAC
Quelques croquis valent mieux qu’un discours Nos mappemondes nous laissent croire que la France est le centre du monde. Les mappemondes chinoises nous poussent à plus de modestie. La France est ce que vous voyez ci-dessous (approchez-vous). La communauté internationale n’a jamais condamné la Chine pour son prétendu génocide au Xinjiang. Le dernier vote de l’ONU (octobre 2020), voulu par le clan occidental à la remorque des USA a donné 39 voix antichinoises (sur 193 pays). Il y en avait 22 en juillet 2019. La progression est lentounette. Et le contenu du texte de mise en cause de la Chine est dix bémols en dessous du vacarme hystérique de nos médias : viols, stérilisations, tortures, disparitions, prélèvements d'organes, démolitions des mosquées, jambon et alcool obligatoires, prières interdites, génocide... autant de billevesées qui ne tiennent que par le ciment des répétitions, l'absence de vérifications, faux témoignages, photos et vidéos truquées, images satellite fantaisistes, la CIA au (...) Lire la suite »
13 
Ouverture à Paris d’un EHPAD politique

Le poignard de Le Pen, Engels contre Joffrin

Vladimir MARCIAC

(Je reprends ici quelques extraits d’un article publié sur legrandsoir.info en septembre 2017).

A 25 ans, Laurent Joffrin passait des vacances avec Jean-Marie Le Pen.
Il s’en défendit (assez mal) dans l’Obs :

« J’ai rencontré deux ou trois fois Jean-Marie Le Pen dans les années 70, dont une fois en vacances, quand il était un personnage plutôt marginal. J’étais jeune journaliste, tout m’intéressait. C’est un métier où l’on rencontre toutes sortes de gens. J’ai ainsi parlé, dans ma carrière, avec des terroristes, des braqueurs, des apparatchiks staliniens en Pologne ou en Chine, un trafiquant de drogue au Mexique. J’ai aussi parlé avec Jean-Marie Le Pen. Cela n’impliquait aucune sympathie pour ses idées, que j’ai toujours détestées. Et pour cause : je suis entré au PS en 1971 pour en sortir quand je suis devenu journaliste, huit ans plus tard… ». Le problème, petit malin, c’est que vous n’avez pas « rencontré deux ou trois fois » Le Pen, c’est que vous avez passé des vacances avec lui. Peinards, à la fraîche, décontractés du torse. Avez-vous fait ça aussi avec des terroristes, des braqueurs, des apparatchiks des trafiquants de drogue ? Non, non, juste avec Le Pen qui fonda le FN et y regroupa une brochette d’anciens de (...) Lire la suite »
12 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80