RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 

« La face cachée du dalaï-lama »

Ce livre est une enquête sur le bouddhisme du dalaï-lama au Tibet et hors du Tibet. Hier, théocratie esclavagiste d’une incroyable cruauté où l’analphabétisme était institutionnalisé, la misère généralisée et l’espérance de vie inférieure à 40 ans, le Tibet sans dalaï-lama a rejoint le niveau des autres régions chinoises.

Mais « Sa Sainteté » à robe safran et au sourire bienveillant reste nostalgique de ce temps passé où les serfs indociles (« des animaux parlant ») étaient énucléés et amputés dans « le pays le plus heureux qui soit » (sic). Depuis son exil indien à Dharamsala, croulant sous les éloges dévots de la classe politique et médiatique occidentale, le despote gère une des quatre branches du bouddhisme tibétain en couvrant par un silence complice les actes avérés de viols et de pédophilie dans les temples et monastères.

Au retour d’un reportage au Tibet en 2010 en compagnie de deux grands-reporters de la presse quotidienne (Le Monde, Le Figaro) Maxime Vivas (1) a écrit « Dalaï-lama pas si zen » (Editions Max Milo) dont le présent ouvrage est une version enrichie. En particulier, les scandales avérés d’agressions sexuelles, viols, pédophilie dans la branche dalaï-lamiste du bouddhisme font l’objet de nouveaux chapitres, méticuleusement étayés.

Tout le livre a été actualisé et agrémenté d’informations et anecdotes inédites. Par exemple celle où l’auteur raconte comment, sur intervention des dalaï-lamistes, il a été expulsé d’un plateau de FR3. Par exemple, il donne au dollar près les sommes versées (en 2021, derniers chiffres connus) à des organisations tibetaines par la National Endowment for democracy (NED) officine écran de la CIA.

L’auteur donne aussi, avec leur accord, des extraits des articles publiés à leur retour du Tibet par Renaud Girard dans le Figaro et Rémy Ourdan dans Le Monde. Surprise, pas plus que Maxime Vivas, ils n’ont voulu corroborer les fake news sur le Tibet martyr, la religion opprimée, la langue interdite, la culture éradiquée, les femmes stérilisées (2).

La principale nouveauté de ce livre est dans les chapitres XIV, XV et XVI où l’auteur, preuves à l’appui, révèle que le dalaï-lama et son interprète, Matthieu Ricard (fils de feu le philosophe Jean-François Revel) protègent les agresseurs sexuels bouddhistes depuis des décennies.

L’auteur déplore que les maîtres bouddhistes violeurs et pédophiles, rompus à la pratique de « L’éveil spirituel par le viol », dès lors que les faits sont avérés et avoués, ne soient pas traduits en justice pour non dénonciation de crimes. La loi les y oblige. Maxime Vivas rapporte des cas précis de viols, il dévoile les méthodes, les manipulations, il livre les noms de violeurs, il déplore que le dalaï-lama, dans une réunion filmée, ait promis de signer un courrier pour que cessent ces pratiques dans les temples et les monastères et ait finalement choisi de n’en rien faire.

Suce-moi la langue
L’auteur écrit : « Les agressions sexuelles commises par des maîtres bouddhistes qui ont sur les victimes une autorité conférée par leurs fonctions étant impunies, pourquoi le big boss se gênerait-il ? D’où une tentative publique du dalaï-lama d’un attouchement lingual sur un enfant. En effet, une vidéo tournée le 28 février 2023 près de Dharamsala montre le dalaï-lama qui sort sa langue et demande à un enfant de la sucer. Devant l’indignation mondiale suscitée par ce geste, les dalaï-lamistes ont fouillé les mœurs tibétaines et ont trouvé un piètre argument qui prétend absoudre l’invite du gourou à un enfant. Selon eux, il existe un salut tibétain où la langue intervient. « Tirer la langue pour se dire bonjour est traditionnellement un signe de respect dans la culture tibétaine ».

Personnellement, ironise l’auteur, « je n’ai jamais vu au Tibet des Tibétains se dire bonjour en se tirant la langue, mais au demeurant, ce n’est pas cela qui est reproché au dalaï-lama. Le monde entier ne se serait pas ému si le chef bouddhiste avait simplement tiré la langue. Albert Einstein l’a fait avant lui et la photo, célèbre, l’a rendu sympathique, mais le savant n’a jamais demandé à un enfant un suçage public en marque de respect. Au demeurant, nul n’a jamais vu le dalaï-lama tirer la langue aux chefs d’État qu’il rencontre et leur demander de la sucer. On suppose qu’il n’est pas pour autant irrespectueux à leur égard. Il savait, tout le monde sait, que la mise en contact de deux langues est un geste sexuel fort. Souvent un prélude. Mais, comme il advient aux puissants, aux idoles, le dalaï-lama a eu le sentiment d’être intouchable, ce qui n’était pas idiot puisque, jusqu’à présent, il l’était, quoi qu’il fît  ». Et il le reste.

Et l’auteur de conclure sur ce point :  « Il serait temps que les associations féministes et celles qui se préoccupent de la maltraitance des enfants fassent comparaître les prédateurs sexuels bouddhistes et leurs complices devant les tribunaux. Le monde en sera meilleur ».

Vladimir MARCIAC

Découpé en XVI chapitres, le livre compte 176 pages . Il est édité par Max Milo et on le trouve en librairie depuis le 31 octobre 2023.

Notes
(1) : Maxime Vivas est romancier (prix Roger Vailland 1997), essayiste et administrateur du site Le Grand Soir ( https://www.legrandsoir.info/). Il est traduit en treize langues (dont l’espéranto) et publié dans de nombreux pays, dont la Chine et les Etats-Unis.

(2) C’est exactement ce que subissent les Ouïghours, si l’on en croit le campagne mondiale contre le Xinjiang. Parfois, les menteurs radotent

URL de cet article 39068
  

Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.