RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Conflit ukrainien : genèse

Oleg NESTERENKO

Les membres de la communauté occidentale sont tout à fait à l’aise pour se rallier aux récits de l’OTAN sur les causes du conflit armé en Ukraine et ne se mettent pas dans l’embarras de douter et de tester les postulats qui dominent l’opinion publique. Pourtant, sortir de cette zone de confort intellectuelle – qui n’est en fait, psychologiquement, qu’une zone d’angoisse – est un exercice important pour tous ceux qui prônent la recherche de la vérité, qui peut souvent différer sensiblement des récits établis par les principaux protagonistes sur la question. Dans cette analyse, je n’aborderai pas tous les éléments historiques de chacune des parties en conflit qui sont clairement importants et qui ont conduit à la confrontation dans laquelle le monde se trouve aujourd’hui, mais je souhaite mettre en évidence le rôle réellement dominant, dissimulé à l’œil nu, de l’acteur clé de ce conflit : les États-Unis d’Amérique.

L’histoire nous montre qu’en dépit des apparences, aucune guerre du passé n’a jamais eu une cause unique. Au cœur de tout conflit majeur, il y a sans aucun doute un projet, fait de causes multiples et de sous-objectifs à atteindre dans le cadre d’un grand but ultime, souvent bien au-delà de la guerre elle-même. Les éléments déclencheurs mis en avant par les parties en conflit ne sont que le reflet d’un aboutissement, la pointe d’un iceberg de divisions profondes qui non seulement ne peuvent plus être résolues diplomatiquement, mais souvent le contraire : une solution diplomatique serait un obstacle à la réalisation d’objectifs prédéterminés et soigneusement dissimulés. Instaurer la démocratie Fondamentalement, les États-Unis d’Amérique et accessoirement, le reste de la communauté occidentale, soutiennent que le but des conflits armés qu’ils ont impulsés de par le monde est d’établir des régimes d’État de droit, de libertés individuelles et collectives et d’apporter la lumière de la démocratie dans les (...) Lire la suite »
18 
Faut-il préparer les populations européennes à un engagement des contingents ?

Ukraine : de la guerre en Europe à la guerre européenne

EVARISTE (Respublica)

Signe des temps, la semaine dernière, « l’Horloge de l’apocalypse » a marqué une nouvelle heure : 23 h 58 mn 30 sec, soit 90 secondes avant minuit… qui marque « la fin du monde » ! Bien sûr, c’est une vue de l’esprit, un symbole créé en 1945 par Albert Einstein et certains des principaux savants du programme Manhattan qui produisit les bombes d’Hiroshima et Nagasaki. Cette horloge spectaculaire existe tout simplement pour alerter l’humanité sur les dangers de guerre nucléaire.

Or cette année, le comité d’experts, comprenant treize prix Nobel, considère que la situation est plus grave que jamais, particulièrement du fait de la guerre en Europe. « Nous vivons à une époque de danger sans précédent, et l’horloge de l’apocalypse représente cette réalité », a expliqué Rachel Bronson, présidente du Bulletin of the Atomic Scientists. Avancer l’horaire « est une décision que nos experts ne prennent pas à la légère. Le gouvernement américain, ses alliés de l’Otan et l’Ukraine ont à leur disposition une multitude de canaux de dialogue ; nous exhortons les dirigeants à faire leur maximum pour les examiner tous afin de reculer l’horloge », a-t-elle ajouté(1). Exceptionnellement, le communiqué de presse du Bulletin a été publié en trois langues, anglaise, ukrainienne et russe. Mais pour le moment, les dirigeants politiques russes, ukrainiens, français, européens ou américains considèrent cette exhortation comme hors de propos. Et que dire des responsables politiques de gauche sur le continent, partagés (...) Lire la suite »
Protégé par la CIA, amnistié par nos médias, l’idole statufiée de Kiev

Bandera, nazi d’Ukraine et champion de l’Occident.

Annie LACROIX-RIZ

Stepan Bandera nazi ukrainien, combattant avec Hitler et exécuteur en masse de dizaines de milliers de juifs et de résistants communistes, devient chaque jour un peu plus le héros des "démocrates" de l'Occident. Quand elle ne l'oublie, la presse trafique son histoire, transformant le bourreau en nationaliste glorieux ; d'ailleurs en1945 ne fût-il pas un agent Américain ? Ce qui démontre qu'un paradis existe pour les nazis.

La guerre d’Ukraine a été lancée par la Russie après huit ans d’agression ukraino-occidentale (2014-2022) contre les russophones de l’Est ukrainien. Leurs 14 000 morts, en majorité des civils, avaient intéressé nos grands médias aussi peu que ceux d’Irak, de Serbie, d’Afghanistan et de Syrie, attaqués, depuis 1991, par les États-Unis en quête mondiale de contrôle pétrolier et gazier et autres matières premières, sous couvert de l’OTAN soumis à commandement unique américain depuis sa fondation (1950). La coalition occidentale, qui a d’emblée ridiculisé l’objectif officiel russe de « dénazification » annoncé en février 2022 – conforme aux « principes politiques » inscrits dans le Protocole de la Conférence de Potsdam (1er août 1945) , affirme agir contre la Russie au nom de la « démocratie » (nouveau nom du « Monde libre » de l’époque soviétique) . La guerre se prolongeant, l’« Occident » fait évoluer le concept de « démocratie » et « couvre » la vénération de l’État ukrainien « allié » pour ses criminels de guerre et (...) Lire la suite »
20 

La bataille contre la réforme des retraites. Episode 1 : un peuple se (re)lève

V

Jeudi 19 janvier, plus deux millions de personnes ont participé à la large mobilisation contre la réforme des retraites. De mémoire de manifestants, c'est la première fois depuis de longues années qu'une première journée de lutte rassemble autant de monde.

D'aucuns auraient pu avoir l'impression que le mouvement social et le peuple français étaient lassés. Lassés des précédents combats perdus, lassés de l'inflation et de la vie chère, lassés des lendemains qui déchantent. Mais ce jeudi 19 janvier, plus de deux millions de personnes sont venues rappeler au gouvernement qu'il n'en était rien et que sa réforme ne passerait pas. Unité syndicale, politique et populaire Fait inédit depuis 2010, l'appel à la mobilisation avait été lancé par une intersyndicale unie, forte de huit organisations (CGT, FO, Solidaires, FSU, CFTC, CFDT, CFE-CGC, UNSA). Derrière eux, les organisations de jeunesses, les partis politique de la Nupes, le NPA ou encore LO complétaient ces cortèges denses, plus de 250 dans tout le pays. Avec, à chaque fois, des chiffres impressionnants : 400 000 à Paris, 100 000 à Toulouse ou encore 40 000 à Lyon. Mais la mobilisation est sans doute encore plus significative dans les petites villes, Guéret, Lons-le-Saunier, Rodez, Boulogne-sur-Mer etc. A (...) Lire la suite »
14 
Assemblée nationale. Commission d’enquête « Souveraineté et indépendance énergétique de la France »

Audition de M. Henri Proglio, ex-PDG d’EDF le 13 décembre 2022.

Henri PROGLIO

Henri Proglio est président d’honneur d’EDF. Il en a été le PDG entre 2009 et 2014.
Il donne ici un témoignage terrible. On pourrait croire à un faux. Mais la vidéo dont le texte ci-dessous est la transcription en prouve la véracité :
https://www.youtube.com/watch?v=D3T0bAsUBXE
On écoutera également avec profit la discussion qui a suivi entre M. Proglio et les députés.
LGS

" En 2009, j'ai été très fier d'arriver à la tête d'une formidable entreprise avec un chiffre d'affaires d'un petit 90 milliards, connue dans le monde entier pour sa pertinence et son efficacité, avec des caractéristiques financières très satisfaisantes. EDF est le premier opérateur européen et probablement mondial si on excepte la Chine. EDF a été le résultat d'une formidable aventure, d'une vision, et d'une volonté, celle d'un gouvernement qui en 1946 a considéré que l'énergie, et donc l'électricité, était un élément essentiel de la vie économique, et qu'il était donc important de la considérer comme stratégique. Le gouvernement de l'époque s'est lancé trois défis majeurs : le défi de l'indépendance énergétique, le défi de la compétitivité du territoire, le défi du service public de l'électricité accessible à tous, avec la même qualité et au même prix. C'était un défi incroyablement exigeant adossé à un choix technologique clair : l'hydraulique et le nucléaire.Il y a eu une vision à long terme et une volonté (...) Lire la suite »
10 
Bandera a organisé le massacre de juifs, de Polonais et de communistes.

Décodex, sed lex

Xiao PIGNOUF

Non seulement le quotidien de référence français ne nous laisse aucun répit mais il ne connaît pas la nuance. Juste le noir et le blanc. C'est tantôt l'un, tantôt l'autre. Aujourd'hui, il javellise le collaborateur nazi Stepan Bandera, héros national pour une bonne partie de la population ukrainienne.

À peine avons-nous mis le doigt sur la propagande anti-chinoise à laquelle se livre le Monde que celui-ci nous sert sur un plateau de nouveaux exemples du peu de crédit qu'on devrait lui accorder. Dans deux articles consécutifs, on nous peint un portrait plein de complaisance du collaborateur nazi et génocidaire Stepan Bandera, idole des groupuscules néo-fascistes qui ont pris le contrôle de l'Ukraine. Les journalistes y font tout leur possible pour minimiser la thèse d'une Ukraine infestée par le néo-nazisme et la haine anti-russe et ainsi invalider l'un des motifs qui ont poussé la Russie à intervenir militairement en Ukraine. Un bref rappel sur le « héros » national ukrainien à ces artistes de l'escamotage est utile. * * * Entre 1941 et 1944, l'Ukraine a été l'un des principaux théâtres de la Shoah. Près d'un quart des Juifs exterminés par le régime nazi l'ont été en Ukraine, notamment dans ce que l'on nomme l'Holocauste par balles. Un million et demie de personnes, dont beaucoup de femmes et (...) Lire la suite »
24 

La loi vénézuélienne sur les semences devrait être un modèle mondial

Owen SCHALK

Pour les paysans, la bataille pour les droits semenciers est essentielle à leurs moyens de subsistance

Les semences sont un champ de bataille politique souvent négligé dans les pays industrialisés comme ceux d'Amérique du Nord et d'Europe, mais pour les paysans du Sud, la bataille sur les droits des semences est essentielle à leurs moyens de subsistance. Les semences partagées localement sont cruciales pour de nombreuses communautés rurales – « les clés génétiques de la biodiversité et de la résistance au changement climatique », comme l'affirme le chercheur Afsar Jafri, ainsi que « les archives des connaissances culturelles » et « le symbole ultime de la sécurité alimentaire ». Cependant, la capacité des agriculteurs à continuer à partager et à planter ces semences est constamment menacée par les multinationales et les États qui les soutiennent. En 2015, les six plus grandes sociétés agroalimentaires – BASF, Bayer AG, Dow, DuPont, Monsanto et Syngenta – contrôlaient 63 % du marché des semences commerciales. En 2018, Bayer a acquis Monsanto pour 66 milliards de dollars. L'entité corporative qui en résulte (...) Lire la suite »

L’armement de pointe des États-Unis en Ukraine maintient l’impasse sur le champ de bataille

Noam CHOMSKY

Plus de 300 jours se sont écoulés depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, et le conflit s'est intensifié plutôt que calmé, les dirigeants ukrainiens exprimant leurs craintes d'attaques d'infanterie massives imminentes de la Russie et le secrétaire d'État américain Antony J. Blinken annonçant cette semaine que les États-Unis enverront Ukraine 1,8 milliard de dollars d'aide militaire, dont une batterie de missiles Patriot. Le 21 décembre, en saluant le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy à la Maison Blanche et en examinant son appel à près de 50 milliards de dollars d'aide supplémentaire pour l'Ukraine, le président américain Joe Biden a clairement indiqué son intention de continuer à envoyer des armes à l'Ukraine jusqu'à ce que la Russie soit vaincue sur le champ de bataille, en disant : "Le peuple américain a été avec vous à chaque étape du chemin, et nous resterons avec vous." Comme Noam Chomsky y fait allusion dans l'interview qui suit pour Truthout, ceux qui sont poussés à voir la Russie disparaître de la carte du monde en tant que puissance majeure semblent déterminés à faire en sorte que la guerre continue, au diable les conséquences pour les Ukrainiens et les Russes. En effet, on se demande si la guerre froide a jamais pris fin.

(Traduction de l’interview publiée le 22 décembre 2022 par « Truthout ») CJ Polychroniou : Noam, avec chaque mois qui passe, le conflit en Ukraine semble de plus en plus sombre. Les États-Unis et l'UE sont désormais profondément impliqués dans la guerre, et Biden s'est déjà engagé à soutenir l'Ukraine « aussi longtemps qu'il le faudra » pour vaincre la Russie sur le champ de bataille. Entre-temps, Zelenskyy a fait de nouvelles demandes de paix, mais elles ont été rapidement rejetées par Moscou avec l'argument que Kiev doit tenir compte de la réalité actuelle. Existe-t-il des analogies historiques qui pourraient être utiles pour voir comment cette guerre pourrait éventuellement se terminer ? Noam Chomsky : Il y a trop d'analogies : l'Afghanistan, le Yémen, la Libye, Gaza, l'est du Congo, la Somalie – pour en rester aux horreurs en cours où les États-Unis et leurs alliés ont un rôle principal ou du moins substantiel dans leur perpétration et leur maintien. De tels exemples, cependant, ne sont pas (...) Lire la suite »
63 

Ukraine : Le marteau est-il sur le point de tomber ?

Mike WHITNEY
« Voici quelque chose que vous devez comprendre. Nous n’avons pas eu la possibilité d’agir différemment. » (Vladimir Poutine) Le projet d’engager militairement la Russie est un aveu tacite que les États-Unis ne peuvent plus maintenir leur domination mondiale par les seuls moyens économiques ou politiques. Après une analyse et un débat exhaustifs, les élites occidentales ont opté pour un plan d’action visant à diviser le monde en blocs belligérants afin de poursuivre une guerre contre la Russie et la Chine. L’objectif stratégique ultime de la politique actuelle est de resserrer l’emprise des élites occidentales sur les leviers du pouvoir mondial et d’empêcher la dissolution de « l’ordre international fondé sur des règles ». Mais après 11 mois de guerre non-stop en Ukraine, la coalition occidentale soutenue par les États-Unis se trouve dans une position pire qu’au début. Outre le fait que les sanctions économiques ont gravement touché les alliés européens les plus proches de Washington, le contrôle de (...) Lire la suite »
22 

Contre-réforme des retraites : un argumentaire de Philippe Arnaud

Philippe ARNAUD

Face à la propagande gouvernementale et médiatique, il convient d’aiguiser les couteaux. C’est ce que fait Philippe Arnaud avec sa précision coutumière. Philippe s’exprime ici en tant que responsable des Amis du Monde Diplomatique à Tours.

1. On vous dit : il faut bien travailler plus longtemps car on vit plus longtemps. Faux !C'est inverser le rapport des causalités ! C'est parce que, depuis 1945, la durée globale du travail a tendanciellement diminué, par jour, par mois, par an, et tout au long de la vie, que les Français vivent plus vieux. Si on augmente la durée du travail (selon tous les critères de temps), la durée de la vie se remettra à diminuer. 2. On vous dit : la longévité ne cesse d'augmenter. Très inexact ! Si, vers 2003, la durée de la vie augmentait d'un trimestre par an, cette augmentation a fortement régressé, pour ne plus être que d'un mois par an. 2.1. Lorsqu'on vous parle de l'augmentation de la longévité, voici ce qu'il faut rétorquer : ce n'est pas la durée de la vie qui compte, c'est la durée de la vie en bonne santé ! Or, celle-ci, il y a quelque temps, était de 64 ans pour une femme et de 63 ans pour un homme. [J'en sais quelque chose, c'est à 63 ans qu'on m'a diagnostiqué un diabète]. Quand on vieillit, on (...) Lire la suite »
13 

La dernière ignominie de Reporters sans frontières

Jacques-Marie BOURGET

Mes amis, et des organisations de soutien aux Palestiniens m'ont découragé alors que j'écrivais ce texte sur les turpitudes de RSF. Leur refrain me chantait : "tout le monde sait que cette organisation est un outil de l'Occident. Ton papier ne nous apprendra rien. Tant pis, j'ai écrit quand même. Car le dernier "Bilan" publié par RSF est une honte contre l'humanité.

Chaque décembre Reporters sans frontières publie son « Bilan de l’année ». Un document à prétention mondiale censé répertorier tous les mauvais sorts faits aux journalistes où qu’ils se trouvent. La livraison 2022 s’étire sur 24 pages, ponctuées de statistiques donnant une allure de sérieux aux jugements des experts en liberté de RSF. Au final une notice de « Méthodologie » vient éclairer le lecteur forcément effondré par la cruauté humaine. Dommage que ces juges, désignés arbitres par eux-mêmes, ne livrent pas leur définition du « journaliste ». Ainsi, l’ONG s’étant affrontée en France à de jeunes baroudeurs du Web, on a compris que la « grande presse et le bien-penser » étaient le port d’attache de RSF. Est vite tamponné « complotiste » tout quidam qui ne porte pas les lunettes de l’ONG (1) (2). Financée par la partie la plus riche de notre planète (Etats-Unis, Europe), la priorité de RSF est donc de soutenir ses sponsors. Des démocraties exemplaires qui, en moins d’un demi-siècle avec les Carter, Reagan, Clinton, (...) Lire la suite »
17 

Cambodge et Khmers rouges… ou comment l’Occident réécrit l’histoire

Robert GIL
J’ai fait tout le chemin jusqu’ici pour visiter le camp du dernier chef militaire des Khmers rouges, Ta Mok, le chef de l’armée, connu sous le nom de « Frère numéro cinq » ou « le Boucher ». C’est là qu’il a vécu et c’est de là qu’il commandait à ses troupes. Ta Mok, le bras droit de Pol Pot. Ta Mok, qui a divisé le mouvement, mis Pol Pot en résidence surveillée et qui, très probablement, l’a empoisonné. Ta Mok qui commandait une armée de plusieurs milliers de loyalistes Khmers rouges, entre 1979, lorsque les forces vietnamiennes ont évincé son mouvement du pouvoir, et 1999, quand il a été capturé par les forces gouvernementales. Ta Mok qui est mort en détention en 2006, sans jamais avoir été réellement jugé ou condamné. San Reoung, l’homme qui assurait la sécurité personnelle de Ta Mok, son garde du corps qui a vécu avec lui pendant des années, nous attend. Il lui manque la jambe gauche, ce qui est commun parmi les civils et les combattants cambodgiens de son âge. Ta Mok aussi avait perdu une jambe dans les combats. (...) Lire la suite »
13 

L’idéologie nucléaire des États-Unis d’Amérique

Djamel LABIDI

Jusqu'à présent seule la Russie a respecté une ligne rouge, celle de ne pas s'attaquer à un pays de l'OTAN. L'OTAN, elle, n'a respecté aucune ligne rouge.

Ou plutôt, l'OTAN les a fait reculer sans cesse, depuis la fourniture des premières armes anti blindés, et anti aériennes jusqu'aux missiles "patriotes" et aux chars en passant par les canons à longue portée à rockets multiples (Himars) et autre canon Caesar français, et ainsi, petit à petit, jusqu'à la quasi confrontation directe avec la Russie par des attaques de missiles à longue portée. Cette éventualité n'est plus à exclure dans l'escalade continuelle étatsunienne et l'idée quasi démente de certains cercles belliqueux qu'ils peuvent aller toujours plus loin, sans risques de riposte globale de la Russie. Comment peuvent-ils en être si sûrs ? Seuls les Russes aujourd'hui paraissent craindre une déflagration nucléaire et multiplient leurs mises en garde à ce sujet. Lorsque Vladimir Poutine parle de la supériorité stratégique de la Russie sur le plan des armes nucléaires, avec notamment les nouvelles armes hypersoniques, les Occidentaux lui répondent que c'est de la forfanterie ou qu'elles ne servent à (...) Lire la suite »
Interview de Nicolas Maduro par Ignacio Ramonet

« 2023, l’heure d’un monde nouveau »

Nicolas MADURO, Ignacio RAMONET

Les années les plus difficiles ont été celles des sanctions criminelles : plus de 927 contre l’économie, contre l’appareil productif, contre l’industrie pétrolière – la grande industrie du Venezuela.
Mais pour 2022, la Banque centrale du Venezuela dit que la croissance a été d’environ 19%, et la CEPAL (ONU) parle de 12%.

Ignacio Ramonet – Monsieur le Président, avant toute chose je vous remercie de me recevoir à nouveau pour cette entrevue, il est bon de poursuivre cette tradition – c’est déjà la septième occasion où nous rencontrons à la fin d’une année pour aborder la suivante sur la base de vos analyses et du bilan, mis aussi des perspectives sur ce qui aura lieu. Cet entretien va tourner comme d’habitude autour de trois thèmes principaux : d’abord nous allons parler de politique intérieure, de la situation interne du Venezuela. Ensuite nous parlerons d’économie et enfin, de politique internationale. Trois questions pour chaque thème. Commençons par la situation au Venezuela. 2022 a été marqué par une série d’inondations, de tempêtes causées en partie par le phénomène appelé “La Niña”, et qui a provoqué en particulier au Venezuela des catastrophes, comme à Tejerias en octobre dernier, et je voulais vous demander Président comment est la situation sur place, qu’a fait votre gouvernement pour tenter d’aider les victimes de (...) Lire la suite »

Preuves qu’un coup d’État à Kiev a été soutenu par les États-Unis

Joe LAURIA

NewsGuard [équivalent américain du Décodex] a donné à Consortium News une note rouge pour avoir « publié du faux contenu » sur l’Ukraine, notamment en affirmant qu’il y a eu un coup d’État soutenu par les États-Unis à Kiev en 2014. Voici la preuve détaillée de Consortium News.

NewsGuard, l’agence de notation des médias, allègue que Consortium News a publié du « faux contenu » en rapportant qu’il y a eu un coup d’État soutenu par les États-Unis en Ukraine en 2014 et que les néo-nazis ont une influence importante dans le pays. NewsGuard a contesté l’article du 20 février 2022 « Ukraine : pistes de réflexion », [qui] affirmait : « D’où l’inflation du comportement russe en Ukraine où Washington a organisé un coup d’État contre un gouvernement démocratiquement élu parce que nous n’aimions pas sa couleur politique)... » Ajoutant ensuite : « Les États-Unis ont soutenu la révolution de Maïdan qui a chassé le président ukrainien de l’époque, Viktor Ianoukovitch (sic), en 2014 – y compris une visite de John McCain à Kiev en décembre 2013 pour soutenir les manifestants – mais rien ne prouve que les États-Unis aient « organisé » un « coup d’État ». Au contraire, il [le Maïdan] présente tous les signes d’un soulèvement populaire, précipité par des manifestations largement couvertes contre la décision (...) Lire la suite »
27 
Parlons (Inter) Net
Sors dehors si t’ es un homme, je t’OTAN de pied ferme

Les deux types se battaient à 10 km de mon village, sans se soucier de moi, sans qu’aucun ne me menace. On m’a dit que l’un traitait l’autre de « communiste », ce à quoi l’autre répondait par « nazi ». Du coup, j’ai passé à l’anticommuniste un couteau avec lequel il a blessé l’autre au ventre, et un revolver qui lui a servi à casser le pare-brise de sa voiture et à tuer son chien.
Cependant, le blessé ne faiblissant pas, l’autre m’a demandé des grenades, des drones, des mitrailleuses, des chars d’assaut, des canons et la fermeture de RT. Requêtes satisfaites.
Mais quand il a exigé la tire-lire de mes enfants, j’ai tiqué.
Il faudrait quand même qu’il comprenne que je ne suis pas cobelligérant.

Théophraste R. Arbitre de boxe.






 
Voir aussi
Ziouganov : Sans changement de cap, la Russie ne sortira pas de l’impasse.
“Hier, au Présidium, nous avons fait le bilan des travaux de l’année dernière, de la célébration du 100e anniversaire de la formation de l’URSS, et nous avons approuvé notre plan de travail pour la période à venir, qui inclut la campagne des élections (...)
Guennadi ZIOUGANOV
La traite des enfants est devenue une grosse affaire en Amérique
traduction d'un texte étasunien plutôt choquant / dont l'original permet de se connecter à de nombreuses références détaillées par John W. Whitehead et Nisha Whitehead "Les enfants sont ciblés et vendus pour le sexe aux États-Unis chaque (...)
Hervé G
Connaissez-vous Olivier Dussopt ?
Et ce qu’il se passe dans sa tête ? Par Nicolas Framont, pour le site Frustration Franceinfo, a diffusé le lent et laborieux discours d’un homme, hésitant, la voix chevrotante, qui déclare que si la réforme des retraites va permettre aux (...)
Nicolas FRAMONT
Amalgame et détournement d’héritage : « France-Tibet » se déshonore
Le 31 décembre 2022, le site « France-Tibet » a publié un article intitulé "Le sac du Palais d’été ou le sac du Tibet, quelle différence ?", avec ce sous-titre "Victor Hugo et le sac du Palais d’été. Lettre au Capitaine Butler "(1). (...)
André LACROIX
La bataille contre la réforme des retraites. Episode 2 : la meute commence à se déchaîner
Depuis la première mobilisation d’ampleur de jeudi 19 janvier dernier, la majorité essaye de déployer tous les moyens pour « convaincre » les Français des bienfaits et du bien fondé de sa réforme des retraites. Dans cet exercice de « pédagogie », elle (...)
V
TERF, Queer, et métaphysique du genre
Ostende, Belgique, il y a quelques mois : une militante féministe (à qui j’ai le bonheur d’être marié), enceinte, sortait scandalisée d’une conférence sur les politiques publiques de la petite enfance : discutant à l’issue du débat avec une députée de (...)
Guillaume SUING
18 
Haïti : des lettres de la malice à la culture de l’errance !
L’écosystème haïtien n’est que catastrophes et paradoxes, impuissance et errance. Des universitaires doctorés, anoblis par la communauté internationale, s’obstinent à vouloir réformer la strate politique médiocre. Résultat : Échec et invariance. Rien (...)
Erno RENONCOURT
Olivier Vandecasteele, Julian Assange, Ali Aarrass et tous les autres
L’Iran doit libérer le travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteeele. Ce dernier a été condamné en Iran à 40 ans de prison et 74 coups de fouet pour « espionnage et collaboration avec un gouvernement hostile, les États-Unis, contre la République (...)
Luk VERVAET
Marie-Jean Sauret. Le fil politique (1991-2022)
Une compilation remarquable qui rend compte d’un parcours intellectuel et politique foisonnant sur une période de trente ans. Universitaire, Marie-Jean Sauret est connu, à Toulouse et bien au-delà, comme un psychanalyste engagé au sens où il inscrit (...)
Bernard GENSANE
Un grand moment de propagande à France Inter le 18 janvier 2023
Ces remarques se rapportent à l’émission de France Inter du mercredi 18 janvier, entre 8 h 20 et 8 h 43. Les deux animateurs, Nicolas Demorand et Léa Salamé, recevaient Jérôme Fourquet, de l’IFOP, et Adélaïde Zulfikarpasic, de BVA, pour analyser le (...)
Philippe ARNAUD
Revue de Presse
ResPublica qualifie la contre-réforme des retraites d’injuste, déséquilibrée et récessive : « Ce report du départ de l’âge de départ à la retraite et l’accélération du rythme pour arriver à 43 trimestres en 2027 signifient de fait une diminution du montant de (...)
Bernard GENSANE
« Censure d’un autre âge » : indignation après le gel des comptes de RT France
La censure de RT se poursuit. Après avoir bloqué son site, fermé ses comptes youtube, après avoir bloqué ses comptes sur Odysee, Rumble, Twitter, Telegram, supprimé sa diffusion sur le satellite (y compris sur le satellite Eutelsat diffusant en (...)
RT France
25 
Big Pharma et ses influenceurs !
"Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir". Jean de la Fontaine. Extrait de la fable, "Les Animaux malades de la peste. 1678". L’Ozempic est un antidiabétique. Son concepteur, le laboratoire (...)
Claude JANVIER
De la grève à l’insurrection
Le Macron n'est pas humain c'est le nom du robot qui réunit dans notre pays tous les pouvoirs : politique, économique et médiatique. A la faveur d'une Constitution archaïque, de courtisans avides, d'argent-roi, et grâce au (...)
Claire VÉRILHAC
14 
Ukraine : Reporters sans frontières applaudit une loi qui censure la presse.
A tout instant il se passe quelque chose à RSF, hélas pour le pire. Après avoir demandé l'interdiction de la diffusion de deux chaînes russes par le satellite européen Intelsat, voilà que nos petits soldats de l'OTAN applaudissent le vote (...)
Jacques-Marie BOURGET
Derniers commentaires
Ziouganov : Sans changement de cap, la Russie ne sortira pas de l’impasse.
« Purge numérique globale » : le courrier de bannissement de RT de la Commission européenne dévoilé
Conflit ukrainien : genèse
TERF, Queer, et métaphysique du genre
École : des policiers apprennent la répression à des enfants de 10 ans
La bataille contre la réforme des retraites. Episode 1 : un peuple se (re)lève
L'armement de pointe des États-Unis en Ukraine maintient l'impasse sur le champ de bataille
L'armement de pointe des États-Unis en Ukraine maintient l'impasse sur le champ de bataille
La traite des enfants est devenue une grosse affaire en Amérique
Le Russe qui a parlé à la télévision française (si, si !)
École : des policiers apprennent la répression à des enfants de 10 ans
Le Russe qui a parlé à la télévision française (si, si !)
Un grand moment de propagande à France Inter le 18 janvier 2023
La bataille contre la réforme des retraites. Episode 1 : un peuple se (re)lève
TERF, Queer, et métaphysique du genre
Ziouganov : Sans changement de cap, la Russie ne sortira pas de l’impasse.
La bataille contre la réforme des retraites. Episode 1 : un peuple se (re)lève
L'armement de pointe des États-Unis en Ukraine maintient l'impasse sur le champ de bataille
La bataille contre la réforme des retraites. Episode 1 : un peuple se (re)lève
La traite des enfants est devenue une grosse affaire en Amérique
RSS RSS Commentaires

le 1er février 2023
vous étiez 5705 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.