RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le Venezuela se rebelle contre le pétrodollar (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
“A partir de cette semaine le prix moyen du pétrole est indiqué en yuan chinois”, a annoncé le 15 septembre le Ministre vénézuélien du pétrole. Pour la première fois le prix de vente du pétrole vénézuélien n’est plus indiqué en dollars. C’est la réponse de Caracas aux sanctions lancées par l’administration Trump le 25 août, plus dures que celles de l’administration Obama en 2014 : elles empêchent le Venezuela d’encaisser les dollars venant de la vente du pétrole aux Etats-Unis, plus d’un million de barils par jour, dollars jusqu’ici utilisés pour importer des biens de consommation comme les produits alimentaires et les médicaments. Les sanctions empêchent aussi le commerce de titres émis par la Pdvsa, la compagnie pétrolière d’Etat vénézuélienne. Washington vise un double objectif : augmenter au Venezuela la pénurie des biens de première nécessité et donc le mécontentement populaire, sur quoi s’appuie l’opposition interne (subventionnée et soutenue par les USA) pour abattre le gouvernement Maduro ; mettre l’Etat (...) Lire la suite »

Asbestose 2 – Justice 0

Personne

« Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » (1) Les ouvriers ne sont pas malades de la Peste, mais ils tombent comme à Gravelotte ! Et que croyez-vous qu’il arrive ? Rien, on s’en fout ! La sentence de La Fontaine reste d’une terrifiante pertinence et d’une louable irrévérence.

L’asbeste est l’autre nom de l’amiante : un produit formidable, aux deux sens du terme. Asbeste, étymologiquement parlant, signifie incombustible. L’asbestose, c’est une pneumoconiose [maladie pulmonaire le plus souvent professionnelle] due à l’inhalation prolongée de poussières d’amiante. Asbestose 2 – Justice 0 : c’est le score actuel, après vingt ans de batailles judiciaires [ après les deux annulations de mises en examen]. Au pays de Montesquieu, certaines choses devraient soulever l’indignation générale. Mais, non ! Est-ce la rançon, les dégâts collatéraux de la modernité ? Est-ce le fruit toxique de la résignation, de l’obéissance, de l’indifférence, de l’inconscience ? Est-ce le double effet « Paris 2024 » ? Les J.O. vont relancer l’économie et réenchante déjà le quotidien des Français. Du pain et des jeux, on n’a rien inventé de mieux. Toujours plus haut, plus loin, plus fort : telle pourrait être la devise du bourrage de crâne, de la com’ triomphante. Bien sûr, on revendique l’héritage du Siècle des (...) Lire la suite »

Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile

Kharroubi HABIB
Parvenue à briser le siège imposé par l'Etat islamique aux quartiers de la ville de Deir Ez-Zor dans lesquels un certain nombre de ses soldats ont résisté à ses assauts pendant près de trois années, l'armée syrienne est en voie de reprendre le contrôle de pratiquement l'ensemble de la cité. Ce qui enlève tout crédit à la raison invoquée par les groupes armés rebelles stipendiés par la coalition menée par les Etats-Unis pour justifier l'offensive qu'ils prétendent vouloir déclencher en vue de chasser l'Etat islamique de Deir Ez-Zor. En fait, le véritable but de leur branle-bas guerrier est celui de tenter d'empêcher les forces gouvernementales d'asseoir leur contrôle sur la ville qui contrarie le plan pour cette ville et sa province élaboré par la coalition consistant à les maintenir en dehors de l'autorité du régime de Damas. Il est clair que si ces groupes rebelles persistent dans leur intention, ils entreront inévitablement en confrontation avec les troupes loyalistes, ce qui pourrait donner lieu à un (...) Lire la suite »

Russie et Chine contre l’empire du dollar (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
Un vaste arc de tensions et conflits s’étend de l’Asie orientale à l’Asie centrale, du Moyen-Orient à l’Europe, de l’Afrique à l’Amérique latine. Les “points chauds” le long de cet arc intercontinental -Péninsule coréenne, Mer de Chine Méridionale, Afghanistan, Syrie, Irak, Iran, Ukraine, Libye, Venezuela et autres- ont des histoires et des caractéristiques géopolitiques différentes, mais en même temps sont reliés à un unique facteur : la stratégie avec laquelle “l’empire américain d’Occident”, en déclin, essaie d’empêcher l’émergence de nouveaux sujets étatiques et sociaux. Ce que redoute Washington se comprend par le Sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui s’est tenu du 3 au 5 septembre à Xiamen en Chine. Exprimant “les préoccupations des Brics sur l’injuste architecture économique et financière mondiale, qui ne prend pas en considération le poids croissant des économies émergentes”, le président russe Poutine a souligné la nécessité de “dépasser la domination excessive du nombre limité de (...) Lire la suite »

1917-2017. (I) Face à la grande boucherie

Bruno GUIGUE
“Les faits sont têtus”, disait Lénine, et la guerre est à l'impérialisme ce que le bubon est à la peste bubonique. La Première Guerre mondiale, cette grande boucherie, fut le chaudron dans lequel les apprentis-sorciers du capitalisme ont cuisiné les tragédies du XXème siècle. Comme les guerres contemporaines provoquées par la cupidité de l'oligarchie mondialisée, le carnage de 14-18 résulta d'une concurrence féroce entre les puissances industrielles, avides de nouveaux marchés. Dans un monde clos, rétréci par l'achèvement des conquêtes coloniales, cette rivalité précipita les puissances européennes dans une orgie de violence. L'impérialisme est un mot employé à tort et à travers, mais Lénine est l'une des rares têtes politiques à lui avoir donné une définition précise. “L'impérialisme, écrit-il, est le capitalisme arrivé à un stade de développement où s'est affirmée la domination des monopoles et du capital financier, où l'exportation des capitaux a acquis une importance de premier plan, où le partage du monde a (...) Lire la suite »

L’ONU accuse Israël de « dé-développer » la Palestine

Zena Tahhan

Un nouveau rapport examine les conséquences des 50 ans d’occupation israélienne des territoires palestiniens et de développement des colonies.

Un nouveau rapport de l'ONU a sévèrement condamné Israël pour le « dé-développement » et la « détérioration des conditions humanitaires » des territoires palestiniens de Jérusalem-Est, de Cisjordanie et de la bande de Gaza, provoqués par les 50 années d'occupation d'Israël. Le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié mardi, indique que la performance de l'économie palestinienne est « bien inférieure à ses potentialités », et que le chômage s’est maintenu à des niveaux rarement observés à l’échelle mondiale depuis la Grande dépression. « 2017 marque le cinquantième anniversaire de l'occupation israélienne de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, dont Jérusalem-Est, l'occupation la plus longue de l'histoire récente. Pour le peuple palestinien, il s'agit de cinq décennies de récession économique, de destruction de son potentiel humain et de déni de son droit fondamental au développement, dans un engrenage dont il ne voit pas la fin », indique le rapport (voir en (...) Lire la suite »

Haïti : De la colonisation à l’esclavage économique

Jérôme DUVAL
Finalement, les pays dits « en voie de développement » (PED) d’aujourd’hui remplacent les colonies d’hier : les grandes entreprises multinationales occidentales se placent dans les anciennes colonies, y investissent et en extorquent les ressources pour accumuler de faramineux profits qui s’évadent dans des paradis fiscaux appropriés. Tout cela se déroule sous le regard bienveillant des élites locales corrompues, avec l’appui des gouvernements du Nord et des Institutions financières internationales (IFI) qui exigent le remboursement de dettes odieuses héritées de la colonisation. Par le levier de la dette et des politiques néocapitalistes imposées qui la conditionnent, les populations spoliées paient encore le crime colonial d’hier et les élites le perpétuent subrepticement aujourd’hui, c’est ce qu’il est convenu d’appeler le néocolonialisme. Pendant ce temps, hormis quelques tardives et bien trop rares reconnaissances des crimes commis, on se hâte d’organiser l’amnésie collective afin d’éviter tout débat (...) Lire la suite »

De l’aliénation jusqu’à la fin de vie

PERSONNE

L’aliénation, selon la traduction de l’allemand Entfremdung, est la situation de l’individu qui, par suite des conditions extérieures (économiques, politiques, religieuses, sociétales, « environnementales » …), cesse de s’appartenir, est traité comme une chose, jusqu’à devenir esclave des choses et des « conquêtes » de l’humanité qui se retournent contre lui.

Voici ce qu’écrivit Diogène de Sinope (1), qui fut un temps esclave, il y a plus de deux millénaires : « -Tu oublies, ce me semble, Diogène, que si les autres font quelque chose pour moi, ce sont, ou des esclaves que je nourris pour cela, ou des hommes libres, qui reçoivent de moi le salaire de leurs travaux. Il s’en faut encore beaucoup, mon cher Philomedon, que cela te mette hors d’embarras... Qui t’a donné le droit de considérer comme ton bien, des hommes, que la nature a faits tes égaux ?... Les lois, diras-tu... Ce n’est certainement pas la loi naturelle ; mais des lois, qui ne doivent leur force obligatoire qu’à ce même contrat sur lequel repose tout l’édifice de la société. Car, sans cela, qui pourrait astreindre tes esclaves à une obéissance, qu’ils méconnaîtront bientôt, s’ils n’étaient retenus par une puissance aussi redoutable ? ... et parmi tant d’hommes nés libres, qui travaillent pour toi afin d’obtenir un salaire, penses-tu qu’il y ait un seul qui ne s’en dispensât pas volontiers, si (...) Lire la suite »
19 

Dès sa création en 1948, la Corée du Nord a développé son industrie nationale (RT)

David ROMERO

En plein scénario où, bruit de détonations et rhétorique hostile entre Washington et Pyongyang semblent prendre le pas au dialogue rationnel, nous avons voulu connaître le point de vue d’Alejandro Cao de Benós, porte-parole de la République Populaire de la Corée du Nord en Occident, afin de mieux comprendre la logique d’un régime qui depuis l’Occident est perçu comme une menace à la sécurité mondiale. Que cherche réellement Pyongyang avec ses démonstrations de force ? Cette mise en scène pré-guerrière ne serait-elle pas une stratégie qui profite politiquement aux gouvernements impliqués ? Comment, le gouvernement de Kim Jong-Un, encaisse-t-il les sanctions de la communauté internationale ? Y a- t-il des raisons de craindre un conflit armé ?

« Oui, nous avons des infiltrés dans les rangs de l’armée US », Interview (Russia Today), d’Alejandro Cao de Benós, unique représentant et délégué spécial de la Corée du Nord en Occident. (Entretien téléphonique) RT : Comme lors d'une entrevue antérieure, commençons à parler des dernières sanctions : Quelles conséquences peuvent-elles avoir, à moyen ou long terme sur l’économie Nord-Coréenne ? AC : Les conséquences sont minimes. Dès sa création (1948), la Corée du Nord a développé son industrie nationale afin de ne pas dépendre de l’étranger. Il est vrai que ces sanctions compliquent beaucoup les importations et les exportations, mais malgré le coût supplémentaire généré en temps et en argent, au final, il y a toujours des façons de les contourner et il y a toujours des gouvernements, des gens et des entreprises qui se fichent de ces sanctions, comme l’on dit, « business is business ». Beaucoup de gens ont des intérêts à négocier avec la Corée du Nord : je reçois moi-même chaque jour des centaines de demandes. Nous (...) Lire la suite »

Irma, la France et l’ALBA…

Romain MIGUS
L'ouragan Irma vient de passer sur les Antilles avec son cortège de tragédie, de vies humaines emportées, et de celles qui devront se reconstruire dans la douleur et dans les pertes matérielles. Comme réponse politique à cette catastrophe naturelle, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a ordonné, le 10 septembre 2017, l´envoi d'aide humanitaire à Cuba, à Antigua-et-Barbuda ainsi qu'aux habitants de Saint Martin. Le ministre de l'intérieur vénézuélien, Nestor Reverol, a annoncé, depuis l'aéroport de Caracas, que ce don de 10 tonnes de vêtements, de matelas, d'eau potable, et d'aliments non périssables à la collectivité d'outre mer française, s'inscrivait “dans le cadre du respect mais aussi de la solidarité avec le peuple de Saint Martin” (1). Il a précisé que l'aide humanitaire serait acheminée via “un avion des Forces Armées vénézuéliennes et que cette initiative faisait partie de la coopération internationale dans le cadre de l´Alliance Bolivarienne des Peuples de notre Amérique (ALBA) » (2). (...) Lire la suite »

Consternation en Occident : la guerre en Syrie touche à sa fin et Assad semble en sortir vainqueur (The Independent)

Robert FISK

Nous étions tous occupés à attendre tous que Trump lance la Troisième Guerre mondiale, et nous n’avons pas vu que la carte de la guerre au Moyen-Orient avait considérablement changé. Il faudra des années pour reconstruire la Syrie et l’Irak (et le Yémen), et les Israéliens seront peut-être obligés d’aller demander à Poutine de les tirer du pétrin dans lequel ils se sont fourrés.

Un message est arrivé de Syrie sur mon téléphone portable la semaine dernière. « Le général Khadour a tenu sa promesse », disait-il. Je savais ce que cela signifiait. Il y a cinq ans, j'ai rencontré Mohamed Khadour qui commandait quelques soldats syriens dans une petite banlieue d'Alep, sous le feu de combattants islamistes à l'est de la ville. À l'époque, il m'avait montré sa carte. Il reprendrait ces rues dans 11 jours, m’avait-il dit. Et puis, en juillet de cette année, j'ai rencontré Khadour à nouveau, à l'est du désert syrien. Il allait, m’a-t-il dit, entrer dans la ville assiégée de Deir ez-Zor avant la fin du mois d'août. Je lui ai rappelé, un peu cruellement, que la dernière fois qu'il m'avait dit qu'il reprendrait une partie d'Alep en 11 jours, il avait fallu plus de quatre ans à l'armée syrienne pour le faire. C'était il y a longtemps, m’a-t-il répondu. À l'époque, l'armée ne savait pas se battre dans une guerre de guérilla. L'armée était formée pour reprendre Golan et défendre Damas. Mais (...) Lire la suite »
Entretien avec Georges Gastaud, Secrétaire National du PRCF

Menaces sur la paix et les droits des travailleurs, perspectives politiques.

Georges GASTAUD
I.C. – La situation ne cesse de se tendre autour de la péninsule coréenne. Quel est le positionnement du PRCF ? Georges Gastaud. : Notre priorité à tous devrait être la paix mondiale, qui peut sombrer corps et biens à l’occasion d’une frappe américaine massive contre Pyongyang (la République démocratique populaire de Corée est limitrophe de la Chine et de la Russie, rappelons-le). Cela va de pair avec la défense du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sans ingérence étrangère. Or, c’est l’impérialisme US, fanatiquement soutenu, voire excité par Emmanuel Macron, qui est l’ennemi principal des peuples et de la paix en Extrême Orient comme ailleurs. On lira sur le site www.initiative-communiste.fr l’entretien exclusif de Robert Charvin, auteur du livre Comment peut-on être Coréen du Nord ?. Nous appelons donc les vrais progressistes, et plus encore, les communistes dignes de ce nom, à exiger ensemble que, 64 ans après la fin de la guerre de Corée, un traité de paix soit enfin signé entre les belligérants (...) Lire la suite »
49 

Israël veut fabriquer des Juifs en série pour dépasser en nombre les Palestiniens (Counterpunch)

Jonathan COOK
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a anéanti les espoirs de paix imminente que la visite au Moyen-Orient du conseiller et du gendre de Donald Trump, Jared Kushner, avait suscités chez les perpétuels optimistes, la semaine dernière. Lundi dernier, lors d’une célébration, en Cisjordanie, des 50 ans d'occupation israélienne, Netanyahou a clairement admis que les efforts étasuniens pour relancer le processus de paix n’étaient qu’une vaste farce. Il n'y aura pas de démantèlement des colonies ni d'expulsion de leurs 600 000 habitants – le minimum de ce qu’il faudrait faire pour établir un État palestinien à peine viable. « Nous sommes ici pour toujours », a assuré Netanyahu à son auditoire de colons. « Nous nous enracinons, nous construirons, nous deviendrons de plus en plus fort et nous resterons ». Alors, qu’est-ce qui va devenir le nerf du conflit israélo-palestinien si la solution à deux États est morte ? La même chose qu’au début du conflit. On va avoir une nouvelle bataille éperdue de (...) Lire la suite »
Qui a vu passer le poignard du fondateur du FN ?

Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?

Vladimir MARCIAC

« Le Che, double des jihadistes » Sous ce titre d’une colossale subtilité, Laurent Joffrin (photo ci-contre avec Le Pen) signe le 5 septembre 2017 une longue recension du livre de Marcela Iacub, « Le Che, à mort » (éditions Robert Laffont) dont il nous dit d’emblée qu’il s’agit d’« Un éclairage sur les ressorts du fanatisme contemporain ».

En février 2013, Marcela Iacub, directrice de recherche au CNRS, chroniqueuse à Libération, publie chez Stock « Belle et Bête », un « roman » sur sa liaison de janvier à août 2012, avec DSK. Il lui fait un procès qu’elle perd. Son éditeur et elle doivent lui verser 50 000 euros de dommages et intérêts et le tribunal ordonne l'insertion, en en-tête de chacun des exemplaires, d'un encart écrit par Dominique Strauss-Kahn. Ce dernier a en effet été manipulé depuis le début par l’auteur qui va confesser dans un mail (dont elle dit n’avoir pas gardé trace, mais dont l’existence est prouvée) : « Mon livre sur ton affaire américaine, je l’ai écrit parce que ce sont eux qui me l’ont demandé. Le fait de chercher à te rencontrer était parti du même projet. Sans te dire tout le reste. Il m’a fallu te faire croire que j’étais éprise de toi, que j’étais folle de toi. Et puis que j’avais mon coeur meurtri, que j’étais jalouse et tout ce que tu sais. ». Bref, un coup monté en service commandé, un piège, des mensonges pendant 8 (...) Lire la suite »
20 

En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ?

Maxime CHAIX

Alors qu’il n’est plus tabou de critiquer le rôle trouble des puissances moyen-orientales dans le renforcement des réseaux djihadistes au Moyen-Orient, la coresponsabilité de leurs partenaires de l’OTAN ne peut et ne doit plus être éludée

Récemment, le Washington Post a annoncé la fin du soutien de la CIA en faveur des rebelles « modérés », confirmant qu’en 2015, ceux-ci menaçaient de renverser Bachar el-Assad mais que cette issue chaotique fut empêchée par l’intervention militaire directe de la Russie cette même année. Chaotique, car le chroniqueur du Post, David Ignatus, vient de souligner dans ce même journal que Washington et ses alliés ne pouvaient proposer d’alternative politique viable, démocrate et modérée face au gouvernement syrien. D’après le spécialiste de la Syrie Charles Lister, qui regrette ouvertement la fin de cette guerre secrète coordonnée par la CIA, l’Agence aurait constitué une force de 45 000 combattants à travers cette opération, dont nous savons depuis janvier 2016 qu’elle a pour nom de code « Timber Sycamore ». Or, comme le rappelle l’universitaire américain Joshua Landis, ces rebelles « modérés » appuyés par la CIA et ses partenaires ont combattu jusqu’en janvier 2014 aux côtés de la milice terroriste qui allait (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Les gloires de la République

Le Figaro.fr du 15/09/2017 illustre son article « Trois présidents dans un Palais… » par cette photo.

On y remarque que François Hollande a changé la couleur de la teinture de ses cheveux et que, encadrant les trois présidents, Valls, tout à droite sur la photo (et dans la vie) est aussi méconnaissable que Cambadélis, tout à gauche sur la photo (mais pas dans la vie).

Théophraste R. (Dit « Oeil de Lynx » et « Langue de vipère »).

http://www.lefigaro.fr/politique/2017/09/15/01002-20170915ARTFIG00311-...

21 
AGENDA
mardi 19 septembre 2017
mercredi 20 septembre 2017
jeudi 21 septembre 2017
samedi 23 septembre 2017
mercredi 27 septembre 2017
jeudi 5 octobre 2017
samedi 7 octobre 2017
lundi 9 octobre 2017
vendredi 13 octobre 2017
dimanche 15 octobre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017






 
Voir aussi
Quand ta vessie explose à Toulouse
Une mésaventure, qui aurait pu très mal tourner. Un de mes proches se tord de douleur. Cela fait 12 heures qu’il n’a pas uriné. Il ne s’affole pas : on lui a déjà fait passer un calcul. En vrai homme de gauche, il se rend à l’hôpital Joseph Ducuing. (...)
Bernard GENSANE
Ce sénateur qui n’aimait pas l’humour et qui avait surtout peur des chiens
Haïti vit un contexte politique, économique et social de plus en plus précaire. Les interventions de la communauté internationale entre 1994 et 2017, pour restaurer l'état de droit, n'ont fait que stabiliser et structurer le dysfonctionnement (...)
Erno RENONCOURT
Retour sur le bide de Lomé
L’annonce la semaine dernière par les autorités togolaises du report « sine die » du sommet israélo-africain qui devait se tenir dans la capitale de leur pays Lomé du 23 au 27 octobre relativise la « percée » africaine qu’Israël serait parvenu à opérer (...)
Kharroubi HABIB
« On se focalise sur les pillages pour ne pas voir la réalité coloniale de Saint-Martin »
L’Etat a-t-il été à la hauteur dans la gestion du cyclone Irma qui a ravagé Saint-Martin ? Pour Elie Domota, les autorités métropolitaines se contentent d’une gestion humanitaire de la crise. Pourtant, selon le syndicaliste guadeloupéen, des mesures (...)
Élie DOMOTA
Comptez les morceaux !
Éditions Nathan, Collection Hyperbole, nouvelle édition 2017, Mathématiques Term. ES (spécifique + spécialité) et L (spécialité), p. 34 : Outre son aspect immoral, inepte, irréaliste et cynique, cet exercice comporte un aspect morbide que son auteur (...)
Jean-Michel HUREAU
14 
Frère Tareck
Le leader de l’opposition vénézuélienne Henry Ramos, qui se rêve déjà en satrape de l’empire, se plaît à employer l’expression « le Calife d’Aragua » pour se référer au cadre révolutionnaire Tareck El Aissami. Ce dirigeant bolivarien de premier plan assuma en (...)
Mila Desmers
Les rêves de la jeune Russie des Soviets, une lecture antiproductiviste de l’histoire du stalinisme
(Préface de Pierre Zarka, ancien directeur de L’Humanité) (Editions Le Bord de l’eau, septembre 2017, 335 pages, 22 euros) Rencontre avec Paul Ariès Les Zindigné(e )s : Vous publiez, le 15 septembre 2017, à l’occasion du centenaire de la révolution (...)
Paul ARIES
30 
Face à la crise politique et institutionnelle au Guatemala - Communiqué des associations françaises de solidarité avec le Guatemala
Le 12 septembre 2017 Face à la crise institutionnelle que traverse le Guatemala depuis quelque temps : Les collectifs et organisations signataires de ce communiqué souhaitent exprimer leur préoccupation et condamnent la décision unilatérale du (...)
Collectif Guatemala - France Amérique Latine - Terre des Hommes France - Collectif Solidarité Guatemala Toulouse
Á Toulouse, une foule immense pour Macron !
A TOULOUSE, UNE FOULE IMMENSE OVATIONNE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE E. MACRON A SA SORTIE DU CAPITOLE (ben non, en fait !) 15h20. Quelques toulousains se calent derrière les barrières. Personne ne joue des coudes pour passer devant, pour le voir (...)
Eric W FARIDES
Les États-Unis ont proposé de suspendre les relations aériennes entre la Russie et la Corée du Nord
Les États-Unis comptaient ajouter un paragraphe sur la suspension de la communication aérienne entre la Russie et la Corée du Nord dans le projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Corée du Nord. Mais pendant l’examen du (...)
Sputniknews
Déclaration écrite : respect des droits humains à la République bolivarienne du Venezuela
Conseil des droits de l’homme - 36e session, 11-29 septembre 2017 - Point 4 de l’ordre du jour : Situations relatives aux droits de l’homme qui requièrent l’attention du Conseil Pour le respect des droits humains, en particulier du droit à (...)
CETIM
La prochaine crise systémique est déjà là.
Le FMI a récemment alerté les Usa sur la situation de leurs firmes dont le niveau d’endettement facilité par des taux d’intérêts très faibles risquent de compromettre la stabilité du système financier [1] Le FMI a récemment alerté les Usa sur la situation (...)
Badia BENJELLOUN
Olivier Guez. La disparition de Joseph Mengele
Imaginez un pauvre type, qui avait été la terreur du camp d’Auschwitz où il avait droit de vie, de mort, de torture, d’expérimentations médicales, où il collectionnait des yeux de nourrissons qu’il épinglait au mur de son bureau en écoutant du Bach et en (...)
Bernard GENSANE
Tout va très bien Madame IRMA... Le capitalisme, Jupiter et la propagande feront le reste !
" Quelle sorte de vie publique est celle où la communication c’est-à-dire la manipulation ou la propagande remplace la controverse ? " Philippe MEYER Nous aurons peine à les entendre jubiler en secret de l’arrivée de l’ouragan IRMA sur Saint-Martin et (...)
BELAIR Philippe
CUBA. Irma (Insurgente)
Cette femme en furie qui sème la dévastation sur son passage, nous donne une leçon de politique pratique. Elle nous annonce qu’elle se dirige vers Cuba et, de là, comme tout vulgaire boat-people, qu’elle mettra le cap sur La Floride pour aller y (...)
Sergio Serrano
Derniers commentaires
Comptez les morceaux !
La Grèce est devenue une colonie
La Grèce est devenue une colonie
La Révolution et ses éternels renégats - à propos des "critiques" du Venezuela
De l’aliénation jusqu’à la fin de vie
Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile
Menaces sur la paix et les droits des travailleurs, perspectives politiques.
Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile
1917-2017. (I) Face à la grande boucherie
Vive le Che !
Menaces sur la paix et les droits des travailleurs, perspectives politiques.
Les Rohingya du Myanmar – Des pions dans la guerre que les Anglais livrent aux Chinois par l’intermédiaire des djihadistes saoudiens
Les gloires de la République
Les rêves de la jeune Russie des Soviets, une lecture antiproductiviste de l’histoire du stalinisme
Les rêves de la jeune Russie des Soviets, une lecture antiproductiviste de l’histoire du stalinisme
De l’aliénation jusqu’à la fin de vie
De l’aliénation jusqu’à la fin de vie
Les rêves de la jeune Russie des Soviets, une lecture antiproductiviste de l’histoire du stalinisme
Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile
1917-2017. (I) Face à la grande boucherie
RSS RSS Commentaires


le 18 septembre 2017
vous étiez 15480 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.