RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Impérialisme de la duperie

Diana JOHNSTONE
Peu d’événements prometteurs ont manqué leur promesse autant que ce qu’on avait nommé de façon optimiste le printemps arabe. Il y a dix ans, des manifestations massives de protestation qui ont débuté en Tunisie et qui se sont rapidement étendues à l'Égypte ont été saluées comme le signe avant-coureur de la démocratie qui allait envahir le Moyen-Orient comme par un coup de baguette magique. Cela ne s'est pas passé ainsi. Le résultat a été la démoralisation en Tunisie, un régime militaire renforcé en Égypte, la destruction de la Libye en tant que nation viable, guerre et famine sans fin au Yémen, une Syrie en ruines, et pas une égratignure sur les nations les plus autocratiques de la région, à commencer par l'Arabie saoudite et le Qatar. La Libye a offert la preuve décisive que 'se débarrasser d'un dictateur' ne transforme pas automatiquement un pays en une nouvelle Suisse. La leçon à en tirer est que, lorsqu'il s'agit d'essayer d'unir et de moderniser des États-nations relativement nouveaux (en particulier (...) Lire la suite »
La "solution" Gramsci

Tuer Assange à petit feu.

Vladimir CALLER
La joie, l'enthousiasme furent très partagés lorsque le 4 janvier dernier, la juge britannique Vanessa Baraitser communiquait la décision du tribunal londonien de ne pas extrader Julian Assange aux Etats-Unis. La magistrate se payait une touche compassionnelle ; elle disait craindre pour la santé physique et mentale de l'inculpé en cas d'extradition, évoquant même des risques suicidaires. Manœuvre particulièrement habile et diabolique de l'administration de la justice de la (plus que jamais !) perfide Albion ; plus exactement, de ses mentors à la Maison blanche et au 10 Downing Street. Il fallait en effet « refuser », provisoirement, l'extradition pour – le cas échéant – pouvoir mieux l'organiser en temps opportun, tout en évitant le coût politique d'une mesure franchement impopulaire comme celle d'envoyer un lanceur d'alerte dans les griffes du Pentagone. Et nous disons « le cas échéant » parce que l'extradition en soi n'est pas, n'a jamais été l'objectif prioritaire des adversaires d'Assange ; (...) Lire la suite »

Le gouvernement français refuse toujours l’option "Zéro Covid"

Pierre Lagnel - Golias Hebdo

Des chercheurs ont établi une stratégie contre l’épidémie, fondée sur la science : le zéro covid. Son coût est très faible et elle suppose des changements profonds dans les décisions du gouvernement. Pour le moment, aucun ministre ne les a reçus malgré leurs demandes répétées depuis décembre dernier.

« Il faut freiner le virus », a enfin reconnu Emmanuel Macron au soir du 31 mars, plus d’un an après avoir décidé un premier confinement contre l’épidémie de Covid-19. C’est ce que lui demandent depuis des mois les soignants, les profs et des chercheurs. Cette fois, il annonce la fermeture des établissements scolaires pour quelques semaines, précisant : « Nous avons tout fait pour prendre ces décisions le plus tard possible et au moment où elles devenaient strictement nécessaires. » Le lendemain, devant l’Assemblée, le Premier ministre Jean Castex s’est lui aussi félicité : « Nous avons rapidement réagi en prenant ces derniers mois et ces dernières semaines plusieurs mesures fortes (...). Ces décisions ne sont jamais faciles ; elles obéissent à plusieurs exigences : (...) agir ni trop tôt ni trop tard, en s'adaptant en temps réel aux évolutions de l'épidémie (...). » C’est grâce à l’équilibre entre ces différents principes « que nous sommes parvenus depuis maintenant quatre mois à maintenir la situation sous (...) Lire la suite »

Comprendre les PSYOPs anti-Poutine : une préparation à la guerre

Le Saker

Il n’est pas exagéré de dire que dans la mythologie de l’Empire anglo-sioniste, Poutine est quelque chose d’apparenté à Satan ou, du moins, qu’il est une sorte de « Sauron » qui incarne le mal. Et nous avons tous entendu que récemment Biden, au cours d’une interview enregistrée, a déclaré que Poutine est « un tueur ». Lorsqu’on lui a donné la possibilité d’adoucir une telle déclaration, Jen Psaki n’a rien fait de tel. Nous pouvons donc conclure qu’il s’agissait d’une caractérisation officielle, délibérément planifiée, du dirigeant russe.

Ce type de langage n’a jamais été utilisé par les responsables occidentaux pendant la guerre froide, du moins pas au plus haut niveau. Alors pourquoi cette haine bouillonnante envers Poutine ? Intro : Une cause pour un prétexte Ce n’est pas parce qu’il est un ex employé du PGU, KGB, SSSR. Yuri Andropov était un ancien président du KGB, et il a beaucoup fait pour renforcer le KGB, son personnel et ses opérations. Pourtant, personne ne l’a jamais traité de tueur. Ce n’est pas non plus à cause de la Crimée ou du Donbass, du moins pas directement, car lorsque l’URSS a envahi la Tchécoslovaquie et, avant cela, la Hongrie, les politiciens occidentaux n’ont pas traité Khrouchtchev ou Brejnev de « tueurs ». Ce n’est pas pour avoir descendu le MH-17 (les dirigeants occidentaux savent tous que ce sont des mensonges créés par les services spéciaux occidentaux), parce qu’il y a eu pas mal d’avions de ligne civils abattus par divers États, mais cela n’a pas donné lieu à ce genre de diabolisation totale des dirigeants (...) Lire la suite »

L’incroyable histoire de l’avocat véreux de Georges Ibrahim Abdallah.

legrandsoir
Le Grand Soir peut être fier d'avoir si longtemps affiché en Une un appel aux dons pour que ce film existe. Merci à nos lecteurs donateurs. Le Covid retarde la sortie du film. Mais en attendant, voici un court extrait édifiant que nous envoie le réalisateur Pierre Carles. https://vimeo.com/532811316 C'est hallucinant ! Lire la suite »
13 

Georges Ibrahim Abdallah. Préparatifs d’anniversaire.

Badia BENJELLOUN
Mercredi 24 mars 2021 À Georges Ibrahim Abdallah Dans les rues dévalent les mémoires rougies des martyrs oubliés. Seuls les conservaient encore d’opiniâtres oeillets dans la touffe de leurs pétales sanglants. Les guerres conduisent aux guerres, du plus lointain que l’olivier se souvienne. Les mouettes sur le môle jacassent et les racontent. Hier, un drone a changé en poussière fine le fileyeur d’un pêcheur parti du port de Rimal, des vagues en colère se sont écartées puis se sont repliées pour accueillir l’homme disloqué. Des déchirures fugaces dans le temps donnent parfois naissance à des printemps lumineux où s’accordent les astres pour danser sur une musique composée dans un langage neuf. Dans peu de jours, le deux avril, les papillons hébétés de lumière défroisseront leurs ailes à Kobeyat pour rappeler aux collines boisées que tu y as vu le jour il y a soixante-dix ans. Les jardins se sont agrandis, l’enfance s’est élevée à la cime des cèdres. Le lieu, ses peupliers enveloppés d’un vert rajeuni, les (...) Lire la suite »
11 
Le Figaro interviewe une journaliste que les « Free Ouïghours ! », instruits par Le Monde disaient inventée par la Chine.

Ouïghours : catastrophe éditoriale pour "Le Monde" et les experts pacsés avec l’OTAN.

Jacques-Marie BOURGET

Sous le pseudonyme de Laurène Beaumond, une journaliste française qui a vécu 7 ans au Xinjiang, et s'est mariée là-bas, a publié une tribune sur le site de CGTN, la télévision chinoise. Sacrilège puisque le témoin contredit tous les propagandistes, ceux qui ignorent même où se trouve Ürümqi. La contre offensive de l'armada, affirmant que la journaliste n' n’existe pas, va sombrer. Ce qui nous donne une histoire drôle et une belle leçon de presse.

Le 28 mars, sous la signature de Laurène Beaumond, le site de la télévision chinoise CGTN publie une tribune intitulée « Mon Xinjiang : halte à la tyrannie des fake news ». Et le media précise que l’auteur est « une journaliste indépendante basée en France ». En voilà assez pour crier « au feu les pompiers », et alerter tous les propagateurs de certitudes sur le Xinjiang et la Chine. Le Monde, le quotidien qui n’écrit que la vérité, va tout de suite tenter de nous convaincre que cette journaliste n’existe pas, qu’elle est une invention de la propagande chinoise. Mais le fantasme du Monde va crever comme un chien au fil de l’eau, comme une vulgaire « fake news ». Un fausse nouvelle dans Le Monde ? Impossible. Aucun des sicaires, mobilisés pour attaquer la Chine a tout prix, n’a jamais mis le pied dans cette vaste contrée peuplée de multiples ethnies. Mais cela ne compte pas : s’informer peut vous déformer. Tout propos sur les Ouïghours n’ayant pas reçu le chrême de Glucksmann, BHL ou Clémentine Autain (grande (...) Lire la suite »
12 
L’article de la journaliste qui n’existe pas, selon Le Monde, suivi d’une déclaration de CGTN

« Mon » Xinjiang : halte à la tyrannie des fake news

Laurène BEAUMOND

Note de l’éditeur (CGTN) : Journaliste indépendante basée en France, doublement diplômée d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de la Sorbonne-IV et détentrice d’un Master de journalisme, Laurène Beaumond a travaillé dans différentes rédactions parisiennes avant de poser ses valises à Beijing où elle a vécu presque 7 ans.

L’article reflète les opinions de l’auteur, et pas nécessairement celles de CGTN Français.

Le monde serait-il devenu fou ? « Camps de concentration », « stérilisation des femmes », « travail forcé », « effacement culturel », « génocide »... D'où sortent ces termes qui renvoient aux heures les plus sombres de l'histoire de l'Humanité ? Qu'est-ce donc cette parodie de procès que l'on fait à la Chine à distance, sans aucune preuve concrète, sans aucun témoignage valable, par des individus qui n'ont jamais mis le pied dans cette région du monde – la région autonome ouïgoure du Xinjiang en Chine - dont il est certain que peu de personnes avaient entendu parler avant le début de cette année ? D'où viennent ces nouveaux pasionarias de la « cause ouïgoure », cette ethnie dont le sort ne préoccupait personne jusqu'ici ? Et les grandes marques étrangères qui ont annoncé arrêter d'utiliser le coton récolté dans le Xinjiang pour fabriquer leurs vêtements sont la goutte qui ont fait déborder le vase. Ces attaques donnent une bien piètre image d'un pays qui est sous le feu roulant de toutes les critiques possibles et (...) Lire la suite »

L’étincelle du 18 mars (les leçons de la Commune, I)

Bruno GUIGUE

Commémorer le cent cinquantième anniversaire de la Commune, à quoi bon ? Célébrer l’insurrection héroïque du peuple parisien, raviver la mémoire de ce magnifique soulèvement contre la trahison nationale et l’oppression sociale, oui, certes. Mais à quoi aura servi cet héroïsme, si l’on n’en tire aucun enseignement pour le présent ?

Le meilleur hommage qu’on puisse rendre aux Communards, c’est de considérer leur histoire avec lucidité. C’est de rendre justice à ces hommes et à ces femmes immolés par le capital, sans tomber dans l’apologie béate que facilite l’omission des faiblesses et des contradictions. C’est de relire l’histoire de la Commune sans parti pris hagiographique, en la resituant dans le champ d’une lutte des classes qui continue aujourd’hui. Comme l’écrit Lissagaray, le meilleur historien de la Commune : ce serait « un ennemi » celui qui « flatterait, bâtirait de fausses légendes soi-disant révolutionnaires », il serait « aussi criminel que le cartographe qui, pour les combattants de demain, ferait des graphiques menteurs ». Certains trouvent qu'on en parle un peu trop, comme François Furet, grand-prêtre de l'idéologie dominante appliquée aux études historiques, pour qui « aucun événement de notre histoire moderne n'a été l'objet d'un pareil surinvestissement d'intérêt, par rapport à sa brièveté ». Mais selon quel critère (...) Lire la suite »
Ouïghours : un administrateur du Grand Soir enflamme France Inter

Etudiants dans le besoin : ouvrez une boutique de chasseur de "fake news".

Jacques-Marie BOURGET

Simone Weil nous a tout appris en nous donnant un conseil " Croire à l'histoire officielle c'est croire des criminels sur parole". Mais les indignés sur commande qui font commerce de la vérité n'ont jamais lu Simone Weil. Alors, nouveaux chiens de garde, ils aboient pour le compte de leurs maîtres quand un aventurier ou un naïf, peut être un courageux, s'en vient à ne plus croire les criminels sur paroles. Et les dénonce. Ici les fusils des chasseurs de "fake news" les attendent. Le goudron et la plume, la boue aussi.

France Inter est une radio d’Etat que je n’écoute jamais. Seulement quand un quidam me transmet « un lien » me dirigeant « en streaming » vers un moment de grossièreté ou de mensonge. Les gestes barrière s’imposant, j’enfile alors des protections d’oreilles. J’ai donc été contraint de me coiffer d’une charlotte double couche pour découvrir des propos tenus le 26 mars dernier lors d’une séquence matinale de la radio officielle, bavardage intitulé « Antidote » (nous verrons plus loin que ce remède est pire que le mal). Un dénommé Tristan Mendès France, un citoyen qui, visiblement à son rond de serviette dans la maison ronde, pérorait à propos d’un livre « Ouïghours, pour en finir avec les fakes news », une enquête rédigée par Maxime Vivas. Visiblement, pour le sagace agacé Tristan Mendès France, Vivas, en écrivant ses pages, a commis un crime contre l’humanité. Voire un génocide. Puisqu’il est apparent que Mendès n’a pas lu le bouquin dont il dit le plus grand mal, il utilise la vieille technique du dénigrement (...) Lire la suite »
37 

Comprendre les crises en Haïti

Romain MIGUS

Haïti la belle, la rebelle. Première Nation à se libérer du joug colonialiste pour fonder une république solidaire qui soutiendra les velléités d’indépendance de ses frères latino-américains.

Si les noms de Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines ou encore Jean-Bertrand Aristide peuvent encore résonner comme familier en dehors du pays, Haïti est devenu depuis quelques années, trop souvent synonyme de tragédie humanitaire et de catastrophe naturelle pour le plus grand nombre.

Cette tentative de « naturaliser » les problèmes économiques et sociaux a une double conséquence au sein de l’opinion publique internationale. D’une part, elle établit une tendance à s’en remettre au « hasard » ou à « la malchance » pour comprendre l’Histoire récente du pays. Comme conséquence de cette « naturalisation » des « problèmes » de l’ile, aucune cause politique n’est prise en compte au moment d’expliquer les situations de rébellion qui secouent Haïti depuis maintenant quatre ans. D’autre part, cette absence de référence politique laisse penser que les haïtiens sont incapables de résoudre seuls leurs problèmes économiques et sociaux. Et que, par conséquent, ils auraient besoin de manière récurrente d’une « aide » extérieure, qui, dans l’histoire du pays, s’est de nombreuses fois concrétisée par la violation de la souveraineté haïtienne. Pourtant, cette image d’Épinal d’un pays martyrisé par la fatalité est venue se fracasser sur l’icône d’un peuple en lutte, dont les mobilisations réunissent plusieurs centaines (...) Lire la suite »
12 

La guérilla au Paraguay

Loic RAMIREZ
Qu'est-ce que l'Ejercito del Pueblo Paraguayo ? Au début, on n’y prête pas attention. On ne les voit pas. Puis une fois que vous en avez remarqué un, vous les remarquez tous. Accrochés aux fenêtres, aux portes, aux poteaux et jusque sur les arbres. Partout, se distinguent des rubans blancs dans les rues ensoleillées de la ville de Concepción, située dans le nord du Paraguay. Ils symbolisent le soutien des habitants à l’égard d’Oscar Denis, ancien vice-président de la République, enlevé le 9 septembre 2020 par un groupe d’hommes armés dans le district de Yby Yau, dans le département limitrophe d’Amambay. « La solidarité a été forte dans tout le pays » affirme Beatriz Denis, fille du disparu. « Mais depuis plusieurs mois nous n’avons aucune nouvelle des ravisseurs, nous avons pourtant respecté toutes les exigences, réparti tous les vivres ». Revendiqué par l’Armée du peuple paraguayen (l’EPP, Ejército del Pueblo Paraguayo), l’enlèvement de cet ancien sénateur de 74 ans, natif de la région, s’est accompagné (...) Lire la suite »

La guerre partout : le vrai problème, ce sont les États-Unis !

Michel TAUPIN

Devant la montée de la multipolarité, les Yankees s’affolent. Biden veut en découdre. Il a choisi l’Ukraine, tête de pont de l’OTAN, pour organiser son agression contre la Russie et Taïwan pour provoquer la Chine. La guerre couve... mais l’insulte et la menace ne sont-elles pas la marque des faibles ?

Depuis quelques jours, Kiev renforce sa ligne de front à l’est de l’Ukraine face au Donbass que le président Zelensky, ancien amuseur public mais véritable marionnette de Washington, veut ramener par la force dans le giron de l’Ukraine. Chars d’assaut et canons de divers calibres sont amenés par trains entiers à proximité de la zone pro-russe et souvent dans des zones d’habitation. Les bombardements sur les quartiers civils du Donbass s’accélèrent. L’artillerie ukrainienne ajuste ses tirs. Des drones téléguidés survolent le pays pour repérer les cibles potentielles. De nombreuses incursions sont effectuées pour tester la vigilance des séparatistes. Tout semble s’organiser pour une attaque d’ampleur des troupes ukrainiennes dans les prochains jours. Mais Kiev ne peut engager seule, une telle bataille. L’Ukraine n’a pas les moyens d’affronter le Donbass soutenu par la Russie. Vladimir Poutine sait très bien que si le Donbass est repris, ce sera au tour de la Crimée. La riposte Russe ne se fera sans doute (...) Lire la suite »
25 

Mettre l’économie au service des travailleurs ! Mesure n°6 : Stopper toutes les contre-« réformes » maastrichtiennes

PRCF

Situation : Un démantèlement accéléré des bases productives et des grandes infrastructures du pays. C’est la dernière lubie de la Macronie : le projet « Hercule », qui vise à séparer les activités rentables d’EDF de « celles qui ne le sont pas » pour ouvrir au privé le capital des premières. Une énième illustration de la politique économique et dé-productive menée depuis des décennies d’euro-politiques ayant débouché sur le triple désastre de la désindustrialisation, des fusions transcontinentales détruisant la souveraineté productive, et la privatisation galopante de toutes les infrastructures de la France.

1) La dramatique désindustrialisation et ses désastreuses conséquences sociales C’est désormais une triste habitude : pas un jour ne passe sans que soit annoncé un plan de licenciements dans l’industrie, quel que soit le secteur : automobile avec la fermeture du site de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) dont les activités sont transférées à Flins (Yvelines) ; pneumatique, à l’image de la fermeture du site de Bridgestone à Béthune (Nord) débouchant sur le licenciement de 863 salariés – un « assassinat prémédité » selon le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand – tandis que Michelin a annoncé la suppression de 2.300 postes ; pharmaceutique, comme le montre l’annonce par Sanofi de son intention de supprimer 1.000 postes dans la recherche-développement en France – alors même que la France est incapable d’enrayer efficacement la crise sanitaire ; agroalimentaire, comme le prouve l’annonce par le groupe Danone de la suppression de 400 postes (sur 2.000) et l’intention d’Auchan de licencier environ 1.000 (...) Lire la suite »
16 

Interview du Ministre de la Justice de Bolivie sur le cas Jeannine Añez

Romain MIGUS

Dans cette interview exclusive, Ivan LIMA, le Ministre de la Justice et de la Transparence institutionnelle de l’État plurinational de Bolivie répond à nos questions sur le cas Jeannine Añez.

Le ministre explique la situation et démonte les diverses Fakes news et autres réécritures de l’Histoire auxquelles se livrent en ce moment les médias, qui encore hier, soutenaient le coup d’État contre Evo Morales,

Sommaire : 1min16 : Quels sont les processus judiciaires qui ont aboutit à l'arrestation de Añez et d'autres personnalités politiques ? 5min24 : Quelles sont les garanties judiciaires et en matière de droits de l'Homme offertes par l'État bolivien ? 8min14 : Comment analyser les récentes attaques médiatiques et politiques au système judiciaire bolivien ? 11min27 : Certains accusent la justice bolivienne de pratiquer un "lawfare de gauche", quelles sont les différences avec la judiciarisation de la politique dans d'autres pays d'Amérique Latine qui a conduit à écarter ou emprisonner des leaders comme Dilma Rousseff, Lula, Jorge Glas, Cristina Kirchner ou Rafael Correa ? Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Il disait avoir eu la joie d’être attaqué violemment par les journalistes

Alain Finkielkraut l’accusa de conduire une « critique totalitaire ». Edwy Plenel, condamna sa « vision schématique de l’univers médiatique ». Philippe Sollers le jugea « stalinien typique » et « mauvais écrivain ». Olivier Mongin (directeur de la revue Esprit) le peignit en « singe savant militant », chef d’une « voyoucratie intellectuelle ». Françoise Giroud a vu dans ses textes « aigreur et lieux communs ». Il est ce que « les années 1960 nous lèguent de plus éculé », a décrété Bernard-Henri Lévy. Chez lui, « il n’y a rien, il n’y a pas un fait. Il n’y a pas un fait, il n’y a que des diatribes, il n’y a pas un fait », s’exaspéra Daniel Schneidermann. Pierre Nora qualifia sa réflexion de « réductrice, simplificatrice, faussement scientifique et… pas vraie ». Alain Minc le décrit comme « fou d’orgueil, narcissique, manipulateur, hypocrite, pervers, grandiloquent, ridicule, insupportable, et cette litanie à la comtesse de Sévigné pourrait continuer sans fin. Cet homme a noyauté les réseaux universitaires avec l’intelligence des bolcheviks ». Laurent Joffrin, dénonça sa vision fantasmagorique, déstructurante et paranoïaque du monde, que l’on retrouve aussi bien à l’extrême gauche qu’à l’extrême droite ».

Telles sont quelques-unes des avanies essuyées par le sociologue Pierre Bourdieu, professeur au Collège de France, l’intellectuel français le plus cité dans le monde.

Théophraste R. Lecteur d’un certain livre hétérodoxe sur les Ouïghours, (La prudence me dissuade d’en dire le titre et l’auteur).






 
Voir aussi
« Ouïghours, pour en finir avec les fake news »
Le livre que le Canard enchaîné a failli lire avant d’en parler
Le timide signataire (« JC » ?) de l’article (bâclé) du Canard a essayé de résumer le contenu de mon livre sans manifestement l’avoir lu. Il prétend que mon livre est entièrement consacré à réfuter l’existence des camps et du travail forcé. Que nenni : Il (...)
Maxime VIVAS
2022 : " Sortir du faux duel et vrai duo Macron-Le Pen"
Fadi Kassem, agrégé de l’université, syndicaliste, secrétaire national du Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) et porte-parole de l’Alternative rouge-tricolore, propose de remettre le concept de souveraineté nationale et populaire au centre (...)
Fadi Kassem
17 
Algérie : La véritable révolution
La célébration du deuxième anniversaire du Hirak ainsi que les manifestations qui ont eu lieu dernièrement ont fait rebondir le débat et la confrontation sur la question des voies et moyens du passage à la stabilité démocratique en Algérie. Car telle (...)
Djamel LABIDI
Le Monde Diplomatique (avril 2021)
Les États-Unis font le pari du risque systémique selon Serge Halimi : « Trois jours avant l’entrée de M. Donald Trump à la Maison Blanche, le président chinois Xi Jinping se rendit à Davos. Il y mit en garde les États-Unis contre le protectionnisme. (...)
Bernard GENSANE
Le Xinjiang et l’inconscience de la meute médiatique française
Antoine Bondaz, le chasseur déguisé en chercheur
Il a dit quelque part que mes écrits faisaient rire les experts. Je le comprends puisque je n’ai pas sa rigueur de scientifique, de spécialiste de la Chine, surtout du Xinjiang, de la démocratie, des médias, de la charte des journalistes, du métier (...)
Maxime VIVAS
11 
Ils sortent leurs proches de l’EHPAD
Epuisées par l’attente interminable d’un allègement des restrictions, certaines familles prennent aujourd’hui la décision de sortir leur proche de la maison de retraite. Témoignages. Depuis trois mois, Céline a repris sa mère à la maison après deux ans (...)
Pryska DUCOEURJOLY
Sur demande, cette lettre (28 mars) du blog de Bernard Gensane est publiée ici
LETTRE A TRISTAN MENDES-FRANCE, FRANCE-INTER A PROPOS DE MON PERE, MAXIME VIVAS, LE GRAND SOIR
J’écoute France Inter, l’émission Antidote, et vous parlez, Tristan MENDES-FRANCE, de mon père, Maxime VIVAS, écrivain et cyberjournaliste. Dans votre chronique du vendredi 26 mars, vous commettez, en moins de 3 minutes 10, deux mensonges, une (...)
Frédéric VIVAS
Jean Quatremer : un perroquet à l’aise sur Arte
À la fin du « 28 minutes » du vendredi 26 mars 2020, ARTE nous a une nouvelle fois gratifiés d’un grand moment de journalisme aligné… L’animateur, Renaud Dély, avait demandé à un des invités, Jean Quatremer, de commenter une photo représentant « une (...)
André LACROIX
L’apprentissage : une nouvelle rente pour l’exploitation des jeunes
Macron se sert de la crise pour faire avancer sa vision néolibérale de la société. son plan de relance n’en est pas un. Il se situe dans la continuité de la politique de l’offre menée depuis Hollande. Cela consiste à déverser sur les entreprises, et (...)
Jean-Luc MELENCHON
Mes arguments dialectiques sur la situation au Xinjiang
Cette marche Nord/Ouest de la Chine a une histoire mouvementée : c’est une zone d’instabilité, de conflits et de rivalités depuis deux millénaires au moins. Vous m’excuserez d’être un peu long mais vu l’âpreté des débats en cours ici sur mon blog en (...)
Paul JORION
L’UE et Uber veulent-ils, comme Marx, abolir le salariat ?
Il ne se passe pas de semaine sans que l’UE et consorts ne s’attaquent au salariat soit par la grande porte (destruction des retraites, de l’assurance chômage, de la sécurité sociale) soit par la petite (réduction des salaires, allongement des (...)
Dominique MUSELET
La Commune
L’autre soir , comme de plus en plus de Français semble-t-il, je regardais Arte. Au menu Les damnés de la commune, un film de Raphaël Meyssan. Intelligent et poignant. Cela m’a rappelé un mot de ma fille au début des années 80. En rentrant, (...)
Pierre SAUVE
L’impuissance théorisée en purisme identitaire obtus
Après une vie militante bien remplie et relativement longue, sous parvenons parfois à être surpris par les analyses de certains de nos camarades. Quand nous disons surpris c’est un euphémisme pour ne pas dire ahuri, consterné, accablé, atterré. (...)
Antoine MANESSIS
13 
Covid-19 : de la vague épidémique à la vague psychiatrique…
Le militant anti-vaccin Pfizer Jean-Bernard Fourtillan a été interné dans l’hôpital psychiatrique d’Uzès (Gard) le 10 décembre 2020. Il avait été vu dans l’excellent documentaire “Hold-Up”. Cet internement a été effectué dans un silence assourdissant. (...)
Jimmy DALLEEDOO
25 
Féminisme de classe prolétarien et féminisme interclassiste bourgeois
La question du féminisme a récemment fait l’objet d’une vidéo de nos jeunes camarades du « centre Maïakovski[1] » [2]. Ils défendent dans cette vidéo la thèse du Parti Marxiste-Léniniste (Reconstruction Communiste) – PML(RC), parti espagnol se revendiquant (...)
Marc-JRCF/JCPE
Derniers commentaires
Comprendre les PSYOPs anti-Poutine : une préparation à la guerre
Le gouvernement français refuse toujours l'option "Zéro Covid"
Comprendre les PSYOPs anti-Poutine : une préparation à la guerre
Ouïghours : catastrophe éditoriale pour "Le Monde" et les experts pacsés avec l'OTAN.
Le gouvernement français refuse toujours l'option "Zéro Covid"
Le gouvernement français refuse toujours l'option "Zéro Covid"
Comprendre les PSYOPs anti-Poutine : une préparation à la guerre
Le gouvernement français refuse toujours l'option "Zéro Covid"
Le gouvernement français refuse toujours l'option "Zéro Covid"
L'incroyable histoire de l'avocat véreux de Georges Ibrahim Abdallah.
Antoine Bondaz, le chasseur déguisé en chercheur
Le livre que le Canard enchaîné a failli lire avant d’en parler
Georges Ibrahim Abdallah. Préparatifs d’anniversaire.
2022 : " Sortir du faux duel et vrai duo Macron-Le Pen"
Covid-19 : de la vague épidémique à la vague psychiatrique…
Enquête sur la gestion de la pandémie
Ouïghours : catastrophe éditoriale pour "Le Monde" et les experts pacsés avec l'OTAN.
2022 : " Sortir du faux duel et vrai duo Macron-Le Pen"
L'incroyable histoire de l'avocat véreux de Georges Ibrahim Abdallah.
2022 : " Sortir du faux duel et vrai duo Macron-Le Pen"
RSS RSS Commentaires

le 10 avril 2021
vous étiez 5689 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.