RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Assaut contre Wikileaks (première partie) : Freedom of the Press Foundation coupe les donations à Wikileaks

LLAMA

Voici la première d’une série d’articles sur Wikileaks. Julian Assange a lui-même "validé" leur contenu (par un tweet) tout en précisant qu’il n’était pas en mesure de se prononcer sur les motivations réelles de certaines personnes mentionnées ni sur les accusations portées par l’auteur.

Eh bien, c'est officiel. Si vous êtes Julian Assange et que votre compte Twitter disparaît pendant 24h, attendez vous à voir fleurir une liste de théories conspirationnistes plus longue que la frontière du Texas. Mais si vous êtes l'éditeur le plus persécuté de la planète qui n'a jamais eu à publier une seule rétractation et que votre financement est coupé par l'organisme même que vous avez aidé à créer spécifiquement pour vous assurer que votre financement ne sera pas coupé, attendez-vous à un silence assourdissant. Ok, peut-être pas assourdissant, mais le fait est qu'il y a eu très peu de réactions sur l'annonce faite par la Freedom of the Press Foundation sur Twitter (via Micah Lee) il y a presque trois semaines, que l'organisation n'accepterait plus de dons au nom de Wikileaks à partir du 1er premier janvier 2018. Donc, pour ceux d'entre vous qui l'ont raté parce que ça n'a pas fait beaucoup de gros titres, laissez-moi vous raconter ce qui s'est passé. La Freedom of the Press Foundation (FPF), une (...) Lire la suite »

Tête haute tête baissée

Yann FIEVET
Les hommes – et les femmes – du Président, tout comme le Président soi-même, gouvernent la tête haute. Ils sont pétris de certitudes, sont convaincus que leurs prédécesseurs n’ont pas su ou pas voulu aller assez loin dans « les réformes indispensables à la France », sont persuadés que le moment de faire le grand bond en avant est enfin arrivé et que demain l’Histoire pourrait leur reprocher d’avoir failli face à ce grand dessein qui leur incombe. A aucun moment ils ne se demandent si d’autres voies que celles qu’ils entendent faire emprunter au pays seraient plus propices à suivre face aux nombreux périls du temps. Leur frénésie de réformes en profondeur est confortée par un Parlement massivement et béatement acquis à la cause présidentielle. Tout va passer à la moulinette gestionnaire ou sous le prétexte de l’Etat d’urgence : le statut des fonctionnaires, le baccalauréat, la protection des salariés, le droit d’asile et à l’hospitalité, l’hôpital public, la démocratie locale et la démocratie tout court, le droit (...) Lire la suite »

"L’autre" nord-coréen

Louis, militant JRCF
S’il est des propos de Montaigne, l'auteur des Essais, qui ont traversé les siècles jusqu’à nous, ce sont bien ceux où il critique l’ethnocentrisme de ses contemporains. La célèbre phrase, tirée du chapitre intitulé « Des cannibales » (Livre I, chapitre 30), selon laquelle « chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage » [1] est une référence qui s’est échappée des cénacles philosophiques. Et il faut s’en réjouir. Montaigne poursuit la critique de son temps en expliquant que « nous n’avons d’autre critère de la vérité et de la raison que l’exemple et idée des opinions et usages du pays où nous sommes » et qu’ainsi « là est toujours la parfaite religion, la parfaite police, parfait et accompli usage de toutes choses. » [2] Ainsi, nous sommes en cela les dignes héritiers de Montaigne, car voilà bien quelque chose que l’on ne peut reprocher à notre temps, lui qui excelle dans le culte de l’autre, de l’altérité, de la diversité. Ce culte s’accompagne d’une curiosité qu’il faut saluer et qui est exercée à la fois (...) Lire la suite »

Nos cris d’indignation à propos du siège de Ghouta sonnent creux car nous ne ferons rien pour sauver les civils. (The Independent)

Robert FISK

Comment pouvons-nous protester alors que nous ne faisons rien contre l’opposition islamiste armée à Assad (je ne parle pas ici de l’EI) ou que nous n’essayons même pas d’organiser notre propre cessez-le-feu, même avec l’aide de la Russie ? Après tout, cela fait des années que nous armons ces gens-là.

Voilà, ci-dessous quelques cruelles réalités à propos du siège de la Ghouta qui ont été enterrées sous de vrais décombres couverts de vrai sang, ainsi que sous d’hypocrites manifestations apocalyptiques d’horreur occidentales. C’est Sergey Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, qui a énoncé la première et la plus importante de ces réalités en déclarant lundi que Moscou et le gouvernement syrien « pourraient faire bénéficier [la Ghouta] de l’expérience acquise lors de la libération d’Alep ». Cette simple phrase – qu’on peut traduire par « il faut tirer les leçons d’Alep » – a été considérée par les rares personnes qui y ont prêté attention, comme un avertissement que la Ghouta allait être détruite. Mais pendant de nombreux mois, les Russes et les Syriens, ont tout tenté pour faire sortir les civils syriens de d’Alep-Est avant de la reprendre ; après que les troupes syriennes ont énormément progressé dans la banlieue, il y a eu, en effet, un exode des innocents et des opposants armés au régime ont aussi pu (...) Lire la suite »

Réveillons-nous, ils sont devenus fous !

Michel RAIMBAUD

Depuis maintenant sept ans, la Syrie est en guerre. Ce pays aimable, tolérant, hautement civilisé que même ses détracteurs ne pouvaient s’empêcher de trouver beau et attachant est d’ores et déjà confronté à un formidable défi, celui de l’après-guerre. Les assaillants barbares venus de cent pays, atlantistes comme islamistes, se sont acharnés à vouloir en détruire les richesses, les infrastructures, les capacités, les monuments, les beautés naturelles afin de le rayer de la carte. Ils ont aussi et surtout tenté de broyer le peuple syrien, d’effacer sa mémoire et son identité afin de l’anéantir.

Avec la complicité d’une soi-disant « communauté internationale » en trompe-l’œil, ils s’emploient maintenant à le priver, autant qu’il sera possible, de toute perspective d’avenir, en lui volant ses droits imprescriptibles : disposer de lui-même, décider, sans ingérence étrangère, de son destin et de son régime politique. Sans pudeur et sans vergogne, les mêmes assaillants ne cachent pas leurs velléités de replacer l’avenir, notamment constitutionnel, de la Syrie sous « tutelle onusienne », c’est-à-dire sous mandat, autant dire sous le joug colonial. Afin d’effacer l’empreinte géographique d’une Syrie mère de la civilisation (y compris la nôtre), peut-il y avoir un moyen plus efficace que de disperser un peuple et surtout de briser un Etat qui a commis le crime de lèse-majesté ? En effet, au final, l’entreprise est destinée à faire de ce qui fut jadis une grande Syrie un archipel de mini-entités, et de son peuple une mosaïque tribalisée ayant vocation à être vaporisée en une vaste diaspora : dans une première (...) Lire la suite »

Gaviria Ocampo : « Près de 40 % du budget de la Colombie dilapidés en guerre et dette » (El Salto)

William Gaviria Ocampo

L’économiste colombien, William Gaviria Ocampo, dresse une description alarmante de la situation qu’affronte le peuple colombien suite à la négociation de paix entre le gouvernement et la guérilla des FARC.

William Gaviria Ocampo est un économiste et universitaire colombien. Il fait partie du mouvement syndical du pays et depuis plus de 30 ans dirige le syndicat UNEB des employés de banques (Industria Unión Nacional de Empleados Bancarios). Il est par ailleurs procureur national de la Fédération colombienne des syndicats du secteur bancaire (Federación Colombiana de Sindicatos Bancarios, Fenasibancol), organisations qui font partie du réseau du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM) et de la Plateforme pour l’audit citoyen de la dette publique en Colombie. Jérôme Duval : Quelle est la situation du peuple colombien au regard de la satisfaction des besoins essentiels ? William Gaviria Ocampo : La Colombie a été un pays privilégié en Amérique latine car c’est un des pays les plus riches en biodiversité, ressources naturelles et production de matières premières dans le monde. C’est un pays qui possède des ressources suffisantes pour offrir une qualité de vie excellente à toute sa population. (...) Lire la suite »

Démantèlement de la SNCF : avec 30 ans de retard, Macron va-t-il répéter les mêmes erreurs que les Britanniques ?

Olivier Petitjean

Le gouvernement envisage d’accélérer la libéralisation du rail et la transformation, sinon le démantèlement, de la SNCF. Les recettes proposées sont les mêmes que celles qui ont été appliquées aux autres entreprises publiques, de France Télécom à EDF, et qui n’ont bénéficié ni aux salariés ni aux usagers. L’exemple de la libéralisation des chemins de fer britanniques, initiée dans les années 1990 et marquée par une succession de faillites et de scandales, devrait pourtant inciter à la prudence. Au Royaume-Uni, un mouvement pour la ré-appropriation de ce service public par les usagers et les salariés prend de l’ampleur.

Le 15 février, Jean-Cyril Spinetta, ancien PDG d’Air France et ancien président d’Areva, a rendu public un rapport sur l’avenir de la SNCF et du rail en France. Ce 19 février, le gouvernement vient d’ouvrir une période de concertation sur ce nouveau chantier, en recevant direction de l’entreprise publique et syndicats. Transformation de la SNCF en société anonyme, ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires, voire de la gestion du réseau, fin programmée du statut de cheminot, suppression des dessertes jugées non rentables… Les préconisations du rapport Spinetta n’ont rien pour surprendre, tant elles correspondent aux « recettes » appliquées précédemment à d’autres entreprises publiques, de France Télécom à EDF, en passant par La Poste. Elles ont immédiatement été reprises à son compte par le gouvernement, qui a annoncé l’ouverture d’une période de concertation en vue de leur mise en œuvre. La « réforme » – sinon le « démantèlement » – du service public ferroviaire serait rendue nécessaire et inéluctable (...) Lire la suite »

Derrière la démographie, le désespoir social.

Fabrice AUBERT
Avertissement au lecteur : Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit de papier visant à démontrer une idée, tellement je considère que les éléments du quotidien sont suffisamment présents sur les « trottoirs du business ». Mais la démographie, dans une société est un élément essentiel, qui conditionne le devenir des sociétés. Alors j’ai repris ma plume « d’économiste marxiste » revendiqué, au sens où au-delà du concept de « lutte de classes », dont je ne parle pas, j’essaie, en ce bi-centenaire de la naissance de K.Marx, de démonter les données démographiques pour leur donner un sens historique, en m’appuyant sur les observations scientifiques et des journaux qui ne sont pas marxistes, car tel est pour moi la grande force d’une « approche marxiste ». Utiliser des éléments ou des journaux de la « presse bourgeoise » (Le Figaro, Atlantico) pour arriver à la démonstration de mon titre. Rappelons ici que le sous-titre du Capital, s’intitule simplement « critique de l’économie politique » et qu’il a construit cette (...) Lire la suite »

Guerre, dictature, démocratie : cherchez l’erreur

Bruno GUIGUE
“Le vieux combat entre les démocraties et les régimes autoritaires est de retour. Trois jours de débats à la conférence de Munich sur la sécurité ont livré ce diagnostic : l’Occident se sent assiégé, défié, déstabilisé. Et les coupables sont nommés : la Russie et la Chine, ces deux puissances « révisionnistes » qui défient l’ordre mondial libéral et sèment la dissension aux États-Unis et en Europe.” Un morceau de bravoure, cette tirade ! Publiée dans La Croix du 18 février 2018 sous la plume de François d’Alençon, elle prétend résumer la conférence internationale annuelle sur la sécurité qui s’est tenue à Munich du 16 au 18 février. Comme elle condense parfaitement la bouillie pour les chats qui tient lieu de discours officiel aux pays occidentaux, elle mérite le détour. On y apprend, donc, que “le vieux combat entre les démocraties et les régimes autoritaires est de retour”. Si l’on suit notre analyste, ces pauvres démocraties tremblent comme des feuilles. C’est inquiétant, avouons-le. A croire que la peur s’installe, (...) Lire la suite »
17 
"L’infléchissement stratégique” de Clémentine Autain serait un coup de barre à droite.

France soumise ou France Franchement insoumise ? la FI à la croisée des chemins

Georges GASTAUD, Antoine MANESSIS

par Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF et Antoine Manessis, secrétaire de la Commission action unitaire du PRCF

Clémentine Autain demande à Jean-Luc Mélenchon “d’infléchir sa stratégie”. La députée appelle La France insoumise à “agréger” davantage à gauche. “Nous devons agréger plus encore pour bâtir l’alternative à Macron : des individus écœurés par la gauche et par la politique mais aussi des courants historiques, des forces constituées, des intellectuels et des artistes, des corps intermédiaires”, déclare la députée d’Ensemble, une des composantes de feu le Front de gauche. Pour l’élue, “l’Histoire ne peut être balayée d’un revers de la main et si l’on vise la constitution de majorités, aucune voix éprise de rupture sociale et écologiste ne peut manquer”. Clémentine Autain juge ainsi sévèrement la brouille entre le PCF et les Insoumis, appelant cette dernière à mener “clairement” une discussion stratégique avec le PCF, “mais sans humilier ni mépriser”. A propos du PS, Clémentine Autain se félicite que La France insoumise se sépare de la gauche qui s’est “laissée prendre par le pouvoir et l’argent”. Mais, insiste-t-elle, “si nous (...) Lire la suite »
93 

Plaidoyer pour Salah Hamouri

Bérenger TOURNE (avocat)

" La défense de Salah Hamouri que j’ai l’honneur d’assurer, ici en France, c’est-à-dire à lointaine distance, pourrait s’apparenter à se battre contre un moulin à vent, alors qu’il n’est aucun prétoire pour plaider sa cause, ni ici en France, ni même là-bas, en Israël, si j’en crois mes confrères palestiniens, Sahar Francis et Mahmoud Hassan, auxquels j’adresse un salut confraternel et admiratif.

Salah Hamouri, j’avais déjà pu le défendre, en quelque sorte par procuration, il y a à peu près cinq ans, lorsque le CRIF intenta un mauvais procès au Président de l’AFPS de l’époque, qui n’était autre que M. le député Jean-Claude Lefort, dont on sait les peines et soins pour la Palestine et le combat permanent, depuis bien plus d’une décennie, pour la liberté et l’honneur de celui qui deviendra son beau-fils. Alors qu’il m’est à nouveau confié sa défense, me voilà assez démuni, n’ayant comme autre contrepartie que les pouvoirs publics et les institutions françaises, dont mon propre ordre, auxquels je voudrais, dès lors, par votre entremise, m’adresser ce soir. Je voudrais tout d’abord leur dire quelques mots sur le sort réservé à Salah Hamouri, qui n’a pas, en tant que notre compatriote, notre concitoyen, droit à tous les égards que sa nationalité française devrait pourtant lui faire bénéficier. Salah Hamouri est détenu en, et par Israël, sans jugement, ni inculpation, depuis désormais six mois. Une détention (...) Lire la suite »

Etats-Unis : Impérialisme contre ultra-impérialisme.

Jean-Claude PAYE
La dernière réforme fiscale US, promulguée le 22 décembre 2017, s’inscrit en droite ligne des précédentes : elle procède à une redistribution de richesses vers les revenus les plus élevés. Les contribuables les plus riches, représentant 1 % du total, ceux déclarant un revenu supérieur à 500.000 dollars, verront leurs impôts diminuer de 60 milliards de dollars par an, autant que 54 % des américains, ceux gagnant entre 20.000 et 100.000 dollars. Ceux qui ont un revenu compris entre 100.000 et 500.000 dollars bénéficieront d’une baisse de 136 milliards de leurs impôts. Ces contribuables représentent 22,5 % de la population taxable, le même nombre que ceux qui gagnent moins de 20.000 dollars et qui ne pourront se partager que 2,2 milliards, c’est à dire 0,15 % des rentrées fiscales. [19] Quant à la taxation des profits internationaux des multinationales, elle s’aligne sur les procédures européennes. Elles ne seront désormais imposées que sur leurs revenus américains et non plus mondiaux. L’objectif est que ces (...) Lire la suite »

Maison Blanche : ’L’Irak a le virus Antrax’ ’La Russie a créé NotPetya’.

Moon of Alabama
Hier soir, la Maison Blanche a accusé l'armée russe d'avoir créé et propagé le malware destructeur 'NotPetya' qui, en juin 2017 a infesté de nombreuses entreprises internationales : Déclaration du porte-parole En juin 2017, l'armée russe a lancé la cyber-attaque la plus destructrice et la plus coûteuse de l'histoire. L'attaque, surnommée 'NotPetya', s'est rapidement propagée dans le monde entier, causant des milliards de dollars de dégâts en Europe, en Asie, et dans les Amériques. Elle s'inscrivait dans le cadre des efforts continus du Kremlin pour déstabiliser l'Ukraine, et témoigne toujours plus clairement de l'engagement de la Russie dans le conflit en cours. Il s'agit également d'une cyber-attaque irresponsable et tous azimuts qui aura des conséquences internationales. Cette déclaration ressemble à s’y méprendre aux déclarations précédentes accusant l’Espagne d’avoir fait exploser le Maine ou Saddam Hussein d’avoir des armes de destruction massive. Ni les États-Unis ni personne d'autre n'a (...) Lire la suite »

Al-Amiriyya : il était une fois, un bombardement sur l’Irak…

Sinan ANTOON

La mémoire collective irakienne regorge de souvenirs de souffrances et de pertes. Ces dernières années n’ont fait qu’accroître les monceaux de cadavres et de décombres, avec tout ce que cela représente, dans un pays ravagé par des décennies de dictature brutale, de sanctions génocidaires et de guerres.

L’invasion anglo-américaine de 2003 (également connue sous son nom orwellien d’« Opération pour la liberté en Irak ») a démantelé ce qui restait de l’Etat irakien après les guerres et les sanctions. Elle a également généré et normalisé la politique du chaos, de la corruption et des guerres civiles sectaires. L’État islamique d’Irak et du Levant (ISIL) n’a été que la conséquence la plus récente de cette invasion. Bien que son discours et ses symboles s’originent dans un lointain passé, ISIL a été formé et rendu opérationnel vers 2003. Les Irakiens ne se sont toujours pas remis de la violence et de l’horreur de la montée en puissance d’ISIL et de son occupation de Mossoul et d’autres villes en 2014, ainsi que des massacres et des destructions qu’il a perpétrés. Mossoul et d’autres villes et villages sont libérés maintenant, mais des centaines de milliers d’Irakiens sont toujours déplacés et vivent dans des camps loin de leurs maisons aujourd’hui détruites. Les promesses de reconstruction et de réhabilitation que leur a (...) Lire la suite »

L’Amérique n’a pas de maître

Gabriela Avila Gomez

Une fois de plus, revenus aux principes de la doctrine Monroe, les États-Unis prétendent faire de la région son « arrière-cour » « L’AMÉRIQUE aux Américains » est une expression qui résonne depuis le 19e siècle aux oreilles de ceux qui luttent pour l’intégration régionale et pour l’unité au-delà de la diversité

Cette expression, qui répond à la doctrine Monroe, attribuée au président James Monroe, semblait avoir été reléguée un certain temps dans un recoin des diverses administrations des États-Unis, bien qu’elle n’ait jamais été abandonnée. Aujourd'hui, le gouvernement étasunien, dirigé par le président Donald Trump l’a remise au goût du jour, plus présente que jamais, depuis sa candidature à la Maison-Blanche sous le slogan de campagne « Make America great again » (Rendre l'Amérique grande à nouveau). Telle a été sa politique depuis l'année dernière, lorsqu’il a pris les commandes du pays : il s’est attaqué aux migrants, il a défendu l’idée du « protectionnisme » économique et, concernant notre île de Cuba, il est revenu sur bon nombre des avancées réalisées au cours du précédent mandat de Barack Obama. À présent, son objectif est de s’abattre avec cette force supplémentaire sur nos peuples d'Amérique latine. L'un des hauts fonctionnaires de l'administration Trump, le Secrétaire d'État Rex Tillerson, vient d’effectuer une (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Mélenchon disjoncte et se prend pour Johnny : « Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle ma gueule ? »

Gourou autoproclamé à l’égo surdimensionné, il vocifère, gronde, s’encolère, invective, menace, pète un plomb, braille, rugit, éructe, il porte (ou pas) une cravate, arbore une Rolex, roule dans une de ses 4 voitures de luxe, voyage en première, est démoralisé, cyclothymique, agressif, paranoïaque (il se victimise), il fait peur aux enfants (photos) et à n’importe quel lecteur normal de la presse subventionnée. Il est entouré de nantis qui occupent indûment des HLM en travaillant chez (chez ? Disons : pour) Bolloré et d’islamos-gauchistes. J’ai même cru apercevoir un rouquin ! De surcroît (prenons de la hauteur), il lance une OPA sur les syndicats, veut quitter l’OTAN pour l’ALBA (1), il est copain comme grognon avec Poutine, Bachar, Maduro, Morales et avec l’autre là, le jaune dont le nom m’échappe, çui qu’on-sait-pas-ce-qu’il-pense-derrière-ses-yeux-fendus (2).

C’est à cause de ce Merluche (ou MélAnchon) que le PCF a obtenu 1,9 % des voix aux élections présidentielles de 2007 et que son déclin se poursuit malgré ses interminables pulsions amoureuses pour les quasi-bolchéviques qui viennent de vendre leurs locaux de Solférino après avoir offert la France à un banquier.

Le pire est que, malgré les trucages journalistiques amusants comme celui-ci, les 19,6% des voix qu’il a obtenues aux présidentielles de 2017 font des petits et donc (c’est pourquoi j’ai écrit ce billet) il urge de passer au Mélenchon-bashing. Il n’y a pas d’autre solution : rien ne servirait en effet aux héritiers de Marx et/ou de Jaurès d’apprendre le sens des mots autocritique et aggiornamento (3).

Théophraste R. (Géo-politologue, directeur de l’Institut d’études sociétales du Grand Soir, sociologue, expert en analyse des phénomènes d’insoumission, enseignant à l’Ecole des Hautes Etudes de Déontologie, membre de l’Académie Albert Londres, secrétaire de l’association des Chasseurs de mensonges atterrés, professeur de gynécologie à l’Hôpital de La Vérité Toute Nue, spécialiste en presque tout et Président-fondateur de « Parlons (inter) Net », think-tank de recherches internationales et de désenfumage hexagonal sur un site d’Information alternative déconseillé par le DECONEX de l’Im-Monde).

Notes.
(1) L ALBA est une organisation politique, culturelle, sociale et économique qui réunit des pays des Caraïbes et de l’Amérique latine (où la France est présente avec la Guyane) selon des principes de solidarité, de complémentarité, de justice, de défense de la Terre-mère et des droits de l’Homme. L’OTAN est une machine de guerre sous commandement états-unien.
2) Xi Jinping.
(3) Oublions « Lutte des classes, capitalisme, peuple », qui sont des gros mots.

AGENDA
lundi 26 février 2018
jeudi 1er mars 2018
jeudi 1er mars 2018
jeudi 1er mars 2018
jeudi 1er mars 2018
samedi 3 mars 2018
lundi 5 mars 2018
vendredi 16 mars 2018
vendredi 16 mars 2018
samedi 17 mars 2018
lundi 9 avril 2018
jeudi 5 juillet 2018





 
Voir aussi
Les enseignants français doivent-ils demeurer fonctionnaires ?
La réponse est évidemment : non ! Allons, soyez sérieux. Dans de nombreux pays semblables au nôtre, ils ne le sont pas ou plus. Précisons : outre-Manche, les professeurs ne sont pas fonctionnaires mais agents publics. Á aucun moment de leur carrière (...)
Bernard GENSANE
Le démantèlement méthodique et tragique des institutions grecques de santé publique
Le système national de santé grec a été démantelé par l’application d’un ensemble de mesures imposées depuis 2010 par les créanciers de la Grèce dans les secteurs de santé primaire, secondaire et pharmaceutique. Ce texte présente une analyse critique des (...)
Noëlle BURGI
Tariq Ramadan, Mennel, Diallo, ou le racisme islamophobe à la française (Middle East Eye)
L’affaire Tariq Ramadan vient de connaître deux développements importants. Le premier est son incarcération en détention provisoire le 2 février avec refus de l’autorité judiciaire d’éviter l’emprisonnement moyennant le paiement d’une caution. Le second (...)
Alain GABON
Mali : les échecs d’Ibrahim Boubacar Keïta
Après des semaines de tergiversations, le gouvernement malien s’est résolu à fixer les dates de la présidentielle, dont le premier tour se tiendra le 29 juillet prochain. Un scrutin à hauts risques pour le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta (...)
IBOU
Israël édifié sur l’assassinat et le sang !
On savait que l’Etat d’Israël a fondé son existence, sa survie ensuite, sur l’assassinat de masse et sur l’assassinat ciblé de dirigeants arabes et palestiniens. Ainsi, des milliers de Palestiniens, en particulier, ont été tués dans des meurtres ciblés (...)
Karim MOHSEN
Monnaie, monnaie ! Capitalisme ou Socialisme ?
« Notre société est fondamentalement absurde et profondément injuste à cause d’un système monétaire qui est, de fait, une énorme supercherie. » C’est ce que nous dit Marc Jutier en présentation de son fort intéressant livre sur le sujet : « La monnaie pour (...)
LUNITERRE
Le gouvernement a évacué les antinucléaires de Bure. Témoignages et réactions
Les gendarmes ont investi ce jeudi 22 février à l’aube le bois Lejuc puis la Maison de résistance de Bure (Meuse), où vivent les opposants au projet de poubelle nucléaire Cigéo. Retrouvez directement : Le récit heure par heure Les communiqués et (...)
Quand la police espagnole fait retirer l’autocollant catalan d’une plaque d’immatriculation française
Plusieurs automobilistes roussillonnais contrôlés à la barrière de la péage de l'autoroute à La Jonquera le week-end dernier par la police espagnole ont été contraints de retirer l'autocollant catalan apposé sur leur plaque (...)
Lecteur
Chez les Étasuniens : nourriture, capitalisme et barbarie (II)
La malbouffe touche d’abord les plus pauvres. Plus la nourriture est industrielle moins elle est chère pour le consommateur. Cette nourriture est conçue principalement pour les gens qui ont de faibles salaires et qui n’ont pas le temps de préparer à (...)
Bernard GENSANE
Chez les Étasuniens : nourriture, capitalisme et barbarie (I)
Aux États-Unis, l’agro-alimentaire (exploitations agricoles, usines de transformation, points de vente) est sous la coupe d’une poignée de firmes transnationales qui échappent aujourd’hui à tout contrôle démocratique, divers textes de loi autorisant les (...)
Bernard GENSANE
L’arrogance des États-Unis mise à mal par la résistance
« Une gouvernance qui joue d'arrogance, gagne en déchéance » (Serge Zeller). C’est une autre belle photo, mais c’est aussi une belle romance que je vais interpréter après celle qui avait été prise à Damas ce 26 février 2010. Une belle image faisant (...)
Benallal MOHAMED
Une contribution au débat des militants.
52e congrès de la CGT- Etre ou ne pas être ?
« Celui qui n’a pas d’objectifs, ne risque pas de les atteindre ! » Sun Tzu (6e siècle av J-C) Le 52e congrès de la CGT va t’il (enfin ?) permettre de débattre des causes véritables de cette torpeur qui s’est abattue sur le syndicalisme français. (...)
Jean-Pierre PAGE
« Nous aurions pu éviter la montée de Daech »
Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « Staat van terreur, De jihadistische revolutie » vous évoquez entre autres le printemps arabe et la genèse du conflit en Syrie avec l’émergence de différents groupes terroristes. Pourquoi, d’après vous, ceux qui (...)
Pieter Van Ostaeyen
14 février 1968 la révolte des cités universitaires
Cinquantenaire du mouvement révolutionnaire étudiant de 1968
Le 14 février 1968, cinquante mille étudiants et étudiantes résidant en cité universitaire abolissaient par un mouvement coordonné au plan national le règlement intérieur des cités universitaire en ne respectant plus à partir de ce jour ses interdictions (...)
Claude MATTIUSSI
Plus de 1000 signatures protestent contre la décision du groupe de santé mentale de se rencontrer en Israël
Congrès de l’IARPP en Israël
New York, NY 12 février 2018 - Plus d’un millier de professionnels de la santé mentale ont signé une pétition pour protester contre la décision de l’Association internationale pour la psychanalyse relationnelle et la psychothérapie (IARPP) de tenir sa (...)
USA-Palestine Mental Health Network et Jewish Voice for Peace
Derniers commentaires
Tariq Ramadan, Mennel, Diallo, ou le racisme islamophobe à la française (Middle East Eye)
Les lanceurs d’alerte auront leur statut, et la maltraitance institutionnelle mérite une reconnaissance légale ! Céline Boussié et ses soutiens ne céderont pas !
Tête haute tête baissée
Les enseignants français doivent-ils demeurer fonctionnaires ?
Mai 68 : Histoire sans fin
Réveillons-nous, ils sont devenus fous !
Les frustrations de M. Lobsang Sangay
France soumise ou France Franchement insoumise ? la FI à la croisée des chemins
Tête haute tête baissée
France soumise ou France Franchement insoumise ? la FI à la croisée des chemins
Les enseignants français doivent-ils demeurer fonctionnaires ?
Les enseignants français doivent-ils demeurer fonctionnaires ?
Nos cris d'indignation à propos du siège de Ghouta sonnent creux car nous ne ferons rien pour sauver les civils. (The Independent)
Mélenchon disjoncte et se prend pour Johnny : « Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle ma gueule ? »
Tariq Ramadan, Mennel, Diallo, ou le racisme islamophobe à la française (Middle East Eye)
Tête haute tête baissée
Tariq Ramadan, Mennel, Diallo, ou le racisme islamophobe à la française (Middle East Eye)
Tête haute tête baissée
Nos cris d'indignation à propos du siège de Ghouta sonnent creux car nous ne ferons rien pour sauver les civils. (The Independent)
Mélenchon disjoncte et se prend pour Johnny : « Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle ma gueule ? »
RSS RSS Commentaires


le 24 février 2018
vous étiez 13407 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.