RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le Droit à la renverse

Yann FIEVET

La période qui s’est ouverte en France avec l’élection d’Emmanuel Macron à la tête du pays va plus que bousculer ce qu’il reste de démocratie et de droits sociaux.

Reste encore à définir dans ses détails puisque nous n’en sommes qu’au début de l’expérience mais les historiens demain verront probablement dans cet autoritarisme patelin qui se met doucement en place un terrible recul des valeurs démocratiques et de la justice sociale. Ce recul sera marqué par l’extraordinaire approfondissement d’un hiatus déjà ancien : impitoyable fermeté envers les faibles, grande mansuétude à l’égards des forts. On reconnaîtra le droit à l’erreur pour les seconds quand on le refusera aux premiers. La réforme du droit du travail, suivi bientôt par celles de l’assurance chômage et de la protection sociale, en donneront maints exemples. Le capitalisme est désormais si englué dans sa crise multiforme et inextricable qu’il semble n’avoir d’autre recours que dans l’instauration de la fraude comme mode de gestion permanent de la société. La fraude et l’évasion fiscales sont depuis longtemps déjà le quotidien frénétique des banques, des firmes transnationales et des individus les plus fortunés. (...) Lire la suite »

Oui, c’est la rue qui fabrique la démocratie

Fabrice AUBERT
Il était une fois dans le Pays aux 5 Révolutions (1), un Président monarque, très mal élu (2), et qui sur terre, se faisait appeler Jupiter. Il voulut imposer des « ordonnances » tueuses de droits, dénonçant les « manifestations de rue », présentées comme non démocratiques. Faut-il rappeler à la médiacratie que sans les « manifestations de rue », la démocratie n’aurait jamais émergé dans aucun Pays au monde… Ce sont les révoltes d’esclaves de Spartacus, qui pour la première fois dans l’Histoire, ont posé les jalons de l’Histoire de l’émancipation humaine, C’est le 16 Décembre 1776, que le « tea party » de Boston refusant la taxation anglaise, déclencha la Révolution américaine, boutant les colonisateurs, C’est le peuple en arme, qui le 14 Juillet, en s’emparant de la Bastille, engendra la « Grande Révolution », symbole universel de démocratie, Ce sont les paysans armés de fourches qui attaquant les châteaux en Province, obligèrent les nobles à abolir leurs privilèges dans la nuit du 4 Aout, C’est la « marche des (...) Lire la suite »
Choses vues et entendues à Caracas

Vénézuéliens, Jérôme Cahuzac et les Black Blocs seraient vus comme des héros par Macron

Maxime VIVAS

Le mardi 19 septembre 2017, sous un soleil de plomb, en présence de 200 délégués venus des cinq continents et de plus de 60 pays (je représentais le site français Le Grand Soir), Nicolás Maduro, s’est adressé aux Vénézuéliens depuis les jardins du palais présidentiel de Miraflores dans le cadre des journées internationales de solidarité « Todos somos Venezuela ».

Son intervention a été diffusée par la radio et la télévision nationales. Après avoir remercié les invités (journalistes, écrivains, artistes, représentants d’associations ou de partis) venus exprimer leur sympathie pour la patrie de Guaicaipuro, Bolivar, Miranda, Chávez, Nicolás Maduro a loué l’héroïsme du peuple qui a démontré sa fermeté et sa capacité de résistance face aux attaques constantes de l'empire « estadunidense » en vue de renverser son gouvernement. Il a exprimé sa solidarité aux peuples de la Dominique et du Mexique, en raison des conséquences des phénomènes naturels (ouragan et tremblement de terre) qui ont causé de grandes pertes matérielles et humaines. Il a rappelé que le gouvernement bolivarien a envoyé une aide immédiate à ces pays. Le président vénézuélien a fait état du discours prononcé par son homologue Donald Trump à l'ONU. On sait que Trump n'exclut pas une intervention militaire au Venezuela. Le président états-unien « se croit le propriétaire du monde » constate Nicolás Maduro. Mais, (...) Lire la suite »

Syrie. La Russie accuse les États-Unis d’attaques, de tentatives d’enlèvements, de collusion avec Al-Qaïda

Moon of Alabama
La situation en Syrie est à nouveau critique. La possibilité d'un conflit à grande échelle entre les forces américaines et russes augmente. Nous avions averti qu’un clash se profilait sur le contrôle des riches champs pétroliers situés à l'est de Deir Ezzor. Au moins trois incidents au cours des derniers jours montrent qu’il y a une grave escalade. Le 17, les États-Unis ont accusé la Russie d'une légère attaque aérienne contre leurs forces par procuration au nord de Deir Ezzor. La Russie a nié. Les 18 et 19, de gros contingents de troupes russes et syriennes ont traversé l'Euphrate à Deir Ezzor dans l'est de la Syrie. Les forces par procuration kurdes et arabes des États-Unis dans la région ont activement tenté d'entraver ce mouvement. Parallèlement, une vaste attaque d'al-Qaïda a été lancée dans l'ouest de la Syrie. Les forces russes accusent les services de renseignement des États-Unis de l'avoir lancée (Les forces syro-russes ont repoussé l'attaque.) Aujourd'hui, l'armée russe a accusé les forces (...) Lire la suite »

Mépris était son nom

PERSONNE

‘‘Vous me mettez le paquet quand il dira « ce que je veux… c’est que vous… partout… vous alliez le faire gagner… parce que c’est notre projet ». C’est compris ?’’

Une fois n’est pas coutume, je vais me faire critique de cinéma et évoquer un film toujours à l’affiche, pour de longues semaines encore. Mépris était son nom, c’est l’histoire d’un mec bien né à qui tout semble réussir. Et qui à la faveur d’un concours, d’un concours de circonstances devient président. La sortie du film, ou l’entrée à l’Élysée, c’est pareil, a été précédée par une intense campagne. Une campagne promotionnelle du tonnerre de Zeus pour les hellénistes, de la foudre de Jupiter pour les latinistes ; pour les illettrés : demandez aux alcooliques. J’aurais du mal à définir le genre cinématographique. C’est franchement inclassable : « ce n’est pas de droite, ce n’est pas de gôche ». Ce n’est pas un film politique sérieux : trop de novices sans caractère suivent un mouvement qui n’a pas d’idéal et où chacun vient avec ses « mélokos ». C’est plutôt à ranger du côté des grosses comédies franchouillardes, du côté des farces et attrapes. Bien sûr, de nombreux effets spécieux sont utilisés, ils nous feraient prendre (...) Lire la suite »

Assassiner l’Histoire

John PILGER
L'un des « événements » les plus en vogue de la télévision américaine, The Vietnam War (La guerre du Vietnam), a débuté sur la chaîne de télévision PBS. Les auteurs sont Ken Burns et Lynn Novick. Acclamé pour ses documentaires sur la guerre de Sécession, la Grande Dépression et l'histoire du jazz, Burns dit que ses films sur le Vietnam « vont encourager notre pays à commencer à parler et à réfléchir sur la guerre du Vietnam d'une manière entièrement nouvelle ». Dans une société souvent dépourvue de mémoire historique et en proie à la propagande sur son « exceptionnalisme », la guerre du Vietnam « entièrement nouvelle » de Burns est présentée comme une « œuvre historique épique ». Sa campagne de publicité luxueuse fait la promotion de son plus grand bailleur de fonds, Bank of America, qui, en 1971, a été incendié par les étudiants de Santa Barbara, en Californie, comme symbole de la guerre haïe au Vietnam. M. Burns dit qu'il est reconnaissant envers « toute la famille de Bank of America », qui « a longtemps soutenu les (...) Lire la suite »
15 

« Vietnam » - Documentaire ou fiction ?

Moon of Alabama
Arte a diffusé hier soir les premiers épisodes de Vietnam de Ken Burns et Lynn Novick. La série passe aussi sur PBS. Les trois premiers des dix épisodes du « documentaire » sont un blanchiment des motivations des politiciens qui ont vendu la guerre au public. Loin d’explorer et d’analyser les machinations de « l’état profond » militaire et de la CIA, cachées derrière elles, le film les couvre. Dans le premier épisode, on entend quelqu’un dire qu'il s'est agi d'une « guerre civile », Vietnamiens contre Vietnamiens. C'est un non-sens qui bafoue la réalité historique. Après la défaite des colonisateurs français (financés par les Etats-Unis) en 1954, le chef du Viet-minh Ho Chi Min était le héros incontesté de tout le Vietnam. Il aurait gagné toutes les élections avec une énorme avance. Mais les Russes (et les Chinois) qui soutenaient la guerre de libération contre les Français n’ont pas voulu aller jusqu’au bout et ils ont insisté pour qu’il y ait des négociations à Genève. Ils ont permis la partition du pays. (...) Lire la suite »

La défaite militaire comme déclencheur de l’effondrement économique. (club orlov)

Dmitry ORLOV
En 2007, j'ai écrit Reinventing Collapse (Réinventer l'effondrement) dans lequel j'ai comparé l'effondrement de l'URSS à celui des États-Unis. J'ai écrit ceci : « Imaginons que l'effondrement d'une superpuissance militaro-industrielle moderne ressemble à de la soupe : hachez quelques ingrédients, chauffez et remuez. Les ingrédients que j'aime mettre dans ma soupe d'effondrement de superpuissance sont : un déficit grave et chronique dans la production de pétrole brut (l'élixir magique des économies industrielles), un déficit grave et chronique du commerce extérieur, un budget militaire galopant et une dette extérieure démesurée. Pour accélérer la cuisson, ajoutez une défaite militaire humiliante et la peur généralisée d'une catastrophe imminente. » (p. 2) Une décennie plus tard, ces ingrédients sont tous présents, à quelques détails près. Dans le cas des États-Unis, le déficit n'est pas de pétrole physique mais d'argent : dans le contexte du déclin en phase terminale du pétrole conventionnel aux États-Unis, la (...) Lire la suite »
11 
Conférence de presse du Dr Bachar al-Jaafari

Astana 6 : Aux garants russe et iranien de tester l’engagement du garant turc…

Bachar al-Jaafari
Samedi 16 septembre 2017 Bonsoir à vous tous, Aujourd’hui, la sixième session des réunions d’Astana s’est conclue avec succès. Nombre de documents ont été approuvés, notamment le document relatif à la création d’une zone de désescalade dans la province d’Idlib [*]. Après consultation du gouvernement syrien par les parties russe et iranienne, les « garants » se sont mis d’accord sur les modalités permettant d’inclure cette région en tant que quatrième zone de désescalade [les trois autres étant situées dans la province de Daraa, la province de Homs et la Ghouta orientale autour de Damas ; NdT]. En Syrie, nous approuvons toute initiative pouvant arrêter l’effusion du sang des Syriens et soulager leur souffrance, où qu’ils se trouvent. Ici, je ne peux que rendre hommage aux victoires de nos forces armées à Deir ez-Zor assiégée par les terroristes depuis trois ans, victoires remportées avec le soutien des forces amies et alliées. En effet, la percée du siège de cette ville résistante et la libération des nôtres (...) Lire la suite »

L’armée a vaincu l’insurrection conduite par Trump

Moon of Alabama
Trump était considéré comme le candidat à la présidence susceptible de mener une politique étrangère moins interventionniste. Cet espoir s’est évanoui. L'insurrection qui a amené Trump au sommet a été vaincue par une campagne de contre-insurrection dirigée par l’armée étasunienne, (la première qu’elle réussit). L'armée a pris le contrôle du fonctionnement de la Maison-Blanche et elle prend maintenant le contrôle de sa politique. Elle parfait l’instruction de Trump sur le mondialisme et sur le rôle « indispensable » qu’il faut y jouer. Trump ne se montrait pas assez coopératif, alors il a fallu le rééduquer : Lorsqu'il était informé des nouveaux postes diplomatiques, militaires et de renseignement, le nouveau président mettait souvent en doute leur nécessité. Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, et le secrétaire d'État Rex Tillerson ont organisé la session du 20 juillet pour lui démontrer la nécessité de continuer à maintenir des avant-postes lointains, et ils ont utilisé dans ce but des cartes et des documents (...) Lire la suite »

Pourquoi la liberté d’expression est un conte de fées

Bruno GUIGUE
La liberté d'expression fait partie des nobles principes dont se prévalent les régimes qui se disent “civilisés” et se prétendent “démocratiques”. Pour l'idéologie libérale, les choses sont simples. Comme nous sommes libres et égaux, nous jouissons tous de la possibilité de nous exprimer comme nous l'entendons. Attachée à notre nature, cette liberté inaliénable serait à la portée de tous. Dans ce monde idéal où les libertés n'attendent que l'initiative individuelle pour s'accomplir, où chaque individu est un Robinson en attente d'une île déserte pour y bâtir un monde à son image, chacun serait libre de s'exprimer en toutes circonstances. En réalité, il suffit de formuler clairement – comme nous venons de le faire – ce que devrait être la liberté d'expression pour s'apercevoir qu'elle est non seulement irréelle, mais absolument impossible sous le régime social qui est le nôtre. Elle est irréelle, en effet, pour la simple raison que tous les citoyens ne peuvent pas exercer cette liberté dans les mêmes conditions. (...) Lire la suite »
24 

Le Venezuela se rebelle contre le pétrodollar (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
“A partir de cette semaine le prix moyen du pétrole est indiqué en yuan chinois”, a annoncé le 15 septembre le Ministre vénézuélien du pétrole. Pour la première fois le prix de vente du pétrole vénézuélien n’est plus indiqué en dollars. C’est la réponse de Caracas aux sanctions lancées par l’administration Trump le 25 août, plus dures que celles de l’administration Obama en 2014 : elles empêchent le Venezuela d’encaisser les dollars venant de la vente du pétrole aux Etats-Unis, plus d’un million de barils par jour, dollars jusqu’ici utilisés pour importer des biens de consommation comme les produits alimentaires et les médicaments. Les sanctions empêchent aussi le commerce de titres émis par la Pdvsa, la compagnie pétrolière d’Etat vénézuélienne. Washington vise un double objectif : augmenter au Venezuela la pénurie des biens de première nécessité et donc le mécontentement populaire, sur quoi s’appuie l’opposition interne (subventionnée et soutenue par les USA) pour abattre le gouvernement Maduro ; mettre l’Etat (...) Lire la suite »

Asbestose 2 – Justice 0

Personne

« Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » (1) Les ouvriers ne sont pas malades de la Peste, mais ils tombent comme à Gravelotte ! Et que croyez-vous qu’il arrive ? Rien, on s’en fout ! La sentence de La Fontaine reste d’une terrifiante pertinence et d’une louable irrévérence.

L’asbeste est l’autre nom de l’amiante : un produit formidable, aux deux sens du terme. Asbeste, étymologiquement parlant, signifie incombustible. L’asbestose, c’est une pneumoconiose [maladie pulmonaire le plus souvent professionnelle] due à l’inhalation prolongée de poussières d’amiante. Asbestose 2 – Justice 0 : c’est le score actuel, après vingt ans de batailles judiciaires [ après les deux annulations de mises en examen]. Au pays de Montesquieu, certaines choses devraient soulever l’indignation générale. Mais, non ! Est-ce la rançon, les dégâts collatéraux de la modernité ? Est-ce le fruit toxique de la résignation, de l’obéissance, de l’indifférence, de l’inconscience ? Est-ce le double effet « Paris 2024 » ? Les J.O. vont relancer l’économie et réenchante déjà le quotidien des Français. Du pain et des jeux, on n’a rien inventé de mieux. Toujours plus haut, plus loin, plus fort : telle pourrait être la devise du bourrage de crâne, de la com’ triomphante. Bien sûr, on revendique l’héritage du Siècle des (...) Lire la suite »

Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile

Kharroubi HABIB
Parvenue à briser le siège imposé par l'Etat islamique aux quartiers de la ville de Deir Ez-Zor dans lesquels un certain nombre de ses soldats ont résisté à ses assauts pendant près de trois années, l'armée syrienne est en voie de reprendre le contrôle de pratiquement l'ensemble de la cité. Ce qui enlève tout crédit à la raison invoquée par les groupes armés rebelles stipendiés par la coalition menée par les Etats-Unis pour justifier l'offensive qu'ils prétendent vouloir déclencher en vue de chasser l'Etat islamique de Deir Ez-Zor. En fait, le véritable but de leur branle-bas guerrier est celui de tenter d'empêcher les forces gouvernementales d'asseoir leur contrôle sur la ville qui contrarie le plan pour cette ville et sa province élaboré par la coalition consistant à les maintenir en dehors de l'autorité du régime de Damas. Il est clair que si ces groupes rebelles persistent dans leur intention, ils entreront inévitablement en confrontation avec les troupes loyalistes, ce qui pourrait donner lieu à un (...) Lire la suite »

Russie et Chine contre l’empire du dollar (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
Un vaste arc de tensions et conflits s’étend de l’Asie orientale à l’Asie centrale, du Moyen-Orient à l’Europe, de l’Afrique à l’Amérique latine. Les “points chauds” le long de cet arc intercontinental -Péninsule coréenne, Mer de Chine Méridionale, Afghanistan, Syrie, Irak, Iran, Ukraine, Libye, Venezuela et autres- ont des histoires et des caractéristiques géopolitiques différentes, mais en même temps sont reliés à un unique facteur : la stratégie avec laquelle “l’empire américain d’Occident”, en déclin, essaie d’empêcher l’émergence de nouveaux sujets étatiques et sociaux. Ce que redoute Washington se comprend par le Sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui s’est tenu du 3 au 5 septembre à Xiamen en Chine. Exprimant “les préoccupations des Brics sur l’injuste architecture économique et financière mondiale, qui ne prend pas en considération le poids croissant des économies émergentes”, le président russe Poutine a souligné la nécessité de “dépasser la domination excessive du nombre limité de (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Pyongyang provoque Washington en plaçant la Corée du Nord sous les couloirs aériens empruntés par un bombardier B-1B et un chasseur F-15 états-uniens.

Il faut dire aussi que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un avait été encouragé par l’exemple russe qui ne cesse de rapprocher son territoire des bases de l’OTAN.

Cette nouvelle escalade ne peut qu’inquiéter quand on sait que, depuis sa création, l’armée de la Corée du Nord (1) n’a pratiquement jamais cessé d’être en guerre (Mexique, Vietnam, Cambodge, Panama, Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Syrie…) et que le budget militaire de ce pays pèse à lui tout seul autant que ceux de tous les autres pays de la planète réunis.

Le pire est que Jean-Luc Mélenchon profite de cette diversion pour échapper aux questions sur le Venezuela. Une honte !

Théophraste R. (Sous-chef du bureau d’étude des glissements de terrain bellicistes).

Note (1). Pas plutôt les USA ? Je confonds toujours les pays des dirigeants ayant des coiffures excentriques (et ridicules).







 
Voir aussi
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
Samedi 23 septembre, place de la Bastille, c’est la manif de « La France Insoumise ». J’y suis avec mon frère ; le soleil inonde Paris, et la place bruit de joie. En bons provinciaux, nous sommes tout de suite impressionnés par la densité, par la (...)
Gérard COLLET
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
23 septembre et après : Insoumission radicale et durable à Macron et à l'oligarchie financière, au Parlement et dans la rue, partout ! ON NE LÂCHE RIEN ! La violence vient principalement d’en-haut, des élites et pas des syndicalistes ou de citoyens (...)
Christian DELARUE
Un discours et des menaces atterrants
L’arrogant et belliqueux discours prononcé par le président des Etats-Unis devant l’Assemblée générale des Nations unies a atterré la majorité de ceux qui l’ont écouté. De l’aveu d’observateurs qui suivent depuis longtemps les déroulements des assemblées (...)
Kharroubi HABIB
Bure en Meuse : occupation militaire
Mercredi 20 septembre, la police a perquisitionné des lieux de vie des opposants au projet de poubelle nucléaire (Meuse). Une action qui s’inscrit dans un contexte de harcèlement policier. C’est un texte écrit à chaud, mercredi matin, pendant que des (...)
Des habitants de Bure et de ses environs (Reporterre)
Laissez tomber la Syrie, Monsieur Macron, vous êtes “out”
Devant l’assemblée générale de l’ONU, vous avez traité M. Bachar Al-Assad de “criminel” et déclaré qu’il devrait rendre des comptes à la “justice internationale”. Infligeant un démenti à ceux qui s’obstinaient à voir un tournant dans votre politique, vous (...)
Bruno GUIGUE
11 
Pillage des ressources et néocolonialisme
Finalement, les pays dits « en voie de développement » (PED) d’aujourd’hui remplacent les colonies d’hier : les grandes entreprises multinationales occidentales se placent dans les anciennes colonies, y investissent et en extorquent les ressources (...)
Jérôme DUVAL
La fin de l’état de droit : un lapsus révélateur de Macron
Bien décidé à fermer les yeux sur la fascisation de moins en moins rampante de l’UE en général et de la France capitaliste en particulier, plusieurs groupes de gauche continuent à crier au fantasme quand le PRCF dénonce la fascisation de notre pays, en (...)
Floreal
16 
¡Arriba Catalunya !
Mariano Rajoy, le grand démocrate, si prompt à dénoncer la dérive totalitaire du « dictateur vénézuélien » Nicolás Maduro et sa persécution de l’opposition, violente et fasciste, interdit le referendum du 1er octobre sur l’indépendance de la Catalogne et (...)
Jean-Michel HUREAU
18 
Que vaut l’esclave du capitalisme ?
Je crois bien en avoir déjà causé ailleurs, mais j’ai toujours le doute qu’évoquer un bon sujet au mauvais moment n’ait pas l’impact qu’il pourrait avoir s’il était traité au bon. Et ces jours derniers convergent tous tellement en ce sens que j’ai décidé de (...)
Caleb IRRI
Allocution du représentant JRCF lors du meeting internationaliste (Fête de l’humanité 2017)
Meeting internationaliste, samedi 16 septembre 2017, Paris, Fête de l’Humanité Étaient présentes des délégations du : Fronte Popolare (Italie), Parti Sadi (Mali), PSUV (Venezuela), ambassade de Cuba, Parti progressiste de Corée du Sud, Parti communiste (...)
JRCF
TravaillismExit : 32 heures par semaine SPS pour les 99% d’en-bas !
TravaillismExit : 32 H par semaine et même 30 H sans perte de salaire ou traitement pour les 99% d’en-bas Le "travailler toujours plus" (plus longtemps, plus vite, plus intensément, plus ...) pour ceux et celles qui vendent déjà leur force de (...)
Christian DELARUE
Quand ta vessie explose à Toulouse
Une mésaventure, qui aurait pu très mal tourner. Un de mes proches se tord de douleur. Cela fait 12 heures qu’il n’a pas uriné. Il ne s’affole pas : on lui a déjà fait passer un calcul. En vrai homme de gauche, il se rend à l’hôpital Joseph Ducuing. (...)
Bernard GENSANE
Ce sénateur qui n’aimait pas l’humour et qui avait surtout peur des chiens
Haïti vit un contexte politique, économique et social de plus en plus précaire. Les interventions de la communauté internationale entre 1994 et 2017, pour restaurer l'état de droit, n'ont fait que stabiliser et structurer le dysfonctionnement (...)
Erno RENONCOURT
Retour sur le bide de Lomé
L’annonce la semaine dernière par les autorités togolaises du report « sine die » du sommet israélo-africain qui devait se tenir dans la capitale de leur pays Lomé du 23 au 27 octobre relativise la « percée » africaine qu’Israël serait parvenu à opérer (...)
Kharroubi HABIB
« On se focalise sur les pillages pour ne pas voir la réalité coloniale de Saint-Martin »
L’Etat a-t-il été à la hauteur dans la gestion du cyclone Irma qui a ravagé Saint-Martin ? Pour Elie Domota, les autorités métropolitaines se contentent d’une gestion humanitaire de la crise. Pourtant, selon le syndicaliste guadeloupéen, des mesures (...)
Élie DOMOTA
Derniers commentaires
Oui, c'est la rue qui fabrique la démocratie
Vénézuéliens, Jérôme Cahuzac et les Black Blocs seraient vus comme des héros par Macron
Oui, c'est la rue qui fabrique la démocratie
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
La fin de l'état de droit : un lapsus révélateur de Macron
Oui, c'est la rue qui fabrique la démocratie
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
La fin de l'état de droit : un lapsus révélateur de Macron
Oui, c'est la rue qui fabrique la démocratie
Que vaut l'esclave du capitalisme ?
Le Droit à la renverse
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
Vénézuéliens, Jérôme Cahuzac et les Black Blocs seraient vus comme des héros par Macron
Un discours et des menaces atterrants
Pyongyang provoque Washington en plaçant la Corée du Nord sous les couloirs aériens empruntés par un bombardier B-1B et un chasseur F-15 états-uniens.
Pourquoi la liberté d’expression est un conte de fées
Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise
Oui, c'est la rue qui fabrique la démocratie
RSS RSS Commentaires


le 25 septembre 2017
vous étiez 15957 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.