RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les tueurs et leurs maîtres assis sous les plafonds dorés de royaumes ou de républiques.

L’amour fou de la France et du djihad, sanglant boomerang.

Jacques-Marie BOURGET

C’est durant la Seconde guerre mondiale qu’une idée, aussi brune que les autres, monte à la tête des nazis : instrumentaliser les communautés des Etats « musulmans » de l’URSS afin que ces derniers, Tchétchènes, Kazakhs, Ouzbeks, tirent dans le dos des Soviétiques.

Ian Johnson, un journaliste américain récompensé par un Prix Pulitzer, a pioché dans des milliers de documents pour découvrir cette vérité scellée d’une croix gammée. Lumière d’histoire sombre qu’il a révélée dans un livre, « Une mosquée à Munich. Les nazis, la CIA et la montée des Frères musulmans en Occident », ouvrage publié chez JC Lattès. Dix années plus tard, une aussi bonne idée ne peut que séduire les Américains qui cajolent les Frères Musulmans comme des amis rares, et utiles. En juillet 1953, la photo est sur Internet, on peut voir une délégation des « Frères » au côté de Dwight Eisenhower, l’US président. Le document comporte même un bonus, la présence de Saïd, le gendre de Hassan al-Banna le fondateur de la secte musulmane. Un personnage, agent de la CIA, qui est aussi le père de Tarik Ramadan. La reprise, par Washington, de cette idée née sous le IIIe Reich, a deux objectifs, utiliser les musulmans pour abattre l’URSS et fournir des gouvernants convenables pour mettre à la tête des pays Arabes, puisque les (...) Lire la suite »
13 

Samuel Paty et l’Arabie saoudite

Philippe ARNAUD

Cette chronique portera sur une absence, sur un nom qui n’a pas été mentionné, sur un lien qui n’a pas été établi. De quoi s’agit-il ?

Il s'agit, bien entendu, de l'affreux assassinat de Samuel Paty, ce professeur d'histoire décapité par un terroriste salafiste. Tout le monde a parlé des parents d'élèves sympathisants islamistes qui ont exigé des sanctions à l'encontre de Samuel Paty (pour irrespect envers le Prophète), d'imams qui ont soufflé sur les braises, de mosquées qu'on va fermer, de "fichés S" qu'on va expulser, de réseaux qu'on va surveiller, d'associations qu'on va interdire, etc. Or, dans cette avalanche d'indignations, un nom a brillé par son absence : celui de l'Arabie saoudite. 1. L'Arabie saoudite, en effet, est le pays qui assure encore les approvisionnements en pétrole de l'Europe et d'une bonne partie du monde. C'est aussi le pays qui, depuis longtemps, a été instrumentalisé par les Occidentaux pour lutter contre les mouvements communistes en pays musulman, ou les nationalismes de ces pays, qui, parfois, recevaient l'appui de l'URSS. On pense en particulier au plus célèbre d'entre eux, Gamal Abdel Nasser, le (...) Lire la suite »

Objectifs infâmes

Dmitry ORLOV

Supposons que vous soyez l’un des génies maléfiques qui dirigent l’économie mondiale. Bien sûr, vous voudriez continuer à la gérer de manière stable, sûre et rentable malgré les problèmes qui pourraient surgir de temps en temps. Vous voudriez résoudre ces problèmes rapidement et efficacement sans attirer l’attention sur vous et vos mauvaises habitudes. Quels sont donc, selon vous, les principaux problèmes qui appellent une solution rapide et préventive, et comment devriez-vous les résoudre ?

Tout d’abord, vous constaterez qu’un problème majeur se pose en ce qui concerne l’approvisionnement énergétique mondial. Cela a été prédit encore et encore depuis le milieu des années 1990, mais diverses avancées technologiques et manœuvres géopolitiques ont repoussé la crise finale de deux décennies. Mais aujourd’hui, la crise finale se rapproche de plus en plus. Les nouvelles découvertes de ressources ont pris tellement de retard sur la production qu’il n’y a aucun espoir de la rattraper un jour. Le dernier grand espoir pour les États-Unis et le monde, la fracturation hydraulique, est maintenant en train de faire faillite, n’ayant jamais fait beaucoup de profit. La plupart des entreprises concernées ont fait faillite ou sont sur le point de le faire. Les énergies renouvelables, sous la forme d’électricité d’origine éolienne et solaire, se sont révélées trop coûteuses et trop peu intéressantes pour les réseaux électriques en raison de leur intermittence et de l’impossibilité de stocker de grandes quantités (...) Lire la suite »
54 

Vous n’avez rien compris !

Bruno GUIGUE
Aucun gouvernement occidental n’a livré des armes aux terroristes en Syrie, le New York Times n'a jamais révélé l'opération Timber Sycamore, Fabius n’a jamais dit que le Front Al-Nosra faisait du "bon boulot", Lafarge n’a jamais collaboré avec Daech, Hilary Clinton n’a jamais écrit qu’elle voulait renverser Assad pour la sécurité d’Israël, l’OTAN n’a jamais créé le Kosovo avec des trafiquants d’organes, l’OTAN ne s’est jamais alliée aux islamistes pour éliminer Kadhafi, il n’y avait pas de djihadistes en Tchétchénie et ils n’ont commis aucun attentat, la France n’a accueilli aucun réfugié islamiste tchétchène, Al-Qaida est apparue par génération spontanée et cette organisation n’a jamais coopéré avec la CIA, Washington n’a jamais aidé les djihadistes en Afghanistan avant l’intervention soviétique, Brzesinski n’a jamais prôné la déstabilisation de la Russie par sa "ceinture verte", il n’a jamais dit aux combattants islamistes qu'ils étaient des "Freedom Fighters", la presse anglo-étasunienne n’a jamais fait l'éloge de Ben (...) Lire la suite »
48 
« Infâme » a dit Voltaire pour désigner les superstitions et fanatismes conduisant aux pires dévoiements du sentiment religieux

Déclaration de guerre à l’École laïque

Guy CHAPOUILLIE

Je suis sur l’autoroute en direction de Toulouse, sur le retour d’Agen où je viens de passer une journée soutenue auprès de ma mère qui a 101 ans bien pesés. Je me sens apaisé, tout va bien, mais j’ai besoin de radio, d’une radio qui parle, car la musique à la radio ne manque jamais de me faire penser à la réflexion de mon père « s’il y a de la musique, c’est que c’est jour de grève ». France-Info me foudroie. Décapitation .

.. enseignant tué dans la rue à deux pas de son collège ... il faisait cours sur la liberté d'expression avec l'exemple des caricatures de Mahomet ... La parole radiophonique vole en éclats et je suis tétanisé. Un enseignant qui enseigne avec courage la nécessité de la liberté d'expression sans laquelle notre République est morte, est un enseignant qui honore l'école. Je pense alors à ce que la liberté coûte de vies dans le monde et au combat qu'il ne faut jamais abandonner. La mise à mort de Samuel Paty par décapitation est une déclaration de guerre à l’École laïque, là où j'ai fait mes plus belles récoltes, là où j'ai appris à regarder autrement les autres, là où j'ai découvert la diversité de mon village, du monde quoi. Au volant de ma voiture, je regarde la route où défilent en parallèle le ruban jaune des voitures qui me font face et le ruban rouge de celles qui me devancent. J'ai les larmes aux yeux et je me demande si leurs passagers écoutent la même chose que ce qui me laisse sans force, en marge de la (...) Lire la suite »
33 

Aucun changement réel ne peut se produire tant que la parole est restreinte par des oligarques monopolistiques

Caitlin JOHNSTONE
Dans un nouvel article solide intitulé "Facebook et Twitter franchissent une ligne bien plus dangereuse que ce qu'ils censurent" sur le silence multiplateforme de la publication par le New York Post des courriels de Hunter Biden [Fils de Joe Biden - NdT], Glenn Greenwald, de The Intercept, écrit ce qui suit : C'est toujours ainsi que ça se passe : ce sont exclusivement les voix en marge, les dissidents, ceux qui résident en dehors des factions du pouvoir qui seront soumis à ce silence. Les voix politiques et médiatiques dominantes, ainsi que le gouvernement américain et ses alliés, seront entièrement libres de diffuser des théories de conspiration et de désinformation sans jamais être soumis à ces "règles" illusoires. Le pouvoir de censure, que les géants de la technologie exercent aujourd'hui, est un instrument de préservation du statu quo. Dès le début, la promesse d'Internet était qu'il serait un outil de libération, d'égalitarisme, en permettant à ceux qui n'ont ni argent ni pouvoir de (...) Lire la suite »

Les enjeux de l’échiquier Arménie-Azerbaïdjan

Pepe ESCOBAR

Pepe Escobar analyse les enjeux et les racines historiques du conflit qui agite le Caucase. Un conflit qui dépasse les frontières du Haut-Karabakh avec notamment l’implication de la Turquie qui semble vouloir attirer la Russie dans un nouveau bourbier pour gagner plus de libertés sur d’autres théâtres de guerre. (IGA)

Peu de points chauds géopolitiques sur la planète peuvent rivaliser avec le Caucase : cette intraitable Tour de Babel tribale, depuis toujours carrefour controversé d’empires du Levant et de nomades des steppes eurasiennes. Et il devient encore plus désordonné quand on y ajoute le brouillard de la guerre. Pour tenter de faire la lumière sur l’actuel affrontement Arménie-Azerbaïdjan, nous allons parcourir les faits de base avec quelques éléments de fond essentiels. À la fin du mois dernier, Ilham Aliyev, « l’homme fort » de l’Azerbaïdjan, au pouvoir depuis 2003, a lancé une guerre de facto sur le territoire du Haut-Karabakh détenu par l’Arménie. Lors de l’effondrement de l’URSS, le Haut-Karabagh avait une population mixte composée de chiites azéris et de chrétiens arméniens. Pourtant, même avant l’effondrement, l’armée azerbaïdjanaise et les indépendantistes arméniens étaient déjà en guerre (1988-1994), entraînant un triste bilan de 30 000 morts et environ un million de blessés. La République du Haut-Karabakh (...) Lire la suite »

"C’est un incroyable échec du journalisme." (Exberliner)

Stefania MAURIZI
La journaliste italienne Stefania Maurizi a travaillé pour certaines des plus grandes publications du pays, dont la Repubblica, l'Espresso et, maintenant, Il Fatto Quotidiano. En 2009, elle a commencé à travailler avec Julian Assange et WikiLeaks sur des dossiers secrets concernant la guerre en Afghanistan, les câbles de la diplomatie américaine et les détenus de Guantanamo. Elle a également enquêté sur des dossiers top-secrets divulgués par le dénonciateur Edward Snowden, révélant entre autres des cas graves de pollution environnementale en Italie et d'exploitation de travailleurs pakistanais dans une usine exploitée par une société italienne. Maurizi a été témoin lors des audiences d'extradition d'Assange le mois dernier. Alors qu'un juge londonien réfléchit à l'opportunité d'extrader le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis, nous lui avons parlé de son expérience de se faire de puissants ennemis, de ce qu'elle décrit comme des campagnes de diffamation contre WikiLeaks et ceux qui travaillent avec (...) Lire la suite »
Élections au Venezuela : comprendre les enjeux du scrutin (3e partie)

Règlements de compte au sein de l’opposition vénézuélienne

Romain MIGUS

[Les élections législatives du 6 décembre 2020 au Venezuela ont des enjeux considérables. Plus qu’une élection de députés, il s’agit de construire un consensus démocratique pour remettre le Venezuela sur les rails institutionnels, sortir de la spirale de violence impulsée par une fraction de l’opposition, et faire front pour stopper le pillage du pays par les puissances occidentales. A n’en point douter, ces élections vont devenir une bataille géopolitique et un terrain fertile aux fakes news. Dans cette série de sept articles, Romain Migus, dresse une radiographie de la situation pré-électorale afin de nous donner des clés pour comprendre les enjeux et mieux appréhender les rapports de force existants]

Règlements de compte au sein de l’opposition L’opposition vénézuélienne n’a jamais été un bloc monolithique. Les querelles d’égo, les différences d’approches dans les options stratégiques ont toujours favorisé les divisions internes. Les multiples factions se sont toujours néanmoins unies sur la base de leur anti-chavisme. Le socle identitaire commun de l’opposition vénézuélienne a longtemps reposé sur ce qu’ils ne sont pas. Mais depuis le 23 janvier 2012, toutes les partis de l’opposition sont tombés d’accord sur un programme commun, basé sur un retour au néolibéralisme, sur l’atomisation de l’État et des services publics, et sur une politique étrangère affilié à celle dictée par Washington. Le pendule politique de l’opposition Depuis l’accession au pouvoir d’Hugo Chávez, en 1999, les querelles internes au sein de l’opposition ont toujours porté sur deux types de stratégies : celle démocratique, reconnaissant l’existence du chavisme et prétendant lui disputer le pouvoir à travers les urnes, et la stratégie (...) Lire la suite »

D’une « Greta Thunberg chinoise » aux « altruistes efficaces »

Elizabeth MARTENS

En août 2020, La Libre Belgique, se demandait "Qui est Howey Ou, la ’Greta Thunberg chinoise’ qui mène un combat solitaire et semé d’embûches ?" L’article affichait la photo d’une jeune adolescente chinoise, une pancarte pro-climat à la main, dans un parc public de Guilin.

Face à l'émotion qu'ont suscité les apparitions publiques de "notre Greta" et ses plaidoiries devant les grands de ce monde, les lecteurs belges ne peuvent que prendre la jeune chinoise en pitié : "les passants regardent avec indifférence les slogans qu'elle a peints elle-même et brandit seule dans les rues de Guilin."(1) Les commentaires de l'article nous amènent à compatir avec la jeune fille qui doit se battre, seule, face à l'hostilité du régime communiste chinois. « Dans 20 ou 30 ans, si je regarde en arrière et me rends compte que la Chine n'a rien fait, je ne pourrai pas l'accepter », a-t-elle expliqué au journaliste, « ma fierté nationale, c'est de vouloir porter aussi cette responsabilité. » Mais si les Chinois restent indifférents aux efforts de Howey Ou, c'est surtout parce que la Chine actuelle est très active au niveau environnement. Pour eux, la jeune adolescente est sans doute en mal de reconnaissance et tente de rivaliser avec l'environnementaliste suédoise, Greta Thunberg qui, en (...) Lire la suite »

Les excuses de George Monbiot pour ne pas avoir suffisamment défendu Assange ne sont pas acceptables

Jonathan COOK

Cet article s’applique parfaitement aux journalistes mainstream français.

Confronté à un flux de critiques de la part de certains de ses disciples, George Monbiot, le chroniqueur de gauche du Guardian, supposé intrépide, a présenté cette semaine deux excuses extraordinairement faibles pour ne pas avoir apporté plus qu'un soutien superficiel à Julian Assange au cours du mois dernier, alors que le fondateur de Wikileaks a subi des audiences d'extradition dans un tribunal de Londres. L'administration Trump veut qu'Assange soit amené aux États-Unis pour faire face à des accusations d'espionnage qui pourraient le voir enfermé dans une prison supermax en vertu de "mesures administratives spéciales", l’empêchant d'avoir de véritables contacts avec tout autre être humain pour le reste de sa vie. Et ce sort ne l'attend que parce qu'il a embarrassé les États-Unis en exposant leurs crimes de guerre en Afghanistan et en Irak dans les pages de journaux comme le New York Times et le Guardian - et parce que Washington craint qu'Assange, s'il est laissé libre, ne publie des vérités plus (...) Lire la suite »

Pourquoi détestons-nous la Chine ?

Nico HIRTT

Donald Trump a fait de la Chine l’ennemie publique numéro 1. Dans le sillage de la guerre économique qu’il a engagée contre Pékin, la propagande antichinoise se déverse par torrents dans les médias mainstream d’Occident. Alors, quand Véronique Kiesel du journal Le Soir arbore comme un trophée un sondage révélant que la cote de popularité de la Chine est en baisse à l’étranger, quand elle s’interroge insidieusement sur les raisons de ce désamour, Nico Hirtt ne peut s’empêcher de lui adresser une lettre ouverte. Une missive qui vaut également pour tous les journalistes qui (dés)informent sur la Chine. (IGA)

Chère Madame, Dans Le Soir du 7 octobre 2020 vous nous apprenez que, selon une étude du Pew Research Center à Washington, l’image de la Chine se serait fortement dégradée auprès des opinions publiques de nombreux pays. Ainsi 71% des Belges et 70% des Français auraient désormais « une opinion défavorable » sur le patrie de monsieur Xi Jinping. Vous vous interrogez, madame, sur les raisons de cette dégringolade de la Chine et de son président dans l’opinion de nos concitoyens. Vous tentez d’y voir le résultat de « la gestion chinoise de la crise du Covid-19 » et des « virages successifs pris par Pékin en matière de relations internationales ». Mais vous omettez la cause première de l’évolution négative des opinions publiques. Sans doute est-ce par excès de modestie, puisqu’il s’agit de l’effet de votre propre action, du « China bashing » auquel vous et la plupart de vos collègues journalistes occidentaux vous adonnez avec un acharnement croissant. Assurément, l’opinion des citoyens occidentaux sur la Chine ne (...) Lire la suite »

La véritable "menace existentielle", c’est le statu quo

Caitlin JOHNSTONE
La guerre est un meurtre de masse. La dénoncer est plus important que le confort émotionnel de chacun. Cela vaut la peine de perturber les dîners de famille. Cela vaut la peine de mettre en péril les amitiés. L'histoire ne sera pas tendre avec ceux qui ont choisi la complicité silencieuse plutôt que l'anti-impérialisme. Il m'arrive encore d'être étonnée par le fait qu'un allié impérial des États-Unis commette la pire atrocité de masse du monde au Yémen avec l'aide de l'Amérique et que cela n'occupe pratiquement pas l'attention du public. Une fois que l'on a vraiment saisi la signification de cela, il est impossible de s'en défaire. Un organe d'information qui n'informe pas constamment son public de tous les méfaits de son gouvernement dans le monde n'est pas un organe d'information. Si vous pensez que les médias institutionnels sont pathétiques sous Trump, attendez de les voir cesser toute couverture critique du gouvernement et passer simplement la journée à parler de la grande classe de Kamala (...) Lire la suite »

Avec les « sans papiers », enfants de Républicains espagnols et de Brigadistes

Maité Pinero, Georges Bartoli, José Fort, Olivia Ruiz, Lydie Salvayre

Cet appel, issu d’une mémoire commune, pour soutenir la Marche des « sans-papiers » qui manifesteront à Paris le 17 octobre, provient d’un échange (Maité Pinero, Georges Bartoli, José Fort, Olivia Ruiz, Lydie Salvayre). Il est ouvert à tous. Nous ne sommes pas les seuls, en France, à avoir en héritage une mémoire douloureuse. Le passé ne passe pas, disait Faulkner. Il n’est qu’une dimension du présent (« le passé n’est jamais mort. Il n’est même pas passé »). A quoi sert la mémoire, sinon aussi à tenter d’améliorer le monde aujourd’hui et demain ? Merci de signer, de diffuser.
http://chng.it/m6BCQQMt

Comme des millions de Françaises et Français, nous sommes enfants, petits-enfants d’« indésirables », les Républicains espagnols, ceux aussi des volontaires des Brigades Internationales. Nous affirmons notre soutien total à la marche et à toutes les revendications des « sans-papiers » qui manifesteront à Paris le 17 octobre. Ce n’est pas la même histoire, ce ne sont pas les mêmes personnes, cependant le malheur est le même. 80 ans après, nous refusons la répétition de l’ignominie. En 1939, les nôtres, 500 mille Espagnols qui fuyaient l’horreur franquiste, les bombes et la misère, furent parqués dans les camps de concentration sur la plage où les femmes creusaient des trous dans le sable, les premières nuits, pour protéger les enfants, où des milliers moururent de leurs blessures, de maladie, de désespoir, où des gendarmes à cheval chassaient ceux qui s’approchaient des barbelés pour leur venir en aide. Nos parents, si maltraités, si humiliés par la France officielle, furent ensuite parmi les premiers à se (...) Lire la suite »

Venezuela : Contes et mécomptes de curieux « défenseurs des droits humains »

Maurice LEMOINE
Venezuela : l’enquête de l’ONU accuse les forces de sécurité de 5 094 meurtres depuis 2014 » (France 24, 17 septembre 2020). A compter du 15 septembre, pas un média qui ne titre sur l’information. Légitimement d’ailleurs, car c’en est une, et particulièrement choquante. Bien qu’assez récurrente, si l’on y regarde d’un peu plus près. La mise en cause de la République bolivarienne et de son président Nicolás Maduro sur le thème des « droits humains » ne réapparaît-elle pas en force tous les trois ou six mois ? La source de cette dernière mouture paraît toutefois incontestable : un trio d’« enquêteurs » mandatés par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies (ONUCDH) qui viennent de publier un rapport – « Les auteurs de crimes contre l’humanité doivent rendre des comptes » – contenant des preuves d’atrocités couvertes et même ordonnées par le président Maduro ainsi que des hauts responsables de son gouvernement. C’est le 27 septembre 2019, après un rapport déjà particulièrement sévère présenté (le 5 juillet) par (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Le sparadrap islamo-gauchiste

Beaumarchais : « La calomnie, monsieur ! Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens près d’en être accablés. Croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreurs, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse !... D’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano, vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait, il germe, il rampe, il chemine, et, rinforzando de bouche en bouche, il va le diable ; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’œil. Elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait ? ».

Et vous voila victime du procédé rhétorique dit « Reductio ad Hitlerum » qui fait de vous un antisémite ou un islamo-gauchiste. Le mensonge vous colle comme le sparadrap du capitaine Haddock.

Théophraste R. Auteur du futur album : « Pantin et Filou en Macronie ».

13 






 
Voir aussi
John REED : 100 ans déjà (Rebelion)
Le 17 octobre a marqué le 100e anniversaire de la mort de John Reed, qui était le journaliste des révolutions et des soulèvements. John Reed a montré que son engagement politique n’était pas en contradiction avec son éthique professionnelle. Lui-même, (...)
Pascual SERRANO
Les États-Unis n’ont pas d’alliés, seulement des otages
Le nouveau Président élu de Bolivie, Luis Arce, a déclaré à l’agence de presse internationale espagnole EFE qu’il avait l’intention de rétablir les relations de la nation avec Cuba, le Venezuela et l’Iran. C’est un renversement de la politique du régime (...)
Caitlin JOHNSTONE
18€ pour aller aux urgences ?
Intervention de Jean-Luc Mélenchon le 20 octobre 2020 à l’Assemblée nationale sur la décision du gouvernement de mettre en place un forfait de 18 euros pour toute personne qui se rendrait aux urgences sans être ensuite hospitalisée. Le président du (...)
Jean-Luc MELENCHON
La France fut le meilleur espion des États-Unis à Cuba
Révélations sur la crise d’octobre 1962. C’est une information presque inédite. Lors de la Crise d'Octobre, ou Crise des Missiles, de 1962, la France joua un rôle fondamental : ce sont ses espions à La Havane qui avaient découvert, avant tout le (...)
Hernando CALVO OSPINA
La viscosité des politiciens qui condamnent une violence terroriste qu’ils ont nourrie et encensée ailleurs
Le théorème de Bachar Al-Assad
Bachar Al-Assad avait averti les Européens que leur duplicité finirait par se retourner contre eux. L’ignorance de ce théorème n’en finit pas de présenter l’addition. Prolongée par un acharnement criminel dont Erdogan n’est que l’instrument, la guerre (...)
Bruno GUIGUE
10 
Samuel Paty. Un enchaînement sur 10 jours : mensonges, menaces, lâchetés, cupidité
Le 6 octobre 2020, Samuel Paty, professeur d’Histoire au collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) donne un cours d’enseignement moral et civique sur le thème de la liberté d’expression. Il y montre une caricature du « prophète ». (...)
Vincent MORET
23 
Bolivie : l’essor de la Chine, une inspiration dans la lutte contre la pauvreté et l’indignité imposées par les États-Unis
La détermination de l’impérialisme étasunien à dominer le monde entier plonge l’humanité dans une nouvelle guerre froide dangereuse. La classe dirigeante des EU est absolument prête à tout pour arrêter l’essor de la Chine et intensifie actuellement son (...)
Fiona EDWARDS
Vers un nouvel étalon-or ou une guerre monétaire contre la Chine ?
La rumeur veut que les mois restants de 2020 pourraient être les témoins de changements drastiques et explosifs dans le système financier mondial. Mais de telles rumeurs « apocalyptiques » ont circulé à chaque début d’automne au cours des dernières (...)
Peter KOENIG
Cuba et ce que le monde ne doit pas savoir
Le Président et le Premier Ministre cubains sont intervenus à la télévision, le jeudi 8 octobre dernier, et ont donné de nombreuses informations sur trois sujets : l’affrontement du pays avec la pandémie de Covid-19, les actions visant à atténuer les (...)
Iroel SANCHEZ
Un exemple fait plus qu’un discours
Depuis Beyrouth, Mme Wafi Ibrahim nous raconte son séjour à Cuba, alors qu’elle était très jeune, et comment ces onze années ont marqué sa vie. Elle nous raconte qu’à son retour au Liban, elle a trouvé une société où les femmes ne valaient presque rien, (...)
Hernando CALVO OSPINA
La Bolivie comme nouvelle aube
L’élection présidentielle en Bolivie a vu la victoire dès le premier tour du candidat d’Evo Morales. Fin foudroyante de huit mois de gouvernement d’illuminés bible en main, d’arrogance du proconsul des États-Unis, d’insultes contre les indiens et de (...)
Jean-Luc MELENCHON
18 
Information, communication, communiqués de guerre, mort de la vérité
Contre feu
Je ne dis pas « le Covid est rien pour moi » afin qu’il en soit ainsi. Je dis que le flux monocorde, unicolore des informations m’effraie. Je ne trouve rien de plus angoissant que l’autorité des communiqués qui ne cessent de me prescrire des modes (...)
Guy CHAPOUILLIE
13 
Bolivie : Entretien avec Luis Arce, candidat du MAS à l’élection présidentielle du 18 octobre
Candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS) à l’élection présidentielle du 18 octobre en Bolivie, l’ancien ministre de l’Économie dénonce le climat de tension et de violence entretenu par la droite et l’extrême droite tout au long de la campagne. Ses (...)
Luis ARCE CATACORA
L’Islamophobie en gants blancs
J'ai écouté le discours récent du Président Emmanuel Macron, le 4 octobre dernier, sur "les séparatismes". L'impression qu'il m'en reste peut se résumer en quatre mots : deux poids, deux mesures. Le discours est au départ (...)
Djamel LABIDI
27 
L’Occident, n’écoutant que le courage de ses Élites, se fait hara-kiri pour protéger l’humanité
Le bruit circule dans les cercles bien informés que, tout comme sur le chemin de Damas, le Christ est apparu à Saint Paul qui en est tombé son cheval, les quatre Cavaliers de l’Apocalypse, qui annoncent la fin du monde, sont apparus à nos Élites, (...)
Dominique MUSELET
Derniers commentaires
18€ pour aller aux urgences ?
La Bolivie comme nouvelle aube
Contre feu
Samuel Paty et l'Arabie saoudite
Objectifs infâmes
18€ pour aller aux urgences ?
Déclaration de guerre à l’École laïque
Objectifs infâmes
La véritable "menace existentielle", c'est le statu quo
Le sparadrap islamo-gauchiste
La véritable "menace existentielle", c'est le statu quo
Contre feu
Samuel Paty. Un enchaînement sur 10 jours : mensonges, menaces, lâchetés, cupidité
Objectifs infâmes
Objectifs infâmes
L’amour fou de la France et du djihad, sanglant boomerang.
L’amour fou de la France et du djihad, sanglant boomerang.
La véritable "menace existentielle", c'est le statu quo
Le sparadrap islamo-gauchiste
Objectifs infâmes
RSS RSS Commentaires

le 27 octobre 2020
vous étiez 7654 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.