RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


#Unity4J : Christine Assange lance un appel d’urgence

(traduit à partir de la transcription d'un document sonore) Ceci n'est pas un exercice. C'est une urgence. La vie de mon fils, le journaliste Julian Assange, est en danger imminent et grave. Je vous remercie tous d'entendre l'appel d'une mère qui vous demande de l'aider à le sauver. Bien que Julian soit un journaliste primé à maintes reprises, très aimé et respecté pour avoir courageusement dénoncé, dans l'intérêt du public, des crimes graves et la corruption à haut niveau, il est actuellement seul, malade, souffrant et réduit au silence et à l'isolement, coupé de tout contact et torturé au cœur de Londres. La prison moderne des prisonniers politiques n'est plus la Tour de Londres mais l'Ambassade de l'Equateur. Voici les faits : Julian est détenu depuis près de huit ans sans inculpation. Vous avez bien lu : sans inculpation. Au cours des six dernières années, le gouvernement britannique a refusé ses demandes d'accès aux soins de santé de base : air frais, exercice, soleil pour la vitamine D et (...) Lire la suite »
13 

Épargner les riches !

Jose ESPINOSA

Pas de surprises ! Macron l’a jouée fine. Discours en 3 actes. La moitié pour expliquer qu’il nous comprend mais nous rend responsable de la violence.

Pas un mot de compassion sur nos amies écrasées sur les ronds-points, pas un mot sur les humiliations subies par les manifestants et les lycéens. Or c'est la violence d'État qui s'excerce depuis la loi El Khomri en passant par la loi travail (affaire Benalla) et accentuée ces jours-ci. Le pouvoir veut mater l'IPP ( Insurrection populaire pacifique) pour défendre le système ordo-libéral cause du chaos actuel. Quelques mesures annoncées : 100€ pour les salariés payés au Smic (en fait moins de 70€ si l'on tient compte des augmentations normales prévues pour 2019) par l'attribution de la prime d'activité, suppression de l'augmentation de la CSG pour quelques retraités, possibilité pour les entreprises de faire travailler plus contre des heures supplémentaires défiscalisées (mesure sarkoziste annulée par Hollande), une prime de 1000€ sans charges si les employeurs le veulent bien. Quatre mesures payées par les contribuables et non par les riches actionnaires. Élargissement de la fracture sociale assurée ! (...) Lire la suite »

Discours de Macron : entre mesurettes et enfumage

RÉPUBLIQUE SOCIALE

Après près d’un mois de mobilisation des gilets jaunes, Emmanuel Macron s’est enfin décidé à parler. C’était lundi soir, devant plus de 20 millions de français qui attendaient ce que le chef de l’Etat avait à annoncer. Et comme moi ils ne furent pas satisfaits.

Car Emmanuel Macron n’a pas répondu aux attentes, non seulement des gilets jaunes, mais plus généralement des Français qui les soutiennent. Des mesurettes ont été annoncées et il a bafouillé quelques excuses, certes, mais ces propos apparaissent tellement décalés de la réalité de la situation. D’ailleurs les Français ne s’y trompent pas puisqu’au lendemain de sa prise de parole, 54% d’entres eux déclaraient vouloir la poursuite du mouvement des gilets jaunes. Les mesures Quatre mesures ont donc été annoncées : la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2 000€ par mois, dès le mois de janvier, pour l’année 2019. Une prétendue augmentation du SMIC de 100€. Le retour des heures supplémentaires défiscalisées. Une prime de fin d’année dans les entreprises. D’aucuns pourrait penser que certaines revendications des gilets jaunes ont été entendues et que les plus démunis vont bénéficier de ces mesures. Or, à bien y regarder, on peut se rendre compte, très rapidement, de la supercherie. (...) Lire la suite »

William Blum, critique renommé de la politique étrangère des Etats-Unis, décédé à 85 ans. (CovertAction Magazine)

Chris AGEE, Louis WOLF
William Blum est décédé en Virginie tôt ce matin, le 9 décembre 2018. Il était entouré d'amis et de membres de sa famille après être tombé dans son appartement de Washtington D.C. et avoir subi de graves blessures il y a 65 jours. Il avait 85 ans. Bill est né le 6 mars 1933 à l'hôpital Beth Moses de Brooklyn (New York) et est devenu un auteur, historien et critique américain de la politique étrangère des États-Unis. Il a occupé un poste lié à l'informatique au Département d'État des États-Unis au milieu des années 1960. D'abord anticommuniste et rêvant de devenir officier du service extérieur, la guerre du Vietnam lui a fait perdre ses dernières illusions. M. Blum quitte le département d'État en 1967 et devient l'un des fondateurs et rédacteurs en chef du Washington Free Press, le premier journal "alternatif " de la capitale. En 1969, il a écrit et publié un exposé sur la CIA dans lequel il a révélé les noms et adresses de plus de 200 employés de la CIA. Il a travaillé comme journaliste indépendant aux (...) Lire la suite »

Gilets jaunes : bricoler des fétiches politiques ou changer la vie ?

Georges SPÖRRI

En tant que nouvel acteur de la vie sociale en France le mouvement des gilets jaunes peut et doit innover. S'il se contentait de piquer des vieilles idées déjà présentes sur le marché des biens symboliques, comme le référendum d'initiative populaire ou la démocratie participative, il deviendrait une nouvelle routine gérable du "système" ou même un instrument utilisable pour maintenir les structures fondamentales de la domination du capital.

Si on pense que la morphologie d'un mouvement exprime sa vérité profonde, ce qui est mon approche, il importe d'en décrire la principale originalité. Dès le début l'association du thème "taxe carbone + diabolisation des moteurs diésel" avec la présence de très nombreuses femmes, jeunes, moins jeunes ou carrément âgées, m'a complètement surpris. Et, dès le 17 novembre, cette fameuse parité inatteignable était réalisée sur les blocages. Je ne me suis bien sûr intéressé qu'à essayer de comprendre à quelle "alchimie" correspondait ce fantastique assemblage de concepts : femmes / bagnoles-diesel ? Et, même si je n'ai pas interrogé un échantillon représentatifs des ces femmes gilets jaunes, je suis certain de les avoir toutes rencontrées, je veux dire tous les types de manifestantes des zones rurales et des petites villes de province. Pour résumer en allant droit aux conclusions je crois pouvoir affirmer un point commun entre tous les récits : la bagnole est un outil indispensable à l'organisation rationnelle de (...) Lire la suite »
22 

Les gilets jaunes : le prolétaire contre le président des riches

Tayeb EL MESTARI
« C’est la goutte qui a fait déborder le vase » est une phrase au style simple et direct dont a le secret le langage populaire. La taxe carburant est cette goutte qui a propulsé au premier plan la question sociale en France alors que la classe dirigeante et ses appareils idéologiques la croyaient enterrée. Elle était tout au plus traitée à la marge par des mesures anti-pauvreté qui agissaient sur les effets et non sur les causes. Or, l’irruption de la question sociale sur la scène politique bouscule les termes du débat en élevant la coalition des prolétaires et des classes moyennes paupérisées au rôle d’acteur central et incontournable. De deux manières. L’une est de nature économico-sociale et indirecte, l’autre de nature politique et directe. Depuis 40 ans les conditions sociales des classes populaires se dégradaient. A chaque rendez-vous électoral, l’abstentionnisme progressait et faisait apparaitre le vote comme un simulacre démocratique. La classe dirigeante se méprenait en croyant que les classes (...) Lire la suite »

"Un nouveau militantisme syndical fait son apparition"

Sam Pizzigati
Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous que face à l’offensive ultralibérale sans précédent, on remarque un mouvement ouvrier et des syndicats affaiblis ? Sam Pizzigati : Aux États-Unis, depuis les années 1920, et en particulier dans le secteur privé, les syndicats n’ont jamais été aussi faibles qu’ils le sont aujourd’hui, selon les critères habituels de mesure de la force syndicale. Seulement 7% des travailleurs du secteur privé sont affiliés à un syndicat. Ces chiffres suggèrent que parmi les grandes entreprises américaines, les syndicats du secteur privé n’existent presque plus. Mais ces chiffres ne racontent pas toute l’histoire. En dehors des structures syndicales traditionnelles, un nouveau militantisme syndical fait son apparition, souvent soutenu par les syndicats traditionnels. Ce nouvel activisme va de la lutte du mouvement « Fight for 15 $ » pour un nouveau salaire minimum aux grèves d’enseignants au niveau de l’État qui a éclaté aux États-Unis au printemps dernier. Les centres de (...) Lire la suite »

A quoi reconnaît-on une révolution en France ?

Fabrice AUBERT
Introduction : D’abord remercier LGS, pour la publication d’articles aussi riches et complémentaires de la situation actuelle. Si un média, au sens de support d’informations et d’analyse, existe en France, c’est bien LGS qui mériterait le surnom « d’ami du peuple » [1]… [on protesterait si on n'était pas d'accord – note intrusive du Grand Soir] Cet article est celui d’un renégat de la première heure, prenant fait et cause pour les jaunes contre les rouges déclamés… « Comment. Toi, Fabrice, militant de la C.G.T, communiste insoumis peux-tu oser prétendre contre les Directions Révolutionnaires que le mouvement des « gilets jaunes » est de caractère Révolutionnaire ??? Ne vois-tu pas que c’est plein de fascistes ??? » (12 Novembre U.L de Martigues) Mais une révolution ne se reconnait pas à une couleur de gilets, mais à la fois : une situation historique pétrie de contradictions, contenus des doléances portées, la manière de s’organiser, Les symboles mis en avant. L’objet de cet article est de mesurer à quel (...) Lire la suite »
34 

Les épreuves de Julian Assange (The Daily Star)

Stefania MAURIZI
Stefania Maurizi est journaliste d'investigation pour le quotidien italien La Repubblica. Elle a travaillé sur toutes les publications de WikiLeaks et s'est associée à Glenn Greenwald pour révéler les Snowden Files sur l'Italie. Elle est l'auteure de deux livres, Dossier WikiLeaks : Segreti Italiani et Una Bomba, Dieci Storie. Dans une interview exclusive (électronique) avec Eresh Omar Jamal du Daily Star, Maurizi parle de la détention arbitraire de Julian Assange, des raisons pour lesquelles des gouvernements puissants considèrent WikiLeaks comme une menace existentielle, et des implications pour la liberté de la presse mondiale si Assange est poursuivi pour publication de documents gouvernementaux secrets. * * * Vous avez récemment eu la chance de rendre visite à Julian Assange à l'ambassade de l'Équateur à Londres. Quand était-ce et pouvez-vous décrire dans quel état il se trouve ? J'ai pu lui rendre visite le 19 novembre, après 8 mois de tentatives infructueuses, car en mars dernier, les (...) Lire la suite »

Le Grand Soir

Viktor ALMA

Un récit de la bataille de l'Etoile par un autochtone

J’ai grandi à deux pas de l’arc de triomphe. Adolescents, nous arpentions, la nuit, ce quartier déjà mort ou presque et notre vitalité en mal de répondant trouvait parfois, dans le larcin, de quoi se rassasier un peu. Nous volions du pain dans la boulangerie laissée ouverte par un commerçant trop confiant, et parfois aussi, dans un panneau publicitaire, nous mesurions la force de nos coups de pieds et de nos coups de poing dans ce mobilier urbain dont nous sentions obscurément l’hostilité, et le fait qu’il s’élevait d’abord contre nous, contre nos jours, contre notre puissance et contre nos promesses. Il y a vingt-cinq ans, alors que s’égrenait une à une, dans les quelques chaînes du tube cathodique, la succession interminables des crises qui ont marquées notre enfance et notre adolescence, nous comprenions déjà que toutes ces crises n’étaient chacune qu’un palier de plus vers la situation que nous connaissons aujourd’hui. Que ces crises n’étaient que l’application entêtée d’un plan élaboré en dehors de (...) Lire la suite »
11 

Fin de monde ?

Frederic LORDON
La chute d’un ordre de domination se reconnaît à la stupéfaction qui se lit sur les visages de ses desservants. Samedi, le spectacle n’était pas seulement dans la rue. Il était, et il dure toujours depuis, sur les faces ahuries de BFM, de CNews, de France 2, et d’à peu près tous les médias audiovisuels, frappées d’incompréhension radicale. Que la stupidité ait à voir avec la stupéfaction, c’est l’étymologie même qui le dit. Les voilà rendues au point d’indistinction, et leur spectacle commun se donne comme cette sorte particulière d’« information » : en continu. Comme l’esprit se rend préférentiellement aux idées qui font sa satisfaction et là où il trouve du confort, les trompettistes du « nouveau monde » et du « macronisme révolutionnaire », sans faire l’économie d’une contradiction, retournent invariablement à l’écurie de leurs vieilles catégories, les catégories du vieux monde puisque c’est celui-là qui a fait leur situation, leurs émoluments et leur magistère (lire « Macron, le spasme du système »). Et les voilà (...) Lire la suite »
16 

Panique médiatique face aux gilets jaunes

Pauline Perrenot
C’est peu dire que la tonalité médiatique générale vis-à-vis des gilets jaunes, et celle des éditorialistes en particulier, a changé depuis la journée de mobilisation du samedi 24 novembre, et, plus encore, depuis celle de samedi 1er décembre. Dans un premier temps, les grands éditorialistes se sont interrogés avec condescendance, en donnant parfois l’impression d’observer les gilets jaunes comme de petites bêtes curieuses. Certains se sont mis en scène, en s’engageant ouvertement en faveur d’un mouvement qu’ils pensaient pouvoir résumer à la seule remise en cause d’une taxe sur le carburant [1]. Mais le discours médiatique dominant est désormais tout autre. Face à un mouvement qui s’inscrit dans la durée, à la diversité et à l’ampleur de ses revendications, à sa popularité, face aux violences protéiformes de certaines manifestations et à la situation de crise politique dans laquelle elle est en train de plonger le gouvernement, les grands pontes du système médiatique resserrent les rangs. Depuis la manifestation (...) Lire la suite »
19 
Le rôle de l’opposition n’est pas d’absoudre la police, quoi qu’elle fasse

Le préfet de police qui ne voulait pas que soient frappés les manifestants à terre

Maurice GRIMAUD
Le 29 mai 1968, le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, est inquiet de la montée de la violence. Il craint des morts. Il écrit une lettre (ci-après) à ses 25 000 hommes. En même temps qu’il leur témoigne sa confiance et son admiration pour leur sang-froid et leur courage, il les met en garde (et c’est le véritable but de la lettre) contre tout excès de violence, comme « frapper un manifestant tombé à terre » ou « … encore plus grave, frapper des manifestants après arrestation ». Dans « le but de défendre la police dans son honneur et devant la nation » il leur demande « de faire une guerre impitoyable à tous ceux, heureusement très peu nombreux, qui par leurs actes inconsidérés accréditeraient précisément cette image déplaisante que l'on cherche à donner [d’eux] ». A ce jour, tout, dans le comportement du président de la République, dans les propos du Premier ministre, du ministre de l’Intérieur, de la ministre de la Justice, des autres membres du gouvernement, des députés LREM, du préfet de police de (...) Lire la suite »
24 

Les Gilets Jaunes - un signe de détresse jaune vif

Diana JOHNSTONE
Chaque voiture en France est censée être équipée d'un gilet jaune. Ainsi, en cas d'accident ou de panne sur une autoroute, le conducteur peut l'enfiler pour assurer sa visibilité et éviter de se faire écraser. L'idée de porter votre gilet jaune pour manifester contre les mesures gouvernementales impopulaires s'est donc rapidement imposée. Le costume était à portée de main et n'avait pas besoin d'être fourni par Soros pour une certaine "révolution de couleur" plus ou moins spontanée. Le symbolisme était approprié : en cas d'urgence socio-économique, montrez que vous ne voulez pas être écrasé. Comme tout le monde le sait, ce qui a déclenché le mouvement de protestation, c'est une nouvelle hausse des taxes sur le carburant. Mais il était tout de suite clair qu'il s'agissait de beaucoup plus que cela. La taxe sur le carburant a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase dans une longue série de mesures favorisant les riches aux dépens de la majorité de la population. C'est pourquoi le mouvement a (...) Lire la suite »
25 
La nécessité a déclenché le mouvement, le mouvement nécessite désormais une organisation

Gilets jaunes. D’un mouvement spontané vers un mouvement organisé.

MaxKo

Le mouvement des gilets jaunes est un mouvement de masse qui doit désormais s'organiser pour faire aboutir les revendications qu'il porte, mais au-delà pour constituer un vaste rassemblement du proletariat pouvant lutter contre la classe capitaliste dominante. Cette organisation doit épouser une forme particulière, réellement démocratique, pour le prolétariat et par le prolétariat.

N’en déplaise aux idéalistes, le mouvement des « gilets jaunes » n’est que le fruit, la réaction organique des masses affectées par la vie chère, le niveau des taxes et la destruction organisée par le pouvoir en place depuis des décennies – et parachevées de manière encore plus brutale sous le règne d'Emmanuel Macron – des services publics. La cause racine de ce mouvement de masse est la nécessité ; nécessité qui fait loi organique. De même qu’un arbre qui trouverait son sous-sol brutalement asséché par des conditions climatiques subitement nouvelles, verrait alors ses racines plonger, creuser et progresser sous terre jusqu’à pouvoir trouver de l’eau, ou dépérir, de même le prolétariat français s’est mit en mouvement, instantanément, alors qu’il est asséché par des conditions économiques qui, tout aussi subitement – même s’il s’agit du résultat d’un processus lent de délitement des conditions d’existences et de sa paupérisation, ne permettent plus à sa masse, de satisfaire ses besoins immédiats de survie. La goutte (...) Lire la suite »
26 

Les gilets jaunes, ça réfléchit

Pierre LEVY

La « sobriété heureuse » commence à apparaître pour ce qu’elle est : le faux nez de l’austérité contrainte

Impressionnant : la mobilisation des « gilets jaunes », qui a rassemblé plusieurs centaines de milliers de citoyens le 17 novembre et se poursuit, revêt une ampleur sans précédent dans l’Histoire de France pour un mouvement sans organisateur institué. Les développements à venir restent incertains, mais il est déjà possible de pointer les composantes de cette colère jaune, portée par des acteurs dont c’était pour beaucoup la première manif, et qui jouit d’un soutien populaire écrasant. Son déclencheur mérite attention : la détermination gouvernementale à augmenter les taxes sur le carburant, particulièrement sur le diesel, repose explicitement sur la volonté d’imposer un changement des comportements et des modes de vie, nommé « transition énergétique ». Que près de deux sondés sur trois estiment que le pouvoir d’achat doit passer avant la conversion écologique constitue une claque d’une violence inouïe infligée au pilonnage multi-quotidien quant à l’obligation de « sauver la planète ». La « sobriété heureuse » (...) Lire la suite »
27 
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...

Parlons (Inter) Net
Eh bien, BFMTV n’est pas eh bien une télé eh bien d’information

Les « journalistes » de BFMTV plantés dans la rue avec un micro, face à la caméra, doivent-ils, pour être titularisés, prononcer un maximum de « eh bien ! » en un minimum de temps ?

En vérité, ces perruches et perroquets apprennent le métier les uns chez les autres, vautrés dans un mou psittacisme qui nous impose cette « circulation circulaire de l’information » décriée par Pierre Bourdieu.

Nous avons déjà montré et prouvé ici, ici et ici comment ces petits soldats de la caserne de la Pensée Unique mentent et s’étonnent ensuite d’être huées, conspués, insultés, voire coursés (mais pas « quasi lynchés », chochottes, comme leurs confrères ont le culot de l’écrire).

Antoine Heulard, de BFMTV, est un enfumeur qu’on peut croiser aussi sur TV5 Monde, RMC, France 3, Le Figaro. La presse subventionnée est un village (Corleone, vous dites ?). Dimanche matin, il a commis un reportage en direct où il dramatise en montrant les stigmates de la violence des casseurs : un bout de rue dégoudronnée pour obtenir des projectiles ( gros comme une noix), des vitres cassées d’un abribus et, le sommum : une touriste américaine (terrorisée mais non montrée) dont il nous dit qu’elle s’était « barricadée » dans sa chambre d’un hôtel de luxe dont la façade a été « en grande partie taguée » . Parenthèse : impossible de retrouver le replay (disparu ?) de cette séquence que je rapporte donc de mémoire.

En fait, il s’agit de deux tags modestes dont le plus gros dit, sur trois lignes serrées :
« Macron,
suce mon
fion ».

On colle une moitié de gilet jaune devant chaque tag et la trop leste invitation disparaît avant que l’Elysée n’accuse réception et ne donne son avis.

Antoine Heulard est capable de mentir alors que l’image concomitante montre qu’il ment. Il s’en fiche ! Il sait que BFMTV ne lui en fera pas reproche. Ni aucun organe de presse. Ni aucun de ses confrères (sauf les journalistes libres sur Internet).

Antoine Heulard et ceux de sa bande sont comme le Macron d’avant les gilets jaunes, qui pensait qu’il pouvait tout dire et tout faire dans l’impunité. Et puis, soudain, ce qu’on avait prédit ici arrive : ça casse. Compris Heulard ?

Hélas, comptez sur l’ensemble de la profession pour protester si, lors d’une prochaine manifestation, les gilets jaunes font aux journaleux de BFMTV une conduite de Grenoble (1).

Et comptez aussi sur une partie de leurs syndicats pour nous reprocher notre combat pour une information honnête qui passe par la dénonciation de la concentration de la presse dans les mains de 9 milliardaires et, en même temps, par la dénonciation des journalistes (de plateaux et de terrain) menteurs, manipulateurs et droitiers.

Théophraste R. Editorialiste tireur de cartouches de sel pendant la chasse aux plumitifs.

(1) Note à l’intention des « journalistes » (sic) de BFMTV. Mes lecteurs me pardonneront cette précision pour eux superfétatoire : faire une « conduite de Grenoble » eh bien c’est chasser physiquement d’un groupe eh bien un individu qui a eh bien failli, volé, escroqué. Elle n’est pas brutale, mais humiliante. C’est eh bien une flétrissure. Celui qui a ainsi été exclu ne peut plus eh bien revenir sur les lieux où sa présence eh bien est jugée indigne.

15 





 
Voir aussi
Violences policières contre les journalistes : la liberté d’informer menacée
Violence dans les manifs. Des journalistes malmenés (verbalement) par des "sans-dents" en gilets jaunes ont porté plainte. Des journalistes de terrain, reporters et photographes, frappés par les forces du désordre, victimes de flash balls, (...)
SNJ-CGT
Lettre au Préfet de Police de Haute-Garonne
Bonjour M. le Préfet Je n’ai pas trouvé d’autre canal susceptible d’attirer votre attention sur une réclamation solennelle de ma part. Donc je me permets d’utiliser la voie de l’autorisation de manifester, qui me semble la plus pertinente dans mon cas. (...)
Eric Mestre
Démocratie, des mots par là
Probablement le terme le plus présent dans le vocabulaire politique, le mot « démocratie » est martelé jusqu’à la nausée à longueur d’ondes, de lignes et de discussions par les acteurs et commentateurs de l’univers politico-médiatique. « Nous sommes une (...)
Mathias
Macron le curé du capital, nous parle au journal de 20h depuis l’ORTF...
L’appel de la bourgeoisie à la guerre contre le peuple de France. Nous avons tous vu les opportunistes... Nous avons tous vu les irresponsables politiques dont le seul projet est de bousculer la république cherchant le désordre et l’anarchie... (...)
Jean Lecendent
Changer ? Chiche !
Changer ? Chiche ! Nez dans le guidon, pris dans l’immédiateté médiatique consumériste imposée, la peur des lendemains anxiogènes permanents, le paravent d’un réchauffement climatique culpabilisateur, les véritables enjeux de notre avenir sont occultés, (...)
Olivier RUCA
Bruno Jeudy, vrai marathonien et faux journaliste
Un vif débat – une altercation verbale – a opposé le 8 décembre à 20h 45 le gilet jaune Christophe Couderc à Bruno Jeudy, pilier de BFM-TV. Jeudy a accusé Couderc d’être un faux gilet jaune car militant politique. Couderc n’a pu alors rétorquer que Jeudy (...)
Bernard GENSANE
Jadis, un gouvernement comptait parmi les ministres : un mineur, trois ouvriers et un valet de ferme devenu électricien
Du mouvement de masse vers une action de classe.
Ce samedi 8 décembre, à Paris, autour de l’arc de triomphe, des cohortes de gilets jaunes venues de toute la France, ont déferlé, paisiblement. Mais sans organisation. Sans but clairement établi, sans plan de marche, autre que de battre le parvis des (...)
MaxKo
Des députés du Parlement européen et du Bundestag critiquent la violation des droits de l’homme au coeur de l’Europe et les conditions de vie actuelles de Julian Assange. (heise.de)
Des députés du Parlement européen et du Bundestag sont préoccupés par la sécurité et la santé de Julian Assange, militant de Wikileaks. Il doit être autorisé à quitter son exil à l’ambassade de l’Equateur à Londres pour un pays sûr, demandent-ils dans une (...)
Comment devenir un journaliste fiable de la presse mainstream ?
L’Iran, le lobby israélien, Julian Assange, Bolsonaro et le fascisme ou encore la guerre au Yémen… Il y a certaines règles à respecter si vous comptez démontrer à vos éditeurs et aux médias qui vous emploient qu’ils peuvent avoir confiance en vous. (...)
Medialens
Les gilets jaunes devant le mur invisible, dressé par l’oligarchie financière
« On ne règle pas un problème en utilisant le système qui l’a engendré. Ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut les résoudre. » A .Einstein There is no alternative : Je ne changerai pas de cap En mars 2018, retraite, code du travail, (...)
Mohamed EL BACHIR
Arrestation de la Directrice financière de Huawei : coup de froid sur l’optimisme (Global Times )
Sans aucune preuve tangible, les gouvernements canadien et américain ont piétiné le droit international en "kidnappant" la citoyenne chinoise Meng Wanzhou, Directrice financière de Huawei. Le gouvernement américain demanderait l’extradition de Meng (...)
Mei Xinyu
Appel : Un chantier collectif pour démystifier la ’Déclaration universelle des droits de l’homme’ ?
J’aimerais continuer, approfondir, enrichir et compléter l’analyse de la ’Déclaration universelle des droits de l’homme’, que j’ai présentée sur ’legrandsoir’ comme "Universalité des ’droits universels’ ?" Je remercie tous les camarades qui ont ajouté à mon (...)
Bruno VITALE
30 ans de dérégulation !
Quel rapport entre le mouvement des gilets jaunes,et le documentaire « Main basse sur l’énergie » que je viens de réaliser pour le compte de la Fédération CGT de l’énergie ? Et bien les deux dénoncent trente ans de dérégulation libérale de l’économie ! (...)
Gilles Balbastre
Quand la multitude est décidée à progresser
Nul ne sait ce qui naîtra
Mais qui sont-ils ? Mais que disent-ils ? Ils s’appellent les Gilets Jaunes. Ils disent leur colère. Mais je ne connais pas ces gens-là. Président, ces gens-là sont des gens du peuple de France. Ils se ressemblent donc tous. Non, ils sont divers (...)
PERSONNE
Toi, l’éternel ennemi du Peuple Souverain, souviens-toi de Valmy en septembre 1792 !
Personne ne l’ignore plus désormais. Dès demain, vont être engagés par les pouvoirs publics, face au peuple français en révolte, une panoplie de moyens militaires pour affronter ce peuple décidément indocile, bruyant et contestataire. Toute la presse (...)
Vincent Christophe LE ROUX
Derniers commentaires
Épargner les riches !
Épargner les riches !
Macron le curé du capital, nous parle au journal de 20h depuis l’ORTF...
Gilets jaunes : bricoler des fétiches politiques ou changer la vie ?
William Blum, critique renommé de la politique étrangère des Etats-Unis, décédé à 85 ans. (CovertAction Magazine)
Eh bien, BFMTV n’est pas eh bien une télé eh bien d’information
Épargner les riches !
William Blum, critique renommé de la politique étrangère des Etats-Unis, décédé à 85 ans. (CovertAction Magazine)
Gilets jaunes : bricoler des fétiches politiques ou changer la vie ?
Panique médiatique face aux gilets jaunes
Épargner les riches !
Des députés du Parlement européen et du Bundestag critiquent la violation des droits de l'homme au coeur de l'Europe et les conditions de vie actuelles de Julian Assange. (heise.de)
Violences policières contre les journalistes : la liberté d’informer menacée
Du mouvement de masse vers une action de classe.
Discours de Macron : entre mesurettes et enfumage
Épargner les riches !
Eh bien, BFMTV n’est pas eh bien une télé eh bien d’information
Gilets jaunes : bricoler des fétiches politiques ou changer la vie ?
Gilets jaunes : bricoler des fétiches politiques ou changer la vie ?
William Blum, critique renommé de la politique étrangère des Etats-Unis, décédé à 85 ans. (CovertAction Magazine)
RSS RSS Commentaires


le 11 décembre 2018
vous étiez 12608 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.