RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Paul Craig ROBERTS

Les provocations finissent souvent par des guerres

Paul Craig ROBERTS
La guerre peut-elle être évitée et la planète sauvée ? Le gouvernement russe et le président Poutine sont soumis à une forte pression. C’est une pression qui ne vient pas des sanctions américaines, qui sont très bénéfiques pour la Russie puisqu'elles poussent la Russie à l'indépendance ; elle vient des patriotes russes qui sont fatigués des réponses polies de Poutine aux insultes et provocations militaires incessantes de Washington. Les patriotes russes ne veulent pas la guerre, mais ils veulent défendre l'honneur de leur pays, et ils pensent que Poutine ne le fait pas. Certains d'entre eux accusent même Poutine d’être un atlantiste qui vénère l'Occident. La désillusion engendrée par Poutine chez les patriotes, ainsi que l'approbation par Poutine du relèvement de l'âge de la retraite pour les pensions de retraite, un piège que lui ont tendu les économistes néolibéraux russes, ont nui à sa popularité au moment précis où il va à nouveau être confronté aux provocations de Washington en Syrie. Dans mes (...) Lire la suite »

Washington lance son attaque contre les BRICS (Counterpunch)

Paul Craig ROBERTS

Après avoir eliminé la présidente réformiste de l'Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner, Washington élimine maintenant la présidente réformiste du Brésil, Dilma Rousseff. Washington a utilisé un juge fédéral pour ordonner à l'Argentine de sacrifier son programme de restructuration de la dette afin de payer aux fonds vautours US la totalité des obligations argentines en défaut que les fonds vautours avaient acheté pour quelques centimes du dollar. Ces vautours étaient des « créanciers » qui avaient octroyé des « prêts », indépendamment du fait qu'ils ne sont pas des créanciers et n'avaient en réalité octroyé aucun prêt. C'était des opportunistes à la chasse de l'argent facile et ils ont été utilisés par Washington pour se débarrasser d'un gouvernement réformiste.

La présidente Cristina Fernandez de Kirchner a résisté et, en conséquence, elle devait partir. Washington a donc inventé une histoire. La présidente avait couvert un « attentat iranien » perpétré à Buenos Aires en 1994. Ce prétexte invraisemblable, ( il n'y a aucune preuve d'une l'implication iranienne), a été fourni par l'un des agents de Washington au bureau du procureur de la nation et un événement douteux qui s'est produit il y a 22 ans a été utilisé pour laisser libre la voie du pillage de l'Argentine par les États-Unis. Au Brésil, Washington a utilisé des insinuations de corruption pour obtenir la mise en accusation par la chambre basse de la présidente présidente Dilma Rousseff. Aucune preuve n'est nécessaire, les accusations suffisent. Tout cela ne nous change pas des « armes nucléaires iraniennes », « des armes de destruction massive » de Saddam Hussein ", de l'utilisation d'armes chimiques par Assad et, dans le cas de Rousseff c'est seulement des insinuations. Le Secrétaire général de (...) Lire la suite »

L’Ukraine est-elle en train de glisser vers la guerre civile ? Les va-t-en guerre de Washington poussent à un conflit de plus grande ampleur (Counterpunch)

Paul Craig ROBERTS
Les populations demandent des solutions, mais aucune solution n'est possible dans un monde désinformé. Les populations sont mécontentes presque partout, mais peu d'entre elles ont une vision claire de ce qui se passe réellement. Pour qu'il puisse y avoir des solutions, il faut que les populations sachent la vérité sur les problèmes. Pour les rares personnes disposées à être des messagers, c'est une tâche largement ingrate. Le postulat selon lequel l'être humain est un être rationnel est faux. C'est une créature dotée d'émotion, pas le Dr. Spock de Star Trek. Les êtres humains sont intoxiqués par l'enculturation et l'endoctrinement. Les patriotes réagissent avec hostilité aux critiques contre leur gouvernement, leur pays, leurs espoirs et leurs fantasmes. Leurs émotions tordent le cou aux faits, si l'un d'entre eux devait parvenir jusqu'à eux. Les aspirations et les fantasmes l'emportent sur les faits. La plupart des gens veulent qu'on leur dise ce qu'ils veulent entendre. Et donc, ils sont toujours (...) Lire la suite »

La tendance hégémonique de Washington conduit à la guerre

Paul Craig ROBERTS

C’était il y a cinq ans que le président de la Géorgie, Mikheil Saakachvili, qui a été installé au pouvoir par la "révolution des roses" fomentée par Washington, avait lancé une invasion militaire de l’Ossétie du Sud, une province sécessionniste ayant son propre gouvernement. L’attaque géorgienne a tué des soldats de paix russes et de nombreux Ossètes.

La réponse militaire russe a écrasé en 5 jours l’armée géorgienne formée et équipée par les États-Unis au grand embarras de Saakachvili et de ses commanditaires de Washington. Washington a commencé la formation et l’équipement de l’armée géorgienne en 2002, et continue de mener des exercices militaires conjoints avec la Géorgie. En Mars et Avril de cette année les États-Unis ont de nouveau mené des exercices militaires conjoints avec la Géorgie. Washington pousse à ce que la Géorgie soit admise comme membre de l’OTAN. La plupart des analystes considèrent comme peu probable que Saakachvili, de son propre fait, ait violé l’accord de paix et attaqué les troupes russes. C’est certain que Saakachvili y a été autorisé par son sponsor Washington. La tentative de Saakachvili de récupérer les territoires a été l’occasion pour Washington de tester la Russie. Washington a vu l’attaque comme un moyen d’embarrasser le gouvernement russe et comme un moyen de tester la réponse de la Russie et sa réaction militaire. Si la (...) Lire la suite »

Washington pense que vous êtes stupides

Paul Craig ROBERTS

Il y a un vieux dicton qui dit que si le gouvernement craint le peuple, il y a la liberté, mais si le peuple craint le gouvernement, il y a tyrannie. Les criminels à Washington, non seulement ne nous craignent pas, ils ne nous respectent pas. Washington voit les Étatsuniens comme un troupeau de moutons stupides.

Washington estime qu’il peut dire n’importe quoi à la population et les gens vont le croire. Par exemple, la ligne officielle est que la récession, qui a commencé en Décembre 2007, s’est terminée en Juin 2009. Beaucoup d'Étasuniens le croient alors même qu’’ils n’ont pas personnellement vécu la reprise économique. En effet, ils s’enfoncent davantage dans la pauvreté et côtoient la misère. Et n’oubliez pas ces armes de destruction massive qui n’existent pas et que Saddam Hussein a été accusé par Washington de posséder. Ou le faux événement du golfe du Tonkin lorsque Washington a affirmé que son navire avait été attaqué par le Nord-Vietnam. Oui, la liste des mensonges officiels est très longue. Toute personne qui croit tout ce que Washington dit est trop naïve pour qu’on la laisse sortir de chez elle toute seule. Mais les Américains croient aux mensonges, parce qu’ils pensent que le patriotisme l’exige. S’appuyant sur la crédulité éprouvée de la majeure partie de la population américaine, Washington prétend avoir (...) Lire la suite »

Inversion de rôles : comment les Etats-Unis sont devenus l’URSS (Information Clearing House)

Paul Craig ROBERTS
J'ai passé l'été de 1961 derrière le rideau de fer. Je participais à un programme d'échange d'étudiants entre les Etats-Unis et l'URSS. C'était la deuxième année du programme qui fonctionnait sous les auspices du Département d'Etat US. Notre retour à l'Ouest par train à travers l'Allemagne de l'est fut interrompu par la construction du mur de Berlin. Nous fûmes renvoyés vers la Pologne. Les voies ferrées de l'Allemagne de l'est étaient occupées par des troupes et blindés soviétiques tandis que l'Armée Rouge se positionnait en Allemagne de l'est pour parer à tout ingérence occidentale. Heureusement, à l'époque il n'y avait pas de néoconservateurs. Washington n'avait pas encore adopté cette arrogance qu'elle affiche si bien en ce 21ème siècle. Le mur fut construit et la guerre évitée. Le mur a finalement desservi les Soviétiques. John Kennedy et Ronald Reagan s'en sont tous deux efficacement servi à des fins de propagande. A cette époque, l'Amérique symbolisait la liberté et l'Union Soviétique l'oppression. Une (...) Lire la suite »
10 
Retour sur l’affaire Snowden

L’illégalité est la nouvelle norme

Paul Craig ROBERTS

Dans de nombreux d’articles et dans mon dernier livre The Failure of Laissez Faire Capitalism and the Economic Dissolution of the West, j’ai montré que la crise de la dette souveraine européenne est en train d’être utilisée pour mettre fin à la souveraineté des pays qui sont membres de l’UE.

Il n’y a aucun doute que cela soit vrai, mais la souveraineté des États membres de l’UE n’est que nominale. Bien que les nations individuelles gardent toujours une certaine “souveraineté” vis à vis du gouvernement de l’UE, elles sont néanmoins toutes sous la coupe de Washington, comme vient une fois de plus le démontrer la récente action illégale et hostile prise par la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et l’Autriche par ordre de Washington, à l’encontre de l’avion transportant le président bolivien Evo Morales. Revenant de Moscou pour renter en Bolivie, l’avion de Morales s’est vu refuser le survol de leur territoire et l’autorisation de refaire le plein de carburant par les marionnettes de Washington que sont la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal et a dû atterrir en Autriche, où l’avion présidentiel fut soumis à une fouille afin de savoir si Edward Snowden était à bord. Ceci est une démonstration de force de Washington pour kidnapper Snowden de l’avion présidentiel bolivien, en total défi de (...) Lire la suite »

Le double jeu et l’insanité de Washington mènent le monde à la 3ème guerre mondiale

Paul Craig ROBERTS

Au XXIème siècle, la propagande vieille de plus de 200 ans qui dit que le peuple étasunien contrôle son gouvernement a été complètement pulvérisée. Les deux régimes de Bush et d’Obama ont rendu parfaitement clair que ce peuple n’a aucune influence, encore moins de contrôle, sur le gouvernement. Pour ce qui est de Washington, le peuple n’est rien d’autre que fétus de paille dans le vent.

Les sondages récents montrent que 65% de la population étasunienne est opposée à une intervention en Syrie. Malgré cette claire indication de la volonté du peuple, le régime Obama pousse sa propagande pour plus d’armement des mercenaires de Washington envoyés en Syrie pour renverser le gouvernement séculier syrien et pour établir une “zone d’exclusion aérienne” au dessus de la Syrie qui, si nous nous fions à l’exemple libyen, veut dire des attaques de l’aviation étasunienne ou de l’OTAN sur l’armée syrienne au sol, servant ainsi de force d’appui aérien pour les mercenaires importés de Washington, nommés par doux euphémisme “les rebelles syriens”. Washington a récemment déclaré que la “ligne rouge” qui provoquerait une action des EU serait que le gouvernement d’Assad utilise des armes chimiques de destruction massive contre les mercenaires de Washington. Une fois cette annonce faite, tout ceux ayant encore un cerveau, ont immédiatement su que Washington allait fabriquer de faux rapports de renseignement disant (...) Lire la suite »

La plus grande maladie de l’Amérique : ses médias pressetitués

Paul Craig ROBERTS
Si le constat outre-Atlantique de Roberts est sans appel, il est évident que tout ce qui est dit dans cet article est valable pour les médias occidentaux dits "officiels" ou médias "de masse"… On peut trouver des exemples similaires de ceux avancés ici dans toutes les nations, c’est pourquoi les médias alternatifs et citoyens continueront à monter en puissance et susciteront à un moment donné un contre-pouvoir réel, ils le sont déjà du reste, mais cela va aller en s’accélérant, c’est pourquoi l’oligarchie accélère désespérément l’avènement de sa société totalitaire. C’est son empressement qui sera la cause de sa chute inéluctable. Le larbinisme dans toute sa splendeur… et décadence… – Résistance 71 – La plus grande maladie de l’Amérique : Ses médias pressetitués Quand Gerald Celente a estampillé les médias américains comme la “pressetituée”, il a fait mouche et avait parfaitement raison. La presse écrite et les médias audio-visuels sont les prostitués de Washington et du cartel des corporations. Rendre compte des (...) Lire la suite »

Pourquoi la désinformation fonctionne

Paul Craig ROBERTS
Vous êtes-vous jamais demandé comment la désinformation gouvernementale gagne-t-elle du terrain ? Ce que j’ai remarqué est que dès qu’un épisode choquant se produit, comme le 11 Septembre ou l’attentat à la bombe du marathon de Boston, presque tout le monde dans le spectre politique de droite et de gauche, avale l’explication du gouvernement, parce qu’ils peuvent rattacher leur agenda (politique) aux basques du gouvernement. Les gauchistes aiment la version officielle des musulmans créant le chaos et le désordre aux Etats-Unis, car cela prouve leur théorie de l’effet boomerang et les satisfait en cela que les dépossédés et les opprimés peuvent se battre contre l’impérialisme. La droite patriotique aime la version officielle, car cela prouve que l’Amérique est attaquée à cause de sa bonté ou parce que les terroristes sont entrés dans le pays à cause des autorités d’immigration et nourris par le système social, ou parce que le gouvernement, qui ne peut jamais rien faire correctement, a ignoré un certain (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20