RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A propos du meurtre de nos Amérindiennes (Counterpunch)

Photo de Grand Canyon National Parc

Je veux vous parler aujourd’hui de certains faits d’actualité. Le plus important d’entre eux, qui est aussi symptomatique d’un problème récurrent de notre peuple, est l’horrible meurtre de Savannah LaFontaine-Greywind. Le bébé de Savannah a été arraché de son ventre (pour le lui voler, NdT), puis le corps de Savannah a été enveloppé dans un sac en plastique et jeté dans la rivière.

Depuis des générations, beaucoup de membres de notre peuple meurent prématurément, inutilement et tragiquement, de causes qui sont loin d’être naturelles. La mort de Savannah est un exemple atroce de ce qui arrive à tant d’entre nous des mains de cette société qui nous tient à sa merci. Nos femmes amérindiennes sont dix fois plus souvent victimes de violence que n’importe quelles autres femmes. Et ces violences sont perpétrées par des non-Indiens, c’est un fait statistique. On les enlève, on les tue et on les fait disparaître en bien plus grand nombre que les autres femmes. C’est comme si la société nous avait mis dans la catégorie des espèces qu’on peut tuer comme on veut.

Quoique l’Amérique en pense, le peuple amérindien et sa philosophie sont essentiels à la survie de l’Amérique. Nous avons donné nos vies pour protéger la terre-mère et attirer votre attention sur la destruction de la nature dont est responsable la société industrielle, dans cette partie de la planète où nous habitons tous. Si la mort insoutenable, atroce et tragique de Savannah était un événement exceptionnel, nous pourrions la pleurer avant de continuer notre route comme nous le faisons souvent. Mais sa mort n’est pas inhabituelle, elle fait partie des agressions que notre peuple subit régulièrement, et principalement nos jeunes femmes. Pour notre équilibre mental, affectif et physique, cela doit cesser. Je ne viens pas supplier. Je ne suis pas un mendiant. Cela n’est pas dans notre culture. Mais je prie l’Amérique blanche de se lever et de mettre un terme à ces meurtres qui sont la continuation résiduelle du génocide perpétré contre les Autochtones de ce pays.

Le temps est venu que les membres des différentes religions, croyances et philosophies unissent leurs volontés et leurs voix pour amener un vrai changement en Amérique, un changement basé sur le respect des autres, le créateur de toutes choses, la terre-mère. Cela fait longtemps, bien trop longtemps, que l’Amérique va dans une mauvaise direction, il faut en changer. Je ne parle pas seulement de nos peuples autochtones, je parle de tous le monde qu’elle que soit leur couleur et leur statut social et économique. Le tissu social de l’Amérique est profondément fracturé et déchiré. Et je sais que tous ceux qui prennent le temps de lire ce que j’écris ici, savent dans leur cœur que je dis la vérité.

Alors, mettez-vous au travail ! Et déjà, je vous encourage à avoir la générosité de faire un don à l’enfant qui a été victime d’une culture qui permet que ce type de tragédie se produise. La petite fille de Savannah qui a été arrachée du ventre de votre peuple va avoir besoin de votre aide. Savannah avait choisi un nom pour elle avant sa naissance, son nom est Haisley Jo, et vous pouvez l’aider à grandir dans un environnement sain, en envoyant vos dons à n’importe quelle banque étasunienne au nom de Haisley Jo.

Leonard PELTIER

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.counterpunch.org/2017/09/01/on-our-murdered-native-women/
URL de cet article 32259
  

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où règne la civilisation occidentale toutes attaches humaines ont cessé à l’exception de celles qui avaient pour raison d’être l’intérêt.

Attribuée à Louis Aragon, 1925.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.