RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A propos du meurtre de nos Amérindiennes (Counterpunch)

Photo de Grand Canyon National Parc

Je veux vous parler aujourd’hui de certains faits d’actualité. Le plus important d’entre eux, qui est aussi symptomatique d’un problème récurrent de notre peuple, est l’horrible meurtre de Savannah LaFontaine-Greywind. Le bébé de Savannah a été arraché de son ventre (pour le lui voler, NdT), puis le corps de Savannah a été enveloppé dans un sac en plastique et jeté dans la rivière.

Depuis des générations, beaucoup de membres de notre peuple meurent prématurément, inutilement et tragiquement, de causes qui sont loin d’être naturelles. La mort de Savannah est un exemple atroce de ce qui arrive à tant d’entre nous des mains de cette société qui nous tient à sa merci. Nos femmes amérindiennes sont dix fois plus souvent victimes de violence que n’importe quelles autres femmes. Et ces violences sont perpétrées par des non-Indiens, c’est un fait statistique. On les enlève, on les tue et on les fait disparaître en bien plus grand nombre que les autres femmes. C’est comme si la société nous avait mis dans la catégorie des espèces qu’on peut tuer comme on veut.

Quoique l’Amérique en pense, le peuple amérindien et sa philosophie sont essentiels à la survie de l’Amérique. Nous avons donné nos vies pour protéger la terre-mère et attirer votre attention sur la destruction de la nature dont est responsable la société industrielle, dans cette partie de la planète où nous habitons tous. Si la mort insoutenable, atroce et tragique de Savannah était un événement exceptionnel, nous pourrions la pleurer avant de continuer notre route comme nous le faisons souvent. Mais sa mort n’est pas inhabituelle, elle fait partie des agressions que notre peuple subit régulièrement, et principalement nos jeunes femmes. Pour notre équilibre mental, affectif et physique, cela doit cesser. Je ne viens pas supplier. Je ne suis pas un mendiant. Cela n’est pas dans notre culture. Mais je prie l’Amérique blanche de se lever et de mettre un terme à ces meurtres qui sont la continuation résiduelle du génocide perpétré contre les Autochtones de ce pays.

Le temps est venu que les membres des différentes religions, croyances et philosophies unissent leurs volontés et leurs voix pour amener un vrai changement en Amérique, un changement basé sur le respect des autres, le créateur de toutes choses, la terre-mère. Cela fait longtemps, bien trop longtemps, que l’Amérique va dans une mauvaise direction, il faut en changer. Je ne parle pas seulement de nos peuples autochtones, je parle de tous le monde qu’elle que soit leur couleur et leur statut social et économique. Le tissu social de l’Amérique est profondément fracturé et déchiré. Et je sais que tous ceux qui prennent le temps de lire ce que j’écris ici, savent dans leur cœur que je dis la vérité.

Alors, mettez-vous au travail ! Et déjà, je vous encourage à avoir la générosité de faire un don à l’enfant qui a été victime d’une culture qui permet que ce type de tragédie se produise. La petite fille de Savannah qui a été arrachée du ventre de votre peuple va avoir besoin de votre aide. Savannah avait choisi un nom pour elle avant sa naissance, son nom est Haisley Jo, et vous pouvez l’aider à grandir dans un environnement sain, en envoyant vos dons à n’importe quelle banque étasunienne au nom de Haisley Jo.

Leonard PELTIER

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.counterpunch.org/2017/09/01/on-our-murdered-native-women/
URL de cet article 32259
  

Frédéric Rousseau. L’Enfant juif de Varsovie. Histoire d’une photographie.
Bernard GENSANE
Paris, Le Seuil, 2009 Nous connaissons tous la photo de ce jeune garçon juif, les mains en l’air, terrorisé parce qu’un soldat allemand pointe sur lui un fusil-mitrailleur. En compagnie de sa mère, qui se retourne par crainte de recevoir une salve de balles dans le dos, et d’un groupe d’enfants et d’adultes, il sort d’un immeuble du ghetto de Varsovie. A noter que ce que l’enfant voit devant lui est peut-être plus terrorisant que ce qui le menace derrière lui. Au fil d’un travail très rigoureux, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

J’ai vu des démocraties intervenir contre à peu près tout, sauf contre les fascismes.

L’Espoir (1937) - Citations de André Malraux

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.