RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Argentine. Où est Santiago Maldonado ?

Traumatisé par les 30 000 victimes de la dictature, le pays veut savoir où se trouve le jeune homme disparu le 1er août alors qu’il participait à une manifestation réprimée.

Sur leurs terres ancestrales de Cushamen, dans la province de Chubut, les Mapuches défient la multinationale Bennetton depuis 2015. Voilà deux ans que la Compagnie des terres du Sud argentin, l’entreprise productrice de laine détenue par le milliardaire italien, a fait main basse sur ces terrains que les Indiens originaires considèrent comme leurs. C’est là, sur ce territoire fertile de la Patagonie, que Santiago Maldonado a été vu pour la dernière fois le 1er août.

Cet artisan tatoueur de 28 ans avait trouvé refuge dans la région il y a quelques mois pour vivre en phase avec la nature, qu’il affectionne. Ce jour-là, le jeune homme qui n’est « ni un militant ni un activiste », selon les déclarations de son frère Sergio, se joint à un rassemblement organisé par la Résistance ancestrale mapuche, qui exige la libération du chef de ce groupe, Facundo Jones Huala, arrêté en juin et sous le coup d’une demande d’extradition du Chili pour des présumés délits de terrorisme. « Il ne fait partie d’aucune organisation de peuples originaires même s’il se montre toujours disposé à collaborer pour des causes face à l’absence de l’État. Ou ses irruptions abruptes », poursuit le proche. Ce jour-là donc, la gendarmerie est appelée en renfort pour lever un barrage de route. Les agents chargent dans le tas. Des balles en plastique et de plomb sifflent. Les biens des Indiens sont saccagés, brûlés. Les manifestants, eux, tentent de s’enfuir par la rivière. Lors de cette violente intervention, Santiago Maldonado se trouve près d’un arbre, rapporte un témoin. Ce dernier parle de cris, un « vous êtes en état d’arrestation ». Puis, silence. Plus rien.

Deux cents dix disparitions forcées imputables aux agents de l’État

Depuis un mois, les cortèges se font plus pressants, à l’image du défilé qui se tiendra aujourd’hui à Buenos Aires. Ils demandent, inlassablement, où se trouve Santiago Maldonado. Ils exigent, avec constance, sa réapparition immédiate et en vie. Comme au temps des années de plomb. L’onde de choc est puissante dans ce pays encore traumatisé par la dictature (1976-1983) où les 30 000 disparitions forcées d’opposants restent une plaie béante. L’absence du jeune homme est vécue comme une énième répression intolérable. Les conservateurs au pouvoir emmenés par le président Mauricio Macri ont tenté d’esquiver, de manière grossière, les interpellations de la société civile et des organismes des droits de l’homme. La ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich, est même allée jusqu’à affirmer que personne ne pouvait garantir que Santiago se trouvait bel et bien sur les lieux où il a disparu « parce que tout le monde portait une cagoule ». Ce mépris n’est pas sans en rappeler d’autres. En 1979, le dictateur Jorge Videla, qui était interpellé sur le sort des victimes de son régime, avait rétorqué sans ciller : « Tant qu’il est disparu, il ne peut recevoir de traitement spécial, c’est une inconnue, c’est un disparu, il n’a pas d’entité, il n’est ni vivant ni mort, il a disparu. »

Plus récemment encore, en 2006, bien après l’avènement de la démocratie, Julio Lopez, victime des exactions de la junte, a lui aussi « disparu » après avoir témoigné contre Miguel Etchecolatz, sinistre figure considérée comme l’un des bourreaux les plus sanguinaires de la dictature. À l’époque, pour dégager l’État de ses responsabilités, certains s’étaient plu à colporter la rumeur selon laquelle Julio Lopez était un ivrogne, un fabulateur... Ces trente-cinq dernières années pourtant, 210 disparitions forcées imputables aux agents de l’État ont été inventoriées par la Coordination contre la répression policière et institutionnelle (Correpi). Le cas de Santiago Maldonado a pris une dimension nationale, et très politique. Le gouvernement a certes offert une récompense de 28 000 dollars à quiconque livrerait des informations sur le sort de l’artisan. Mais, la démarche a aussitôt été perçue comme une manière de dédouaner le corps de gendarmerie, et donc les autorités. « L’État est le responsable direct (...). Nous retournons aux pires moments vécus dans le pays (...). L’enlèvement et la disparition ne sont pas des crimes prescrits par le temps (...). Ils mettent en sérieux danger la démocratie (...). Ce sont des symptômes très dangereux pour notre peuple », a dénoncé le prix Nobel de la paix argentin, Adolfo Perez Esquivel.

Il y a une semaine, à l’occasion d’un match de football de la première division, les joueurs de Temperley ont posé devant les caméras avec une banderole demandant la réapparition du jeune homme. Ce même week-end, près d’un demi-million de tweets et de posts sur Facebook se sont émus de son sort. Mardi, les avocats de sa famille ont remis au ministre de la Justice et des Droits de l’homme, German Garavano, une pétition exigeant de l’exécutif qu’il reconnaisse publiquement que leur proche a bel et bien disparu de « manière forcée », contraignant ainsi l’État à reconnaître sa responsabilité. Ce même jour, la Ligue argentine des droits de l’homme (Ligaddhh) a déposé une plainte contre le président Mauricio Macri, trois de ses ministres dont ceux de la Sécurité et la Justice ainsi que les commandants de la gendarmerie, pour « disparition forcée ». Disparition, un mot qui glace jusqu’au sang en Argentine, où des milliers de familles recherchent encore leurs parents, victimes de la violence d’État, et de son silence.

Cathy Dos Santos

»» http://www.humanite.fr/argentine-ou-est-santiago-maldonado-641336
URL de cet article 32263
  

Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.