RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Accord céréalier : des ports probablement utilisés pour fournir des matières radioactives à l’Ukraine

Les ports d’Odessa et de Tchernomorsk, engagés dans l’accord céréalier, ont pu être utilisés pour acheminer des matières radioactives en Ukraine, selon la diplomatie russe. Kiev préparerait une provocation avec de telles substances en Transnistrie, d’après ses données.

La Russie déclare posséder des informations selon lesquelles l’Ukraine préparerait des provocations avec l’usage de substances radioactives.

Moscou met en garde Kiev "et ses sponsors occidentaux" contre des actions irréfléchies "mettant en danger les vies et la santé de milliers de civils", a indiqué ce mercredi la porte-parole de la diplomatie russe.

Une provocation ukrainienne liée à l’utilisation de matières radioactives pourrait avoir lieu près de la Transnistrie, État indépendant autoproclamé depuis la dislocation de l’URSS en 1991 au sein de la Moldavie, a précisé la journaliste et diplomate russe Maria Zakharova dans un communiqué.

Les tensions sont attisées à présent autour de cette zone, voisine de l’Ukraine, selon Maria Zakharova.

Incognito parmi le transit de blé

Les ports d’Odessa et de Tchernomorsk, engagés dans l’accord céréalier, ont pu être utilisés pour acheminer des matières radioactives en Ukraine, d’après les données du ministère russe des Affaires étrangères.

L’accord en question, conclu en juillet 2022 à Istanbul, expire le 18 mars. Il a été signé par des représentants de la Russie, de la Turquie, de l’Ukraine et de l’Onu et porte sur l’exportation de blé ukrainien, de produits alimentaires et d’engrais via des couloirs sécurisés en mer Noire depuis trois ports ukrainiens.

Un accord en échec ?

Sur fond de crise alimentaire en Afrique, cet accord devait aider les pays nécessiteux. En réalité, la majorité des céréales exportées des ports ukrainiens ne sont pas arrivées sur le continent noir. Plusieurs organisations humanitaires, dont la Croix-Rouge, se sont indignées de cette situation. Selon les données dont dispose la Russie, ce sont les pays à revenus élevés qui ont reçu la plupart de ces volumes.

L’Onu, de son côté, vient d’assurer qu’elle œuvre pour éliminer les obstacles empêchant les exportations d’engrais russes entassés dans les ports européens. Il s’agit d’une exigence de la Russie dans le cadre de l’accord. Pour sa part, Moscou s’est dit prêt à remettre ces engrais gratuitement aux pays nécessiteux. Mais pour l’heure, rien n’a bougé.

Nucléaire - Sputnik Afrique, 1920, 01.03.2023

URL de cet article 38547
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le fait de se définir Blanc ne s’est pas construit à travers des séances d’œnologie ou de dégustations de glaces entre amis, mais sur le saccage de la vie, de la liberté, du travail et des terres ; sur la lacération des dos ; l’enchaînement des membres ; l’étranglement des dissidents ; la destruction des familles ; le viol des mères ; la vente des enfants ; et tant d’autres actions destinées avant tout à nous refuser à toi et moi le droit de protéger et de disposer de nos propres corps. »

Ta-Nehisi Coates

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.