RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
C’est peut-être un rêve (ou un cauchemar)

Les États-Unis envoient-ils des troupes à Taïwan après qu’un général menace d’une guerre avec la Chine d’ici 2025 ?

Un lecteur nous apporte ces précisions :
"Il n’y a pas de forces américaines « stationnées » à Taïwan (la Chine permettrait cela quand on sait le foin qu’a créé Pelosi pour sa visite ?)

L’article d’origine emploie le futur, ce qui est loin d’une réalité présente. La seule trace qu’on trouve d’une présence militaire américaine sur l’île de Taïwan, c’est la première ministre admettant la présence de formateurs militaires. Si ça ressemble effectivement à ce qui s’est passé en Ukraine, ça ne signifie pas non plus que les Amerloques ont des bases à quelques kilomètres de la Chine, qui plus est sur un territoire revendiqué par elle. Seul le Vietnam est en pourparler, ce qui soit dit en passant serait un sacré pied de nez à l’histoire..."
Du coup, des affirmations de l’article doivent se lire au conditionnel (hypothétique). Nous avons modifié le titre et ajouté un sur-titre.
LGS

Les États-Unis vont quadrupler le nombre de leurs forces stationnées à Taïwan, que la Chine revendique comme son propre territoire, dans le but de provoquer une guerre avec Pékin sur le modèle de l’invasion russe de l’Ukraine en 2022.

Les États-Unis transforment activement Taïwan en une base militaire à quelques dizaines de kilomètres des côtes de la Chine continentale, dans le but d’inciter la Chine à envahir l’île et de présenter la guerre qui s’ensuit comme le résultat d’une « agression chinoise ».

Cette annonce donne un contexte à la décision sans précédent de l’administration Biden d’attaquer un ballon de recherche chinois qui avait dérivé au-dessus des États-Unis au début du mois. C’était la première fois qu’un appareil avait été abattu au-dessus du territoire des EU ou de ses eaux côtières.

L’attaque, et la frénésie médiatique qui l’a précédée, a été utilisée pour tenter de susciter l’hystérie publique et la peur de la Chine, justifiant ainsi un renforcement massif de l’armée étasunienne à l’autre bout du monde.

En janvier, le général Mike Minihan, chef du commandement de la mobilité aérienne, a envoyé une lettre aux aviateurs sous son commandement déclarant : « Mes convictions me disent que nous nous battrons en 2025 » et les exhortait à mettre de l’ordre dans leurs « affaires personnelles » en vue d’un conflit avec la Chine.

En mai et en septembre de l’année dernière, le président Joe Biden a affirmé catégoriquement que les États-Unis seraient prêts à entrer en guerre contre la Chine si celle-ci envahissait Taïwan.

L’annonce de l’augmentation des troupes fait suite à l’adoption de la loi sur l’autorisation de la défense nationale à la fin de l’année dernière. Cela a effectivement rendu lettre morte la « politique d’une seule Chine » des États-Unis, vieille de plusieurs décennies, en vertu de laquelle Washington reconnaissait de facto le régime de Pékin comme le seul gouvernement de toute la Chine, y compris Taïwan, en envoyant une aide militaire directe à Taipei.

Sachant qu’elle agit sans mandat de la part de la population des EU, l’administration Biden cherche à réaliser l’expansion massive des troupes étasuniennes à Taïwan avec une attention minimale de l’opinion publique.

Dans une série d’étapes chorégraphiées qui se répètent chaque fois que la Maison Blanche prend des mesures qui rapprochent le monde de l’annihilation nucléaire, la Maison Blanche a divulgué à la presse, jeudi, son projet d’augmenter les troupes étasuniennes à Taïwan, a refusé de commenter les rapports initiaux et annoncera probablement officiellement ces mesures lors d’un « communiqué du vendredi soir », soit le jour suivant, soit plusieurs semaines plus tard.

Dans un article intitulé « Les États-Unis vont étendre la présence de troupes à Taïwan pour s’entraîner contre la menace chinoise (’U.S. to Expand Troop Presence in Taiwan for Training Against China Threat’) », le Wall Street Journal rapporte : « Les États-Unis augmentent sensiblement le nombre de troupes déployées à Taïwan, faisant plus que quadrupler le nombre actuel pour soutenir un programme de formation pour les militaires de l’île. »

Toutes les factions de l’oligarchie financière étasunienne sont unies derrière les préparatifs d’un conflit militaire avec la Chine. Mercredi, le représentant républicain Mike Gallagher du Wisconsin, qui préside le nouveau comité restreint de la Chambre des représentants sur la Chine, s’est déclaré « encore plus convaincu que le moment d’armer Taïwan jusqu’aux dents était hier ».

Les médias travaillent activement à la promotion des plans de guerre américains contre la Chine. Au début du mois, Chuck Todd, modérateur de « Meet the Press », a demandé au sénateur démocrate Cory Booker : « Allez-vous soutenir tout ce qu’il faut pour préparer une guerre avec la Chine au sujet de Taïwan ? Devons-nous faire plus pour nous préparer à cette éventualité ? »

Selon le Wall Street Journal, « les États-Unis prévoient de déployer entre 100 et 200 soldats sur l’île dans les mois à venir, contre environ 30 il y a un an. La plus grande force élargira un programme de formation que le Pentagone a pris soin de ne pas rendre public alors que les États-Unis s’efforcent de fournir à Taipei les capacités dont il a besoin pour se défendre sans provoquer Pékin. »

Le Wall Street Journal poursuit : « Au-delà de la formation sur Taïwan, la Garde nationale du Michigan forme également un contingent de l’armée taïwanaise, notamment lors des exercices annuels avec plusieurs pays au Camp Grayling, dans le nord du Michigan, selon des personnes familières de la formation. »

Les États-Unis ont profité de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 pour augmenter massivement leurs dépenses de défense, en ciblant la Chine autant que la Russie.

En décembre, la Chambre et le Congrès ont voté à une écrasante majorité pour approuver une loi d’autorisation de la défense nationale (National Defense Autorisation Act, NDAA) de 858 milliards de dollars, soit 45 milliards de dollars de plus que la demande de la Maison Blanche, qui était elle-même supérieure à la demande du Pentagone.

Le budget marque une augmentation de huit pour cent par rapport à l’année dernière et une augmentation de 30 pour cent des dépenses militaires par rapport au budget 2016 du Pentagone. L’augmentation massive des dépenses militaires intervient alors que le ménage étasunien moyen a vu son revenu réel baisser de trois pour cent au cours des 12 derniers mois.

Le projet de loi augmente le financement de chaque département militaire et de chaque programme d’armement. La marine recevra 32 milliards de dollars pour de nouveaux navires de guerre, dont trois destroyers de classe Arleigh Burke et deux sous-marins de classe Virginia. Et le Pentagone est autorisé à acheter 36 avions F-35 supplémentaires, chacun coûtant environ 89 millions de dollars.

« Le NDAA [National Defense Authorization Act] de cette année prend des mesures concrètes pour se préparer à un futur conflit avec la Chine en investissant dans la puissance dure américaine, en renforçant la posture américaine dans l’Indo-Pacifique et en soutenant nos alliés », a déclaré le représentant républicain Gallagher.

Le NDAA bouleversera la politique précédente d’une seule Chine de Washington en fournissant pour la première fois 10 milliards de dollars de financement militaire direct à Taïwan. Le projet de loi instituera également des contrats sans appel d’offres, généralement utilisés en temps de guerre, permettant aux entrepreneurs de la défense de facturer au gouvernement américain ce qui leur plaira.

Le projet de loi transforme Taïwan en un mandataire de première ligne pour le conflit avec la Chine, tout comme l’Ukraine sert de mandataire des EU pour la guerre avec la Russie. Dans un communiqué de presse, Gallagher s’est félicité du fait que le projet de loi « nous fournit une autorité de prélèvement pour armer Taïwan comme nous avons fait pour l’Ukraine ».

La militarisation étasunienne incontrôlée de Taïwan et les préparatifs EU de guerre avec la Chine montrent clairement à quel point la guerre étasunienne avec la Russie au sujet de l’Ukraine, qui dure maintenant depuis plus d’un an, est en train de se métastaser en une conflagration militaire mondiale.

»» https://www.wsws.org/fr/articles/2023/02/25/lhvz-f25.html
URL de cet article 38546
  

Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.