RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Alep : impérialisme, mensonges et défaite des terroristes et de leurs maîtres occidentaux

Les pays impérialistes, petits et grands , mènent en ce moment à travers leurs médias une hystérique propagande contre la Syrie. Ils instrumentalisent cyniquement la tragédie des populations civiles pour mieux masquer leur défaite historique à Alep. En fait, ils ne pleurent pas les victimes d’Alep-Est et encore moins celles de l’Ouest ou de toute la Syrie, mais plutôt la capitulation de leurs propres créatures, les terroristes d’Al Nosra, d’ Ahrar al-Cham, de Fatah Halab et une myriade de petits groupes de fanatiques appelés hypocritement rebelles syriens (1). Mais derrière cette posture humanitaire se cache une profonde et cruelle frustration : leurs rebelles syriens ont échoué à renverser par la force le régime de Bachar Al-Assad alors qu’ils ont réussi à détruire la Libye de Khadafi. Car les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la France et leurs alliés locaux comme l’Arabie Saoudite, le Qatar ou encore la Turquie n’ont qu’un seul objectif, renverser par la violence le régime d’Assad et installer à sa place un gouvernement à leur solde pour mieux asservir le peuple syrien et servir leurs intérêts économiques et stratégiques. Comme en Afghanistan et comme en Libye, l’impérialisme et ses alliés n’hésitent pas à créer et utiliser des groupes terroristes dont l’Islam n’est qu’un voile derrière lequel se cachent les intérêts des uns et des autres (2). Mais la Syrie n’est pas la Libye. Le peuple syrien, dans toutes ses composantes ethniques et religieuses, et ses alliés ont tenu bon face aux terroristes et leurs maîtres occidentaux. Alep la martyre qui a tant donné à la civilisation humaine renaîtra de ses cendres tel un phénix plus forte et plus belle.

Depuis quand les pays occidentaux et leurs vassaux comme l’Arabie Saoudite par exemple pleurent les civils victimes des guerres ? Depuis quand les États-Unis, la France et la Grande Bretagne luttent contre les dictatures et aident les peuples à se débarrasser des despotes d’un autre âge ?

Les peuples du monde entier savent que les pays impérialistes ont soutenu des dictateurs les plus féroces.

Commençons par l’Amérique latine : Artur da Costa e Silva au Brésil, Augusto Pinochet au Chili, Juan Carlos Ongania et Videla en Argentine, le régime somoziste au Nicaragua, Maximiliano Hernández Martinez au Salvador, le régime de Fulgencio Batista à Cuba, de Marcos Pérez Jiménez au Venezuela, de Banzer en Bolivie etc.

En Asie, on peut trouver Soeharto en Indonésie, Marcos aux Philippines, Musharraf au Pakistan.

En Afrique on peut citer, entre autres, Hosni Moubarak en Egypte, Gnassingbé Eyadéma au Togo, Idriss Déby au Tchad, Denis Sassou N’Guesso au Congo, Paul Biya au Cameroun sans oublier les fidèles serviteurs de l’impérialisme français, Omar et Ali Bongo.

L’empire américain a dressé également des fanatiques religieux contre Nasser en Egypte, contre Sukarno en Indonésie, contre Bhutto au Pakistan, contre Najibullah en Afghanistan. Le but est de contrer et d’étouffer toute pensée et tout mouvement communiste ou tout simplement démocratique et progressiste.

Les américains et leur caniche européen ont, dans un passé récent, détruit la Yougoslavie (en 1991 et en 1999), envahi l’Afghanistan (2001), ravagé l’Irak (2003) et ruiné la Côte d’Ivoire (2011).Toute l’histoire de l’impérialisme n’est, en dernière analyse, que destructions, cruauté, massacres et violence extrême pour soumettre les peuples de la planète et piller leurs richesses.

Au moment même où ils se lamentent sur les victimes d’Alep-Est, leur allié le plus fidèle, l’Arabie Saoudite, mène une véritable guerre au Yémen qui a fait en une seule année plusieurs milliers de morts principalement des civils et détruit une partie importante de l’héritage culturel et architectural yéménite qui est en même temps patrimoine mondial de l’humanité. Les massacres de milliers de personnes se poursuivent encore aujourd’hui dans l’indifférence quasi-générale (3). Leur hystérique propagande sur la Syrie n’a d’égal que leur silence sur les massacres perpétrés par la coalition dirigée par le Royaume wahhabite.

Les soulèvements populaires en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Yémen, à Bahreïn etc. ont suscité d’énormes espoirs de changement dans les masses arabes opprimées y compris en Syrie. Mais l’impérialisme ne peut supporter ni tolérer la marche des peuples vers leur émancipation et leur libération des régimes qui les oppriment et les maintiennent dans le sous développement et la misère. Les opprimés du monde arabe n’oublieront jamais le rôle contre-révolutionnaire confié par les pays impérialistes à l’Arabie Saoudite pour briser leurs soulèvements populaires et pacifiques. Les États-Unis, la Grande Bretagne et la France n’agissent qu’en vertu des intérêts de leurs bourgeoisies respectives. Les bourgeoisies américaines et européennes, inlassablement, parlent des droits de l’homme tout en massacrant un peu partout les hommes qui leur tiennent tête. Toute leur histoire n’est que mépris et négation des hommes tant qu’ils ne servent pas leurs intérêts.

La propagande de l’empire lui a toujours servi de prétexte et de légitimation pour s’immiscer dans les affaires des peuples. Une longue tradition de mensonges jalonne l’histoire des États-Unis et de ses alliés. Rappelons-nous du charnier de Timisoara en 1989 où, selon les journalistes occidentaux, gisaient quatre mille morts ! On a appris par la suite qu’il s’agissait d’une gigantesque manipulation pour tromper l’opinion mondiale. Des cadavres ont été exhumés à la hâte du cimetière des pauvres et montrés devant les caméras du monde entier pour simuler le génocide légitimant ainsi le nouveau régime (4). Un autre grand mensonge de l’histoire, les Armes de Destruction Massive (ADM) inventées de toutes pièces par l’administration Bush pour justifier l’intervention militaire en Irak dont nous subissons aujourd’hui encore les conséquences dramatiques (5). La liste est longue, mais c’est le même processus qui a été utilisé en Yougoslavie contre Milosevic, en Afghanistan contre Najibullah, en Libye contre Kadhafi et aujourd’hui en Syrie contre Bachar Al-Assad.

Et pourtant ce sont ces mêmes pays, leurs médias et leurs intellectuels qui osent parler aujourd’hui de crimes de guerre, de barbarie, de propagande et comparent Alep à Sarajevo et à Guernica (6). C’est l’histoire du criminel qui crie halte au crime. Quel cynisme ! Quelle légitimité et quelle crédibilité peut-on encore accorder à leurs discours et à leurs jérémiades ? Aucune !

Cela ne signifie nullement qu’il n y a pas eu des morts, des blessés et des exactions contre les civils à Alep et dans toute la Syrie, mais la question fondamentale est de savoir qui a créé cette situation, qui est responsable de cette tragédie humaine ? Qui au départ a envahi militairement l’Irak faisant des centaines de milliers de morts innocents (7) et créant du même coup les conditions propices au développement des groupes terroristes qui seront utilisés par la suite contre le régime syrien ? Mais ce qui est vrai de l’Irak ne l’est pas moins de la Libye. Rappelons tout de même que les crimes perpétrés contre le peuple libyen ont été commis sous la bannière de la protection des civils et de l’aide humanitaire comme le précise la résolution 1973 de l’ONU : « Le Conseil de sécurité(...) se déclarant résolu à assurer la protection des civils et des secteurs où vivent des civils, et à assurer l’acheminement sans obstacle ni contretemps de l’aide humanitaire » ! (8). On connaît aujourd’hui les conséquences de cette aide humanitaire sur le peuple libyen (9).

Les syriens à l’instar des autres peuples sont capables de régler eux-mêmes leurs problèmes internes. Il appartient au peuple syrien et à lui seul de décider de son destin. Il n’ a surtout pas besoin des pays impérialistes dont toute l’histoire n’est qu’une suite de crimes, de conquêtes coloniales et d’asservissement des peuples.

Mohamed Belaali

»» http://www.belaali.com/2016/12/alep-imperialisme-mensonges-et-defaite-...

(1) https://www.monde-diplomatique.fr/2016/12/EL_KHOURY/56922

(2) http://www.belaali.com/2014/11/le-terrorisme-produit-authentique-de-l-...

(3) https://legrandsoir.info/les-guerres-profanes-de-l-arabie-saoudite-au-yemen.html

(4) https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-12-21-Timisoara

(5) http://www.monde-diplomatique.fr/2003/07/RAMONET/10193

(6) http://www.lorientlejour.com/article/1009409/une-guerre-des-mots-autou...

(7) http://www.justforeignpolicy.org/iraq/iraqdeaths_fr.html

(8) http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/18/le-texte-de-la-resolu...

(9)http://www.belaali.com/article-la-libye-apres-l-intervention-imperiali...


URL de cet article 31336
  

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.