Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Allo, Bureau du Groupe de Lima ?

Le texte en espagnol est de Sergio Rodríguez Gelfenstein

Allo, Bureau du Groupe de Lima ?

Oui, bonsoir. Que désirez-vous ?

S’il vous plaît, je voudrais parler au président du Pérou.

Il ne peut pas répondre. Il est très occupé et il est en train d’essayer qu’on ne le mette pas sur la liste des présidents corrompus que l’on emprisonne. Imaginez-vous que l’un d’entre eux se suicide.

Ah, excusez-moi. Pas de problème. Est-ce que je peux parler au président de l’Argentine ?

Il ne peut pas répondre. Il prépare ses valises parce qu’il s’en va.

Il part en voyage ?

Oui, il va laisser la Casa Rosada parce qu’ils lui ont mis une raclée aux élections, ce qui lui a donné des cernes, des rides et une exacerbation de son mode de perturbation habituel.

Bon, mettez-moi en communication avec le président du Chili.

Il ne peut pas répondre. En ce moment, il est à l’anniversaire de son petit-fils et ensuite se dirige vers sa maison pour se cacher protégé par les forces armées et la police apeurés par les grandes manifestations d’étudiants qui semblent fatigués de tant de sévices, mensonges et corruption.

Je comprends, mais est-ce que je pourrai parler avec le président du Honduras ?

Il ne peut pas répondre. Un procureur étasunien l’a accusé de trafiquant de drogue, a mis son frère en prison pour la même raison et il est en train de négocier s’il est possible qu’il en échappe.

C’est un grand problème, mais le président du Brésil devrait être dans les parages.
Oui, il est dans le coin mais il ne peut pas répondre au téléphone. Il craint qu’on le traite de raciste, misogyne, destructeur de l’environnement, homophobe, ignorant, niais, pour faire l’apologie de la dictature et pour beaucoup d’autres choses et que, quelquefois, il en arrive à être malade de ne pas montrer son visage.

Il vaudrait mieux alors que je parle avec le président de Guyana ?

Il ne peut pas répondre. Malheureusement, il est très malade et le pays est à moitié paralysé. On ne sait pas quand il pourra revenir à la normalité.

Ah ! Je ne savais pas, j’espère qu’il va vite récupérer pour voir si je peux parler avec lui. Et le président du Costa Rica, peut-être pourrait-il m’accorder quelques minutes ?

Il ne peut pas répondre. Il a une diarrhée chronique depuis que le Venezuela a gagné l’élection d’un poste au Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU. Trump l’a appelé et il lui a dit qu’il était un inutile et que, bien que les Etats-Unis aient fait pression sur beaucoup de pays dans le monde et a distribué beaucoup d’argent de toute part, il a été incapable de gagner un pays bloqué et acculé.

Oui, c’est pathétique. Alors, mettez-moi en communication avec le premier ministre du Canada.

Il ne peut pas répondre. Il est en campagne électorale, très effrayé parce qu’il y a une possibilité que les citoyens ne le confirment pas dans son poste. Sa subordination aux Etats-Unis, malgré que Trump l’ait humilié quelques fois, n’est pas bien vu par certaines personnes et il a très peur de perdre les élections.

Ah, c’est vrai. Excusez-moi. J’avais oublié. Alors, s’il vous plaît, mettez-moi en communication avec le président du Panama.

Il ne peut pas répondre. Il a des doutes sur ce qu’il va dire. Il ne sait pas s’il est de gauche ou de droite et il est confronté à la nécessité d’assumer une position devant les Etats-Unis, il a préféré se mettre à genoux plutôt que défendre la dignité de son pays, il en est consterné et, d’une certaine façon, muet d’admiration.

Quelle pitié ! On dirait Martín Torrijos qui a essayé d’être d’extrême-centre comme Michèle Bachelet.

Je ne sais pas, Mademoiselle, c’est votre opinion, pas la mienne. Ma fonction est seulement de répondre au téléphone.

Oui, en tout cas, il semble que vous n’ayez pas beaucoup de travail en ce moment. S’il vous plaît, dîtes au président du Guatemala que j’ai besoin de seulement quelques minutes.

L’entrant ou le sortant ?

A ce niveau, c’est pareil.

Le sortant s’en va maintenant et il est très préoccupé en essayant de cacher tous ses actes de corruption, ce qui l’occupe et je ne crois pas qu’il puisse parler.

Et l’entrant ?

Lui, il est Italien, il voyage avec un passeport de ce pays. On dirait qu’il a honte d’être Guatémaltèque. En plus, il est très limité. Je ne crois pas qu’il veuille parler avec vous.
Que votre tâche est difficile ! Ça me préoccupe mais, assurément, le président de Colombie voudra parler avec moi.

Il ne peut pas répondre. Il passe tout son temps à parler avec le sénateur Uribe qui lui donne les ordres. Et le reste du temps, il l’utilise à falsifier des photos pour les présenter aux organismes internationaux et fait de grands efforts pour que l’on ne sache pas qu’il protège et abrite les paramilitaires qui assassinent les dirigeants sociaux et de droits humains dans le pays. Bien sûr, il peut le faire parce qu’il a l’appui des Etats-Unis et des grandes multinationales de l’information. Cela fait qu’il est extrêmement occupé.

Alors, le président de l’Uruguay pourrait-il m’offrir quelques idées ?

C’est difficile, ce Monsieur n’en a pas.

Il n’a pas le temps ?

Non, il n’a pas d’idées. Il est si bête qu’il a voulu offrir en secret au Brésil la centrale électrique d’Itaipú, le joyau du Paraguay, mais on a tout découvert et il est sur la corde raide. Pour l’instant, il s’en est tiré grâce à un appel de Trump au président du congrès pour qu’il paralyse le processus de destitution, mais le vice-président et le ministre des affaires étrangères ont dû partir.

Alors, il n’y a personne ?

En vérité, ils sont tous très occupés et préoccupés, mais peut-être pouvez-vous parler avec le chef.

Et qui est le chef ?

Bon, maintenant qu’il ont jeté John Bolton, c’est le président Trump qui dirige directement.

Ah. Très bien, demandez lui s’il peut me recevoir.

J’ai demandé mais, à son bureau, il m’ont dit qu’entre Poutine et Xi Jinping, ils le rendent fou, et en plus il décide aujourd’hui sur qui il fait pression et qui il sanctionne. Ils m’ont dit qu’il était de très mauvaise humeur parce qu’il n’a pas pu résoudre ni le cas de Cuba ni du Venezuela, non plus ceux de l’Iran et de la Corée du Nord. Et maintenant, ses amis de l’Europe, d’Arabie Saoudite et de Turquie l’ont trahi et il va devoir les sanctionner aussi.

C’est terrible. Et alors, il n’y a personne dans le groupe de Lima qui puisse me recevoir ?
En vérité, non. Entre vous et moi, c’est en train de s’écrouler et il me semble qu’ils m’ont laissé pour que je ferme la porte, que je mette le cadenas et colle une affiche sur la porte, ce que j’ai déjà fait.

Et que dit l’affiche ?

« Fermé définitivement pour incapacité manifeste de ses membres »

Sergio Rodríguez Gelfenstein

Traduction : Jean-Michel Hureau

URL de cet article 35338
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.