RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Assange est soumis à la torture et ses droits à une procédure régulière sont bafoués - Envoyé de l’ONU

Presque aucun journaliste n’est venu assister à la conférence de presse de Nils Melzer, Le Rapporteur spécial sur la torture.

L’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, a été soumis à des "tortures psychologiques" et son droit à un procès équitable a été "systématiquement bafoué" par tous les Etats impliqués, selon le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer.

Deux experts médicaux accompagnaient Melzer lors de ses visites à Assange à la prison de Belmarsh au Royaume-Uni, a-t-il dit mardi.

Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il avait été exposé à la torture psychologique pendant une longue période de temps. C’est une évaluation médicale.

Le message de M. Melzer est tombé dans l’oreille d’un sourd, car seule une poignée de journalistes ont assisté à la conférence de presse qui s’est tenue mardi au siège des Nations Unies à New York.

Ce n’était pas la première fois que Melzer essayait d’attirer l’attention sur le sort d’Assange. Il a écrit à ce sujet en juin un article qui a été ignoré ou rejeté par les principaux médias, et il a fini par publier des lettres ouvertes aux gouvernements américain, britannique, équatorien et suédois en juillet.

"Nous avons demandé à tous les États concernés d’enquêter sur cette affaire et d’alléger la pression qui a été exercée sur lui, et surtout de respecter son droit à un procès équitable, qui, à mon avis, a été systématiquement violé dans toutes ces juridictions", a déclaré M. Melzer mardi dernier. Aucun pays ne nous a écoutés, a-t-il ajouté, alors même qu’il s’agit d’une obligation stipulée dans la Convention sur la torture.

La police britannique a forcé Assange à sortir de l’ambassade équatorienne le 11 avril, après que le gouvernement du président Lenin Moreno a annulé l’asile qui lui avait été accordé en 2012. L’éditeur de WikiLeaks a passé près de sept ans à l’ambassade de Londres, où il s’était réfugié pour échapper à une arrestation et une extradition vers les États-Unis pour des accusations liées à sa publication en 2010 de documents gouvernementaux top-secrets concernant les guerres en Irak et en Afghanistan.

Assange, 48 ans, a été arrêté – et plus tard emprisonné pendant 50 semaines pour avoir violé sa liberté sous caution – dans une prison de haute sécurité qui abrite des terroristes, des meurtriers et d’autres grands malfaiteurs. Il aurait passé une grande partie de son temps à l’hôpital de la prison.

Il devait être libéré le 22 septembre, mais un juge a décidé qu’il resterait enfermé en attendant les auditions sur son extradition vers les États-Unis, prévues pour février 2020. S’il est envoyé aux États-Unis et condamné là-bas, il risque jusqu’à 175 ans de prison.

Traduction : Dominique Muselet

Lire aussi sur Dedefensa : L’honneur de notre civilisation : des chaises vides.

»» https://www.rt.com/news/471016-assange-torture-violations-un/
URL de cet article 35328
   

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.