RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Anthony BELLANGER : l’antécastriste

Ce monsieur, journaliste formaté PPA ( parti de la presse et de l’argent) , sévit à tort et à travers de nombreux (trop) médias. Chef de l’info à courrier international, chroniqueur sur itélé ( quelles références…) ou encore présentateur du blogEUr sur ARTE.
Je me suis intéressé à lui le jour où, dans sa chronique journalière sur itélé, il annonça la mort de Orlando ZAPATA TAMAYO
http://www.dailymotion.com/vidéo/xcd5lz_orlando-zapata-victime-du-r%c... Ce jour-là , de coups de chauds en bégaiement, il m’a donné à voir (de mes yeux fatigués d’ouvrier) et à entendre (de mes oreilles tout aussi fatiguées) qu’il n’aimait pas Castro. Soit .C’est son droit le plus absolu. Mais quelques recherches m’ont en fait permis de constater qu’il voue une haine, bien ancrée, pour tout ce qui est rouge , déviant de l’ordre capitaliste établi mais et surtout qu’il cultive une aversion pathologique pour les cubains insulaires en général http://pass-ports.blogspot.com/cuba-ny-allez-pas.htmlL’adhésion / soumission à l’idéologie dominante pèse de tout son poids sur la vision de cet homme. A charge ET UNIQUEMENT à charge est le traitement de l’info par ce monsieur concernant Cuba. L’unilatéralité de son jugement, férocement sans appel, le sauve à coup sûr de la dépression voire du suicide.
Point de lacunes où d’ignorance de sa part. Il est clair que son travail de journaliste s’arrête là où commence son idéologie. Ses références, de terroristes américano-cubains hébergés / financés par les États-Unis en passant par Jacob Machover et cubanet, sont pour le moins que je puisse dire à droite (… de la droite ?).
« Y a un moment il faut être un peu précis. » monsieur Bellanger et surtout objectif.

Je peux cependant remercier monsieur Bellanger pour une chose. Mes recherches, sustentant ma colère, m’ont permis, de la colonisation espagnole à nos jours en passant par l’amendement Platt, la dictature de Batista, ou plus proche de nous la loi Helmes-Burton, de découvrir ce pays magnifique et ses habitants non moins magnifiques. Malheureusement pour eux, la plus grande nation démocratique du monde liiiibre et de l’univers s’est penchée sur leur berceau dés sa naissance.

J’en terminerai en citant ce qui est pour moi un merveilleux poème révolutionnaire de Léo Ferré, introduction à la chanson « y’en a marre » au TLP Déjazet en 1988. (http://lesvieuxcopains.free.fr/abecedaire.htm)

Quand le soleil se lèvera dans notre système à nous.
Avec un peu d’amour dans les outrages et qui n’en finissent plus de
nous outrager
Depuis des millions et des millions d’années
Quand tout ceux à qui je pense et à qui vous pensez aussi.
Quand ces autoritaires à la voix béante et aux chagrins absents.
Quand ils croiront se lever dans la vertu du quotidien
Avec un peu d’horreur dans l’écriture et dans le parler bref.
Quand tout ceux-là seront actifs, présents, indubitables.
Alors nous leur feront manger le destin, le leur
Avec un menu de guerre bien entendu, de notre guerre.
Alors nous les ferons danser à notre manière.
Avec des batteries somptuaires, généreuses, précises,
Avec des voix de l’autre univers.
Alors ? Alors ?
Le pouvoir fera sous lui !

URL de cet article 10166
  

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.