RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Argentine-Bolivie-Uruguay : triple élection en Octobre, triple victoire des mouvements progressistes ?

Depuis quelques années les forces et les gouvernements progressistes d’Amérique latine connaissent un net recul, pour des raisons parfois internes, parfois externes (car dues à l’intervention de puissances étrangères). Cela pourrait-il changer ? Les récents sondages dans trois pays : Argentine, Uruguay, et Bolivie pourraient, en effet, annoncer un retour, ou la confirmation, des forces de gauche dans ces pays. Signe, peut-être, d’un nouveau changement régional ? En octobre, en l’espace d’une semaine, trois élections générales se tiendront dans ces trois pays, afin d’élire le président, le vice-président, les députés, et les sénateurs.

Argentine
Il y a quelques semaines les PASO- primaires ouvertes, simultanées et obligatoires- donnaient un net avantage au Frente de Todos, regroupant des péronistes, et des forces allant du centre-gauche à l’extrême-gauche. Alberto Fernandez avait recueilli 47,65% des voix alors que le président actuel de l’Argentine, l’ultralibéral Mauricio Macri n’avait obtenu que 32,05% des voix.

Le mandat de ce président aura, en effet, été marqué par un retour d’une crise économique puissante, et la situation ne va pas en s’améliorant. Bien au contraire : la pauvreté est à son plus haut niveau depuis 2001, le prix du pain a été multiplié par trois en deux ans, et le chômage touche 10% de la population. Les chiffres sont tellement alarmants que les députés ont du voer en urgence un projet de loi, déposé par l’opposition mais voté à l’unanimité, pour éradiquer la famine. Une famine qui touche près de 30% des Argentins et 50% des enfants.

Si l’on en croit les résultats des primaires d’août, le duo formé par Alberto Fernandez et l’ancienne présidente Cristina Kirchner devrait, logiquement, l’emporter. Cette victoire, si elle a bien lieu, sonnerait comme le début d’une nouvelle vague progressiste et démocratique en Amérique latine. Clin d’œil de l’histoire c’est aussi par ce pays qu’il y a quelques années la vague conservatrice avait débuté.

Uruguay
Comme pour son voisin argentin, le petit pays du sud de l’Amérique du Sud votera le 27 octobre prochain. Pour l’instant les sondages annoncent des scores serrés entre Daniel Martinez, candidat du Frente amplio (FA- front large, organisation qui regroupe vingt-et-un partis politiques dont le Parti démocrate chrétien, le Parti communiste d’Uruguay ou encore le Mouvement de participation populaire) et le Parti national.

Depuis 2004 le FA gouverne l’Uruguay avec les mandats successifs de Tabaré Vasquez (2005-2010 et 2015-2019) et Pepe Mujica (2010-2015). Pourtant, malgré des résultats notables et significatifs dans plusieurs domaines (qui seront détaillés dans un futur article), la coalition semble disposer d’un avantage bien moindre cette fois. En cause la baisse de popularité du président et les derniers chiffres économiques qui ne pèsent pas forcément en faveur du FA : une inflation de 7,8% en 2018 et un taux de chômage de 8,1%, malgré une croissance positive de 2,1%.

Bolivie
Une semaine avant les scrutins qui se tiendront en Argentine et en Uruguay, la Bolivie sera appelée aux urnes, elle aussi. Le chef de l’état Evo Morales du Mouvement vers le socialisme (MAS) brigue un quatrième mandat consécutif. Avec lui à sa tête la Bolivie affiche des progrès considérables en matière économique et sociale. Sous sa présidence le pays andin a ainsi multiplié par trois son PIB par habitant et diminué l’extrême-pauvreté de 38% à 15%.

Malgré une suspension de la campagne annoncée par le candidat socialiste, et suivi par les autres candidats, suite aux incendies qui ont ravagé l’Amazonie, n’épargnant pas la Bolivie, Evo Morales reste en bonne position pour être de nouveau réélu. La croissance de 4,3% en 2018 et un taux de chômage très bas (3,2% en 2018 contre 4,5% en 2017), signes de la bonne santé de l’économie bolivienne, devraient grandement l’aider.

Les Nouvelles Libres

»» https://lesnouvelleslibres.com/2019/09/23/argentine-bolivie-uruguay-tr...
URL de cet article 35241
  

Même Thème
Les enfants cachés du général Pinochet - Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation
Maurice LEMOINE
Le 15 septembre 1970, onze jours après l’élection de Salvador Allende, le président Richard Nixon, en 15 minutes lors d’une réunion avec Henry Kissinger, ordonne à la CIA de « faire crier » l’économie chilienne. Le 11 septembre 1973, Allende est renversé… En 1985, Ronald Reagan déclare que le Nicaragua sandiniste « est une menace pour les Etats-Unis » et, le 1er mai, annonce un embargo total, similaire à celui imposé à Cuba. Depuis le Honduras et le Costa Rica, la « contra », organisée et financée par la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Comment devenir un expert médiatique millionnaire :

- Ne jamais avoir la moindre idée de ce dont vous parlez.
- Avoir systématiquement tort sur tout.
- Ne jamais admettre qu’on vous a prouvé que vous aviez tort.
- Dire la vérité uniquement lorsque cela sert le pouvoir.
- Ne jamais recevoir d’invités de gauche ou anti-impérialistes.

Caitlin Johnstone

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.