Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Argentine-Bolivie-Uruguay : triple élection en Octobre, triple victoire des mouvements progressistes ?

Depuis quelques années les forces et les gouvernements progressistes d’Amérique latine connaissent un net recul, pour des raisons parfois internes, parfois externes (car dues à l’intervention de puissances étrangères). Cela pourrait-il changer ? Les récents sondages dans trois pays : Argentine, Uruguay, et Bolivie pourraient, en effet, annoncer un retour, ou la confirmation, des forces de gauche dans ces pays. Signe, peut-être, d’un nouveau changement régional ? En octobre, en l’espace d’une semaine, trois élections générales se tiendront dans ces trois pays, afin d’élire le président, le vice-président, les députés, et les sénateurs.

Argentine
Il y a quelques semaines les PASO- primaires ouvertes, simultanées et obligatoires- donnaient un net avantage au Frente de Todos, regroupant des péronistes, et des forces allant du centre-gauche à l’extrême-gauche. Alberto Fernandez avait recueilli 47,65% des voix alors que le président actuel de l’Argentine, l’ultralibéral Mauricio Macri n’avait obtenu que 32,05% des voix.

Le mandat de ce président aura, en effet, été marqué par un retour d’une crise économique puissante, et la situation ne va pas en s’améliorant. Bien au contraire : la pauvreté est à son plus haut niveau depuis 2001, le prix du pain a été multiplié par trois en deux ans, et le chômage touche 10% de la population. Les chiffres sont tellement alarmants que les députés ont du voer en urgence un projet de loi, déposé par l’opposition mais voté à l’unanimité, pour éradiquer la famine. Une famine qui touche près de 30% des Argentins et 50% des enfants.

Si l’on en croit les résultats des primaires d’août, le duo formé par Alberto Fernandez et l’ancienne présidente Cristina Kirchner devrait, logiquement, l’emporter. Cette victoire, si elle a bien lieu, sonnerait comme le début d’une nouvelle vague progressiste et démocratique en Amérique latine. Clin d’œil de l’histoire c’est aussi par ce pays qu’il y a quelques années la vague conservatrice avait débuté.

Uruguay
Comme pour son voisin argentin, le petit pays du sud de l’Amérique du Sud votera le 27 octobre prochain. Pour l’instant les sondages annoncent des scores serrés entre Daniel Martinez, candidat du Frente amplio (FA- front large, organisation qui regroupe vingt-et-un partis politiques dont le Parti démocrate chrétien, le Parti communiste d’Uruguay ou encore le Mouvement de participation populaire) et le Parti national.

Depuis 2004 le FA gouverne l’Uruguay avec les mandats successifs de Tabaré Vasquez (2005-2010 et 2015-2019) et Pepe Mujica (2010-2015). Pourtant, malgré des résultats notables et significatifs dans plusieurs domaines (qui seront détaillés dans un futur article), la coalition semble disposer d’un avantage bien moindre cette fois. En cause la baisse de popularité du président et les derniers chiffres économiques qui ne pèsent pas forcément en faveur du FA : une inflation de 7,8% en 2018 et un taux de chômage de 8,1%, malgré une croissance positive de 2,1%.

Bolivie
Une semaine avant les scrutins qui se tiendront en Argentine et en Uruguay, la Bolivie sera appelée aux urnes, elle aussi. Le chef de l’état Evo Morales du Mouvement vers le socialisme (MAS) brigue un quatrième mandat consécutif. Avec lui à sa tête la Bolivie affiche des progrès considérables en matière économique et sociale. Sous sa présidence le pays andin a ainsi multiplié par trois son PIB par habitant et diminué l’extrême-pauvreté de 38% à 15%.

Malgré une suspension de la campagne annoncée par le candidat socialiste, et suivi par les autres candidats, suite aux incendies qui ont ravagé l’Amazonie, n’épargnant pas la Bolivie, Evo Morales reste en bonne position pour être de nouveau réélu. La croissance de 4,3% en 2018 et un taux de chômage très bas (3,2% en 2018 contre 4,5% en 2017), signes de la bonne santé de l’économie bolivienne, devraient grandement l’aider.

Les Nouvelles Libres

»» https://lesnouvelleslibres.com/2019/09/23/argentine-bolivie-uruguay-tr...
URL de cet article 35241
   
Même Thème
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Avant, il y avait la tomate. Puis, ils ont fabriqué la tomate de merde. Et au lieu d’appeler la tomate de merde “tomate de merde”, ils l’ont appelée “tomate”, tandis que la tomate, celle qui avait un goût de tomate et qui était cultivée en tant que telle, est devenue “tomate bio”. À partir de là, c’était foutu. »

Inconnu


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.