RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Argentine-Bolivie-Uruguay : triple élection en Octobre, triple victoire des mouvements progressistes ?

Depuis quelques années les forces et les gouvernements progressistes d’Amérique latine connaissent un net recul, pour des raisons parfois internes, parfois externes (car dues à l’intervention de puissances étrangères). Cela pourrait-il changer ? Les récents sondages dans trois pays : Argentine, Uruguay, et Bolivie pourraient, en effet, annoncer un retour, ou la confirmation, des forces de gauche dans ces pays. Signe, peut-être, d’un nouveau changement régional ? En octobre, en l’espace d’une semaine, trois élections générales se tiendront dans ces trois pays, afin d’élire le président, le vice-président, les députés, et les sénateurs.

Argentine
Il y a quelques semaines les PASO- primaires ouvertes, simultanées et obligatoires- donnaient un net avantage au Frente de Todos, regroupant des péronistes, et des forces allant du centre-gauche à l’extrême-gauche. Alberto Fernandez avait recueilli 47,65% des voix alors que le président actuel de l’Argentine, l’ultralibéral Mauricio Macri n’avait obtenu que 32,05% des voix.

Le mandat de ce président aura, en effet, été marqué par un retour d’une crise économique puissante, et la situation ne va pas en s’améliorant. Bien au contraire : la pauvreté est à son plus haut niveau depuis 2001, le prix du pain a été multiplié par trois en deux ans, et le chômage touche 10% de la population. Les chiffres sont tellement alarmants que les députés ont du voer en urgence un projet de loi, déposé par l’opposition mais voté à l’unanimité, pour éradiquer la famine. Une famine qui touche près de 30% des Argentins et 50% des enfants.

Si l’on en croit les résultats des primaires d’août, le duo formé par Alberto Fernandez et l’ancienne présidente Cristina Kirchner devrait, logiquement, l’emporter. Cette victoire, si elle a bien lieu, sonnerait comme le début d’une nouvelle vague progressiste et démocratique en Amérique latine. Clin d’œil de l’histoire c’est aussi par ce pays qu’il y a quelques années la vague conservatrice avait débuté.

Uruguay
Comme pour son voisin argentin, le petit pays du sud de l’Amérique du Sud votera le 27 octobre prochain. Pour l’instant les sondages annoncent des scores serrés entre Daniel Martinez, candidat du Frente amplio (FA- front large, organisation qui regroupe vingt-et-un partis politiques dont le Parti démocrate chrétien, le Parti communiste d’Uruguay ou encore le Mouvement de participation populaire) et le Parti national.

Depuis 2004 le FA gouverne l’Uruguay avec les mandats successifs de Tabaré Vasquez (2005-2010 et 2015-2019) et Pepe Mujica (2010-2015). Pourtant, malgré des résultats notables et significatifs dans plusieurs domaines (qui seront détaillés dans un futur article), la coalition semble disposer d’un avantage bien moindre cette fois. En cause la baisse de popularité du président et les derniers chiffres économiques qui ne pèsent pas forcément en faveur du FA : une inflation de 7,8% en 2018 et un taux de chômage de 8,1%, malgré une croissance positive de 2,1%.

Bolivie
Une semaine avant les scrutins qui se tiendront en Argentine et en Uruguay, la Bolivie sera appelée aux urnes, elle aussi. Le chef de l’état Evo Morales du Mouvement vers le socialisme (MAS) brigue un quatrième mandat consécutif. Avec lui à sa tête la Bolivie affiche des progrès considérables en matière économique et sociale. Sous sa présidence le pays andin a ainsi multiplié par trois son PIB par habitant et diminué l’extrême-pauvreté de 38% à 15%.

Malgré une suspension de la campagne annoncée par le candidat socialiste, et suivi par les autres candidats, suite aux incendies qui ont ravagé l’Amazonie, n’épargnant pas la Bolivie, Evo Morales reste en bonne position pour être de nouveau réélu. La croissance de 4,3% en 2018 et un taux de chômage très bas (3,2% en 2018 contre 4,5% en 2017), signes de la bonne santé de l’économie bolivienne, devraient grandement l’aider.

Les Nouvelles Libres

»» https://lesnouvelleslibres.com/2019/09/23/argentine-bolivie-uruguay-tr...
URL de cet article 35241
  

Même Thème
La Colombie [sans Ingrid ni Pablo] – Un récit de voyage
Cédric Rutter
On ne peut pas évoquer la Colombie sans penser à Ingrid Betancourt ou à Pablo Escobar. Pourtant, les interlocuteurs rencontrés par Cédric Rutter au cours de son voyage n’ont jamais parlé d’eux. Ce pays ne se limite pas au trafic de drogue et à la guérilla des Farc. Cette zone stratégique et magnifique, porte de l’Amérique du sud entre deux océans, abrite des communautés et des individus en demande de paix dans une démocratie fragile. Ils ont tant à enseigner et à dire. L’auteur les a écoutés et nous (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

2% de la population réfléchit.
3% croit qu’elle réfléchit.
Et 95% préférerait mourir plutôt que de réfléchir.

George Bernard Shaw

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.