RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Asie - Pacifique : l’APEC donne l’exemple

Lorsque le 9 octobre, le Président chinois Xi Jinping a chanté « happy birthday » à Poutine, en compagnie de Susilo Yudhoyono, responsable de l’Indonésie, chacun a pu observer qu’il régnait là une ambiance de fête : l’Asie s’amuse sans inviter les néantologues globalitaires.

L’APEC : une structure instable

Le Mécanisme de Coopération Economique Asie-Pacifique (APEC) fut créé en 1989 pour tenir compte de l’interdépendance croissante entre les économies de la région. Cette structure, regroupant 21 pays, se préoccupe de promouvoir entre eux le commerce et la coopération. On sait que la zone Asie-Pacifique se développe plus rapidement que n’importe quelle autre et compte environ trois milliards d’habitants tout en pesant quasi la moitié du commerce mondial.

Les réunions de l’APEC ont une dimension ludique puisque la Chine ne veut pas satisfaire l’obsession anglo-saxonne de dominer le monde en duopole avec elle. Le mois dernier, le vice-ministre des finances de Chine, Zhu Guangyao, rappela que les Etats-Unis devaient soutenir la valeur de leurs bons du Trésor. Puis, le Président Jinping expliqua que l’APEC servirait de structure de coordination pour les réformes commerciales Asie-Pacifique, incluant la Chine. Les accords commerciaux sont pensés en termes de relations multilatérales par Beijing face aux manipulations de l’OMC par les anglo-saxons, qui pratiquent aussi l’unilatéralisme systématique dans leurs contacts hiérarchiques avec les pays de la zone. L’Alliance du Pacifique, contrôlée par le pouvoir globalitaire est en concurrence avec l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) : la première exclut la Chine alors que l’autre l’inclut.

Le projet 2049

Un document publié durant l’été 2011 par l’Institut américain Projet 2049, intitulé « Les alliances asiatiques du XXIème siècle » a émis une conclusion qui, quoique niaise, reste une des possibilités du pouvoir américain : renforcer le trépied Japon, Corée, USA, empêcher la coordination Chine /Corée du Nord, refuser aux Chinois leurs droits maritimes pour laisser ouvertes toutes les routes et éviter que l’armée chinoise s’installe dans les Océans Indien et Pacifique. Cependant, le siècle de la paix américaine, qui serait celui de la tyrannie , est peu compatible avec la perspective chinoise pour qui la relation avec les USA est du type “ni ami, ni ennemi”.

L’élite chinoise a déjà investi dans une nouvelle route de la soie, afin d’accéder aux matières premières qui s’y trouvent enterrées et qui ont simplement besoin d’être exploitées. Ce mois-ci, un autre projet d’envergure est proposé : une route maritime qui stimule les échanges entre la Chine et l’ASEAN.

Evidemment, il convient que les mers au fond desquelles sont accumulées de nouvelles sources d’énergie, pétrole notamment, ne soient pas sous le contrôle exclusif des agités du bocal qui règnent à Washington. Pour renforcer son poids, la Chine recevra dans sa capitale le sommet de 2014 de l’APEC.

Fin du profil bas ?

A l’époque où Deng Xiaoping dirigeait le parti, il suivait la règle du “profil bas” dans les relations internationales. Mais ce temps est révolu. Les vols financiers massifs dont sont responsables et coupables le soviet de la finance mondialiste n’ont pas détruit ce pays quand ils ont ruiné l’Europe. Les méthodes de l’Empire le conduisent lentement vers le déclin depuis que les élites du reste du monde ont appris que ces canailles mentaient, volaient,en se justifiant par le concept de bien. Enfin, les pays qui n’appliquent pas les dogmes farfelus du FMI ou de l’OMC, les BRICS, ont pu sortir peu à peu de la médiocrité et souhaitent légitimement tenir un rôle dans le monde en transformation.

La perception immanente que portent les élites de ces pays les incite à travailler avec des humains de haute tenue culturelle et caractérielle et non avec un pouvoir infâme. Dans ce contexte, le multilatéralisme gagne du terrain. Le G20 est préféré au G8 terrorisé par les enférocés de Washington et d’ailleurs, tandis que des modèles d’organisation plus humains émergent des réussites observées. Par exemple, Singapour est un remarquable succès, puisqu’il a su s’éloigner de la crasse répandue par la finance mondialiste.

Le soviet de la finance doit être détruit

La plupart des observateurs considèrent que les Etats-Unis sont entrés en décadence avec leur échec en Irak et que l’économie chinoise devrait dépasser celle des USA à partir de 2016/2017. Comme la supra société occidentale, ces groupes situés au-dessus des Etats, domine pour l’essentiel à travers la finance avec la subtilité des vrais assassins en série ayant acquis une longue expérience depuis la création de la Banque d’Angleterre, l’APEC et d’autres organisations sont susceptibles de se heurter à quelques manœuvres financières non anticipées. Même si l’APEC donne l’exemple du multilatéralisme face à l’obscurantisme unilatéral de la finance mondialiste, tant que le soviet de la finance ne sera pas empêché de nuire, toute bonne politique risque l’échec.

»» http://www.metamag.fr/metamag-1645-ASIE++cs_TIR++PACIFIQUE.html
URL de cet article 23162
  

Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lesley Stahl :"Nous avons entendu dire que 500.000 enfants sont morts (en Irak). Ca fait plus qu’à Hiroshima. Et, vous savez, est-ce que cela en valait le prix ?

Secrétaire d’Etat US Madeleine Allbright : "Je pense que c’est un choix difficile. Mais le prix - nous pensons que cela en valait le prix."

Entretien télévisé sur CBS 60 minutes, Mai 1996

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.