RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Assange : l’affaire de liberté de la presse la plus importante du 21e siècle (Morning Star)

Assange en est à sa troisième année de détention dans la prison de haute sécurité de Belmarsh. Il n'a pas été condamné pour quoi que ce soit. Son affaire n'est pas encore passée du Magistrate's Court, la plus basse juridiction du pays, à la Cour d'appel. Il n'a jamais comparu et ne comparaîtra jamais devant un jury. La punition par la procédure est la politique américaine à l'égard de Julian Assange, au moment même où se réalise l'échec qu'il avait prédit en Afghanistan.

Dans le monde inversé qu’est l’affaire Julian Assange, la justice n’est ni transparente ni impartiale. Et elle n’est certainement pas rapide.

Assange en est à sa troisième année de détention dans la prison de haute sécurité de Belmarsh. Il n’a pas été condamné pour quoi que ce soit. Son affaire n’est pas encore passée de la Magistrate’s Court, le tribunal le plus bas du pays, à la Cour d’appel. Il n’a jamais comparu et ne comparaîtra jamais devant un jury.

La semaine dernière, deux juges de la Haute Cour ont décidé que lors de l’audience d’appel des 27 & 28 octobre, le gouvernement des États-Unis sera autorisé à faire appel du diagnostic sur l’état de santé mental d’Assange. En clair, qu’un juge précédent de la Haute Cour et le magistrat de la Magistrate’s Court avaient eu tort de décider que les États-Unis ne pouvaient pas contester l’état mental d’Assange et donner l’assurance que le système pénitentiaire américain était en réalité un centre de soins où Assange ne courra aucun risque de suicide.

Il ne fait aucun doute que s’ils n’obtiennent pas gain de cause en appel, les États-Unis trouveront d’autres moyens de garder Assange sous clé dans le cadre de ce qui s’apparente désormais à une punition par procédure. En effet, il y a quelques années, le groupe de réflexion américain de droite Stratfor a recommandé exactement cette tactique au gouvernement dans l’affaire Assange.

Il s’agit d’un déni effectif de l’Habeas Corpus, le principe juridique selon lequel les citoyens ne peuvent être emprisonnés sans procès pendant de longues périodes. C’est un processus qui constitue un abus de la loi.

Si Assange devait un jour être extradé, il s’ensuivrait bien pire que cela : une longue détention provisoire dans un système qualifié d’"oppressif" par le juge de la Westminster Magistrate’s Court dont la décision contre l’extradition fait l’objet d’un appel les 27 et 28 octobre. Et ensuite une possible peine de 175 ans de prison s’il est reconnu coupable.

Et pour quelle raison ? Avoir dit la vérité sur les guerres en Afghanistan et en Irak. Il est donc profondément ironique que ces poursuites aient lieu au moment même où les États-Unis ont perdu le contrôle de l’Afghanistan et ont été contraints de se retirer face à des talibans revitalisés.

Si seulement la justice londonienne pouvait instruire l’affaire Assange à la même vitesse que les talibans ont pris Kaboul.

Mais pour l’instant, tous les regards doivent être tournés vers l’appel devant la Haute Cour à la fin du mois d’octobre. La pression publique est la seule chose qui puisse mettre fin à l’incarcération délibérée et punitive d’Assange. L’ensemble du mouvement syndical et de la gauche progressiste doit se montrer à la hauteur de la situation. Il s’agit, au bout du compte, de l’affaire de liberté de la presse la plus importante du 21e siècle.

John Rees
responsable national de Stop the War Coalition, universitaire et écrivain - Twitter @JohnWRees.

Traduction "relire le désert des tartares ?" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» http://morningstaronline.co.uk/article/assange-most-important-press-fr...
URL de cet article 37305
  

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.