RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Au-delà de la restitution des droits de Lula en tant qu’ancien président.

Le soutien à Lula est massif et populaire Photo : TELESUR

SAO PAULO.– Le Tribunal régional fédéral de la Troisième Région du Brésil, a ordonné le 29 mai dernier la restitution de ses droits d’ancien président au leader brésilien Luiz Inacio Da Silva, Lula, qui lui avaient été retirés le 17 mai.

SAO PAULO.– Le Tribunal régional fédéral de la Troisième Région du Brésil, a ordonné le 29 mai dernier la restitution de ses droits d’ancien président au leader brésilien Luiz Inacio Da Silva, Lula, qui lui avaient été retirés le 17 mai.

La mesure a été émise par le juge André Nabarrete Neto, qui a indiqué dans sa décision que les anciens présidents brésiliens bénéficient « de droits et de prérogatives (et non d’avantages) découlant de l’exercice de la plus haute fonction à la tête de la République et qu’ils ne doivent faire l’objet d’aucune limitation légale ».

Rappelons que ces droits lui avaient été retirés par le juge Haroldo Nader sous prétexte qu’il était en prison et ne pouvait dont plus les exercer, a rapporté la chaîne TeleSur.

Or, la loi stipule que tous les anciens chefs d’État jouissent de certains droits, à vie, pour avoir occupé le poste le plus élevé de ce pays d’Amérique du Sud.

« Les textes normatifs cités garantissent aux anciens présidents non seulement la sécurité personnelle, mais aussi le soutien personnel et la sécurité patrimoniale, de sorte que leurs personnels de confiance sont nécessaires au maintien de leur dignité et de leur subsistance », a déclaré le juge dans sa décision.

Ainsi, le tribunal de deuxième instance a annulé la décision du juge Haroldo Nader qui, le 17 mai, avait ordonné le retrait immédiat des services auxquels Lula avait droit, estimant qu’il pourrait y avoir une « déviation de l’objectif ».

Il convient de souligner que tous les anciens présidents brésiliens ont droit, par la loi et à vie, à une équipe de huit personnes rémunérées sur le budget du cabinet de la présidence.

Lula est incarcéré depuis le 7 avril au siège de la police fédérale de Curitiba, où il purge une peine de 12 ans et un mois de prison pour de prétendus délits de corruption et blanchiment d’argent, alors qu’aucune preuve n’a été fournie.

Même s’il a recouvré ses droits, en vertu d’un simple exercice juridique, Lula, qui est le candidat du Parti des travailleurs aux élections générales d’octobre, dont il est le favori, est toujours en prison, résultat d’un procès truqué. (Rédaction internationale) •

QUEL EST LE CRIME COMMIS PAR LULA ?

  • Contribuer à une plateforme qui a donné la parole aux mouvements syndicaux et à la lutte pour leurs droits.
  • Remporter en 2002 les élections présidentielles en tant que représentant du PT, et devenir le président le mieux élu de l’histoire du Brésil.
  • Son deuxième mandat a enregistré une approbation de 80 %, permis une croissance économique de 7,5 % et un salaire minimum de 54 % supérieur à celui de son premier gouvernement.
  • Sortir plus de 30 millions de Brésiliens de la pauvreté, réduire le taux de chômage et placer son pays sur la carte des puissances émergentes.
  • avoir inspiré le plus grand pays d’Amérique latine et projeté une image « d’ordre et de progrès », comme le veut la devise inscrite sur le drapeau national.

CHRONOLOGIE D’UNE CONDAMNATION INJUSTE

2014

  • Début de l’affaire Petrobras.
  • Arrestation de l’ancien ministre de Lula, José Dirceu.
  • Ils impliquent Lula et Dilma Rousseff.

2016

  • La police commence à enquêter sur Lula pour trafic d’influence.
  • Da Silva soumet par écrit sa défense.
  • Lula est accusé de s’enrichir par la corruption.
  • Le Ministère public dénonce pour la première fois l’ancien président brésilien.
  • Lula passe du statut de ministre à celui d’ancien ministre en une seule journée.
  • Un juge de Brasilia accuse Lula d’avoir tenté de soudoyer un accusé de Petrobras.
  • Une cinquième plainte contre Lula est acceptée.

2017

  • Lula comparaît devant le juge Moro.
  • Nouvelle plainte du Ministère public.
  • Lula est condamné à neuf ans de prison.

2018

  • Les juges du Tribunal de deuxième instance alourdissent sa peine.
  • Feu vert à l’emprisonnement.
  • Le Tribunal suprême rejette le dernier recours de Lula.

LE BRÉSIL PENDANT CETTE MÊME PÉRIODE

2016

  • Destitution de Dilma Rousseff.
  • Michel Temer est nommé président.

2017

  • Lula ne renonce pas à se porter candidat aux élections de 2018.
  • Explosion des sondages en faveur de l’ex-président au fur et à mesure que la campagne de disqualification progresse.
  • Les tensions politiques provoquent une escalade de la violence dans les rues du pays.

2018

  • La grève des camionneurs et des pétroliers paralyse le pays.
  • Recrudescence de la violence et des crimes ciblés, comme celui qui a coûté la vie à Marielle Franco.
  • L’ancien président est placé en isolement
  • Refus des visites à Lula à la prison de Curitiba, notamment de Dilma Rousseff, Gleisi Hoffmann (présidente du PT), Carlos Lupi (président du Parti travailliste démocratique), Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la paix, et l’intellectuel Leonardo Boff.
  • Le député Paulo Pimenta a pu rendre visite à Lula, qui lui a dit être au courant de la situation.
  • Pimenta a souligné que Lula sera inscrit le 15 août en tant que candidat du PT pour les prochaines élections et qu’il est le favori pour l’emporter.
»» http://fr.granma.cu/mundo/2018-06-07/au-dela-de-la-restitution-des-dro...
URL de cet article 33500
  

Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas nous qui aidons Cuba mais Cuba qui nous aide. A comprendre, à rêver, à espérer, à tout ce que vous voulez. Nous, nous ne sommes que solidaires.

Viktor Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.