RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La prison des peuples européens : Italie, Grèce...

"Son principal adversaire [id est, du peuple grec] n’était pas Wolfgang Schäuble. C’était l’establishment grec, qui a fait alliance avec les créanciers et a œuvré contre vents et marées pour que le pays reste dans l’euro à tout prix."

Le coup d’État

Le refus du président italien Sergio Mattarella d’accepter le schéma gouvernemental proposé par le Mouvement Cinq Étoiles et la Ligue constitue très clairement un coup d’État politique. Ce détournement donné comme tel de la volonté du peuple et de la démocratie ne s’est pas produit en Italie depuis la chute de Mussolini en 1943.

Tout aussi surprenante s’avère l’argumentation de Mattarella. Mon rôle, a-t-il déclaré, est de protéger les intérêts du pays, ce qui signifie ne pas mettre en danger, sous quelle que forme que ce soit, son appartenance à l’euro. Les Italiens peuvent bien avoir le gouvernement qu’ils veulent, pourvu qu’il accepte l’UEM.

Le fait que de source officielle on reconnaisse de manière absolument cynique que l’euro est une prison pour les peuples européens reste sans objet. Mattarella a rencontré un soutien sans faille auprès de l’establishment italien mais également auprès des puissantes forces de l’UE. En premier lieu le président Macron, celui-là même qui doit apporter le grand changement démocratique en Europe, a rendu publiquement hommage à sa « responsabilité ».

L’échec de l’Italie dans l’UEM

Il ne fait aucun doute que la participation de l’Italie à l’UEM s’est révélée désastreuse pour son économie. Le pays n’a encore pas retrouvé le niveau de son PIB de 2007, lorsque la crise mondiale a éclaté, et son taux de croissance est absolument anémique.

La raison principale en est l’austérité constante exigée par l’UEM, avec les coupes dans les dépenses publiques et la fiscalité qui ont durement frappé la demande intérieure et l’activité économique. Il s’agit d’une situation désastreuse pour un grand nombre de PME qui dépendent du marché intérieur. C’est une situation également désastreuse pour les salariés car les salaires sont le plus souvent orientés à la baisse quand le chômage reste élevé, poussant ainsi la jeunesse italienne à émigrer. Il s’agit, enfin, d’une situation désastreuse pour l’État car, outre que les services publics se voient sans cesse limités et les infrastructures se trouvent dans un état d’usure sans précédent, la dette publique a dépassé 130% du PIB, conséquence logique de l’absence de croissance.

Mais tout n’est pas négatif pour tout le monde. La réduction de la demande intérieure restreint les importations, tandis que parallèlement la pression salariale vers le bas a bénéficié à l’industrie d’exportation. L’Italie est le seul pays d’Europe doté d’un grand complexe industriel pouvant concurrencer l’Allemagne. La politique que lui a imposée l’UE a réussi à créer de légers excédents pour le commerce extérieur ces dernières années. Mais il n’existe aucune certitude que la hausse des exportations conduise à une accélération de la croissance dans la mesure où l’économie intérieure connaît une réduction constante.

Les finances absurdes et les signes de la rupture

Les économistes de bonne foi ne peuvent qu’être d’accord sur le fait que l’Italie a besoin d’une stimulation directe de sa demande intérieure, par une levée de l’austérité et une diminution de la fiscalité, de façon à redonner du souffle à son économie. C’est exactement ce qu’a proposé le programme économique du gouvernement Cinq Étoiles-Ligue. Mais le problème est que le durcissement institutionnel de l’austérité dans l’UE ces dernières années exige précisément l’inverse. En d’autres termes, un pays comme l’Italie avec une dette publique supérieure à 130% devra réaliser un excédent de 1,5% du PIB, et donc accroître l’austérité.

S’agissant des finances, on danse sur un volcan, ou peu importe l’image qu’on pourrait employer. Et ce sont justement ces finances absurdes qui dominent dans l’UE et l’UEM qu’on présente aux entreprises internationales comme une politique « sérieuse » et « responsable » par opposition aux « stupidités » des « populistes ». Ce sont ces finances qu’a été chargé de mettre en œuvre M. Carlo Cottarelli, celui sur lequel s’est porté le choix de Mattarella après le coup d’État, nouveau Premier ministre par intérim bénéficiant d’une longue expérience au FMI (pouvait-il en être autrement ?).

Le choix de Mattarella suscitera certainement des réactions et s’ensuivront de fortes turbulences politiques dans les mois à venir, très probablement avec des élections à la clé. Une situation que les marchés financiers internationaux ont bien comprise de sorte que la marge actuarielle spread des obligations italiennes à dix ans a immédiatement explosé à 1,83%. Les signes de la crise ont commencé à devenir évidents, notamment si l’on tient compte de la difficile situation des banques italiennes qui détiennent de gros volumes de prêts improductifs, tandis que le pays est complètement en panne depuis environ deux décennies.

Pour la zone euro, le danger est évidemment immense. En pratique, aucune structure n’a changé en mieux ces dernières années. La situation s’est stabilisée après l’application d’une austérité sévère, de privatisations et d’une déréglementation des marchés, mais plus particulièrement à travers la production d’argent bon marché par la BCE de M. Draghi. Les contradictions fondamentales de l’union monétaire, qui proviennent de la domination du capital allemand, restent cependant inchangées. L’UEM pourrait difficilement survivre après une crise italienne généralisée.

La rupture

Pour les peuples européens, dans la prison de l’euro, les choses ont désormais commencé à se rapprocher des conditions de survie. Il est évident qu’aucune réforme dans le sens d’une amélioration pour les intérêts populaires ne peut voir le jour. La seule perspective réaliste qui s’offre est celle de la rupture.

Mais la rupture n’est pas encore quelque chose de facile, même en Italie. Comme je l’ai déjà mentionné, le grand capital industriel d’exportation en Italie, qui est concentré au Nord, est rentable et s’est adapté à l’UEM. Il ne veut pas du danger politique et social de la rupture. La masse des PME, d’un autre côté, est impitoyablement frappée et réagit. Le travail salarié et les couches populaires défavorisées, enfin, font face à une pression constante, mais ne réagissent pas de manière coordonnée.

Le pays tout entier est en train d’étouffer, sans qu’apparaissent clairement les forces de classe permettant de résoudre le problème.

L’apathie sociale se reflète dans le chaos politique. La Ligue est une formation d’extrême droite ayant des caractéristiques fascistes dans laquelle personne ne peut placer la moindre confiance. Le Mouvement Cinq Étoiles est un patchwork de protestations sans pouvoir ni structure. Le parti de droite de Berlusconi se définit par son absence de fiabilité et son insolvabilité. Mais la tragédie concerne le Parti Démocrate, le principal héritier de la grande gauche italienne, que le malheureux Matteo Renzi a transformé en terminus européiste craintif de l’establishment italien. Pour le moment aucun leadership politique fort pouvant réellement créer la rupture en faveur des couches laborieuses et populaires ne transparaît.

Et dans notre pays la Grèce ?

Enfin, concernant la Grèce, son peuple a toujours laissé une marge pour la rupture, comme l’a montré de manière éclatante l’été 2015. Son principal adversaire n’était pas Wolfgang Schäuble. C’était l’establishment grec, qui a fait alliance avec les créanciers et a œuvré contre vents et marées pour que le pays reste dans l’euro à tout prix. La raison était évidente. La rupture serait ce qu’il peut advenir de plus dangereux pour les mécanismes de classe qui dominent la situation grecque.

Les couches laborieuses et populaires n’avaient pas la force de s’organiser de manière indépendante pour imposer leurs propres intérêts. Elles ont demandé du soutien auprès du système politique, ont cherché quel leadership pourrait gérer la rupture. Le tort immense qu’a fait et continue de faire Syriza, c’est qu’il a fermé les yeux sur la rupture et a transigé pleinement avec l’ordre établi du pays, humiliant la volonté populaire.

Dans cette situation d’essoufflement qu’affronte aujourd’hui la Grèce, il est bon de nous rappeler qu’aucune condition de stabilité sociale et politique n’existe ni n’est envisageable dans la prison de l’euro. Quoi que puissent en penser les propriétaires et les occupants, la perspective de la rupture est et sera présente parce qu’elle porte la promesse de la croissance économique, de la renaissance sociale, de la démocratie et de la souveraineté populaire. L’Italie a beaucoup à nous apprendre concernant la voie que notre pays devra suivre.*

Traduction : Vanessa de Pizzol

Costas Lapavistas est professeur d’économie à l’École des études orientales et africaines de l’Université de Londres. Élu député de Syriza en janvier 2015, il a fait partie du groupe de députés et de militants qui ont quitté le parti en septembre 2015 pour créer le nouveau parti Unité Populaire (Laiki Enotita), après l’acceptation par le Premier ministre Tsipras du 3ème Mémorandum imposé par l’Eurogroupe, en dépit du « Non » massif des électeurs lors du référendum de juillet 2015.

*Transmis par Autrement. Il est clair que la dernière phrase du texte ne vise pas le gouvernement actuel de l’Italie, mais la situation dans son ensemble (voir plus haut : "La Ligue est une formation d’extrême droite ayant des caractéristiques fascistes dans laquelle personne ne peut placer la moindre confiance. Le Mouvement Cinq Étoiles est un patchwork de protestations sans pouvoir ni structure".)

17 juin 2018

»» http://LAPRISONDESPEUPLESEUROPÉENS.PARCOSTASLAPAVITSASPubliéle17juin...
URL de cet article 33501
  

Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.