Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Aux sources de cette Cinquième République qui nous étrangle…

Il y a, tout d’abord, les émeutes du 6 février 1934… Il y a, ensuite, la défaite organisée de juin 1940… Il y a l’élimination physique de Jean Moulin en juin-juillet 1943. Il y a les manœuvres de Jules Jeanneney et de Charles De Gaulle en 1944-1945… Il y a, bien sûr, le coup d’État de mai-juin 1958.

Il y a surtout cette nécessité impérieuse de soumettre le travail au capital.
Si nous remontons le temps, nous pouvons passer du De Gaulle de 1958 à Michel Debré. Celui-ci nous mènera jusqu’à André Tardieu qui a tellement fait défaut à l’extrême droite de 1934, tout en décevant les attentes de Jacques Bardoux, le grand-père de Valéry Giscard d’Estaing.

Lisons tout d’abord André Tardieu en 1936 :

« J’ai cessé de croire à la possibilité, soit pour la France de tolérer, soit pour les Chambres de corriger le régime sous lequel vit la France. »

Et ceci encore :

« Je crois que, s’il reste une chance de corriger ce régime, c’est – en s’adressant au pays, et non pas à ses élus – de persuader le pays que cette correction est urgente. Je crois que, pour l’en persuader, il faut n’être pas parlementaire. »

Il ne faudrait pas être un élu de base... Mais qui, alors ? Et agissant selon quelles modalités ? Dans le numéro 31 daté de décembre 1934 de La Victoire, l’ancien anarchiste et futur meneur d’extrême-droite Gustave Hervé s’était fait prophète à propos de la situation au soir du 6 février 1934 :

« Il aurait fallu un homme qui osât exiger une véritable dictature pour expédier les affaires courantes, mettre debout une nouvelle Constitution qu’il aurait soumise à un plébiscite. L’année portera un nom dans l’histoire : on l’appellera l’année de la belle occasion manquée. »

Pour sa part, André Tardieu finit tout de même par lever un peu plus le coin du voile :
« Résolu à recouvrer ainsi liberté et autorité, je nourris un autre espoir : c’est, par un acte de caractère exceptionnel, de fixer l’attention du peuple sous la meurtrière gravité de la situation. »

Mais, au-delà du grand choc, poursuit André Tardieu,

« Reste la question de la souveraineté nationale, – d’une souveraineté exercée par le suffrage universel, c’est-à-dire par la loi du nombre. »

Et ensuite :

«  Qu’est-ce qui établit que la majorité ait nécessairement raison ; que l’avis de 20 millions d’hommes soit plus proche de la vérité que l’avis de 200 000 ; que le nombre assure à un total d’individus des vertus, qui manquent à chacun ; qu’un million d’erreurs individuelles puisse équi-valoir à une vérité ? »

Pourquoi ces chiffres-là plutôt que d’autres ? Pour le comprendre, remontons un peu plus de trente ans en arrière. Ouvrons – d’un auteur que nous laissons d’abord dans l’anonymat – La Crise de l’État moderne – L’Organisation du travail, 1905, dans son tome premier : Le Travail, le Nombre et l’État, à la page 8 :

« Désormais l’État tout entier allait porter, non plus sur ce lit d’argent assez mince des 240.000 électeurs censitaires, mais sur l’épaisse accumulation des trente-deux couches d’électeurs populaires, à moins de deux cents francs ou à rien. » Cet homme-là s’appelle Charles Benoist, futur précepteur du comte de Paris, mais surtout modèle insurpassable, dans la dimension du droit constitutionnel, pour des Jules Jeanneney, Jacques Bardoux, André Tardieu, Michel Debré.

Lisons-le attentivement :

« La conséquence nécessaire est que, faite plus ou moins directement par le Nombre, mais dans tous les cas inspirée par lui, la loi sera plus ou moins franchement faite par le Nombre, et l’État lui-même tourné au profit du Nombre. »

Et pensons un tout petit peu à cette loi El Khomri que nous a fourni si gentiment l’article 49-3, tout en lisant la suite des explications de Charles Benoist :

« Tandis qu’auparavant on avait légiféré pour la propriété, et presque uniquement pour elle, maintenant on allait légiférer presque uniquement pour le travail ; ou du moins jamais à présent le travail ne serait oublié, et toujours, dans toute la législation, on se placerait de préférence au point de vue du travail. »

Voici donc la ligne de fond qui m’a permis d’aboutir à la rédaction et à la publication du livre Pour en finir avec la Cinquième République - Histoire de l’étouffement du suffrage universel. Pour plus de détails, voir

https://unefrancearefaire.com/2016/09/28/pour-en-finir-avec-la-cinquie...

»» http://https://unefrancearefaire.com/
URL de cet article 30948
   
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand le pillage devient une manière de vie pour un groupe d’hommes vivant en société, ils se fabriquent avec le temps un système légal qui l’autorise et un code moral qui le glorifie.

Frederic Bastiat (1801 - 1850)


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.