RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Avec Sarkozy : des impôts encore plus injustes.








D&S, 26 février 2007.


Sarkozy est contre l’impôt. C’est, en tous les cas, l’image qu’il veut donner. Quand on y regarde d’un peu plus près, il n’est pas difficile de constater qu’il n’est pas contre l’impôt en général, mais contre certains impôts.


Il n’a rien contre la TVA, la TIP, la taxe d’habitation.

Il n’a rien contre la TVA. Au contraire, il propose d’étudier « sans a priori idéologique » le principe d’une TVA sociale qui se substituerait aux cotisations sociales patronales. La TVA est pourtant l’impôt le plus injuste qui soit puisqu’il frappe d’un même taux d’imposition tout consommateur, qu’il soit pauvre ou riche.

Il n’a rien contre la Taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIP). La gauche l’avait rendue « flottante » pour qu’elle diminue lorsque les prix du pétrole augmentent. Le gouvernement Raffarin, auquel participait activement Nicolas Sarkozy a supprimé cette possibilité.

Il n’a rien contre la taxe d’habitation dont la base est archaïque et qui ne tien aucun compte des revenus des contribuables.


Par contre, Sarkozy est un adversaire résolu de l’Impôt sur le Revenu, de l’Impôt de solidarité sur la fortune ou de l’Impôt sur les Sociétés.

Il veut, comme tous les néo-libéraux, ramener l’Impôt sur le Revenu qui est le seul impôt progressif important à un impôt à taux unique, la « flat tax » chère à Bush, Thatcher ou Berlusconi.

Il n’ose pas s’attaquer frontalement à l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) : il propose donc d’accroître la protection accordée par le « bouclier fiscal » aux contribuables frappés par l’ISF.

Il utilise des statistiques tronquées qui ne considèrent que le taux sans considérer l’assiette de l’Impôt sur les Sociétés (IS) pour affirmer que cet impôt est parmi les plus élevés de l’Union européenne. Il annonce donc qu’il baissera le taux d’imposition de l’IS.


Sarkozy défend les intérêts d’une poignée de gens très riches.

La réalité est que les seuls intérêts que défend Sarkozy sont ceux d’une poignée de gens très riches. Bien sûr, il ne le crie pas sur les toits. Il justifie son objectif au nom de l’effort, d’une vie de travail... Et il saupoudre pour atteindre son objectif : il fait en sorte que cette poignée de riches ne soit pas la seule à bénéficier des baisses d’impôt (sur le revenu, les successions...) mais qu’une frange plus large y trouve un avantage et que tout le monde s’imagine y gagner quelque chose. Mais ceux qui bénéficieront de l’essentiel des mesures qu’il propose sont quelques milliers de familles, les plus riches.


Les mêmes arguments que Bush.

Sarkozy veut supprimer 95 % des droits de successions. Il se situe ainsi dans la droite ligne des politiques de Bush aux Etats-Unis et de Berlusconi en Italie. Il emploie d’ailleurs les mêmes arguments que Bush en 2005 qui affirmait vouloir « protéger le fruit d’une vie de labeur ». Il est vrai que, tout comme Bush, il lui serait difficile d’avouer crûment son objectif : surtout, ne pas imposer les grosses fortunes.


Passer à la trappe le rôle des impôts.

Quand on écoute Sarkozy, on a l’impression que les impôts n’ont qu’une seule fonction : ponctionner les citoyens et entraver l’économie.

Sarkozy essaie ainsi de faire oublier les deux principales fonction de l’impôt : corriger les inégalités et financer les politiques publiques.

Non seulement Sarkozy ne veut pas corriger les inégalités sociales mais il veut les accroître en supprimant pas à pas la progressivité de l’impôt sur le revenu, en supprimant les droits de successions et en augmentant la TVA.

Quant aux politiques publiques, elles se réduisent à des coûts dans les discours de Sarkozy. Pourtant, quelles familles pourraient financer sur leurs revenus ou leurs patrimoines une année de scolarité à l’école élémentaire alors que ce coût s’élève en 2006 à 4 350 euros par an et par élève ? Quelles familles pourraient financer une année de scolarité au collège à 7150 euros ? Les seules familles qui y gagneraient seraient les plous fortunés. Pour toutes les autres, ce serait une catastrophe.

Jean-Jacques Chavigné, Communiqué n°24 - Campagne « faire gagner la gauche à gauche », pour D&S
www.democratie-socialisme.org




Ce que coûterait aux salariés la victoire de Sarkozy, par Jean-Jacques Chavigné.

Sarkozy et la dette publique, Jean Jacques Chavigné.


Nicolas Sarkozy ou la collusion avec les grands patrons (de presse), par NonASarko.

Sans casque, ni bouclier : témoignage d’un ex-officier de police, par Regarde à vue.






URL de cet article 4791
  

Même Auteur
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu’un objet n’est nôtre que lorsque nous le possédons.

Karl Marx

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.