RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bolivie, Notre Victoire, par Graciela Ramà­rez.






..."Ahora queda luchar por la Unión de Latinoamérica, reconstruir el Tahuantinsuyo la Patria grande de Bolà­var para vivir bien". [1]

..." Maintenant il nous reste à nous battre pour l’Union de l’Amérique Latine, reconstruire le Tahuantinsuyo [2] ou la grande Patrie de Bolivar pour vivre bien.".



Décembre 2005


Evo Morales a gagné par K.O. Il a dépassé les 51% des votes malgré la campagne méprisable de la droite, malgré les médias et la CNN qui ont fait appel à la peur, aux sentiments réactionnaires et au mensonge. Malgré l’épuration des listes des électeurs qui a empêché des centaines de milliers de Boliviens d’exercer leur droit légitime d’exprimer leur volonté souveraine. Malgré la haine ancestrale de l’oligarchie et des grands monopoles, le Mouvement pour le Socialisme (MAS) dirigé par Evo Morales a obtenu une victoire complète lors des élections qui ont eu lieu ce dernier dimanche dans le pays andin.

Cela n’était pas prévisible selon les froids calculs de Wall Street. Jamais ils n’auraient imaginé qu’un paysan, un homme d’origine indigène, un berger parmi les plus humbles, quelqu’un sans une grande machinerie médiatique derrière lui ni des sommes d’argent colossales, réussirait à leur disputer le pouvoir. Il n’avaient pas compté que ce personnage quelconque avait fabriqué tout en bas un outil qui représentait l’immense majorité du peuple bolivien.

Du fond des racines de la terre, du fond de la pauvreté la plus douloureuse, celle qui se dessine sur le visage et sur les mains des pauvres.

Cette pauvreté ancestrale qui a privé de leur éclat le regard des enfants boliviens. De jeunes garçons destinés au travail des champs, aux mines et à la mort. Des fillettes qui à 10 ans deviennent des vendeuses ambulantes ou des servantes.

Des petits enfants portés sur le dos de leur mère, tandis que celles-ci travaillent en vendant en ville ce que leurs familles récoltent. Des enfants habitués à travailler dès leur naissance. Des enfants sans berceuse ni berceau, avec pour seule chaleur celle de la couverture qui enveloppe le dos fatigué de leurs mères. Dès qu’ils naissent, ils apprennent à supporter le froid, la chaleur ou la pluie. Des garçonnets et des fillettes qui grandissent sans jouets, sans écoles, sans chansons, sans rires.

Dans les années 80, j’ai eu dans les mains un livre d’une femme bolivienne, épouse d’un mineur. Ce texte que nous lisions en cachette sous la dictature militaire argentine passa de mains en mains. Ce témoignage de Domitila Chungara demandait la permission de raconter au monde la vérité enfouie que vivaient les mineurs boliviens. "Si on me laisse parler" était terrifiant. Domitila racontait la vie des mineurs, la vie d’une famille où les hommes étaient vieux à 35 ans et où les femmes se couvraient de rides à 30. Des familles entières comme celle de Domitila qui s’entassaient dans des conditions de vie désastreuses dans des taudis tandis que leurs époux travaillaient dans les mines.

Elles devenaient veuves et leurs enfants n’avaient plus de père. Les mineurs mouraient à cause de l’étain dans le sang, de la tuberculose ou de l’éboulement d’une mine. Les enfants, d’une maladie quelconque, de celles qui se soignent ailleurs, ou de faim. Les femmes mouraient de misère ou en couches.

La victoire de Evo Morales est la victoire des exclus, des humiliés et des oubliés. C’est la victoire du peuple. L’esprit de Tupac Amarù [3] remporte à nouveau la victoire pour faire de cette Bolivie, tant aimé par le Libérateur [ Simon Bolivar, ndt] qui lui a donné son nom, le Potosì [4] mis à sac pendant quatre siècles d’extermination.

Des vents nouveaux parcourent notre Amérique. Le Che doit sourire en pensant à tous les combats qu’il va falloir livrer à partir de ce présent où l’ALBA se fraie un chemin parmi tant d’obscurité.

De nouveaux cours sont en fête et célèbrent ce triomphe de notre Amérique brune. Nos bras et nos voix sont prêts à les appuyer et à les défendre à l’aube de cette victoire pour que à nouveau nos enfants de Bolivie aient les yeux qui brillent et de la lumière dans leur sourire.

Salut, Président de Bolivie, Evo Morales, compagnon de la lutte contre l’ALCA, solidaire de toutes les batailles, que Tupac Amarù te bénisse et que Bolivar te protège de son épée.

Graciela Ramà­rez

Graciela Ramà­rez est née en Argentine. Elle vit actuellement à La Havane, où elle coordonne les actions du Comité de Libération pour les Cinq Héros Cubains, los Cinco de Miami.


- Traduction Annie

- Transmis par Cuba Solidarity Project


Bolivie, 18 décembre : Evo Morales premier Président Indien ? L’Amérique Latine dit "No mas", par Jason Miller.


Une, deux, trois Bolivie... La déferlante Evo Morales, Benito Perez / Nadine Crausaz.


Une nouvelle vague révolutionnaire traverse la Bolivie, par Jorge Martin, + chronologie de la crise bolivienne.



- Photo : O-Z Blog Bolivia http://spaces.msn.com/members/OZBLOG


[1La nouvelle histoire de la Bolivie commence : Déclarations de Evo Morales après le résultat électoral. 18 décembre 2005. (Aporrea, Resumen Latinoamericano.)

[2Le Tahuantisuyo : le nombril du monde, est le nom indien de l’empire inca dont la capitale était Cuzco.

[3Tupac Amarù est un cacique indien qui mena l’une des plus célèbres révoltes contre les Espagnols. Il est resté le symbole de la lutte des Indiens pour la liberté.

[4Le Potosì est une montagne de Bolivie qui produit d’énormes quantités de minerais, essentiellement de l’étain. Les conditions de travail y sont éprouvantes : chaleur intense, protections inexistantes ou dérisoires, matériel obsolète, horaires abusifs, etc... La ville de San Luis Potosì est bâtie au pied de la montagne. ( Lire : L’ancienne cité d’argent et l’enfer de ses mineurs
par Irene Caselli
Ndlr).


URL de cet article 3049
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.