Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bolivie : un nouveau coup dur pour l’impérialisme américain

Le président bolivien Evo Morales, dont le gouvernement a veillé à l’amélioration du niveau de vie et à la réduction spectaculaire de la pauvreté pendant son mandat, a été réélu.

C’est un nouveau coup dur pour la campagne américaine en cours visant à se débarrasser des gouvernements de gauche en Amérique latine et à stimuler leurs opposants partisans de l’austérité.

L’extrême droite frappe malgré "l’absence de preuves" d’irrégularités

Avec près de 99% des voix lors de l’élection présidentielle, Morales avait obtenu près de 47%, battant son plus proche rival Carlos Mesa de plus de 10% et remportant ainsi le premier tour. Mesa est un ancien président néolibéral qui entretient des liens étroits avec les Etats-Unis. Mesa et les Etats-Unis ont déclaré qu’ils ne reconnaîtraient pas le résultat.

Les Etats-Unis n’ont pas perdu de temps pour tenter de délégitimer les élections, et les médias occidentaux dominants se sont joints à eux. L’Organisation des Etats américains (OEA), basée à Washington, a fait une déclaration alors que le dépouillement se poursuivait, exprimant sa "préoccupation" face au "changement difficile à expliquer dans la tendance des résultats préliminaires après la clôture du scrutin". Cela s’explique en fait facilement par le fait que les zones rurales, où les niveaux de soutien à Morales sont les plus élevés, prennent plus de temps pour communiquer leurs résultats. Mark Weisbrot, codirecteur du Center for Economic and Policy Research, a condamné la déclaration de l’OEA pour n’avoir " absolument aucune preuve, aucune statistique, aucun chiffre, ni aucun fait de quelque nature que ce soit ".

Cette ingérence flagrante visait à saper une élection démocratique que de nombreux observateurs internationaux ont scrutée et saluée.

Entre-temps, des groupes d’opposition de droite soutenus par les Etats-Unis en Bolivie ont organisé de violentes manifestations, y compris l’incendie de bureaux électoraux, dans une tentative coordonnée de faire échouer le processus démocratique. Morales a dénoncé cette campagne de déstabilisation comme un complot de coup d’Etat soutenu par la communauté internationale. Les Etats-Unis avaient auparavant soutenu la tentative de coup d’Etat " Media Luna " de 2008-09 et fourni des fonds aux groupes d’opposition impliqués.


La transformation économique et sociale de la Bolivie

Lorsque Morales a été élu président pour la première fois en 2006, il s’est engagé à mettre fin au néolibéralisme, qui avait enfermé la Bolivie dans le sous-développement et la stagnation économique. Et ses politiques économiques ont depuis lors marqué le début d’une transformation nationale. De 2006 à 2017, par exemple, son gouvernement a ramené le taux de pauvreté de la Bolivie de 48,1 % à 24,7 %, sortant ainsi des millions de personnes de la pauvreté. Elle y est parvenue en élaborant un nouveau modèle de développement qui tient compte du rôle dynamique de l’intervention de l’État dans l’économie et qui a fait passer la part du produit intérieur brut (PIB) consacrée aux investissements de 14,3% en 2006 à 21,4% en 2015.

Ce nouveau modèle économique a permis à l’économie bolivienne de croître en moyenne de 3,2 % par habitant entre 2006 et 2018. L’an dernier, la Bolivie était en tête de l’Amérique latine avec l’un des taux de croissance économique les plus élevés de la région, soit 4,7 %. Il s’agit d’une croissance économique exceptionnellement élevée à soutenir dans le contexte de la crise financière de 2008 et de l’effondrement des prix des produits de base en 2014, qui ont provoqué de graves crises économiques et un ralentissement économique ailleurs en Amérique latine. Elle contraste aussi fortement avec les approches des gouvernements de droite en Argentine, au Brésil et en Equateur, qui ont adopté l’austérité avec des conséquences désastreuses.

L’augmentation de l’investissement de l’Etat qui a stimulé le développement économique de la Bolivie et la réduction de la pauvreté a été possible grâce à la nationalisation de secteurs stratégiques de l’économie et au financement de la Banque centrale, qui coordonne l’investissement direct avec le gouvernement bolivien. En particulier, Morales a augmenté les ressources disponibles pour les programmes sociaux et les investissements en nationalisant l’industrie pétrolière et gazière. Au cours des huit premières années de son administration, "les recettes publiques provenant des hydrocarbures ont presque septuplé, passant de 731 millions à 4,95 milliards de dollars".

Ces revenus supplémentaires permettent d’investir dans des industries durables, dans le cadre du plan bolivien de diversification de l’économie et de réduction de la dépendance aux matières premières et aux exportations de combustibles fossiles. Le 1er octobre 2019, la première voiture électrique fabriquée en Bolivie a été dévoilée. Le pays possède l’une des plus grandes réserves connues de lithium au monde, un composant crucial pour la production de voitures électriques. Plutôt que de se contenter d’exporter cette matière première non transformée, la Bolivie investit dans la création d’industries et d’emplois de qualité, notamment dans la construction d’une usine publique de production de batteries pour voitures électriques.

Morales a également d’autres ambitions pour développer la Bolivie, avec pour objectif d’éliminer la pauvreté et d’atteindre la souveraineté alimentaire d’ici 2025.


Les Etats-Unis tentent d’inverser la tendance en Bolivie

Washington, cependant, intervient en Bolivie dans l’espoir d’installer un gouvernement de droite pour privatiser les ressources naturelles et les industries du pays. La dernière fois que la Bolivie a eu un président soutenu par les États-Unis, c’était en 2005, lorsque Carlos Mesa était au pouvoir. Le néolibéralisme n’a pas réussi à développer l’économie bolivienne, le PIB par habitant ayant stagné pendant un quart de siècle.

Lorsque Mesa a démissionné en 2005, la moitié de la population bolivienne languissait dans la pauvreté et les affaires économiques de la Bolivie étaient dirigées par les Etats-Unis. Le fait que les bureaux du Fonds monétaire international (FMI), un organisme controversé, se trouvaient à l’intérieur du bâtiment où se trouvait également la Banque centrale de Bolivie, en est un bon exemple. Dans son discours de démission, Mesa a rejeté l’idée de nationaliser le gaz naturel bolivien comme "non viable" parce que les Etats-Unis et la Banque mondiale "nous l’ont dit".

Pour comprendre ce qui arriverait à la Bolivie si les Etats-Unis réussissaient à démettre Morales de ses fonctions et à installer un larbin de droite, il suffit de regarder ce qui se passe au Brésil. Depuis que Jair Bolsonaro, soutenu par les Etats-Unis, est devenu président brésilien en janvier 2019, il a lancé une offensive néolibérale radicale, y compris une privatisation agressive.

L’offensive américaine s’intensifie

L’élection présidentielle bolivienne de cette année s’est déroulée dans le contexte de la grande offensive de Donald Trump contre les gouvernements du centre gauche en Amérique latine.

Les Etats-Unis ont coordonné une campagne qui a tenté d’accuser Evo Morales des incendies d’Amazonie au lieu du véritable coupable, Jair Bolsonaro. Un article du Guardian affirmait que Morales était un "meurtrier de la nature". Les incendies qui ont touché la région de Chiquitanía en Bolivie se sont rapidement éteints après que Morales a mobilisé toutes les ressources de l’Etat. La Bolivie a ensuite lancé une initiative pour reboiser les zones touchées. Les manifestations de l’opposition de droite en Bolivie à la veille des élections ont été présentées sur des sites de médias sociaux comme des mobilisations contre le bilan environnemental de Morales, alors qu’elles réclamaient en fait une plus grande autonomie régionale et étaient menées par des forces sociales représentant le secteur agroalimentaire.

Il est absurde de penser que M. Morales n’est rien de moins qu’un chef de file mondial dans la lutte contre l’effondrement du climat. En 2016, la Bolivie a dépensé plus que tout autre pays du monde en énergies renouvelables en pourcentage de son PIB. La Bolivie est également déterminée à respecter l’engagement qu’elle a pris dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat d’augmenter " la part des énergies renouvelables à 79 % d’ici 2030, contre 39 % en 2010 ". La Bolivie est l’un des pays les moins responsables du chaos climatique d’aujourd’hui et a appelé à l’adoption d’un budget carbone mondial qui répartirait équitablement le budget carbone restant, dont 89 % iraient au monde en développement.


La victoire de la Bolivie donne un coup de fouet aux progressistes d’Amérique latine

L’offensive américaine contre Morales a eu un impact, puisque le résultat encore sain d’environ 47% est une baisse par rapport aux trois précédentes élections de Morales - où il avait gagné avec environ 54% en 2005, 64% en 2009 et 61% en 2014.

La dernière réélection de Morales n’est pas seulement une victoire de la gauche bolivienne, c’est aussi un coup de pouce pour toutes les forces progressistes d’Amérique latine qui luttent pour un avenir meilleur et contre les ingérences américaines. Mais Trump n’abandonnera pas, et son administration est maintenant susceptible d’intensifier son intervention contre Morales. Le succès de la gauche en Bolivie, cependant, est un autre signe que 2019 pourrait être l’année où les choses se retourneront en faveur de la gauche latino-américaine.

Fiona EDWARDS

Traduction Bernard Tornare

Source en anglais : https://www.thecanary.co/global/world-analysis/2019/10/24/new-blow-for...

Titre original : New blow for US imperialism as Bolivia re-elects Evo Morales

Fiona Edwards est éditrice du site Eyes on Latin America.

»» http://b-tornare.overblog.com/2019/08/election-presidentielle-en-argen...
URL de cet article 35354
   
Venezuela – Chronique d’une déstabilisation
Maurice LEMOINE
A la mort de Chávez, et afin de neutraliser définitivement la « révolution bolivarienne », les secteurs radicaux de l’opposition ont entrepris d’empêcher à n’importe quel prix son successeur Maduro, bien qu’élu démocratiquement, de consolider son pouvoir. Se référant de façon subliminale aux « révolutions de couleur », jouissant d’un fort appui international, ils ont lancé de violentes offensives de guérilla urbaine en 2014 et 2017 (45 et 125 morts), dont une partie importante des victimes, contrairement à ce (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.