RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Boris Johnson est du menu fretin

Boris Johnson est un menteur invétéré. Nous savons tout cela. Il a été limogé à au moins deux reprises pour avoir menti. Il a été limogé du Times en 1988 pour avoir fabriqué une citation de l’historien Colin Lucas, pour un article en première page.

En 2004, Michael Howard, alors chef du Parti conservateur, a limogé Johnson de ses postes de vice-président du parti et de ministre des Arts fantômes après avoir assuré à Howard que les allégations d’une affaire extra-conjugale étaient une « pyramide inversée de balivernes ». Elles n’étaient pas.

Le Daily Mirror a publié un article en décembre 2019 : « 60 mensonges de Boris Johnson : la curieuse relation du dirigeant conservateur avec la vérité » (https://www.mirror.co.uk/.../60-lies-boris-johnson- tory...)
Rien de tout cela n’a empêché le Parti conservateur de le choisir comme chef. Cela n’a pas non plus empêché la classe capitaliste et ses médias de lui apporter un soutien sans réserve afin de repousser la social-démocratie aux manières douces de Jeremy Corbyn.

Maintenant, il semble qu’une partie importante de la classe de Johnson se prépare à l’abandonner. Le but visé, ce « Brexiteer vulgaire » peut être écarté, ainsi que la condamnation du Parti conservateur pour la mauvaise gestion catastrophique de la pandémie par le gouvernement. Avec la disparition de Johnson, nous pouvons nous attendre à voir une approche plus conciliante de l’UE, que l’establishment britannique a toujours favorisée (voir "Dix mythes qui informent une vision bénigne de l’UE ’’ - mythe n ° 6, `` Le mythe selon lequel l’establishment britannique favorise le brexit ’- https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1527409244075916).

Alors que Johnson est coupable de mentir comme ruse stratégique, la vraie tromperie est qu’il s’agit d’un défaut de personnalité plutôt que de quelque chose qui fait partie intégrante du tissu du capitalisme. Les mensonges en politique n’ont rien de nouveau, mais le `` mensonge stratégique ’’ – dire un mensonge flagrant en sachant parfaitement que dans quelques minutes il sera qualifié de mensonge, mais en tenant compte de ce résultat – est un développement assez récent, comme l’a souligné le professeur Ivor. Gaber (http://www.electionanalysis.uk/.../strategic-lying-the.../). Il est entré dans les sphères politiques de l’Australie, des États-Unis et de la Grande-Bretagne, avec l’approbation de Trump, Johnson et Cummings (voir l’article publié récemment dans The Conversation - https: //theconversation.com/strategic-lies-deliberate ... )

Le mensonge intrinsèque du capitalisme

Le mensonge stratégique, à certains égards, reflète la technique du « gros mensonge » de Goebbels et est peut-être lié de la même manière à une période de crise systémique profonde du capitalisme. Même ainsi, il effleure à peine la surface de la tromperie intrinsèque du capitalisme.

Depuis plus de 50 ans, le néolibéralisme prétend que le « marché libre » est le remède à tous les maux politiques et économiques et que l’État doit être minimisé. Mais quand il y a un « crash », une « récession », une « dépression » ou une pandémie, l’État est appelé à renflouer le capitalisme, financé par les impôts de la classe ouvrière. Alors que l’État-providence, le Service national de santé et l’enseignement public sont « réduits », l’appareil répressif de l’État se multiplie avec de nouveaux pouvoirs pour la police et les forces de sécurité et une augmentation massive du budget de l’armée. La prétention que l’État est neutre en termes de classe est en soi une tromperie soigneusement élaborée.

La réalité est que tout le système capitaliste est fondamentalement basé sur un mensonge : que le profit découle du génie entrepreneurial et de l’investissement. Marx l’a prouvé il y a 150 ans, et Robert Tressell l’a magnifiquement décrit dans The Ragged Trousered Philanthropist : le travail et la plus-value sont la source du profit ; les travailleurs ne reçoivent jamais qu’une fraction de la richesse qu’ils créent, suffisamment pour subsister et se reproduire en tant que travail.

Lorsque les marxistes parlent d’« esclavage salarié », ce n’est pas une rhétorique idéologique. Sous l’esclavage, que ce soit à Rome ou en Alabama, les esclaves travaillaient en échange des moyens de subsistance, fournis par le propriétaire de l’esclave afin de maintenir la capacité de travailler. Sous le capitalisme, le principe est identique, sauf qu’avec le système de salaire et le filet de sécurité sociale, l’employeur peut se dispenser du fardeau de fournir directement sa subsistance. La liberté de l’ouvrier sous le capitalisme est une illusion, c’est pourquoi Marx et Engels ont proclamé « vous n’avez rien à perdre que vos chaînes ».

Alors oui, Johnson est un menteur récurrent et méprisable. Mais le simple fait de l’interpeller ou de le remplacer ne change pas grand chose. En effet, nous devrions nous méfier d’une classe dirigeante qui est prête à le dénoncer. Il espère disculper le système et le gouvernement en sacrifiant un « loufoque » qui a menti une fois trop souvent. Épingler Johnson pour un méfait personnel, plutôt que pour les milliards de livres siphonnés à des amis, à la famille et aux associés de la classe affaires laisse une multitude d’autres scélérats du gouvernement indemnes et libres de continuer.

Pendant ce temps, le vrai coupable, le capitalisme, perdure. Si nous voulons vraiment mettre fin aux mensonges, à la corruption et à l’esclavage salarié, nous devons mettre fin au système qui les génère.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1956953644454805
URL de cet article 37096
   

"Pourquoi les pauvres votent à droite"
Thomas Frank
Titre original : What’s the matter with Kansas ? (2004, 2005, 2007) Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton Nouvelle édition. Première parution française dans la collection « Contre-feux » (Agone, 2008) À la fin des années 1960, la concurrence internationale et la peur du déclassement transforment un populisme de gauche (rooseveltien, conquérant, égalitaire) en un « populisme » de droite faisant son miel de la crainte de millions d’ouvriers et d’employés d’être rattrapés par plus déshérités qu’eux. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.