RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Botswana : forte augmentation de la mortalité infantile, par Joel Konopo.









Davantage d’enfants meurent au Botswana.


IPS, Gaborone, 21 juin 2007.


Même si le Botswana a réussi à réduire son taux de pauvreté, il serait difficile pour ce pays d’atteindre le quatrième Objectif du millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies visant à réduire les taux de mortalité infantile de deux-tiers d’ici à 2015. Les chiffres ont montré une augmentation de la mortalité infantile entre les années 1990 et 2000.


Un rapport de 2001 publié par l’Office central des statistiques (CSO) du gouvernement sur la population et le logement indique qu’en 1991, la mortalité infantile au Botswana se situait à 48 décès pour 1.000 naissances vivantes. Ce chiffre a augmenté atteignant 56 décès pour 1.000 naissances vivantes en 2001. Au cours de la même période, la mortalité des moins de cinq ans a connu une augmentation allant de 63 à 74 décès pour 1.000 naissances vivantes.

Les chiffres du Fonds des Nations Unies pour l’enfance concernant le taux de mortalité au Botswana des moins de cinq ans sont pires que les statistiques officielles publiées par le gouvernement du pays, passant de 58 décès pour 1.000 naissances vivantes en 1990 à 116 en 2004. La forte prévalence du VIH/SIDA est l’un des facteurs qui sous-tendent ce phénomène.

Un lien est en train d’être établi entre la mortalité infantile et le statut des femmes dans la société. Les femmes, qui pour la plupart continuent de porter le fardeau de la protection infantile, sont capables de nourrir leurs enfants de ce dont ils ont besoin si elles vivent dans des ménages avec des revenus relativement élevés et stables.

Malebogo Keataretse, mère d’un enfant de cinq ans, veille à ce qu’elle achète ’’des aliments nutritifs comme des légumes, des fruits et des céréales dans l’épicerie, lesquels sont bien préparés avant de les donner à manger au petit’’.

’’Pour le petit déjeuner, je nourris mon enfant avec de la bouillie d’avoine, du fruit et d’un verre de jus. Pour le déjeuner et le dîner, il prend ce que la famille mange, qui varie entre le riz avec du poulet et un repas à base de maïs accompagné de viande tendre (appelé seswaa). Il aime tous les repas et ignore rarement son plat, à moins qu’il soit affligé’’, ajoute-t-elle.

Oarabile Matongo affirme que sa fille de quatre ans, Thato, a un penchant pour les casse-croûte. Thato apporte les casse-croûte à l’école maternelle. ’’Maintenant, elle aime tellement les casse-croûte qu’elle ne peut manger rien d’autre. Le soir, je prépare un repas avec des légumes et de la viande, mais elle préfèrerait manger la viande uniquement’’.

Le statut socio-économique détermine la gamme de choix dans l’alimentation des enfants. Les enfants issus des ménages à revenu bas sont parfois obligés de sauter des repas comme le petit déjeuner juste parce qu’il n’y a pas assez de nourriture dans la maison.

Magdeline Khamandisi déclare à IPS que son garçon de quatre ans, Kenneth, semble être content bien que parfois il n’y ait pour lui qu’une bouillie légère à boire pour toute la journée. ’’Il mange n’importe quoi, ainsi je n’ai pas besoin d’acheter quelque chose de compliqué pour ses repas’’.

L’économiste sanitaire de l’Université du Botswana, Narain Sinha, croit qu’à l’allure où vont les choses, il est possible au Botswana d’atteindre l’objectif de réduction du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans de deux-tiers d’ici à 2015.

’’On a constaté que le taux de mortalité infantile est non seulement influencé par des facteurs tels que les dépenses publiques et la disponibilité des services de santé et des professionnels de santé, mais également par les indicateurs de développement social comme la pauvreté, la malnutrition et l’alphabétisation des femmes’’, explique-t-il, ajoutant qu’il y a un besoin de s’attaquer ces problèmes de façon plus rigoureuse.

Selon Sinha, le manque d’accès des femmes aux prises de décision, à l’emploi, aux financements et à l’éducation, constitue la racine de la mortalité infantile. La pauvre nutrition des filles, les rapports sexuels précoces et la grossesse chez les adolescentes affectent toutes ces jeunes mères.

Les femmes instruites et autonomes ont plus de chances de se marier à un âge plus avancé et de chercher des soins néonataux et postnataux, autant de facteurs qui sont cruciaux dans la réduction de la mortalité infantile et maternelle.

Beaucoup de femmes n’ont pas les moyens de se procurer des soins de santé, déclare Sinha. Par conséquent, sur un continent où de nombreuses femmes vivent encore dans des zones rurales et ont un accès limité aux cliniques et aux hôpitaux, des partenariats communautaires peuvent être les moyens les plus immédiats pour améliorer l’état de santé.

Par exemple, le statut social important des accoucheuses traditionnelles ou sages-femmes dans la communauté devrait être employé à bien, selon Sinha. La formation de ces professionnelles par l’autorité de la santé publique peut permettre aux femmes rurales d’Afrique d’avoir des grossesses et des accouchements sans risque et d’accéder à l’information et aux services de planning familial.

L’inspecteur de la santé au ministère de la Santé, Boitumelo Malomo, exprime l’espoir que le Botswana atteindra l’OMD sur la mortalité infantile. Le gouvernement est en train de concentrer ses programmes de santé sur la mortalité infantile.

Joel Konopo


- Source : IPS www.ipsinternational.org/fr

- Droits de reproduction et de diffusion réservés © IPS Inter Press Service




Santé -Afrique : ’’La fuite des cerveaux fait des victimes’’, par Moyiga Nduru.

Le riz se raréfie sur le marché - L’éthanol met le feu au marché des céréales, Dominique Baillard.


Biocarburants : pleins d’essence ou ventres pleins ? par François Iselin.






URL de cet article 5186
  

Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Les bombes nucléaires pourront tuer ceux qui ont faim, les malades, les ignorants. Mais elles ne pourront pas tuer la faim, les maladies et l’ignorance. Elle ne pourront pas non plus tuer la juste rebellion des peuples".

Fidel CASTRO

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.