Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Frédéric Rousseau. L’Enfant juif de Varsovie. Histoire d’une photographie.

Paris, Le Seuil, 2009

Nous connaissons tous la photo de ce jeune garçon juif, les mains en l’air, terrorisé parce qu’un soldat allemand pointe sur lui un fusil-mitrailleur. En compagnie de sa mère, qui se retourne par crainte de recevoir une salve de balles dans le dos, et d’un groupe d’enfants et d’adultes, il sort d’un immeuble du ghetto de Varsovie. A noter que ce que l’enfant voit devant lui est peut-être plus terrorisant que ce qui le menace derrière lui.

Au fil d’un travail très rigoureux, Frédéric Rousseau explique quand, comment et pourquoi cette photo s’est imposée comme une icône, peut-être même L’icône de l’extermination du peuple juif pendant la Deuxième Guerre mondiale. La leçon principale de ce travail de recherche étant qu’une photo n’existe pas en soi : elle est construite par l’histoire, par tous ceux qui la regardent, et elle ne peut être lue que selon cette construction culturelle.

La photo appartient à un album attaché au rapport du général Stroop intitulé Il n’y a plus de quartier juif à Varsovie (Es gibt keinen jüdischen Wohnbezirk in Warschau mehr), rapport destiné à la haute hiérarchie de la SS et devant attester la « liquidation définitive » du ghetto.

L’identité de cet enfant est connue depuis 1978 : il s’agit d’Arthur Shimyontek Domb, âgé de huit ans en 1943. On ne s’en étonnera pas, les négationnistes vont s’emparer de cette information pour " révéler " que l’enfant n’avait pas été assassiné dans un prétendu camp d’extermination, et qu’il vivait, richissime, avec son père et sa mère à Londres. Robert Faurisson ne sera pas le dernier à gloser sur le « ghetto-boy ».

Rousseau observe que, bien qu’ayant été sollicitée lors du procès de Nuremberg, la photo sombra dans l’oubli pendant près d’une décennie. Elle apparaît quelques secondes pendant le film Nuit et brouillard d’Alain Resnais en 1956, extraite de son contexte (elle accompagne les mots « raflés de Varsovie »), sans que le mot " ghetto " soit prononcé, et sans que le film « renvoie au sort spécifique infligé aux Juifs d’Europe, alors que, parmi toutes les victimes du système concentrationnaire, seuls les enfants juifs et tziganes ont été systématiquement déportés pour être exterminés. »

En 1961, avec Le Temps du ghetto, Frédéric Rossif signe un film peu rigoureux, bourré d’erreurs. La photo de l’enfant apparaît en toute fin pour illustrer une opposition artificielle entre le « troupeau des esclaves » et les « combattants insurgés ». Pendant vingt ans, d’autres photos seront préférées à celle d’Arthur Domb pour illustrer la révolte du ghetto. En 1993, pour le 50e anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie, le CDJC publie un numéro spécial du Monde juif, illustré de nombreuses photos de l’album Stroop, mais sans celle d’Arthur Domb et les siens. On note que la première occurrence de la photo dans un manuel d’histoire pour classes terminales en France date de 1962, deux ans après la première occurrence en Allemagne.
Pendant des années, Anne Frank aura été une victime beaucoup plus consensuelle : d’origine allemande vivant en Hollande, parfaitement assimilée, elle raconte une histoire dénuée de valeurs juives spécifiques. Son Journal respire l’espoir en la vie. Son témoignage est celui d’une enfant qui souffre, pas d’une petite Juive en particulier. Sur la couverture de l’édition française pour le Livre de Poche de 1950, Anne sourit, les bras croisés sur un cahier d’écriture. Aux antipodes des bras levés d’Arthur, figure christique superbement reprise en 2007 par Samuel Bak dans son tableau Crossed Out.

A partir des années soixante, la photo sera utilisée comme icône laïque dans divers ouvrages de divers pays, recadrée, retravaillée, parfois même colorisée. L’enfant symbolisera alors l’extermination de tous les Juifs. Dans les années quatre-vingt, les manuels français iconiseront définitivement l’enfant, visant à une identification des écoliers à la victime. Arthur Domb étant souvent zoomé, son histoire est singularisée par rapport à celle de sa famille, et aussi à celle de ses assassins.

En 1996, la photo est utilisée par un groupe de rock pour renvoyer à d’autres victimes. Sur la couverture du CD Europe et haines, on voit l’enfant en buste sur un fond bleu parsemé des étoiles du drapeau de la Communauté européenne. Au lendemain de l’horreur de Srebrenica, des chanteurs français crient que l’Europe n’a pas pu empêcher des massacres génocidaires dignes de ceux du ghetto de Varsovie.

En 2002, la revue L’Histoire publie un numéro spécial : " L’antisémitisme : du judaïsme antique au conflit israélo-arabe " . En couverture, plein cadre, Arthur Domb est, écrit Rousseau, « happé par l’histoire collective des Juifs ». L’extermination de l’enfant et des siens est convoquée pour décrypter le présent d’Israël.

La conclusion de l’historien est sévère : « En définitive, la photographie de l’enfant de Varsovie est victime de sa redoutable efficacité. A l’ère du multimédia planétaire, un petit clic nous fait zapper d’une victime à une autre : clic ! Mohammed Al-Dourah [tué dans les bras de son père, en direct à la télévision, par des balles israéliennes] efface le petit garçon de Varsovie. […] L’image du ghetto de Varsovie n’est plus un document ; elle a cessé d’être un outil pédagogique : brouillée, travestie, abusée, retournée, détournée, elle a perdu sa capacité d’alerte : elle n’informe plus ; elle s’est usée de ses mésusages. […] En somme, dans une certaine mesure, ce sont des histoires sans histoire - ni celle des individus, ni celle des peuples - que donnent aujourd’hui à lire et à comprendre ces images. »

URL de cet article 8130
   
Même Auteur
Maurice Tournier. Les mots de mai 68.
Bernard GENSANE
« Les révolutionnaires de Mai ont pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 » (Michel de Certeau). A la base, la génération de mai 68 est peut-être la première génération qui, en masse, a pris conscience du pouvoir des mots, a senti que les mots n’étaient jamais neutres, qu’ils n’avaient pas forcément le même sens selon l’endroit géographique, social ou métaphorique où ils étaient prononcés, que nommer c’était tenir le monde dans sa main. Une chanson d’amour des Beatles, en fin de compte très (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité. Si on commence à dire aux gens la façon dont ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart, Londres


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.