RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Brzezinski sur la crise syrienne (The National Interest)

Heilbrunn : nous sommes entrés dans la cinquième année de l’administration Obama, et vous déclarez que l’Occident se livre à une « propagande de masse ». Obama est-il entraîné dans l’affaire syrienne parce qu’il est trop faible pour résister au statu quo ? Qu’est-il arrivé au président Obama pour qu’on en soit arrivé là ?

Brzezinski : Je ne peux pas me lancer dans une psychanalyse ou un quelconque révisionnisme historique. A l’évidence, il a un problème difficile entre les mains, et il y a un aspect mystérieux à tout cela. Il suffit de considérer la chronologie. À la fin de 2011, on a vu des flambées de violence en Syrie provoquées par une sécheresse et encouragées par deux autocraties bien connues dans le Moyen-Orient : le Qatar et l’Arabie saoudite. D’un seul coup Obama annonce qu’Assad doit partir – apparemment sans aucune véritable préparation pour faire en sorte que cela se produise. Puis, au printemps 2012, l’année des élections ici, la CIA par le général Petraeus, selon le New York Times du 24 Mars de cette année dans un article très révélateur, monte un opération à grande échelle pour aider les Qataris et les Saoudiens et les relier en quelque sorte aux Turcs dans cet effort. Etait-ce un plan stratégique ? Pourquoi avons-nous tout d’un coup décidé que la Syrie devait être déstabilisée et son gouvernement renversé ? A-t-on jamais fourni une explication au peuple américain ? Puis, dans la dernière partie de 2012, en particulier après les élections, le vent se retourne un peu contre les rebelles. Et il devient clair que certains de ces rebelles ne sont pas si « démocratiques » que ça. Et donc toute la politique doit être reconsidérée. Je pense que ces choses doivent être clarifiées afin que l’on puisse avoir une compréhension plus précise des objectifs de la politique américaine.

Heilbrunn : Historiquement, nous avons souvent aidé des mouvements rebelles - au Nicaragua, en Afghanistan et en Angola, par exemple. Si vous êtes un néo-conservateur ou un faucon progressiste, vous allez dire qu’il s’agit d’une aide destinée à des forces en lutte pour renverser un dictateur. Alors qu’est-ce qu’il y a de mal à entreprendre une intervention pour des raisons humanitaires ?

Brzezinski : En principe, il n’y a rien de mal à ça. Mais je ne pense que l’on doit évaluer à l’avance les risques encourus. Au Nicaragua, les risques étaient relativement minimes étant donné la position dominante de l’Amérique en Amérique centrale et l’absence d’un rival extérieur. En Afghanistan, je pense que nous savions que le Pakistan pourrait devenir un problème, mais nous avons dû le faire à cause du 11/9. Mais à titre purement personnel, je conseillé [alors secrétaire à la Défense Donald] Rumsfeld, lorsque, avec d’autres, nous avons été consultés au sujet de la décision d’aller en Afghanistan. Mon conseil était : allez-y, assommez les talibans et ensuite partez. Je pense que le problème avec la Syrie sont les effets potentiellement déstabilisateurs et contagieux - à savoir la vulnérabilité de la Jordanie, du Liban, de la possibilité que l’Irak devienne partie prenante d’un conflit sectaire plus large entre sunnites et chiites, et qu’il pourrait y avoir une grande confrontation entre nous et les Iraniens. Je pense que les enjeux sont plus grands et la situation est beaucoup moins prévisible et certainement peu susceptible d’être limitée à la Syrie par la puissance américaine.

Heilbrunn : Sommes-nous en train d’assister à une réaction en chaîne à retardement ? Le rêve des néoconservateurs, quand ils sont entrés en Irak, était de créer un effet domino dans le Moyen-Orient, où nous renverserions un régime après l’autre. Assistons-nous à une réalisation macabre de cette aspiration ?

Brzezinski : C’est vrai, cela pourrait être le cas. Ils espèrent que dans un sens la Syrie rachèterait ce qui s’est passé à l’origine en Irak. Mais je pense que nous devons garder à l’esprit que, dans ce cas précis, la situation régionale dans son ensemble est plus volatile qu’elle ne l’était quand ils ont envahi l’Irak, et peut-être leurs points de vue sont également influencés par l’idée, partagée par certains israéliens de droite, que les perspectives stratégiques d’Israël seront mieux servis si tous ses voisins limitrophes sont déstabilisés. Je crois pour ma part que c’est une solution qui à long terme se révélerait désastreuse pour Israël, parce que son corollaire, si cela devait arriver, serait l’élimination de l’influence américaine dans la région, Israël serait alors abandonné à son sort. Je ne pense pas que ce soit bon pour Israël, et, selon moi, et plus important encore, parce que je considère les choses du point de vue de l’intérêt national américain, que ce ne serait pas très bon pour nous.

Heilbrunn : Vous avez mentionné dans une interview, je crois sur MSNBC, l’idée d’une conférence internationale. Pensez-vous que c’est toujours une approche viable, que l’Amérique devrait insister beaucoup plus pour impliquer la Chine, la Russie et d’autres puissances pour trouver une sorte de solution pacifique à cette guerre civile ?

Brzezinski : Je pense que si nous nous attaquons à ce problème uniquement avec les Russes, chose que devons faire parce qu’ils sont déjà impliqués en partie, et si nous le faisons en nous appuyant principalement sur les anciennes puissances coloniales dans la région – la France et la Grande-Bretagne, qui sont vraiment détestées dans la région - les chances de succès ne sont pas aussi élevés que si nous ne nous engageons d’une manière ou d’une autre avec la Chine, l’Inde et le Japon, qui ont un intérêt dans une plus grande stabilité au Moyen-Orient. D’une certaine manière, cela rejoint le point précédent que vous avez soulevé. Ces pays pourront peut-être alors ensemble aider à créer un compromis dans lequel, au moins en apparence, personne ne sera gagnant mais qui pourrait entraîner quelque chose que je propose, mais formulé autrement, depuis plus d’un an, à savoir qu’il devrait y avoir en Syrie une sorte d’élection avec appui international et où toute personne qui souhaiterait se présenter pourrait se présenter, ce qui d’une manière permettrait à Assad de sauver la face mais qui pourrait aboutir à un arrangement, de facto, dans lequel il compléterait son mandat actuel sans se représenter.

Heilbrunn : Quels sont les risques ? Obama n’était manifestement pas enthousiaste à l’idée d’envoyer des armes aux rebelles syriens, il en a confié l’annonce à Ben Rhodes. La pente est glissante, mais à quel point ? Pensez-vous que nous nous dirigeons vers une plus grande intervention américaine ?

Brzezinski : Je crains que nous nous dirigeons vers une intervention américaine inefficace, ce qui est encore pire. Il y a des circonstances où une intervention n’est ni la meilleure ni la pire des solutions. Mais ici on parle d’augmenter notre aide à la moins efficace des forces opposées à Assad. Donc, au mieux, ça va tout simplement nuire à notre crédibilité. Au pire, il accélérera la victoire de groupes qui sont beaucoup plus hostiles envers nous que Assad ne l’a jamais été. Je ne comprends toujours pas pourquoi – et je reviens à ma première réponse - pourquoi nous avons décidé aux alentours de 2011 ou 2012, une année électorale soit-dit en passant – que Assad devait partir.

Heilbrunn : Votre réponse précédente au sujet d’Israël était tout à fait fascinante. Pensez-vous que si la région venait à connaître un plus grand bouleversement, avec une diminution de l’influence américaine, Israël y verrait une occasion de consolider ses positions, ou même prendre des initiatives plus radicales si la Jordanie devait s’embraser ?

Brzezinski : Oui, je vois où vous voulez en venir. Je pense que dans le court terme, cela renforcerait sans doute la forteresse Israël, parce qu’il n’y aurait plus personne pour s’y opposer, pour ainsi dire. Mais ce serait, avant tout, un bain de sang (de différentes façons selon les personnes), avec quelques pertes importantes côté israélien. Mais la droite israélienne aura le sentiment qu’il s’agit d’une question de survie.

Mais à long terme, une telle région hostile ne peut pas être contrôlée, même par un Israël doté de l’arme nucléaire. Cette situation fera à Israël ce que certaines guerres nous ont fait, à moindre échelle. L’user, le fatiguer, le miner, le démoraliser, provoquer une émigration des éléments les plus brillants, pour finir dans une sorte de cataclysme impossible à prévoir à ce stade parce que nous ne savons pas qui à ce moment-là possédera quoi et quand. Et après tout, l’Iran est juste à côté. Il pourrait avoir une certaine capacité nucléaire. Supposons que les Israéliens le fassent tomber. Qu’en est-il du Pakistan et d’autres ? L’idée que l’on peut contrôler une région à partir d’un pays très fort et motivé, mais peuplé de seulement six millions d’habitants, est tout simplement un rêve fou.

Heilbrunn : Je pense que ma dernière question, si vous pensez pouvoir aborder ce sujet, c’est. . . vous êtes en quelque sorte dans l’opposition en ce moment. Le discours dominant chez les intellectuels et dans les médias semble être une déferlante de tendance « faucon progressiste » ou néo-conservateur, un appel moralisateur pour passer à l’action en Syrie, basé sur l’émotion. Pourquoi, même après la débâcle de la guerre en Irak, le débat sur politique étrangère reste toujours aussi biaisé en Amérique ?

Brzezinski : (rires) Je pense que vous connaissez la réponse à cette question mieux que moi, mais si je peux offrir un point de vue : ce pays est bon, il est mu par de bons sentiments. Mais c’est aussi un pays avec une compréhension extrêmement simpliste des affaires du monde, et avec toujours une grande confiance dans la capacité de l’Amérique à l’emporter, par la force si nécessaire. Je pense que dans une situation complexe, des solutions simplistes proposées par des personnes qui sont soit des démagogues, soit assez intelligents pour n’offrir leurs conseils qu’au compte-gouttes, c’est quelque chose que les gens peuvent comprendre. En supposant que quelques armes de tel ou tel type permettront d’atteindre leurs objectifs, aboutir à une victoire pour une bonne cause, mais sans comprendre pleinement que les complexités cachées vont nous entraîner de plus en plus loin, nous risquons d’être impliqués dans une grande guerre régionale, avec au final une région encore plus hostile envers nous qu’elle ne l’est actuellement, ce qui pourrait être une catastrophe pour nous. Mais ce n’est pas une perspective que l’Américain moyen, qui n’a pas vraiment lu grand chose sur les affaires du monde, arrive vraiment à comprendre. C’est un pays de bons sentiments, mais avec une mauvaise connaissance et pas très sophistiqué sur le reste du monde.

Heilbrunn : Eh bien, je vous remercie. Je suis tout à fait d’accord.

source http://nationalinterest.org/commentary/brzezinski-the-syria-crisis-8636

Traduction "toujours utile d’entendre la voix de son maître" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

URL de cet article 21239
  

« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.