RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Caterpillar et burkini

Alors que nous préparions cette action contre l’interdiction du burkini, nous avons appris la fermeture de l’usine Caterpillar. 2200 ouvriers et employés vont perdre leur emploi, plus de 5000 familles seront directement frappées dans la région. Alors à ces militants de gauche qui nous reprochent de faire des « diversions » avec nos actions contre l’islamophobie et de ne pas nous occuper des « vraies luttes » pour l’emploi, je voudrais dire aujourd’hui : notre cœur et notre esprit sont assez grands pour nous battre à la fois avec les travailleurs de Caterpillar privés de leur droit au travail et de leur dignité et en même temps avec ces femmes musulmanes pourchassées sur les plages en France, privées de leur droit aux loisirs et de leur dignité.

À ceux qui nous reprochent de faire le jeu des terroristes, je voudrais rappeler qu’une des premières femmes tombées à Nice sous les roues du camion blanc, était une femme musulmane portant le foulard et que sa famille aujourd’hui subit la double peine du deuil et du regard suspicieux de nombreux Niçois qui voient en chaque musulman un terroriste potentiel.

C’est cette société qui licencie à tour de bras, qui discrimine, qui exclut, qui prive les jeunes d’avenir et de perspectives, qui organise les guerres et vend à Israël des bulldozers Caterpillar pour terroriser le peuple palestinien, c’est cette société dite démocratique et civilisée qui est la véritable fabrique de terreur.

Nous sommes ici parce que nous avons été révoltés par les images de cette femme se reposant sur la plage, brusquement entourée de policiers en arme lui ordonnant de se dévêtir. Par la passivité des spectateurs, plus préoccupés de faire bronzer toutes les parties de leur corps que de défendre le droit d’une femme à n’en exhiber qu’une partie.

Rappelons qu’un journaliste du temps d’Hitler avait écrit que les Juifs devraient être plus discrets. Et on ne peut pas reprocher aux Juifs de ne pas l’avoir été ; ils ont accepté beaucoup jusqu’à la solution finale et ceux qui alors ont dit que la chasse aux Juifs était une diversion par rapport à la lutte contre le chômage sont en partie complice de leur extermination.

On reparle aujourd’hui en France de la peine de mort, de prisons à la Guantanamo, d’un Patriot Act à l’américaine et l’épisode burkini n’est pas une diversion mais bien une préparation systématique de la population à accepter l’inacceptable.

C’est pour cela que nous sommes ici.

Nous sommes aussi ici en tant que femmes qui nous sommes battues pour le droit de porter ou non des pantalons, de porter ou non la minijupe ou le bikini, parce que nous en avons assez qu’une société toujours aussi masculine édicte des lois, des règles morales, des règlements d’ordre intérieur pour décider quelle partie de notre corps nous les femmes sommes obligés de montrer ou de cacher. Notre pudeur nous appartient et personne n’en décidera à notre place, ni l’État, ni la police, ni les autorités administratives. Quant à nos hommes, nos maris, nos pères, nos frères, la question de savoir si nous acceptons ou non leurs ordres, leurs conseils, leurs désirs, c’est une affaire privée qui ne regarde que nous.

Femmes et hommes solidaires, nous nous battrons pour le respect et la justice, autant pour les familles de Caterpillar que pour les femmes persécutées de Nice, d’ici et d’ailleurs.

Nadine Rosa-Rosso

»» http://nadinerosarosso.blogspot.be/2016/09/burkini-et-caterpillar.html
URL de cet article 30837
  

Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Briser le mensonge du silence n’est pas une abstraction ésotérique mais une responsabilité urgente qui incombe à ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune. »

John Pilger

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.