RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ce qu’il en coûte d’être esclave

C’était hier au soir.

Je feuilletais mon Journal Militant d’Information Alternative avant de m’arrêter sur un article de fond qui démontre que « L’idée selon laquelle la Banque mondiale serait devenue une énorme bureaucratie progressivement affranchie de l’influence des États ne correspond pas à la réalité...[puisque] ...l’institution est fermement sous contrôle du gouvernement des États-Unis. »

La petite musique d’ambiance venait de la pièce à côté : d’abord une harangue du plus pur style jauressien, suivie d’un débat passionné avec des journalistes tantôt doucereux, tantôt sceptiques mais dans le fond toujours acharnés partisans du there is no alternative.

C’était hier au soir, et cela provenait de la chapelle mélenchonienne de ma compagne : à chacun son ordinateur.

C’était ce matin.

Je suis allé chercher ma dose de poison hebdomadaire dans la petite station thermale à côté de chez moi, comme il en existe des centaines en France, croyant pouvoir y respirer un peu de bon air. Le buraliste me connaît, il va tirer de son arrière-boutique la cartouche assassine qu’il met de côté. Directement quand il me voit me garer devant chez lui, à moins qu’il ne finisse de servir quelqu’un. Ce qui était le cas ce matin. Et le client en question clôturait ses achats par un billet de loto à deux euros, avec l’exigence habituelle qu’il soit gagnant, garantie en retour par le commerçant. Un million d’euros arrangerait bien les fins de mois. Bref, la conversation s’engage sur le social que je résume ainsi : avec toutes les aides qu’il reçoivent les gens n’ont pas intérêt à travailler, d’ailleurs le minimum vieillesse leur garantit des jours heureux.

C’est la version actualisée des paroles de Jean Ferrat qui vécut et mourut non loin d’ici : « Leur vie ils seront flics ou fonctionnaires/ De quoi attendre sans s’en faire /Que l’heure de la retraite sonne... »

À mon tour. Le brave homme qui connaît ses curistes va chercher le remède et s’épanche un peu en me glissant le petit cadeau qu’il n’a pas le droit de me faire sous peine d’être durement sanctionné par le fisc. La saison n’a pas été bonne, mais l’été arrive peut-être... enfin. Alors je lui tends une perche : ce n’est sans doute pas le temps qu’il a fait qu’il faut seulement incriminer ; points de suspension. Ah ! Pensez un peu, avec les trente-cinq heures ils ne font que partir en vacances, tous ces allers et retours font des frais de voyage, ils ne peuvent plus.

Comme je ne suis pas Jean-Luc Mélenchon pour lui répliquer, je reste la bouche coite, approuve mollement , le remercie et m’en vais retourner à mon journal pour lire le dernier article paru : « Le révolutionnaire a-t-il droit au désespoir ? Au découragement passager : oui. Mais il doit vite se ressaisir... »

Il paraît que nous vivons au pays de Descartes.

Dernière minute : j’ai donné à relire pour l’orthographe. Seul commentaire : Eh bien, mon pauvre vieux, ce matin tu as eu ta dose !

URL de cet article 26813
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’un des plus gros mensonges officiels de notre temps est que les États-Unis et le Royaume-Uni sont en guerre contre l’islam radical. De l’Afghanistan à l’Arabie Saoudite en passant par la Syrie et la Libye, les extrémistes islamiques ont été pendant des décennies un allié vital dans leur véritable guerre : contre l’indépendance, l’unité panarabe et la souveraineté économique au Moyen-Orient.

Matt Kennard

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.