RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Grèce : Les Rêveries du promeneur solidaire

Chaque État membre est déjà obligé de soumettre à Bruxelles son projet de budget avant son examen par le Parlement national. Il s'agit maintenant (écoutez l'hypocrite Président de la République française) de centraliser le pouvoir européen pour vaincre les résistances des peuples ... C’est l’irruption de Syriza et la peur de la contagion qui ont poussé les dirigeants européens à relancer ce débat. Seuls les moyens institutionnels manquent encore pour faire passer ce projet de traité. À leurs méninges !

Ce qui donne le temps de réfléchir un peu sur les évènements en cours.

Le remboursement d’une dette nationale signerait l’arrêt de mort du créancier. La dette nationale n’a pas à être remboursée, sauf à ses marges pendant qu’elle continue à croître.

La dette est un instrument de ponction du capital financier sur le produit du travail et le patrimoine de la Nation.

La créance est un capital argent qui, s’il était remis aux mains du créancier, révèlerait sa nature virtuelle et ne saurait où s’employer.

La dette française, dont le versement des intérêts constituent le premier poste budgétaire de la Nation, il ne faut jamais l’oublier, est exactement de même nature que celle de la Grèce.

Seules les proportions par rapport aux moyens de l’État diffèrent.

En Grèce ces proportions sont telles qu’elles font assister au passage dialectique de la quantité à la qualité : elles entraînent la mise en évidence de la perte de sa souveraineté nationale et sa soumission aux exigences des capitaux français et allemands qui détiennent la faculté de la pousser à la ruine complète.

L’exigence de Syriza de la restructuration de la dette est donc bien la seule voie possible.

Avec les nouveaux prêts qui lui sont accordés la Grèce espère tenir jusqu’à cette échéance, celle de la restructuration.

Restructuration promise qui, si elle était respectée, ce qui n’est rien moins que certain compte tenu des expériences passées sur la crédibilité de la parole des créanciers, lui permettrait de voir le bout du tunnel.

C’est tout ce que le référendum a permis à la Grèce d’obtenir dans sa convocation devant ses créanciers : des prêts pour tenir dans l’immédiat et une promesse de restructuration. C’est tout, mais ce n’est pas rien.

L’avenir dépend maintenant essentiellement de conditions extérieures à la Grèce.

En dehors de circonstances ultérieures imprévisibles, telles qu’une crise du système tout entier, cet avenir dépend maintenant de la pression que les forces solidaires, celle des peuples, seront capables d’exercer sur leurs propres dirigeants face au fléau actuel de l’endettement des États, le principal outil de leur soumission volontaire au capital financier.

URL de cet article 29071
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Pour une critique de la marchandisation
André Prone
Où va-t-on ? Chacun d’entre nous est en mesure d’observer les dérèglements biosphériques, économiques, politiques et sociétaux qui affectent le système-monde aujourd’hui. Mais au-delà du constat, quelles en sont les causes et comment agir pour en stopper le cours ? C’est ce à quoi tente de répondre ce livre. Il le fait avec la ferme conviction que rien n’est impossible et que tout dépend de nous. Analyser les dérives sociétales, thérapeutiques et environnementales générées par la marchandisation mondiale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans la souffrance, la crise à Haiti offre des opportunités aux Etats-Unis. A part fournir une aide humanitaire immédiate, la réaction des Etats-Unis au séisme tragique à Haiti offre des opportunités pour remodeler le gouvernement d’Haiti depuis lontemps en dysfonctionnement ainsi que son économie afin d’améliorer l’image des Etats-Unis dans la région.

Publié sur le site de Heritage Foundation,
janvier 2010
Quelques jours après le séisme à Haiti.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.