RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 

Les deux voies possibles où engagerait la sortie de l’euro.

« Jusqu’à quand allez-vous plaider des vieilles lunes qui condamnent chaque jour un peu plus l’idée européenne dans la tête de millions d’Européens plutôt que de regarder vers l’avenir d’une nécessaire refondation démocratique et sociale en Europe ? » Pierre Laurent s'adressant à Laurent Joffrin.

Où l’on va voir ce que provoque la politique européenne du Parti socialiste.

La ministre déléguée aux Affaires européennes du gouvernement grec, élue Syriza de Patras, Sia Anagnostopoulou déclarait récemment dans un entretien avec le quotidien l’Humanité :

... la lutte [des Grecs] doit être dans l’Union européenne, pas en dehors. La gauche doit mener la bataille là où elle se passe, pas ailleurs ! ... [elle] doit se mener avec les Allemands, avec les Français, avec les Espagnols, les Portugais ou les Italiens, avec les Finlandais qui manifestaient samedi contre l’austérité, avec les Britanniques qui s’intéressent à ce que dit Jeremy Corbyn dans la campagne pour la tête du Labour... si nous, les Grecs, sommes parvenus à faire une petite rupture dans l’Union européenne et à montrer le vrai problème, il faut que la gauche européenne prenne la relève. Toute la mobilisation doit se porter désormais sur la dette ; on doit européaniser cette question de la dette grecque. La dette est une affaire européenne et pas seulement grecque.

C’est également la position du PCF en ce qui concerne la Grèce, et la France d’ailleurs, et je l’approuve.

À celle et ceux qui marchent en chantant : « sortir de l’euro, sortir de l’Europe », j’explique ceci.

- Les choses sont si simples !

« Sortir de l’Europe », ou sa variante adoucie « sortir de l’euro », suppose enlever le pouvoir aux classes qui l’ont construite et qui la font marcher. N’est-ce pas ?

Enlever le pouvoir à ces classes ne signifie-t-il pas à son tour être avoir des représentants de forces populaires non seulement capables de réaliser ce tour de force, mais ensuite d’administrer le pays contre les premières ? C’est ce qui s’appelle la révolution.

Et arrivé à ce point, qui prend la situation en charge sinon le *** (je gomme le sigle de ce groupuscule « révolutionnaire » par égard pour lui) avec ses sympathisants issus des classes populaires brandissant les nouvelles banderoles : « sortir du capitalisme » sous le nez des classes moyennes ébahies ?

Sinon, si c’est pour tout laisser en place, le travail pour les mêmes et les profits pour les autres, à quoi sert donc de « sortir de l’euro » ?

- Vous n’apportez aucun argument, réplique le ***, vous êtes hautain et plein de mépris pour le militant dévoué que vous cherchez à décourager ; mais vous n’y parviendrez pas.

Et il se lance à nouveau dans le poème de la « sortie de l’euro » comme s’il n’avait rien entendu, puisque c’est « la seule solution ».

- Je ne cherche ni à « avoir raison », ni à « vous convaincre » mais, en éclaircissant mes idées permettre, peut-être à chacun d’avancer dans les siennes. Cependant, c’est bien vous qui n’avez aucun argument autre que sentimental quand je démontre que la démarche révolutionnaire qui s’ignore est absurde.

Prendre, ou faire prendre par d’autres si l’on n’y croit pas soi-même, les vessies de la sortie de l’euro pour des lanternes n’est pas à encourager.

Et c’est singulièrement manquer de confiance dans l’esprit populaire et militant de ne compter pour rien la parole de Sia Anagnostopoulou ou prendre (paradoxalement pour celui qui prône la révolution en le cachant aux autres ou plutôt qui lui-même n’a pas compris ce qu’il dit) comme un appel à ne rien faire ce qu’elle déclare :

[...] la lutte doit être dans l’Union européenne, pas en dehors. La gauche doit mener la bataille là où elle se passe, pas ailleurs ! [...] il faut que la gauche européenne prenne la relève[...]

Je me refusais à présenter un autre aspect du problème, puisqu’il s’était déjà mis de manière évidente dans un état psychique d’auto persuasion tel qu’il ne lui permet plus d’entendre et de dire autre chose que « sortir de l’euro »... mais la circonstance y oblige.

Cette agitation ne favorise qu’une formation politique organisée : le Front national.

Car au moment de voter ceux qui auront été bien travaillé par ces slogans débiles ne verront qu’une chose sur la profession de foi : « sortir de l’euro ».

Un des maîtres à penser de la sortie de l’euro, J. Sapir lui même leur ouvre la voie et leur facilite le chemin à suivre.

Jacques Sapir : « On ne peut plus nier que le FN ait changé » Libération‎ - Il y a 3 jours.

Malaise à gauche après les œillades de Jacques Sapir au FN Le Monde‎ - Il y a 2 jours
Jacques Sapir : "A terme, la question de la participation du Front national sera posée" / France Inter

- Cet argument n’est pas très recevable.

- Disons que ce n’est pas un argument mais un fait dans le cas Jacques Sapir et que vous ne le recevez pas très bien, mais que Frédéric Lordon qui pourtant est loin d’être opposé à « la sortie » a décelé jusqu’où où mène la monomanie de la « sortie de l’euro » chez Sapir : à trouver que « le Front national a changé » et autres salades du même acabit. Si cet « intellectuel de gauche » fait le pas à cause de cette idée fixe qu’est-ce qui empêchera le quidam de faire le même, pour un « vote utile » le moment venu ?

Il est hélas ! nécessaire de revenir sur l’imbécillité politique profonde qui est à la base de cette soi-disant question ; sortir de l’euro en laissant la finance à ses affaires.
Je l’ai déjà fait plus haut pour le cas contraire : celui où la propriété capitaliste serait contrainte de les abandonner.

Ce qu’il faut surtout, c’est que la gauche sorte la France de l’hégémonie néolibérale.

URL de cet article 29151
  

Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.