RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
37 

Le capital est un rapport social de la production

L'économie politique contemporaine met au cœur de sa réflexion le fait que toute dépense susceptible d'améliorer le niveau de formation d'un individu augmente sa productivité, et par conséquent ses revenus futurs, d'où le nom de « capital humain » attribué à cet individu.

Il est inutile de perdre son temps à discuter cette mièvrerie individualiste du néo-libéralisme (voir par exemple : [http://ses.ens-lyon.fr/les-fondements-theoriques-du-concept-de-capital...]) à laquelle s’applique parfaitement cette notation de Marx ( [ https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-III/kmcap3_47.htm]) :
« En réalité l’économie vulgaire ne fait qu’interpréter, systématiser et justifier doctrinalement les conceptions bourgeoises des agents de la production. Il n’y a donc rien d’étonnant [...] à ce qu’elle trouve ces rapports d’autant plus compréhensibles qu’elle en saisit moins la connexion intime et que la conception vulgaire les admet plus facilement. »

Et il vaut donc mieux tenter de donner à la place de « la conception bourgeoise » le sens positif qu’elle recèle à son insu ; car du point de vue de l’entreprise et toute connotation morale écartée, la notion de « capital humain » est plutôt intéressante.

L’entreprise capitaliste répond à des besoins : produire un bien utile, sinon il ne s’écoulera pas sur le marché, et simultanément produire de la valeur qui, une fois réalisée sur le marché, sera répartie sur différents postes.

La notion de « capital humain » amène à considérer de façon globale la force de travail collective organisée sur le plan technique et de manière hiérarchique au sein de l’entreprise.

- Pour le côté « humain » de l’affaire, le « capital humain » va de l’ouvrier d’entretien au directeur en passant par le personnel administratif, les ouvriers employés à la production, les techniciens et les ingénieurs.

- Pour son côté « capital », ce travailleur collectif est placé pendant sa journée de travail dans le « capital mort » constitué par les biens matériels nécessaires à la production.

Il le ressuscite par son travail, incorpore derechef cette valeur qui est dormante d’un sommeil qui semblait éternel à la marchandise, à laquelle il ajoute ainsi une nouvelle valeur.

Vient alors la répartition de la valeur totale ainsi obtenue.

- Le capital constant (celui qui semblait mort) est récupéré, soit en gros : amortissement, entretien et développement nécessaires au maintien du sommeil apparent des choses.

- Les « revenus » soit :

1) La ponction du « profit » capitaliste, c’est-à-dire celui des actionnaires.

2) Le salaire perçu par travailleur collectif et désigné sous le nom de « masse salariale ».

Ce salaire est ensuite attribué individuellement suivant la « grille des salaires » de l’entreprise, mais le montant du salaire individuel s’établit en fait préalablement à l’embauche sur le « marché du travail ».

Pour ce détournement de sens, faut-il maintenant présenter des excuses aux doctes tenants du « capital humain » considéré sous son angle vulgaire et néo-libéral ?

Remerciements au Grand Soir : Chronique de mots pervers : le "capital humain"

URL de cet article 29116
  

Même Thème
Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.