Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

18 

Ces Européens en révolte - (The New York Times)

Les Français se révoltent. Les Grecs, eux aussi. Et il serait temps !

Ces deux pays ont tenu des élections ce dimanche qui ont été en fait des référendums sur la stratégie actuelle de l’économie européenne, et dans les deux pays les électeurs ont tourné le pouce vers le bas. Il est loin d’être clair de savoir dans combien de temps ces scrutins vont entraîner des changements dans la politique réelle, mais le temps est clairement compté pour la stratégie de récupération par l’austérité - et c’est une bonne chose !

Inutile de dire, que ce n’est pas ce que vous avez entendu des suspects habituels à l’approche des élections. Il était en fait un peu drôle de voir les apôtres de l’orthodoxie qui tentaient de dépeindre un François Hollande prudent et placide comme une figure menaçante. Il est "assez dangereux", a déclaré The Economist, qui a observé qu’il "croit vraiment en la nécessité de créer une société plus juste." Quelle horreur !

Ce qui est vrai c’est que la victoire de M. Hollande signifie la fin de "Merkozy" - l’axe franco-allemand - qui a imposé le régime d’austérité de ces deux dernières années. C’aurait été un développement "dangereux" si cette stratégie avait fonctionné, ou même avait eu une chance raisonnable de fonctionner. Mais ce n’est pas le cas, cela ne marche pas ; il est temps de passer à autre chose. Il s’avère que les électeurs européens sont plus sages que leurs meilleurs et plus brillants homologues du continent nord-américain.

Qu’est-ce qui ne va pas dans la prescription de réductions de dépenses comme remède aux maux de l’Europe ? Une réponse en est que la fée de la confiance n’existe pas - ce qui signifie que les affirmations selon lesquelles sabrer dans les dépenses du gouvernement serait en quelque sorte encourager les consommateurs et les entreprises à dépenser plus, ont été massivement réfutées par l’expérience des deux dernières années. Une réduction des dépenses dans une économie déprimée conduit donc juste à approfondir la dépression.

En outre, il semble y avoir peu ou pas de gain en retour de la douleur. Prenons le cas de l’Irlande, qui a été un bon soldat dans cette crise, en imposant une austérité de plus en plus sévère dans une tentative de regagner la faveur des marchés obligataires. Selon l’orthodoxie dominante, cela aurait dû fonctionner. En fait, la volonté de croire est si forte que les membres de l’élite politique de l’Europe continuent à proclamer que l’austérité irlandaise aurait en effet fonctionné, que l’économie irlandaise aurait commencé à se redresser.

Mais ce n’est pas le cas. Et même si vous ne le saurez jamais d’une grande partie de la couverture de presse, les coûts d’emprunt irlandais restent beaucoup plus élevés que ceux de l’Espagne ou de l’Italie, sans parler de l’Allemagne. Alors quelles sont les alternatives ?

Une réponse - une réponse qui est plus logique et que presque personne en Europe n’est prêt à admettre - serait de démanteler l’euro, la monnaie commune de l’Europe. L’Europe ne serait pas dans ce pétrin si la Grèce avait encore sa drachme, l’Espagne sa peseta, l’Irlande sa livre, et ainsi de suite, parce que la Grèce et l’Espagne auraient ce qu’ils n’ont pas aujourd’hui : un moyen rapide de restaurer leur compétitivité de coûts de production et stimuler leurs exportations, à savoir la dévaluation.

Comme un contrepoint à l’histoire triste de l’Irlande, considérons le cas de l’Islande, qui a été le point zéro d’impact de la crise financière, mais a été en mesure d’y répondre en dévaluant sa monnaie, la couronne (et a également eu le courage de laisser ses banques s’écrouler et faire faillite sous leurs dettes.). Effectivement, l’Islande connaît une reprise que l’Irlande était censée avoir, mais n’a pas eu.

Pourtant, démanteler l’euro serait très perturbateur, et représenterait aussi une lourde défaite pour le "projet européen", l’effort à long terme pour promouvoir la paix et la démocratie à travers une intégration plus étroite. Existe-t-il un autre moyen ? Oui, il y en a un - et les Allemands ont montré à quel point cette voie peut fonctionner. Malheureusement, ils ne comprennent pas les leçons de leur propre expérience.

Parlez à des leaders d’opinion allemands de la crise de l’euro, et ils aimeront à souligner que leur propre économie était dans le marasme dans les premières années de la dernière décennie, mais a réussi à récupérer. Ce qu’ils n’aiment pas reconnaître, c’est que cette reprise a été tirée par l’émergence d’un immense surplus du commerce allemand vis-à -vis des autres pays européens - en particulier, vis-à -vis des nations actuellement en crise - qui ont été en plein essor, et ont expérimenté une inflation au-dessus de la normale, grâce à des taux d’intérêt faibles. Les pays en crise en Europe pourraient être en mesure d’imiter le succès de l’Allemagne s’ils faisaient face à un environnement favorable comparable - c’est à dire si cette fois c’était le reste de l’Europe, en particulier l’Allemagne, qui expérimentait un peu d’essor inflationniste.

Donc, l’expérience de l’Allemagne n’est pas, comme les Allemands l’imaginent, un argument en faveur d’une austérité unilatérale dans le sud de l’Europe, c’est un argument pour une plus grande politique expansionniste ailleurs, et en particulier pour que la Banque centrale européenne renonce à son obsession de l’inflation et se concentre sur la croissance.

Les Allemands, cela va sans dire, n’aiment pas cette conclusion, ni la direction de la banque centrale européenne. Ils vont s’accrocher à leurs fantasmes d’une prospérité dans la douleur, et vont persister à clamer que poursuivre leur stratégie qui a échoué serait la seule chose responsable à faire. Mais il semble qu’ils n’auront plus le soutien inconditionnel de l’Élysée. Et que - croyez-le ou pas - cela signifie que l’euro et le projet européen ont désormais une meilleure chance de survivre qu’ils n’en avaient il y a quelques jours.

Paul Krugman, le 6 mai 2012.

Source : Those Revolting Europeans - Paul Krugman

URL de cet article 16628
   
Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les moyens de défense contre un danger extérieur deviennent historiquement les instruments d’une tyrannie intérieure.

James Madison
4ème président des Etats-Unis, 1751-1836


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.