Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Chili : Les défis politiques du gouvernement de la Nouvelle Majorité

La Nouvelle Majorité (NM), coalition de centre gauche composée du Parti Démocrate Chrétien (PDC), du Parti Pour la Démocratie (PPD), du Parti Socialiste (PS), du Parti Radical Social Démocrate (PRSD), du Parti Communiste du Chili (PCCh), du Mouvement vers le Socialisme (MAS) et de la Gauche Citoyenne (IC), a gagné l’élection présidentielle le 15 décembre dernier.

Le programme de la coalition a pour dessein d’en terminer avec la transition vers la démocratie et d’en finir avec les aspects les plus pesants de l’héritage de Pinochet, notamment en remplaçant la constitution de 1980. Même si les projets de réformes n’ont, en soi, rien d’une révolution, comme l’a signalé l’avocat Eduardo Contreras de passage à Paris, la création de la NM n’a pas laissé les secteurs réactionnaires indifférents. Les manœuvres pour empêcher la coalition d’aboutir ont été nombreuses et nous pensons qu’elles sont loin d’être complètement épuisées.

Alors que la NM était en train de se constituer, deux personnalités sont venues au Chili pour obtenir des appuis politiques. La fille du dissident cubain Oswaldo Payá, invitée par la DC, est venue demander de l’aide au gouvernement chilien pour une enquête sur le décès de son père [1]. Plus tard, le malheureux candidat à la présidence vénézuelienne, Henrique Capriles, a souhaité, sans succès, s’entretenir avec la candidate Bachelet [2]. Ces deux visiteurs, connus pour leurs liens avec les USA, ont sans trop de mal déclenché des polémiques entre la DC et d’autres partis de la NM, notamment les communistes. En effet on connaît les désaccords qui existent entre les partis de la NM par rapport à certains gouvernements progressistes d’Amérique Latine.

La droite locale ne s’est pas non plus privée d’intervenir. Elle a vigoureusement dénoncé l’appui apporté à la candidate Bachelet par les communistes qu’elle accuse d’être partisans « de la voie chaviste », ce qui constitue un péché majeur pour les idéologues du néo-libéralisme [3]. En effet, ceux-ci sont bien conscients que le danger le plus grave et sérieux pour le système néo-libéral chilien est la constitution d’une alliance politique large, dotée d’un programme réaliste destiné à démonter les bases de l’œuvre du dictateur Pinochet.

Et à l’intérieur même de la NM cette fois, ce sont les démocrates-chrétiens qui ont tenté l’opération, en reprochant au PCCh sa politique de lutte frontale, y compris armée, contre la dictature [4] et sa permanente solidarité avec la révolution cubaine. De même, ils se sont déclarés inquiets de la forte implantation du PCCh dans les mouvements sociaux en soulignant qu’une telle implication rendait impossible sa participation à un gouvernement [5].

Toutes ces manœuvres n’ont pas réussi à empêcher la constitution de la coalition qui a donc présenté sa candidate, mais elles se poursuivent néanmoins.

L’ultime tentative ne date que de quelques jours, lorsque Gutemberg Martínez, ex-responsable du Parti Démocrate Chrétien, a déclaré que « ce serait une erreur » de la Présidente Michelle Bachelet si elle incluait des ministres communistes dans son gouvernement [6]. Ses propos ont, par la suite, été relayés par Ricardo Israel, ex-candidat au poste de Président pour le Parti Régionaliste (PRI) qui obtint 0,57% des voix [7]. Celui-ci est même allé plus loin en préconisant la création d’une Fédération des Partis du Centre, composée de Rénovation Nationale (RN), de la DC et du PRI, ce qui aurait comme résultat l’éclatement de la coalition de centre gauche.

Ces dernières démarches ont reçu une avalanche de critiques des responsables de la NM, y compris de la propre DC [8]. Michelle Bachelet, quant à elle, a tenu à clarifier la situation en déclarant que la composition des futurs cabinets ministériels relevait « de la compétence exclusive de la présidente » [9]. Cette précision n’est ni inutile, ni, comme le prétendent certains analystes, « préoccupante » [10]. En effet, lors de son précédent mandat, le pouvoir décisionnel revenait à M. Velasco, son ministre du budget, lequel non seulement fixait la priorité, pour des raisons budgétaires, des mesures politiques mais en définissait aussi la pertinence [11]. Ce ne sera désormais plus le cas et le programme de la NM sera vraisemblablement respecté, n’en déplaise à certains.

En conséquence, une des tâches qui attend le nouveau gouvernement nous semble être la lutte contre le néo-libéralisme qui a aussi ses partisans à l’intérieur de la majorité.

Mais, il en existe une autre, celle de convaincre un secteur politique qui pour l’instant doute de sa volonté politique de changement, celui de l’extrême gauche. Dès le pacte électoral entre l’ancienne Concertation et le PCCh pour les municipales d’octobre 2012, les représentants de la gauche « révolutionnaire » avaient dénoncé la « trahison » des communistes et voulu se positionner comme avant-garde du mouvement politique et social. Le principal reproche qu’ils adressent aujourd’hui à la NM, qu’ils s’entêtent d’ailleurs à appeler Concertation [12], est que cette alliance va appliquer, malgré ses promesses, une politique néo-libérale. Et pour justifier ce rejet ils ne cessent de rappeler la politique de l’ancienne Concertation, en particulier sous le mandat de Michelle Bachelet, occultant que les partis qui composent la NM ne sont pas les mêmes que ceux de la coalition précédente. Dans l’histoire du Chili, on a vu que de nouvelles conditions politiques pouvaient favoriser des changements de position, ce que l’extrême gauche refuse de croire. Si on l’écoutait, il serait impossible d’expliquer comment certains des plus proches collaborateurs d’Allende avaient, en 1952, soutenu l’élection du général Carlos Ibañez del Campo, ex-dictateur des années 27-31 [13].

Pour conclure, nous pensons que la mise en œuvre concrète des mesures contenues dans le programme de la NM, prévues pour être appliquées dès la première année du mandat [14], serait un bon antidote contre l’indifférence citoyenne à la politique.

Aujourd’hui les attentes sont énormes, y compris chez ceux qui jusqu’ici s’étaient auto-exclus et qui persistent à ne pas reconnaître la portée de cette élection. On peut même imaginer que la disparition de la constitution pinochetiste ouvrira des perspectives de luttes, auxquelles seront certainement tentés de se joindre de nombreux chiliens pour, à terme, terrasser le néo-libéralisme.

J.C. Cartagena et N. Briatte

[5Walker critique la position communiste : un pied dans la rue et l’autre au gouvernement

[8De tous côtés sont attaquées les déclarations dépassées de Gutemberg Martínez
Quintana pour l’incorporation du PC au gouvernement de Bachelet : « J’ai toujours été du côté de la démocratie »
Zaldívar dédramatise les déclarations de Gutemberg Martínez et dit que l’essentiel du PC et de la DC est d’« être loyal avec le prochain gouvernement »

[9Bachelet établit les règles et répond à Gutemberg Martínez : “Ce sera moi qui définirai mon futur cabinet”

[11Bachelet a mis en avant la politique économique anti cyclique appliquée par Velasco, centrée sur l’épargne dans les temps d’abondance pour dépenser en périodes de restriction économique.
Reportages Andrés Velasco :
Todos los ojos sobre el “niño maravilla” : Passer de ministre à politique n’est pas facile non plus. Même si l’on peut penser que le ministère du Budget est un ministère plutôt technique [,,,] il ne l’est qu’en apparence car la variable politique conditionne chacun des projets générés.
Improbable héros : Lorsqu’elle a dévoilé qu’elle lui demandait régulièrement pourquoi on ne pouvait pas dépenser plus, Bachelet a insinué qu’elle voulait dépenser, mais que son ministre ne le permettait pas.

[13Parti Socialiste Populaire (Chili) : Parmi les principaux collaborateurs de Ibañez on trouve Oscar Schnake et Clodomiro Almeyda, entre autres, qui eurent des responsabilités ministérielles.


URL de cet article 23779
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863.


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.