RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Clinton ouvre un nouveau front avec le Mexique

Clinton ouvre un nouveau front avec le Mexique par David Brooks

« Au Mexique l’ « insurrection » des cartels augmente »

La secrétaire d’État Hilary Clinton a déclaré aujourd’hui qu’au Mexique la menace du trafic de stupéfiants se transforme en quelque chose de semblable à une « insurrection », dans laquelle les chefs « contrôlent certaines parties du pays », ce qui fait que celui-ci ressemble de plus en plus à la Colombie d’il y a 20 ans.

« Nous sommes confrontés - a-t-elle considéré - à la menace croissante d’un réseau bien organisé, une menace du trafic de stupéfiants, qui dans certains cas, se transforme en, ou fait cause commune avec, ce que nous considérerions une insurrection au Mexique et en Amérique Centrale. »

En réponse à la question de comment mettre en place les stratégies antidrogue dans l’hémisphère - lors d’ un forum où elle a présenté un discours sur la politique extérieure du gouvernement de Barack Obama, qui a lieu au siège à Washington du Conseil des Relations extérieures - Clinton a réitéré son admiration pour le « courage » et l’engagement du président Felipe Calderon, et elle a insisté dans ce que les États-Unis assistent le Mexique afin d’ améliorer sa sécurité publique, son travail d’intelligence et sa capacité à arrêter et à enquêter sur les narcotrafiquants.

Mais en même temps elle a souligné que « ces cartels de la drogue démontrent de plus en plus d’indices d’insurrection. Tout d’un coup apparaissent des voitures-bombe, qui n’existaient pas avant », a-t-elle répondu à Carla Hills, qui fut la représentante du Commerce des États-Unis et une des principales négociatrices du Traité du Libre Commerce de l’Amérique du Nord.

« Alors cela revient, on voit de plus et plus comme dans la Colombie depuis 20 ans, où les narcotrafiquants contrôlent certaines parties du pays, mais pas des parties significatives », a-t-elle corrigé, après avoir rappelé que forces des insurgés sont arrivées à dominer 40 pour cent du pays sudaméricain.

Dans sa vaste réponse, Clinton a dit que, pour affronter ce problème, on a besoin d’une capacité institutionnelle et d’une sécurité publique améliorée, et, « où cela est adapté, d’un appui militaire pour cette sécurité publique », avec une volonté politique. Elle a insisté sur que le fait que Mexique « a la capacité », et bien que les autorités du pays désirent faire le plus qu’elles peuvent par elles mêmes, elles sont « très disposées à accepter des conseils ».

Elle a remarqué que les nations de l’Amérique Centrale n’ont pas cette capacité, et elle a assuré que les États-Unis répondent aux appels, comme celui de la nouvelle présidente du Costa Rica, pour développer « ce que nous avons en Amérique Centrale ».

Elle a ajouté : « nous avons besoin de penser quels sont les équivalents » du Plan Colombie pour le Mexique, l’Amérique Centrale et les Caraïbes.

Elle a reconnu que le plan pour le pays sudaméricain « a été contestable ; je viens de passer par la Colombie, et il y avait des problèmes et il y a eu des erreurs, mais cela a fonctionné ».

De nouveau elle a reconnu que les drogues sont consommées aux États-Unis et que les armes s’écoulent vers le sud, affirmant : « j’ai une sensation réelle de responsabilité pour faire tout ce que nous pourrons ».

Apparemment Clinton a oublié la controverse que le gouvernement d’Obama a provoquée au début de 2009, quand un rapport du Pentagone a souligné que le Mexique était en danger de devenir un « État failli », et d’autres voix officielles à Washington ont exprimé leur préoccupation sur le fait que le gouvernement mexicain avait perdu le contrôle effectif de parties de son territoire.

« Dire que le Mexique est un État failli est absolument faux... Il n’a perdu aucune partie, pas une seule part, du territoire », a affirmé Calderon dans un entretien avec l’agence AP en février 2009, dans la réponse à ces évaluations du gouvernement étasunien, message qu’il a répété aux médias internationaux tandis que son gouvernement transmettait sa contrariété pour ces qualificatifs à ses nouveaux interlocuteurs à la Maison Blanche et au Département de l’État.

Le sous secrétaire d’État pour les sujets internationaux sur les narcotiques, en février de l’année dernière, David Johnson a du affirmer qu’il ne partageait pas les commentaires de quelques fonctionnaires étasuniens sur le fait que le gouvernement mexicain n’avait pas le contrôle effectif de certaines parties du territoire national.

Peu après, lors de sa première visite au Mexique, en mars de l’année dernière, Clinton a essayé de s’éloigner de ceux qui affirmaient qu’il y avait un danger de perdre le contrôle de certaines parties du territoire.

Elle a souligné le concept de « responsabilité partagée » et a assuré que les deux gouvernements étaient confiants dans le succès de la lutte des antinarcotiques.

Aujourd’hui tout cela semble avoir été mis de coté, ou peut-être négligé. Mais oui, ses commentaires sur le sujet ne faisaient pas partie d’un discours préparé.

En fait, dans son vaste exposé, Mme Clinton n’a pas abondé sur le problème du trafic de stupéfiants, et elle a seulement mentionné le Mexique comme faisant partie d’une liste de pays alliés, sans insister sur la relation bilatérale, et l’Amérique Latine était presque absente ( avec quelques mentions sur le Brésil) dans son discours la politique extérieure du gouvernement d’Obama.

Ou alors, sans cette question, Clinton n’aurait touché ces sujets qu’après avoir offert le panorama international et les défis pour les États-Unis. Plutôt, elle a souligné le Moyen-Orient, les relations avec l’Inde, les conflits avec l’Iran et la Corée du Nord, la crise au Soudan, entre d’autres, en remarquant les avances de la diplomatie étasunienne durant dernières deux années.

Son discours s’est concentré sur comment les États-Unis maintiendront leur leadership dans un monde de plus en plus complexe. « Laissez moi le dire clairement : Les États-Unis peuvent, doivent et seront le leader de ce nouveau siècle. En fait, la complexité et les connexions du monde actuel ont octroyé un nouveau moment étasunien, un moment dans lequel notre leadership global est essentiel, même si nous devons fréquemment exercer le leadership d’une nouvelle façon … Ceci est un moment qui a doit être pris au prix d’un dur travail et avec des décisions audacieuses, pour établir les fondements d’un leadership étasunien perdurable pour les décennies futures ».

New York, le 8 septembre 2010.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi

La Jornada . Mexique, le 9 septembre 2010, p. 2

http://www.elcorreo.eu.org/?Alerte-Orange-Hillary-Clinton

URL de cet article 11439
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme.

Karl Marx

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.