RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

Comment Arrêt Sur Images baptise « interview » un rendez-vous à minuit dans l’obscurité d’un parking souterrain.

Vendredi 26 février 2020. Interview pour Arrêt sur Images (ASI) par Mme Elhia Pascal- Heilmann.
Depuis la veille, Elhia Pascal-Heilmann opposait un refus chafouin à ma demande du nom du journaliste avec qui elle devait rédiger l’article. J’en fus ainsi prévenu de la déloyauté probable de la suite. La lecture de quelques articles d’ASI sur le Xinjiang m’a convaincu qu’un guet-apens était ourdi. J’ai alors décidé de glisser un « six coups » dans mon holster, sous ma veste : l’enregistrement de l’interview.
Bien m’en a pris !

En effet, notre entretien était une sorte de rendez-vous à minuit dans l’obscurité d’un parking souterrain où le projet n’était pas de parler de la Chine, mais une séance de Vivas-bashing. Et en avant les rafales de questions-accusations ad hominem, violentes, ressassées, humiliantes, destinées à me punir pour être menteur, naïf ou stipendié [reductio ad hitlerum] !

Que reste-t-il de cette interview téléphonique de 35 mn ? Pas grand-chose.

Surtout des erreurs et/ou mensonges : voici ce que les journalistes d’ASI ont retenu (et qui est faux).

- j’ai écrit un second livre sur la Chine en 2015,
- j’ai fondé le site Le Grand Soir en 2002 (je l’ai rejoint en 2008),
- LGS publie des auteurs d’extrême-droite,
- j’ai caché que je ne parle pas le mandarin ni le ouïghour, (je le signale PP. 93 et 108 dans mon livre et j’en ai longuement parlé dans l’interview),
- je reprends in extenso la communication d’État à propos du Xinjiang,
- J’ai reconnu que j’ai « obtenu les bonnes grâces du régime »,
- j’ai dit que « Du Tibet au Xinjiang, tout va bien »,
- j’ai parlé « des gens heureux dans leur culte »,
- j’ai dit que « Les Ouïghours ont tout pour être heureux »

C’est aux duettistes d’ASI que La Bruyère pensait en fustigeant «  ces faussaires qui attribuent à d’autres des propos qu’ils n’ont pas tenus, qui les soumettent à la critique, qui « soutiennent qu’ils sont mauvais, et tout le monde convient qu’ils sont mauvais. ».

Quoi d’autre ? Ah oui ! mon âge est précisé, pas celui des 10 autres nommés dans l’article. Pourtant, j’en verrai passer certains au fil de l’eau quand je m’assiérai au bord du fleuve. Mais, bon, on devine la raison de la précision à moi réservée : un vioque, has been, gâteux. La cible n’est pas le livre, mais l’auteur. J’avais dit en décembre que cela se passerait comme ça.

Et un coup de pied des ânes à mon éditrice

Heilmann/Guémart, s’en prennent aussi à mon éditrice dont on saura d’elle (et rien d’autre) qu’elle « coédite un mensuel avec un éditeur du Parti communiste chinois »

Le duo Pitre et Contre-Pitre fait référence au mensuel Dialogue Chine-France, co-réalisé avec La Chine au Présent (appartenant au China International Publishing Group).

Le site de « La Route de la Soie  » est plus explicite : Dialogue Chine-France construit un pont entre les populations chinoise et française. Basée sur une double rédaction (l’une en Chine, l’autre en France), la revue pousse le dialogue et renforce ainsi les connaissances, la compréhension mutuelle. Elle met en évidence les échanges et les coopérations entre la France et la Chine dans divers domaines. Elle met l’accent sur les grands dossiers et les points essentiels de l’actualité internationale, sans oublier les avancées des relations bilatérales entre nos deux pays. Elle se fait l’écho des analyses et des opinions des experts et des leaders renommés.

Elle donne la parole à des diplomates, des chefs d’entreprise des chercheurs de l’IRIS...

Mais bien entendu, pour ne pas donner au lecteur la possibilité d’en savoir plus, et pour bien l’horrifier, ASI préfère s’en tenir à : « coédite un mensuel avec un éditeur du Parti communiste chinois »…

Les silences de Heilmann Double-Patte et de Loris Patachon

Sur les points forts de mon livre et de l’interview : Adrian Zenz, la NED, le rôle de la CIA, le WUC, les attentats, Al Qaida, les mosquées, la langue nationale, les photos truquées, etc., ils ne disent rien de ce que j’ai écrit ou dit.

Un joli gag  : Heilmann/ Guémart écrivent que lors de l’interview j’ai dénoncé «  les allégations de génocide et de trafic d’organes » et ils précisent : « soit les deux éléments les moins démontrés des informations en provenance du Xinjiang depuis deux ans, que n’utilise pas Amnesty International ».

Farpaitement, par Toutatis ! C’étaient donc des fake news ! Il va falloir dire à Libé d’arrêter avec ça et conseiller à Schneidermann (63 ans) de nettoyer les archives d’ASI.

A suivre : L’interview dont Arrêt Sur Images a préféré priver ses abonnées

Maxime VIVAS

URL de cet article 36953
  

Même Auteur
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"c’est un cliché de journaliste que de souligner le caractère futile de lancer des pierres contre des tanks. Faux. Il est certain qu’il s’agit là d’un acte symbolique, mais pas futile. Il faut beaucoup de courage pour affronter une monstre d’acier de 60 tonnes avec des pierres ; l’impuissance du lanceur de pierres à arreter le tank ne fait que souligner l’impuissance du tank à faire ce qu’il est censé faire : terroriser la population."

Gabriel Ash

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.