RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Comment va le rêve américain ?

"Pour celui qui a, il lui sera donné."

Comment va le rêve américain ? Mal, selon "le dirigeant le plus en vue de la banque mondiale" Jaime Dimon, PDG de la banque JP Morgan (Forbes, 7 avril) : "Personne ne peut prétendre que la promesse de l’égalité des chances est offerte à tous les Américains à travers notre éducation », dit Dimon, citant le fait que de nombreux lycées du centre-ville ne parviennent pas à obtenir la moitié de leur cohorte d’étudiants chaque année.

Il poursuit, dans son commentaire annuel sur l’état de la nation, en soulignant que près de 30% des travailleurs étasuniens gagnent moins de 15 dollars de l’heure – à peine un salaire familial suffisant, même avec deux adultes au travail.

Dimon est également très critique à l’égard des soins de santé aux États-Unis, dont les coûts ont fortement augmenté et dépassent désormais 11 000 dollars par personne et par an. C’est plus du double du coût des concurrents mondiaux. 30 millions de citoyens n’ont toujours pas d’assurance maladie, malgré la loi sur les soins abordables qui a été introduite il y a près de dix ans.

Les conséquences sont frappantes. L’espérance de vie a baissé, principalement dans les régions les plus pauvres et parmi les minorités. Le cancer, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies cardiaques sont endémiques, en grande partie, selon Dimon, par l’obésité. La dépression aussi.

70% des 17-24 ans sont inaptes au service militaire parce qu’ils sont obèses ou diabétiques, ou parce que leurs compétences en lecture et en écriture sont trop faibles. C’est encore plus élevé que les niveaux d’inaptitude britanniques avant la Première Guerre mondiale, lorsque 40 à 60% des recrues avaient été rejetées comme inaptes au service militaire (Journal of Contemporary History, avril 1980), une restriction levée en quelques mois. lorsque la chair à canon était rapidement consommée.

Dimon souligne également que l’inégalité des revenus s’est aggravée et qu’un tiers des Étatsuniens ne peuvent pas se permettre des réparations de voiture ou des frais médicaux imprévus, pour des sommes aussi faibles que 400 $.

Le chômage aux États-Unis est de 8,4 millions, mais les salaires des pauvres signifient que le travail n’augmente pas le niveau de vie de nombreuses personnes.

Ceci, en passant, vient de l’un des principaux capitalistes étasuniens, un PDG vétéran de Wall Street. Selon lui, « En termes simples, les besoins sociaux d’un trop grand nombre de nos citoyens ne sont pas satisfaits. Et, étonnamment, environ 25% des personnes ayant droit à divers types de programmes d’aide fédéraux n’obtiennent pas l’aide à laquelle elles ont droit. "

Il s’inquiète de la stabilité sociale, du maintien du système. Et il a le droit de s’inquiéter, même si on n’envisage que ce qui est visible.

`` Parce que si la pauvreté augmente, les bénéfices des grandes entreprises augmentent également. Les bénéfices de Goldman Sachs ont augmenté de 500% l’an dernier pour atteindre 6,8 milliards de dollars. Les bénéfices de Citibank ont ​​triplé au cours de la même période. Les bénéfices de Morgan Stanley ont augmenté de 150% au cours du seul premier trimestre de 2021. La propre banque de Dimon, JPMorgan Chase & Co, a annoncé une augmentation de 400% des bénéfices trimestriels.

Goldman a déclaré que les principaux moteurs de sa reprise étaient l’activité de fusion ainsi que les frais plus élevés pour la souscription de dettes ou les prêts à ceux qui empruntent pour investir. En d’autres termes, l’augmentation du taux de transactions parasitaires pendant la pandémie – les grandes entreprises engloutissant les plus petites dans une frénésie alimentaire – a alimenté la flambée des bénéfices de Goldman.

L’inégalité est fondamentale pour ce qui est de l’ordre mondial de l’impérialisme

Les gagnants et les perdants du capitalisme sont de plus en plus éloignés non seulement à l’intérieur des pays, mais entre les pays. Gita Gopinath, estime sur le blog du FMI (6 avril), que les pays pauvres perdront 5,7% de leur PIB annuel par habitant par rapport aux tendances de croissance avant la pandémie. Selon le blog financier étasunien Contention (15 avril 2021), les pays plus riches s’en tireront beaucoup plus facilement, ne perdant que 2,3% de leur trajectoire précédente, à la suite des verrouillages de Covid.
L’année dernière, le nombre de pauvres dans le monde – des personnes qui survivent avec moins de 2 dollars par jour – a augmenté de 131 millions de personnes pour atteindre 803 millions dans le monde, principalement en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne. Le FMI a averti que la crise inversera jusqu’à une décennie de réduction de « l’extrême pauvreté » dans le monde.

Le FMI investit 650 milliards de dollars en liquidités dans les pays les plus pauvres qui cherchent à refinancer leurs dettes. Mais ce montant n’aide guère lorsque 3 billions de dollars sont nécessaires pour aider à la reprise économique après la pandémie, selon une pétition lancée par des sociétés civiles mondiales, notamment ActionAid et la Jubilee Debt Campaign UK. L’injection de liquidités du FMI convaincra cependant les banques étrangères qu’elles récupéreront une partie de leur prêt.

Pendant ce temps, le G20 a refusé d’annuler la dette des pays pauvres, qui augmentait déjà avant même la pandémie. En outre, la reprise post-Covid en Occident aura pour effet de faire grimper les taux d’intérêt, ce qui entraînera à son tour des coûts d’emprunt plus élevés pour les pays endettés. Le dollar, renforcé par les liquidités étrangères attirées par la hausse des taux d’intérêt, devient encore plus cher, ce qui, en fait, augmentera encore l’endettement des pays les plus pauvres.

Alors que la reprise occidentale est tirée par un financement public massif – Biden a promis 2,25 billions de dollars pour stimuler l’économie des EU – une telle intervention de l’État est interdite aux pays en développement par le FMI et la Banque mondiale. Pour les pays débiteurs, c’est un régime d’austérité néolibérale continue comme prix pour avoir accès aux prêts. Leurs populations doivent faire face à la hausse de la TVA, qui frappe durement les plus pauvres, ainsi qu’à des réductions des dépenses publiques de santé et de retraite, selon Oxfam.

Alors que les pays occidentaux se remettent de la récession de Covid grâce à l’utilisation de contrôles des capitaux et de stimuli fiscaux massifs, selon l’économiste marxiste indien Prabhat Patnaik, pour les pays du tiers monde, il n’y a qu’une « austérité continue, de sorte qu’ils continuent d’être affligés par un chômage et des revenus massifs. compression »(News Click, 3 avril 2021).

Une telle inégalité est fondamentale pour l’ordre mondial impérialiste. Sous le capitalisme moderne, l’écart entre les pays riches et les pays pauvres se creuse au lieu de se réduire ; et, à l’intérieur des pays, les riches accumulent des richesses plus rapidement qu’à tout autre moment de l’histoire récente, tandis que les pauvres sont misérables.
Jaime Dimon, le banquier attentionné, qui vaut personnellement 1,7 milliard de dollars, se dit préoccupé par les excès du capitalisme (Guardian 21 janv., 2021). Mais le problème est systémique, au-delà de son contrôle, à condition qu’il veuille vraiment faire quelque chose à ce sujet.

Le capitalisme ne peut pas faire autrement que donner à ceux qui ont et prendre à ceux qui n’en ont pas : il repose sur le vol de la plus-value produite par les travailleurs. C’est un vol imposé par les pouvoirs coercitifs de l’État et renforcé par les médias. Pendant ce temps, dans les pays pauvres, l’impérialisme serre les « super » profits supplémentaires des travailleurs par la servitude pour dettes, la guerre, les coups d’État et les sanctions.
L’élimination de la pauvreté et des inégalités ne sera pas réalisée par les bonnes intentions des milliardaires. Sous le capitalisme, pour quiconque a, il lui sera donné.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1965470833603086
URL de cet article 37121
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.