RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Continental Sarreguemines : les dessous d’un référendum, par Frédéric Durand.








L’ Humanité, Sarreguemines (Moselle), envoyé spécial, 27 décembre 2007.


Retour sur une consultation organisée à la mi-décembre pour le retour aux 40 heures dans l’usine du fabricant de pneus, Continental, basée à Sarreguemines.



Malgré leur « oui massif » pour le « retour aux 40 heures », la satisfaction ne se lisait guère sur le visage des salariés qui se croisaient à l’entrée de l’usine de Sarreguemines ce vendredi 21 décembre. Il est 14 heures, l’équipe d’après-midi vient relever celle du matin qui a bravé un froid glacial pour être en poste dès l’aube. On n’a « pas trop aimé », ici, le tapage médiatique fait autour de la consultation interne qui s’est tenue du 16 au 18 décembre derniers. Lorsque l’on évoque le résultat, qui clignote fièrement sur le grand panneau d’affichage électronique dressé à l’entrée du site, « oui = 74 % », les réponses des salariés ne varient guère : « On ne pouvait pas faire autrement, on ne veut pas voir disparaître l’usine. »


« Pourquoi obliger les gens ? »

Armand, confectionneur dans l’entreprise depuis trente-cinq ans, est plus dubitatif : « Ca marchait très bien le volontariat, depuis que je suis ici on n’a jamais manqué de monde pour faire des heures supplémentaires, au contraire, alors pourquoi obliger les gens ? »

Une autre question vient naturellement à l’esprit : pourquoi les salariés ont-ils très majoritairement accepté de se soumettre à la proposition de la direction ? « C’est vrai qu’il y a eu pas mal de pression, on a eu un peu peur pour l’avenir », reconnaît Julien, un jeune ouvrier.

Gel des investissements et des embauches, suppression de la prime de groupe et, à terme, fermeture du site, la direction allemande de l’équipementier automobile avait avancé, il est vrai, quelques arguments de poids avant de consulter ses employés.

Mais pour obtenir un vote positif à son projet d’allongement de la durée du travail, elle est allée un peu plus loin : sept courriers, qui auraient pu être remis en main propre aux salariés, ont été envoyés au domicile conjugal. Cette intrusion volontaire dans la vie de familiale a donné les résultats attendus, déplaçant l’espace du débat du lieu de travail au foyer et multipliant du même coup les craintes et les doutes. « Nous n’avons pas mis en place des mesures qui auraient pu affecter le pouvoir d’achat. Si un accord sur le temps de travail n’est pas trouvé, il nous faudra mettre en place d’autres mesures pour réaliser les 2 millions d’économies demandés. » Extrait de l’une des missives, la mise au point avait le mérite de faire réfléchir les plus récalcitrants.

Craignant que cela ne suffise pas, la direction va procéder à l’installation d’écrans plasma dans tous les points stratégiques de l’usine pour diffuser en boucle ses arguments. Quel que soit le support, la structure du récit reste la même : après quelques congratulations partagées sur « le travail fait ensemble et la bonne santé de l’entreprise », on dévoile brusquement les risques qui planent et on pointe la responsabilité individuelle des employés sur le destin de l’entreprise.

La cerise sur un gâteau qu’on craignait encore trop indigeste fut l’édition d’un DVD de cinquante-deux minutes réalisé par la télé locale. Aux patrons de la maison mère allemande revient le premier rôle : le discours sous-titré de l’un deux, Bernhard Tricken, est sans appel : « C’est clair, si on ne va pas vers les quarante heures pour diminuer les coûts par rapport aux usines de l’Europe de l’Ouest, on stoppera les investissements. » Le commentaire de début avait beau rappeler que le groupe avait connu en 2006 une progression de son chiffre d’affaires de 7,6 % et que les bénéfices des actionnaires avaient augmenté de 5,6 %, la menace est pressante et paralyse la moindre tentative d’analyse.


Un lourd chantage à l’emploi.

Viennent ensuite les seconds rôles, le directeur local « qui a été le premier surpris d’apprendre que le groupe avait bloqué la prime de 600 euros pour 2007 » mais qui sait « pouvoir compter sur le sens des responsabilités de ses employés », ou encore Manuel, ouvrier, la quarantaine joviale, « dix ans de boîte », fier de faire visiter la grande maison « qu’il a construite de ses mains, grâce à Conti ». Enfin le maire UMP de Sarreguemines, en guest star, viendra faire la promotion « d’une entreprise qui compte pour le développement du territoire ».

Le reportage trouve sa conclusion dans un micro-trottoir réalisé au sein de l’usine et dans lequel 19 des 21 salariés interrogés ne « sont pas contre le retour aux quarante heures. »

Devant leur poste, les 1 400 familles concernées, une fois passé le moment de divertissement consistant à reconnaître l’un des leurs s’affairant à son poste de travail, durent se rendre à l’évidence : il faudra voter oui.

C’est ce « chantage à l’emploi » que tenteront de dénoncer sans succès les syndicats.

Une semaine plus tard, et après avoir obtenu quelques aménagements, les principaux syndicats signeront l’accord. Avaient-ils d’autres choix ?

Frédéric Durand


- Source : L’ Humanité www.humanite.fr




* * * C’est FAUX : Continental, contrairement à ce qu’écrit à tort toute la presse, ne peut revenir sur les 35 h et "passer aux 40 h" , par Gérard Filoche.



Pour en finir avec le baratin des patrons et de quelques idées reçues à propos du salaire, par Raphaël Thaller.






URL de cet article 5869
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les Etats-Unis voyaient ce que les Etats-Unis font aux Etats-Unis, les Etats-Unis envahiraient les Etats-Unis pour libérer les Etats-Unis de la tyrannie des Etats-Unis"

Vignolo

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.