Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Crise de la finance ou crise de la totalité de la forme de vie sociale capitaliste ?

Slovénie : Gotovi so, ils sont tous finis !

La révolte gronde à Ljubljana. Les militants de la Fédération anarchiste slovène agissent au sein du bloc anticapitaliste…

Il y a trois mois, les gens en Slovénie se sont levés dans une révolte décentralisée massive. Elle a marqué le début d’une intense (et largement auto-organisée) résistance à la crise. Ce soulèvement a commencé à Maribor contre le maire corrompu et le conseil municipal, mais il est né depuis plus de vingt ans de transition politique et d’accumulation du capital qui ont accentué les inégalités et le sentiment d’impuissance.

Une résistance multiple

La privatisation lente de la société n’a jamais signifié l’amélioration de nos conditions de vie et, maintenant, cette privatisation est rejetée de partout. C’est dans la vie quotidienne et dans les pratiques qui remettent en question les relations de pouvoir que s’exprime notre soulèvement. Tout comme la résistance qui se déroule partout en Europe, il s’agit d’un processus avec de nombreuses formes différentes de lutte et d’expression. Toutes sont également importantes et aucune ne doit être ignorée, écartée ou criminalisée. C’est dans cette multitude que nous cherchons à reprendre le pouvoir de contrôle sur nos propres vies et notre mouvement ne peut pas être récupéré ou instrumentalisé par des intérêts particuliers, des groupes ou des partis. Nos mobilisations ouvrent un processus de récupération de l’espace pour les personnes afin d’intervenir dans les discours sur la crise des politiques appliquées dans toute l’Europe.

C’est pourquoi nous disons que le soulèvement appartient à tous et à chacun d’entre nous !

Rejet des vedettes et des partis

L’appel systématique, dès le début, de rejeter l’élite politique sans notion de personnes ou de clique politicienne particulières. La corruption des individus au pouvoir n’est que l’exemple extrême de la corruption réelle que nous combattons : le système lui-même. C’est pourquoi nous avons besoin de continuer le combat jusqu’à la chute du gouvernement actuel et, au-delà des frontières de notre cité et de nos États. Nous voulons un système différent, basé sur la satisfaction de nos besoins. Personne, parmi les puissants, ne nous offrira de façon bienveillante de telles alternatives. Nous allons donc les imposer de bas en haut !

C’est pourquoi nous disons que personne ne nous représente et que nous ne ferons pas de discrimination : ils sont tous finis !

Violences étatiques

Dans les mois qui ont suivi le début du soulèvement, nous avons vu des attaques de plus en plus violentes de la part de la police. Nous avons été intimidés dans nos maisons et dans les espaces communs ; nous avons été aspergés de gaz lacrymogène et de poivre ; nous avons été battus et détenus pour de fausses raisons et pendant de longues périodes sans charges, nous avons été persécutés et jugés. Le soulèvement lui-même a été criminalisé ! L’émergence d’un État policier montre bien que la résistance qui se passe ici et dans toute l’Europe a ébranlé ceux qui sont aux manettes de la vie économique et du pouvoir étatique. Notre résistance se déroule malgré la violence systématique à laquelle nous sommes confrontés et qui a un impact négatif énorme sur nos vies. Les marchés financiers et les banques attaquent nos moyens de développement social, prennent nos maisons et nous menacent avec des dettes. L’État fera le sale boulot afin de nous tenir tranquille au cours de ce vol.
C’est pourquoi nous disons qu’il y a des policiers partout et la justice nulle part !

Internationaliser les luttes

Il s’agit d’un soulèvement qui va au-delà des spécificités, des processus locaux en Slovénie. Il s’attaque au cœur du grand mensonge : celui qui prétend que l’économie de marché et la privatisation de l’industrie, des services et des biens finiront par conduire à la prospérité de tous les peuples. Le projet d’une Europe néolibérale, aux mains d’une élite, essaye de nous vendre ce mensonge, tout en nous faisant payer les coûts d’une crise que nous n’avons pas créée. Le système obtient l’accumulation, nous obtenons l’austérité. Nous ne pouvons pas lutter contre un système transnational du capital si nous sommes enfermés dans notre État-nation. Nous devons transcender les identités paroissiales, les mythes historiques et les frontières politiques dans cette lutte.

C’est pourquoi nous disons : internationalisons la révolte !

Bloc anticapitaliste de Ljubljana

http://www.monde-libertaire.fr/international/16380-slovenie-gotovi-so-...

Chypre a la croisée des chemins

Ces jours ci, 25, 26 et 27 Avril figurent parmi les jours les plus importants de ces derniers mois (années ?) pour Chypre. Pourtant, les médias internationaux (voire nationaux) sont absents.

Le parlement devrait finalement se prononcer sur l’approbation du contrat de prêt de la Troïka, et l’approbation du mémorandum. En effet, contrairement à ce qui est répété en boucle depuis des semaines dans les médias locaux et étrangers, rien n’est encore décidé à ce sujet.

Il a finalement été admis mercredi dernier, en dernier recours, que le parlement local aurait à se prononcer sur ce point.

Des appels à manifester, camper, se couper les cheveux .......

https://www.facebook.com/chypre16313

La future “chypriotisation” des comptes bancaires est déjà programmée

http://la-chronique-agora.com/chypriotisation-comptes-bancaires/

70.000 enseignants empêchés de travailler

Par Helmut Arens et Christoph Dreier
25 avril 2013

http://www.wsws.org/fr/articles/2013/avr2013/ense-a25.shtml

Forum Social Mondial : Un autre mensonge est possible

http://nawaat.org/portail/2013/04/24/forum-social-mondial-un-autre-men...

24 avril 2013

Nulle part

http://www.greekcrisis.fr/2013/04/Fr0232.html#more

L’objectif de la gréve generale europeenne plus actuel que jamais ?

URL de cet article 20324
   

Même Thème
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pire chose qui soit jamais arrivée au peuple juif, après l’Holocauste, c’est la création de l’état d’Israël.

William Blum - juin 2010

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.