RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Dans la jungle métropolitaine, « sois agile » mon fils / (fable pas si imaginaire que ça)

Portant ma besace de troubadour, en Novembre, j'écrivais cette ballade, après avoir vu que le nouveau concept qui fait fureur dans le management, c'est celui "d'agilité". Nous sommes ainsi passé en 20 ans de la "flexibilité" (adaptation au poste de travail demandé par le management) à la mobilité (adaptation géographique du poste de travail, conduisant au "nomadisme salarial" permanent) à aujourd'hui le concept "d'agilité".

Mais qui est agile ??? accepte de fait de vivre dans la jungle (du capitalisme ???). Je pensais exagérer en m'adressant à mon fils et pourtant celui-ci avec un DECS de comptabilité et une école de commerce, recruté stagiaire dans une entreprise de la Métropole vient d'apprendre qu'il n'était pas payé par l'entreprise tout en payant son loyer d'un appartement au même patron... "sois agile mon fils". Et puis de la Métropole de Marseille est venue cette décision qui fait que les fonctionnaires vont travailler plus (réduction des RTT)...pour être conforme à la loi. et puis cerise sur la gâteau, la DRH a mis au point un nouveau logiciel pour la gestion des congés et devinez son nom..."Agile time"..."Sois agile mon fils"...

Dans la jungle métropolitaine, « sois agile » mon fils / (Fable pas si imaginaire que ça)

Il était une fois au royaume de Jupiter 1er, roi de la communication médiatique et de l’entourloupe impériale permanente,
Une Métropole aux tours du business dessinées par les promoteurs du béton d’acier aux parois de verre plus qu’opaques.
Cette métropole dominait un territoire étendu, ayant enfin réussi à détruire les communes, pourtant issues de la Révolution,
De ce fait, les habitants des villes abandonnées, redevenus nomades, erraient désespérément à la recherche de l’espoir,
Qui d’un emploi, d’un stage, l’autre des subsides caritatives, et le dernier d’une bouche d’aération pour y passer la nuit.

Pourtant, le front de mer se parait de résidences de standing et de décors culturels luxueux, mais dévolus aux seuls croisiéristes,
C’est dans cet univers de série américaine, que la jeunesse devait se frayer un chemin pour tenter de construire sa vie...

Tôt le matin, du fait de la faiblesse des transports collectifs, ils s’engouffraient sur l’autoroute des illusions, vu les bouchons sans fin,
Et pour rattraper leur retard, se faisaient choper par la patrouille des radars automatisés, qui envoyaient la « data facture ».

Il fallait ensuite rentrer dans la jungle de l’Hyper-centre, et chercher un parking, toujours payant, en espérant trouver une place,
Car celles-ci étaient moins nombreuses que les « prolétaires-nomades », créés par ce capitalisme mondialisé, du « tout marché ».
Le « métro vertical » te propulsait dans une tour aménagé en open space et coworking, t’obligeant à trouver une place anonyme,
Qu’à aucun moment tu ne peux, ni décorer, ni t’approprier, devenant ainsi un simple numéro de connexion internet de la machine.
C’est du « plug and work » dans lequel ce qui compte n’est point l’humain et ses affects, mais la seule compétitivité financière,
Uniquement pour le profit, tu t’investiras, sans savoir si ce que tu fais n’aura pas des conséquences à l’autre bout de la planète.

Après avoir été flexible, puis mobile, il te faut désormais être en effet « agile », nouveau concept du « Wall-Street-Management »,
C’est le moins que l’on puisse exiger, des « prolétaires informationnels » dont les emplois libérés des chaines du « code du travail »
Sont de plus en plus précaires et moins payés... « à cause des retraités, des chômeurs et des fonctionnaires » répètent les médias.
Il te faut donc désormais sauter de liane en liane numérique, et éviter l’accident, qui survient à la moindre glissade intempestive.
Le distributeur de Prozac, ne désemplit pas et s’est agrandi du fait de la désertion du local syndical, dont il reste une vieille affiche,
Dont le poing levé proclamait de manière tout à fait exagérée : « Non aux ordonnances Macron qui tuent le code du travail ».
La direction des Ressources Humaines a promptement créé un service de soutien psychologique, utilisé lorsque des suicides ont lieu...

Morale de la fable : Dans la jungle métropolitaine, si tu ne veux pas tomber... « Sois agile » mon fils.

Et, si tu ne veux pas tomber dans "l’agilité de le jungle du Zoo financier", t’obligeant à te transformer en singe, en 2018, centenaire de la naissance de Karl Marx, il te reste aussi la possibilité de choisir l’Histoire, celle de la lutte des classes.

Marseille le 9 Novembre 2017

URL de cet article 32857
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si je devais naître pauvre en Amérique latine, je prierais le bon Dieu pour qu’il me fasse naître à Cuba »

Manu Chao

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.