RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De clapotis en clapotis ou vous avez dit « justice à deux vitesses » ?

A quoi ça peut servir de révéler ou dénoncer au grand public, telle magouille, telle arnaque ou telle turpitude ?

C’est à cause de la liberté de la presse, répond-t-on invariablement...

Il essentiel que tout le monde sache... c’est normal !, car sans ces révélations, il n’y aurait pas de "démocratie" saine...

Du reste, sans ces informations, divulgations, révélations, etc., ils-elles feraient bien pire !...

Bien pire... Ah, bon ?

Croyiez-vous qu’ils-elles se gêneraient pour commettre leurs petites ° saloperies avec la complicité (même passive, car « Qui tacet consentire videtur » ou « qui ne dit mot consent ») de leurs chers-ères amis-es et chers-ères collègues, y compris après que certains médias dits "indépendants", (en tout cas pas du système), aient révélé au grand public les malversations des uns et des autres ? – Sauf bien entendu, quand il s’agit de révélations de l’importance de celles que firent (à la communauté mondiale) le groupe Wikileaks (Julien Assange), Manning, Hammond, Snowden, etc. (dont deux d’entre-eux sont rechercher par la "justice", et deux autres sont emprisonnés, l’un a pris dix de taule et l’autre est mis au secret à vie) qui n’hésitèrent pas à révéler des faits précis (et vérifiables) concernant les atteintes aux libertés individuelles, des crimes de guerre ou contre l’humanité, des violations de tous types, concernant la vie sociale et/ou la vie privée, et l’utilisation malveillante de technologies (généralement de pointe, mais pas que), tout ceci au nom de ce que vous voudrez (sécurité, démocratie, humanisme, contre ceci et pour cela, etc., etc., etc.), mais toujours pour de très mauvaises raisons (parce qu’en réalité ce n’est jamais pour les causes ou les raisons invoquées).

° ce mot ne recouvre pas les violations des droits humains (les viols (individuel ou collectifs), les assassinats (surtout de civils), les massacres (y compris ceux d’animaux), le proxénétisme, le trafic d’armes, les expulsions territoriales, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les opérations militaires qui détruisent sciemment des infrastructures civiles – c’est encore largement le cas actuellement – et qui tuent délibérément des civiles sans défense, (soi-disant pour semer la terreur dans les rangs de l’ennemi), l’utilisation d’armes de destruction massive, comme ce fut le cas pour de "grandes" puissances et/ou leurs satellites..., utilisation d’armes de destructions massives souvent répétée, au XXème et XXI ème siècle, sans jamais être sanctionnés !, (et encore moins condamnés), par des tribunaux et des instances internationaux ; ce sont généralement les mêmes pays, – que tout le monde connaît parfaitement bien –, qui commettent un nombre incalculable d’actes criminels et d’assassinats (ciblés ou pas), des invasions partielles ou totales de pays souverains, – souvent précédées de bombardements massifs –, ces deux crimes (aux yeux du droit international) sont souvent commis en toute illégalité (c’est-à-dire, hors de tout cadre légal et du droit international).

Ces pays donneurs de leçons de moral et si prompts à condamner les dirigeants et militaires de "petites" et "moyennes" puissances !..., les opérations militaires dites secrètes, (en réalités des tueries collectives souvent illégales), tous particulièrement quand ce sont les civiles (sans défense) qui sont tués ou blessés, crimes et assassinats, – ciblés ou pas –, bien souvent totalement illégaux, etc.,

mais à l’inverse, ce mot recouvre parfaitement toutes formes de malversation crapuleuse, telles que : l’abus de pouvoir et/ou d’autorité, l’abus de confiance, les escroqueries, les usurpations (y compris la mascarade des primaires) et les mensonges électoraux (comme par exemple, lors de consultations électorales (comme le référendum par exemple) où, si les résultats électoraux ne conviennent pas aux critères qu’en attendaient les gouvernants et les élus-es, ils-elles s’assoient carrément dessus, et font exactement le contraire de ce qu’a exprimé par son vote le peuple souverain !), etc., etc., etc.

Vous avez dit « justice à deux vitesses » ?

Les passe-droits de ces messieurs-dames de la nomenklatura française
Ces révélations pourraient éventuellement gêner (si peu) les "élus du peuple" ?, et encore, (il n’y a qu’à voir les réactions méprisantes de certains-se "élus du peuple" envers certains juges, et dans l’affaire que j’expose plus bas, l’un d’eux en particulier aurait (selon les propos tenus par l’écrivaillon de sarkozy), « déshonoré la justice » ; et parce que l’écrivaillon n’aime pas « la façon dont il fait son travail », il ajoute : « Je la trouve indigne ». "Indigne" !, parce que selon la grille de lecture de cet "élu du peuple" (l’écrivaillon de sarkozy), et certainement celle de son maître, ainsi qu’une bonne partie du « personnel politique » (au moins 104 parlementaires auraient pris fait et cause pour l’écrivaillon de sarkozy) ils ne feraient pas convenablement « les devoirs de leur charge » !...

Alors que plus prosaïquement, ce n’est évidemment pas cela que l’écrivaillon de sarkozy, son maître et une bonne partie du « personnel politique » reprochent à ces juges.

Ce qu’ils leur reprochent, c’est qu’ils n’obtempèrent pas aux desiderata de ces messieurs-dames (la nomenklatura de privilégiés vaquant sans doute au-dessus des lois ?). Ce qu’ils-elles leur reprochent (mis à part ce faux dilemme et vraie pseudo-critique des « "devoirs" de leur charge »), c’est aussi parce qu’ils prendraient trop au sérieux leur indépendance vis à vis de « la séparation des pouvoirs », (inscrite dans le droit constitutionnel, quand même !), et ce droit constitutionnel précise bien qu’il y a séparation entre le pouvoir législatif (les "élus du peuple" (dont malheureusement monsieur l’écrivaillon fait parti !), c’est-à-dire, les deux assemblées dites "représentatives"), le pouvoir judiciaire (dont heureusement font parti les juges qui les "emmerdent" tant !) et l’exécutif (le gouvernement). Et pour finir ce que reprochent l’écrivaillon et ses amis, (la nomenklatura qui apparemment vivrait au-dessus des lois ?), à certains juges, c’est de ne pas "exécuter" les instructions (sous-entendus les passe-droits) que ces messieurs-dames seraient en "droit" d’attendre d’eux, et qu’ils refusent évidemment d’appliquer puisqu’ils sont indépendants !

L’indépendance de la justice, ça les emmerdent profondément !...

Mais les juges qui font correctement leur "travail", ne sont (heureusement) pas seuls !..., il y en a bien d’autres, qui, « dans toutes les institutions de la République » (comme le dis si bien l’écrivaillon) font "correctement leur travail" – c’est-à-dire, en toute indépendance –, et sont immédiatement marginalisés par les comparses et complices de l’écrivaillon ! Voilà la vérité !...

Séparation des pouvoirs, quésaco ? : "Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution."

Article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789

Pour en revenir aux médias "indépendants", que certains des amis de l’écrivaillon nomment (entre eux, bien entendu...) « fouille merde », celles et ceux qui font correctement leur travail de lanceurs d’alerte (par exemple), révélant au grand public les malversations de ces messieurs-dames les "élus du peuple" et leurs amis...

Mais est-ce que ce genre de révélations les dérangent vraiment ? Au vu des "résultats judiciaires", tout particulièrement ceux qui concernent les dirigeants et rois républicains, on peut dire qu’ils s’en foutent royalement !

Car, mis à part quelques cas, (généralement des seconds couteaux, et plus rarement les autres), qui se font prendre « la main dans le sac », (si, si, ça peut arriver, rarement je vous le concède, mais ça peut arriver !..., et souvent sur dénonciations...), ça n’empêchera pas que dans la majorité des cas, ils continueront tranquillement de vaquer à leurs petites magouilles, sans trop se soucier d’éventuelles * poursuites judiciaires, puisqu’ ils sont persuadés qu’il ne pourrait rien leur arriver de vraiment fâcheux...

Et si toutefois cela devait arriver, (suite à une révélation – fuite – parue dans le presse), ils savent que de toutes manières, ils seront en fin de compte disculper, (après de longs mois, mais comme c’est le plus souvent le cas, après de longues années...), – ce fut d’ailleurs le cas, (et à plusieurs reprises), à la tête de l’Etat...

Il faut savoir que les affaires, (parues dans la presse "indépendantes") passe en justice, mais seulement après qu’un bon nettoyage de terrain ait été opéré. Nettoyage qui a pour objectif, de dissuader les témoins "gênants" de venir témoigner devant un juge et/ou un service spécialisé, (quand ils-elles ne sont pas purement et simplement éliminer), mais la "dissuasion" reste payante...

Nettoyage "technique", par le biais d’avocats pénalistes, (dont Herzog est la "référence" en la matière..., mais pas que) qui traquent le moindre vice de forme dans les dossiers judiciaires, afin de neutraliser voire stopper une affaire.

Nettoyage, qui souvent parvient à faire innocenter les « mises en examen ». Les Chirac, sarkozy, balkany et consorts en savent quelque chose !... Et après de longs mois, voire de longues années, les affaires perdent de leur "importance", et sont parfois tout bonnement étouffées ! Et après avoir usé et abusé de tous les recours possibles et imaginables, « la présomption d’innocence » se transformera définitivement en blanchiment.

« Outrage à magistrat, ça vous dit quelque chose ? »

Saviez-vous qu’en France, si on est un "élu du peuple", on peut sans trop de risques, et au nom de la ° "liberté d’expression" des élus... du peuple, insulter de manière "admissible", un juge qui vous déplait, sans vraiment être trop inquiété par la justice ?

Si, si, c’est ce qui vient de se produire en la personne de l’écrivaillon de Sarkozy, (sa "plume", et quelle plume !... S’il y avait le prix du « meilleurs cancanier politique », il décrocherait très certainement la timbale !), qui croit dur comme fer, (et c’est de plus en plus répandu dans les rangs du « personnel politique », élus et mandatés en tous genres), ainsi que ces messieurs-dames de la nomenklatura française, qu’un élu serait au nom de sa "liberté d’expression"... au-dessus des lois !

Si cet "élu du peuple" se permet d’éructer publiquement sa vindicte envers un juge, quand celui-ci a prononcé une décision de justice qui ne lui convient pas, (il faut associer ce comportement à celui de son maître !), c’est parce qu’il sait que ce type de comportement n’aura pas de conséquences fâcheuses !...

Ce qui a déclenché sa fureur, c’est une décision de justice prononcée par un juge qui avait en charge une affaire où son maître était cité, et cette décision avait le tort de ne pas aller dans le sens que lui et son maître, en attendait !...

Et pour cette décision de justice, (intolérable à ses yeux), il accusa à son tour le juge de pas avoir fait correctement son travail, – c’est-à-dire, que lui et son maître, reprochaient au juge d’avoir prononcé la mise en examen de ce dernier, dans une sombre affaire « d’abus de faiblesse »...– et de ce fait, il s’est lamentablement laissé aller à l’invective "admissible" contre le juge en question, (certainement pousser par son mentor, car celui-ci craignant sans doute que l’affaire ne tourne à son désavantage).

Et cet "élu du peuple", déclara que ce juge « n’avait pas fait convenablement les devoirs de sa charge », parce qu’il avait osé mettre en examen sarkozy pour « abus de faiblesse » dans l’affaire Bettencourt :

Remember : les nombreuse enveloppes bourrées (à craquer) d’argent liquide, qui passent de main en main, juste avant à la fin des entretiens qu’accordait madame Bettencourt aux quémandeurs venus la solliciter, (ces messieurs-dames empochaient le fric, peu de temps avant leur départ) ; c’est d’ailleurs parce que môssieu l’agité du neurone avait été cité par un témoin oculaire, (la comptable de madame Bettancourt, Claire Thibout, – que des gouapes avaient tout fait, (y compris les menaces de mort), pour persuader la comptable de la boucler !, et qui pour finir, c’est elle-même retrouvée en position d’accusée, avec une mise en examen pour « faux témoignage » et « attestations mensongères » envers Sarkozy himself ! –, qui sortait de très grosses sommes d’argent liquide des guichets d’une des banques (toujours la même) de sa patronne, (elle avait noté tout ça sur un carnet, les sommes, les dates et le nom des heureux bénéficiaires), qu’elle déposait sous enveloppes, ceci la veille ou peu de temps avant la venue des heureux bénéficiaires !

Mais curieusement, dans l’entourage immédiat de madame Bettancourt plus personne n’avait de souvenirs sur la circulation de ces fameuses enveloppes bourrées à craquer d’argent liquide !... Il semblerait que les menaces et/ou la corruption de certains ont été très efficaces.

Et comme le disait le disait si bien Sarkozy : « Il faut la bouclez ! »

Dans l’affaire d’« abus de faiblesse », il a été relaxé !...

"Ouf, on est content pour lui !" Mon dieu, mon dieu, que de rebondissements, quel suspenssse !

Et après la relaxe de l’un comme de l’autre, l’écrivaillon aurait même affirmé au sujet de l’affaire de son patron : « ... que "l’Histoire" lui avait donné raison... » (?), elle a bon dos l’histoire !... Et même, que son patron avait été déshonoré par le vilain juge qui « n’avait pas fait convenablement les devoirs de sa charge », (traduire cette phrase par : parce qu’il ne faisait pas le "travail" comme il aurait fallu, c’est-à-dire, comme l’ex. et lui l’auraient souhaité), et il a ajouté : qu’il avait déshonoré les institutions et la justice !

Rien que ça !

C’est sûr qu’après ça, l’ex. (l’agité du neurone), s’agitera un peu plus qu’à l’accoutumée dans ses meetings, exclusivement conçus à son culte..., et se la pétera en glosant à l’infini sur sa « présomption d’innocence » !...

Et il en voudrait pour preuve, l’acharnement de certains juges à son égard..., qui furent promptement "déjugés"... et par d’autres juges encore !

Et ça, si ce n’est pas la preuve de son innocence ! (Au fait Al Capone, ne s’est jamais fait prendre pour tous les crimes qu’il avait commis, mais s’est retrouvé au trou à cause de ses livres de compte, et parce qu’il avait fait de fausses déclarations d’impôts...)

Et, pour bien stigmatiser le juge qui avait oser mettre en examen son maître pour « abus de faiblesse », l’écrivaillon s’était décarcassé pour déniché 107 clampins, (encartés à l’UMP, et certainement à jour de leurs cotisations ?), pour le soutenir et rependre en cœur ses propres déclarations !... Comme quoi, il est grand temps de tourner la page à toutes ces vilenies, et de se débarrasser au plus tôt de certains membres du « personnel politique », devenu très encombrants ! (normal comment voulez-vous, avec un "roi républicain", – qui détient le pouvoir absolu –, faire la part entre une Constitution républicaine et une nomenklatura qui dévoient à son profit « les droits fondamentaux des citoyens » par le biais de passe-droits ?)

Essayez d’insulté un juge, et vous verrez s’il y a une "limite admissible"...

Petit lexique pour essayer de comprendre le cheminement qui a fait dévié « la plume de Sarkozy » dans la vindicte, au point de confondre une décision de justice avec les passe-droits ...

D’abord de grossières attaques contre le juge qui a osé mettre en examen son patron :

Déclarations intempestives de l’écrivaillon de Sarkozy, qui estimait le 22 mars 2013, que le juge Jean-Michel Gentil avait, « déshonoré la justice », parce qu’il avait osé mettre en examen l’ex. (l’agité du neurone) pour « abus de faiblesse »dans l’affaire Bettencourt.« Je conteste la façon dont il fait son travail », avait lancé le député UMP sur une radio périphérique. « Je la trouve indigne, je trouve qu’il a déshonoré un homme, les institutions, la justice. »

Vous reportez au chapitre : Les passe-droits de ces messieurs-dames de la nomenklatura française

Dixit le parlementaire écrivaillon, après qu’il eut été relaxé :
° « Je ne peux que remercier le tribunal d’avoir rendu la justice et reconnu la liberté d’expression des parlementaires, qui est un élément absolument essentiel du bon fonctionnement d’une démocratie. »

Commentaires : Rendre la justice « au nom de la liberté d’expression des parlementaires », serait un élément (?) « absolument essentiel du bon fonctionnement d’une démocratie »...

Il fallait osé le dire, quand même ?!

En quoi, rendre la justice, (qui satisfasse môssieu l’écrivaillon), est-elle un élément absolument nécessaire « à la liberté d’expression des parlementaires » et « un élément essentiel au bon fonctionnement de la démocratie » ? On se pose des questions quand à sa conception de la « justice », de la « liberté d’expression des parlementaires » et au « bon fonctionnement de la démocratie » !

C’est carrément de la discrimination sociale !... D’un côté, il y aurait une manière de rendre la justice qui satisfasse « monsieur et madame tout le monde », mais qui ne serait pas forcément « un élément essentiel du bon fonctionnement d’une démocratie », et de l’autre, une manière réservée aux parlementaires et aux élites qui nous gouvernent, qui serait (selon l’écrivaillon) obligatoirement « un élément essentiel du bon fonctionnement d’une démocratie » !

Dixit toujours le parlementaire écrivaillon, mais après sa relaxe, il fanfaronne un max. :

° « Je revendique mon droit de critiquer une institution de la République ou un agent de la République qui me paraît ne pas faire convenablement les devoirs de sa charge (...) Si un parlementaire ne peut plus critiquer les institutions publiques et leur fonctionnement, alors il faut supprimer le Parlement. »

Commentaires : Ouais, il a raison le monsieur..., il est grand temps de renvoyer chez eux tous ces arrogants, imbus d’eux-mêmes, ce tas de prétentieux, pédants et totalement ringardisés-es, et vite encore !...

Cette affaire me fait furieusement penser à d’autres affaires...

Il s’agit encore d’un "ex." !, – une pointure politique nettement au-dessus de celle à laquelle « l’écrivaillon courroucé » prétend appartenir (car si on comprend bien les déclarations de « l’écrivaillon dévasté par la haine d’un juge », bien que n’ayant pas le même statut juridique qu’un roi républicain, il prétend pourtant avoir les mêmes passe-droits...) –, qui après moult démêlées avec la justice, (sans insultes, ni menaces d’aucune sorte envers certains juges, comme ce fut le cas (et à plusieurs reprises) de « l’agité du neurone » ainsi que de « sa plume »), affaires qui n’en finissaient pas de traîner en longueur, (plus de vingt ans pour certaines, ceci grâce à un staff d’avocats pénalistes, – huit à dix avocats, mis à sa disposition – et grâce à l’argent des contribuables !, et madame Chirac, (née Chaudron de Courcelles, ah, que ouais !) déclarait même, qu’un homme comme son mari, qui avait rendu de « grands services à la France », n’avait pas à être jugé comme n’importe quel citoyen !..., et d’ailleurs, il fut jugé que (si j’ose dire) pour des « emplois fictifs » !

Un homme de son rang n’a pas à être jugé comme n’importe quel citoyen !..., et n’a d’ailleurs aucun compte à rendre à la justice de son pays (puisqu’il était "protégé" par un statut tout à fait spécial... celui de roi républicain). Voilà la triste réalité.

Et si on élargissait cette manière de "rendre la justice" au vaste monde, on pourrait aisément faire la comparaison avec les émeutes qui se sont déroulées aux EU (suite à l’assassinat de citoyens de nationalité américaine (dont plusieurs mineurs), mais dont la couleur de peau ne correspondrait pas aux critères de ceux et celles que la police et la justice a le devoir de protéger, sans doute ?) et au Mexique, (à cause de la montée en puissance de la criminalité et du « laisser faire » des politiques qui "gouvernent" ce pays, une collusion certaine entre les cartels de la drogue et certains-nes élus-es, – et au plus haut de l’Etat !), la loi n’est pas, (de toute évidence), la même pour tout le monde ! Il y a donc deux lois, (deux poids, deux mesures !), celle qui serait réservée à celles et ceux qui ont du fric, (ça n’a pas beaucoup changé depuis le XVIIe siècle, La Fontaine écrivait « selon que vous soyez puissant ou misérable... »), et l’autre, réservée au peuple (au quidam lambda), qui est rejeté si son origine et les critères ségrégationnistes qui sévissent encore dans les pays dits démocratiques, font qu’ils seront jugés parfaitement tuables, voilà la vérité !...

C’est signé sergio (à bientôt sans doute pour un prochain article ?)

PS : 260.000 (?) militants Umpistes, (qui peut vérifier si ce chiffre avancé par les dirigeants de ce parti godillot, est bien réel ?, on ne peut qu’en douter..., car dans le passé ils-elles nous ont habitué à user de toutes sortes de manips frauduleuses (mais qui n’ont pas pu être clairement démontrées, car la collusion entre dirigeants de ce parti pour bloquer une enquête approfondie, liée à une détermination feinte, qui aurait sans doute pu révéler certaines pratiques douteuses, et dont le résultat immédiat aurait été de détruire le peu de crédibilité qu’aux yeux de l’opinion ce parti godillot avait, et il en aurait été ainsi des autres partis politiques !)

Quand au nombre exact de militants et/ou à l’utilisation des fonds, (public, et privé malgré la loi...), surtout quand il s’agit de quantifiés les dépenses de campagne ou pour désigner leur chef !, les encartés, (à jour ou pas de leur cotisation), nous emmerdent copieusement, nous les dizaines de millions de quidams, qui n’en ont rien à foutre de ce faux suspenssse et de ces fausses querelles entre l’ex. (l’agité du neurone) et tous les autres prétendants...

Tout le monde, (ou presque), sait depuis longtemps que les dés sont salement pipés dans ce parti godillot, et qu’en coulisses, – et bien avant ces bouffonneries médiatiques –, loin des yeux et des oreilles indiscrets, l’ex. (l’agité du neurone) avait été coopté par ceux qui dans l’ombre tirent les ficelles, paient et donnent les ordres !

Pour pousser la pitrerie à son terme, l’ex. (l’agité du neurone) n’a pas lésiné sur les effets d’annonces et les bons gros mensonges, laissant croire aux fanatiques que la nouvelle secte qu’il venait de venait créer pour eux-elles, avait une assise nationale, voire mondiale !....

Mais la nomination du tout nouveau gourou au moyen de machine électronique, (le "vote" électronique), est entachée de graves suspicions, depuis qu’aux Etats-Unis, il s’est passé de drôles de choses avec ce "nouveau" procédé...

Quant au résultats, mais aussi quant au nombre réel de votants. C’est la probité du procédé qui est cause !...

Remember : C’est grâce à ce même procédé – le vote électronique –, que le clan Bush père & fils avait obtenu sa "victoire", un peu volée quand même !... – étant donné les antécédents américains pour ce type de vote –, où il a suffit au créateur du logiciel et du système, – les machines à "voter" que la société de ce monsieur avait elle-même installée –, d’être, comme par hasard, un ami proche du clan Bush père & fils !... Si bien que, lorsqu’un votant appuyait sur la touche désignant leur adversaire, c’est le nom de Bush fils qui apparaissait !...

Ça fait 7ans et demi qu’il manœuvre comme un dément pour occuper le devant de la scène médiatique, et il compte bien nous infliger sa trombine en guise de « d’événements politiques perpétuels », et en prime nous aurons droit à ses trouvailles bigrement réchauffées, (qu’il a déjà imposé pendant toute la durée de son quinquennat), et entend récidiver pendant les 7 années et demi à venir... matin, midi, et soir !

En qualité de nouveau gourou de sa nouvelle secte, il s’empressera de nommer celles et ceux qui le mettront en valeurs, (selon ses propres critères et son bon vouloir), changer l’enseigne de sa boutique – Il faut s’attendre à des effets d’annonce du genre : « ...Nous invitons nos chers militants à concourir pour trouver le nouveau nom et logo de votre parti, et le meilleur aura sans droit à ma photo dédicacée, alors que très certainement, une agence privée aura déjà bien aux chaud dans ses cartons, le nom et le logo de la nouvelle secte sarkozyste..., et qu’il sortira de sa manche les nouveaux statuts (et aura nommé à cet effet, un fidèle pour donner le change !), et tous ces leurres seront comme par enchantement, parfaitement ajustés à sa carrière politicienne... un costume sur mesure en quelque sorte !

Et ça commence très fort..., il embraye directement sur la « présomption d’innocence », qui a son goût ne serait et pas assez prise en compte, surtout quand il s’agit des affaires qui l’assiègent de partout ! (ce monsieur aurait comme qui dirait, un grave problème avec la justice et le monde judiciaire, que ça ne nous étonnerait pas !). Les rédacteurs en chef citent au moins sept à huit affaires, où son nom serait mêlé à divers malversations...

Mais rassurez-vous chers adeptes de la nouvelle secte sarkozyste, il y a fort à parier qu’il en sortira blanchi !..., et en ce qui concerne sa "dignité" et son "honneur", ils auront été irrémédiablement salis... (pour reprendre la formule sortie tout droit de la bouche de l’"élu du peuple", et dirigée contre un juge qui n’aurait pas fait que son "travail")

Il veut imposer un changement de nom et de logo pour sa nouvelle secte... est-ce parce que dans l’opinion publique, l’ancien nom et logo évoqueraient les mots « décadence » et « turpitudes » ? C’est vraiment une manie qu’il a de changer de nom dès qu’il fomente une filouterie, remember : Bismuth, pour un compte secret ! Et comme par hasard, c’est aussi l’intention des nouveaux-lle dirigeants-es du FN de vouloir changer le nom inscrit sur leur pancarte !...

Et comme de bien entendu, il aurait encore changé ?!

Changez lui !, pensez-vous, il est bien trop orgueilleux pour ça..., il a certes changé, mais en pire !

D’ailleurs les membres de sa secte ne veulent absolument pas qu’il change, oh que non !..., il veulent entretenir un gourou tel qu’il a toujours été, un gourou qui leur fassent les poches et qui les entubent bien à fond, comme ce fut le cas récemment avec le sarkoton ! En ce moment même, il doit faire tourner son petit neurone, pour savoir de quelle manière il pourrait encore leur soutirer un maximum de fric (et ils-elles seraient environ 100.000 ?) ...

Avec "le normal" et "l’ex." complètement carbonisés, (même si ce dernier intensifiait ses ignobles combines), ce n’est apparemment pas près de s’arranger pour l’un comme pour l’autre !, puisqu’ils s’entraînent mutuellement vers le fond des abysses sondagières... En ce qui concerne la soi-disant "course" à l’Elysée..., le prochain roi républicain risque fort d’être une femme !

URL de cet article 27507
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il y a beaucoup d’ignorance sur ce qui se passe à Cuba et on ne veut jamais rien leur reconnaître. Si d’autres avaient fait ce que Cuba a fait [pour lutter contre le SIDA], ils seraient admirés par le monde entier."

Peggy McEvoy
représentante de UN-AIDS à Cuba de 1996 à 2001

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.