RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Z’avez pas vu mon Beijinois ?

Jacques Drillon est linguiste, stylisticien, musicien, écrivain. Un homme de culture au sens parfait du terme. Il a publié récemment un texte aussi savoureux qu’argumenté : “ Non, défendre la langue Française n’est pas réac. ”

J’ai adoré. En particulier, ce passage : « La soif d’anglais, c’est le syndrome du crocodile, cousu sur les polos des banlieusards ou les chemisettes des bourgeois, et qui signifie seulement : vêtement cher. En être ou ne pas en être, là est la question. Voyez la hâte piteuse avec laquelle nous avons dit Beijing pour Pékin. Comme nous aimons perdre ! Comme nous aimons notre servitude ! Quelle fierté nous tirons de notre propre abaissement ! Comme elle était heureuse, Christine Ockrent, de pouvoir interroger en anglais Shimon Peres, qui parle parfaitement le français ! Quelle impatience dans l’humiliation !  »

Effectivement, beaucoup, chez nous aiment perdre, jouissent de perdre, appellent, sinon l’humiliation, du moins la soumission intéressée, cette inclinaison totale du corps quand la tête touche le sol, que les Chinois (patience, on va revenir à la Chine dans un instant) appellent « kowtow » (叩頭), un vocable qui est passé dans la langue anglaise au XIXe siècle, quand les Anglais s’occupaient beaucoup de la Chine.

Je voudrais insister ici sur l’adoption, via les desiderata de l’empire étasunien, de l’orthographe « Beijing » en lieu et place de Pékin. En soi, cette adoption n’avait rien de scandaleux : Composé de 北 (běi, « nord ») et 京 (jīng, « capitale »). D’où 北京, « la Capitale du Nord », en opposition à l’ancienne capitale dans le sud du pays, devenue 南京 (nánjīng).

Pourquoi disions-nous « Pékin », au moins depuis le XVIIe siècle ? Parce que les Chinois ont changé la prononciation du terme en palatalisant le [k] devant un [i], ce qui a donné [tɕ], (noté j en pinyin, le système de transcription du mandarin depuis 1958). Les autres Européens avaient transcris comme nous : Pechino [pekino] en italien, Peking en allemand et en néerlandais, Pequim (prononciation semblable à celle du français) en portugais, par exemple. Jusque dans les années soixante, lorsque les Anglais nommaient la capitale chinoise, ils disaient « Peking » [pi:kiŋ]. Pour des raisons politiquement correctes, il a fallu, toute affaire cessante, passer à « Beijing ». Cette graphie fut reconnue par l’ONU, et par la France, alors que, normalement, en français, elle devrait se lire « béjingue », ou quelque chose d’approchant. Le politiquement correct connut néanmoins ses limites : Canton resta Canton et ne devint pas réellement Guangzhou. Bref : un joyeux bordel. D’ailleurs, s’il faut faire plaisir aux Chinois, cessons d’évoquer les Îles Paracels (probablement riches en pétrole et en gaz naturel), anciennes colonies française, et parlons de « Xisha ». Et tant pis pour les Vietnamiens qui rêvent de récupérer « Hoàng Sa ».

Je vous demande, moi, comment les Chinois nomment Paris, comment les Japonais se débrouillent de Buenos Aires, comment les habitants du Boutan (Bhutan ?) prononcent Ferkessedougou ? Vous savez comment les Flamands nomment Lille ? Moi, je sais, et cela n’a rien à voir avec « Lille », et grand bien leur fasse. Et au nom de quoi devrions-nous persister à dire « Londres » et non pas « Londonne » d’autant que le nom de la capitale anglaise vient du latin « Londinium » ? Dans la même veine, j’en ai ras le bol d’entendre parler des Emirati et des Qatari. Il s’agit de désinences anglaises reprises de l’arabe. Ou alors il faut désormais écrire « les Saoudi » et « les Algéri ».

Les Allemands nomment notre pays Frankreich (et non pas « Frantz »), ce qui est d’ailleurs un peu bizarre puisque « Reich » signifie empire, par extension royaume, domaine. Nous disons « Espagne » et non pas « Espagna ». Les Allemands ne se gênent pas avec « Spanien » (et tout se complique car, en hébreu, « séfarade » signifie « Espagne »).

Devrons-nous cesser de dire « Varsovie » pour quelque chose comme « Varchava » ? Moscou pour « Moskva », Prague pour « Praha » ? Les Anglo-Saxons (comme on dit, car très peu d’entre eux sont effectivement anglo-saxons) nous ont donc bassiné avec « Beijing » mais ils se sont bien gardés de toucher à « The Hague » qui, euphoniquement, n’a rien à voir avec l’original néerlandais. Ni à « Norway » (Norge, qui signifie – bien vu les Anglais – « le chemin du Nord »), « Finland » (Suomi), « Ireland » (Èire), « Wales » (Cymru). Devrons-nous cesser de dire « Lettonie » pour « Latvia » (comme les Anglais … et les Lettons) ? Allons-nous écrire « Chad » pour « Tchad », « Peru » pour « Pérou », « Ecuador » pour « Équateur » ?

Décidément, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

URL de cet article 27509
  

Même Auteur
Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.