RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des anciens pilotes de drones se disent « horrifiés » par la cruauté des programmes d’assassinat. (The Intercept)

Anciens pilotes de drones, Brandon Bryant, Michael Haas et Cian Westmoreland. Photo : Joe Fionda

Les pilotes de drones sont en train d’infliger de lourdes pertes civiles et ont développé une culture institutionnelle insensible à la mort d’enfants et d’autres innocents, ont déclaré quatre anciens pilotes lors d’une conférence de presse aujourd’hui à New York.

Les meurtres, qui font partie du programme d’assassinat ciblé de l’administration Obama, aident le recrutement de terroristes et sapent ainsi l’objectif du programme qui consiste à éliminer ces combattants, ont-ils ajouté. Les pilotes se réfèrent aux enfants comme des « terroristes miniatures » et comparent leur assassinat à « couper l’herbe avant qu’elle pousse trop haut », a déclaré l’un des pilotes, Michael Haas, ancien officier supérieur de l’Armée de l’Air. Haas a également décrit l’usage largement répandu de drogues et d’alcool, en précisant que certains pilotes avaient effectué des missions sous leur emprise.

En plus de Haas, les autres pilotes sont l’ancien sergent-major de la Force aérienne, Brandon Bryant ainsi que les anciens pilotes Cian Westmoreland et Stephen Lewis. Ces hommes ont effectué des missions d’assassinat sur un grand nombre des principaux théâtres de la guerre post-11/9 contre le terrorisme, dont l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan.

« Nous avons été témoins directs des abus », a déclaré Bryant, « et nous sommes horrifiés. »

Un porte-parole de l’Armée de l’Air n’a pas abordé les allégations précises, mais a écrit dans un courriel que « les exigences auxquelles les pilotes [de drone] sont soumis sont énormes. Une grande partie des efforts sont déployés pour apporter un soulagement, de stabiliser la force, et de maintenir une capacité de combat... Les pilotes sont tenus de respecter les normes de comportement établies. Un comportement jugé incompatible avec les valeurs fondamentales de la Force aérienne est examiné de manière appropriée et, si nécessaire, des mesures disciplinaires sont prises ».

Au-delà de la conférence de presse, le groupe a également dénoncé hier le programme dans une interview au quotidien The Guardian et dans une lettre ouverte adressée au président Obama.

Lors de la conférence de presse, M. Bryant a déclaré que le meurtre de civils par drones exacerbe le terrorisme. « Nous en tuons quatre et en créons 10 [militants], » a déclaré M. Bryant. « Si vous tuez un père, un oncle ou un frère qui n’a rien à voir avec quoi que ce soit, leurs familles vont vouloir se venger. »

L’administration Obama a fait de grands efforts pour garder secret les détails du programme de drones, mais dans leurs déclarations aujourd’hui les anciens pilotes ont révélé la culture qui s’est développé entre les responsables de sa mise en œuvre. Haas a dit que les pilotes deviennent acculturés au point de nier l’humanité des personnes visées sur leurs écrans. « Il y avait un très grand détachement quant à qui étaient ces personnes que nous avions dans notre ligne de mire, » a-t-il dit. « Ouvrir le feu était grandement salué et encouragé »

La morts d’enfants et d’autres non-combattants lors des frappes a été rationalisée par de nombreux pilotes de drones, a dit Haas. En tant qu’instructeur de vol, Haas a affirmé avoir été officieusement réprimandé par ses supérieurs pour avoir recalé un étudiant qui avait exprimé sa « soif de sang, » et une envie irrésistible de tuer.

Haas a également décrit l’usage répandu d’alcool et de drogues chez les pilotes de drones. Les pilotes de drones, a-t-il dit, étaient souvent ivres et utilisaient des sels de bain et de la marijuana synthétique pour échapper aux dépistages éventuels et dans une tentative de « changer la réalité et d’essayer d’imaginer être ailleurs. » Haas a dit qu’il connaissait au moins une demi-douzaine de personnes dans son unité qui utilisaient des sels de bain et que l’usage de drogues avait « compromis leurs facultés » au cours des missions.

Le programme d’assassinat de l’administration Obama a fait l’objet d’un examen accru au cours des derniers mois. Au mois d’octobre dernier, The Intercept a publié un lot de documents classifiés, transmis par un lanceur d’alertes du gouvernement, qui montre comment le programme a tué des gens sur la base de renseignements non fiables, que la grande majorité des personnes tuées dans la campagne d’Afghanistan, qui dure depuis des années, n’étaient pas les cibles visées et que l’armée a classé par défaut les personnes tuées par erreur non comme des civils mais comme des ennemis.

Les pilotes ont dit qu’ils se sentaient encore plus en devoir de parler au lendemain des attentats terroristes meurtriers à Paris la semaine dernière ; ils croient que les assassinats par drones ont alimenté la montée du groupe extrémiste l’Etat islamique qui a revendiqué la responsabilité des attaques.

Westmoreland a déclaré à propos des drones : « A court terme, ils sont efficaces pour tuer des gens, mais à long terme, ils ne le sont pas. Il y a des gamins de 15 ans qui ont grandi sans avoir connu une seule journée sans vols de drones au-dessus de leurs têtes, mais vous avez aussi ceux qui vivent à l’étranger et qui regardent ce qui se passe dans leur pays d’origine et qui voient régulièrement les violations qui s’y déroulent, et ça c’est quelque chose qui peut les radicaliser ».

Dans leur lettre ouverte à Obama, les anciens pilotes de drones ont exprimé un point de vue similaire, en écrivant que pendant leur service, ils « ont fini par réaliser que l’assassinat de civils innocents ne faisait qu’alimenter les sentiments de haine qui sont à l’origine du terrorisme et des groupes comme l’EI, » et en décrivant plus loin le programme comme « une des forces motrices les plus dévastatrices du terrorisme et de déstabilisation dans le monde entier. »

Lors de la conférence de presse, les pilotes ont exprimé ces sentiments. « Il semble que nos actions ces derniers temps n’ont fait qu’aggraver le problème... Les drones sont efficaces pour tuer des gens, mais pas pour tuer les bons », a déclaré M. Bryant. « Avons-nous perdu notre humanité dans notre poursuite de vengeance et de sécurité ? »

Murtaza Hussain

Traduction « sommes-nous réellement conscients de ce que nous faisons ailleurs ? » par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://theintercept.com/2015/11/19/former-drone-operators-say-they-we...
URL de cet article 29620
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.