RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
15 
L’exacerbation de l’émotion peut être le pire des remèdes

Une atmosphère dangereuse et irrespirable

L’atmosphère que nous vivons depuis le 13 novembre devient de plus en plus irrespirable. Et pourtant il faut respirer, écrivait François Mauriac à l’époque.

Immenses, la douleur, l’angoisse, travaillent des millions d’hommes et de femmes, de jeunes, par-dessus tout clivage politique et même religieux. Comment ne pas comprendre et partager ce deuil collectif, cette terrible déchirure, cette rupture entre « l’avant » et « l’après » ?

Des millions de Français sont sous le coup de la sidération, de l’émotion, de la compassion, et aussi d’une colère rentrée. Ils ne cessent de témoigner (majoritairement) leur refus du rejet de l’autre, de la violence aveugle, de manifester leur solidarité sincère. Tout cela rassure.

Mais chauffés à blanc jour et nuit depuis le 13 novembre par les uns et les autres, ce climat anxiogène, cette atmosphère de va-t-en guerre, cette fuite en avant, peuvent légitimement inquiéter.

Ils rendent difficile tout recul pourtant si nécessaire, toute analyse autre que l’officielle... Les quelques consciences qui s’y attèlent sont désignées à la vindicte publique, assimilées à des complices des tueurs, isolées et stigmatisées. Si l’on ouvrait des bureaux de recrutement comme en 1914, que se passerait-il ?

L’exacerbation de l’émotion peut être le pire des remèdes ; manipulé à des fins inavouables, mais que l’on devine, il peut faire finalement le jeu des terroristes, et de tous les requins d’eaux troubles, se retourner tel un boomerang contre les sentiments les plus purs et les meilleures intentions au monde.

Les tueurs de Saint-Denis et du Bataclan, des quartiers parisiens, fanatisés, déshumanisés, ne sont pas des « justiciers » mais de vulgaires assassins, sans foi ni loi. Mais comment a-t-on pu provoquer chez ces jeunes la haine délirante de la France, jadis phare universel ? Quelles peuvent être les causes de ces pulsions de mort, de cet aveuglement si cruel ?

Incontournables, les réponses à ces questions, leur nature, engagent notre avenir. Limitées à l’ultra sécuritaire, à des bombardements au millimètre près sur Daech (qui peut le croire ?) elles condamnent à de nouveaux carnages. Chaque vague de bombardiers, chaque déclaration de guerre, chaque dérapage (volontaire) de langage (« conflit de civilisation », « on est en guerre »), chaque erreur d’appréciation sur la situation en Syrie, dans tout le Moyen et Proche Orient, fabriquent de nouveaux monstres. Tant pis si le dire aujourd’hui n’est pas majoritairement entendu, voire inaudible. Sartre nous appelait hier à avoir le courage d’aller à contre-courant s’il le fallait. L’heure est trop grave pour laisser instrumentaliser l’émotion à des fins politiciennes, carriéristes, électoralistes. Ne permettons pas le naufrage de tout esprit critique. Ce serait la pire des choses. Jaurès mourut assassiné d’avoir eu finalement raison contre le consensus guerrier et « l’union sacrée ».

A qui fera-t-on croire que déclarer et prolonger « l’état d’urgence » ne risque pas de menacer nos droits et nos libertés ? Que l’arsenal antiterroriste existant, que les lois et les différents moyens répressifs, les dispositions et outils inscrits déjà dans les textes officiels, ne suffisaient pas à venir à bout des terroristes ?

Ne vise-t-on que les terroristes en recourant à des dispositifs « d’exception », en interdisant des manifestations populaires ? A qui fera-t-on croire que le prix à payer pour être « protégé » passe par la relégation des questions sociales, par l’abandon des Palestiniens, par une politique étrangère impérialiste, par une « démocratie restreinte » ?

A ce prix-là, il ne peut y avoir de protection solide et durable. Seuls l’épanouissement de la démocratie, de la justice, de la souveraineté des peuples, la résolution des conflits extérieurs par la négociation, protègent vraiment.

Jean Ortiz, universitaire, Pau.

URL de cet article 29631
  

Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’illusion de la liberté se perpétuera tant qu’il sera rentable de maintenir l’illusion. À partir du moment où l’illusion deviendra trop coûteuse à maintenir, ils démonteront simplement le décor, ils écarteront les rideaux, ils déplaceront les tables et les chaises et vous verrez alors le mur de briques au fond de la salle.

Frank Zappa

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.